Lauréats burkinabè en recherche scientifique : Des chercheurs qui trouvent à l’honneur à Bobo-Dioulasso

mercredi 12 février 2014 à 00h15min

Des chercheurs qui cherchent et qui trouvent. Ils sont bien nombreux au Burkina Faso et dans tous les domaines scientifiques et technologiques. Sont de ces chercheurs Docteur Abdoulaye Diabaté, premier africain francophone à remporter le prestigieux prix Royal Society Pfiter de l’académie des sciences d’Angleterre. Il est suivi de sept (7) autres chercheurs qui ont été distingué à l’échelle internationale. La cérémonie de réception officielle a eu lieu le lundi 10 février 2014 à Bobo-Dioulasso en présence du ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Gnissa Isaïe Konaté.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lauréats burkinabè en recherche scientifique : Des chercheurs qui trouvent à l’honneur à Bobo-Dioulasso

Les acteurs de la recherche au Burkina Faso sont plus qu’honorés. Cinq prix, des reconnaissances au plan national et des participations à des rencontres internationales notamment en Afrique du Sud. C’est la prouesse qu’ont effectuée des jeunes chercheurs de l’Institut de rechercher et de développement (IRD), des Sciences de la Santé (IRSS), de l’Agricole (INERA), des sciences appliquées et de la technologie (IRSAT) etc…tous affiliés au Centre Muraz de Bobo-Dioulasso. Collègues, parents, amis et connaissances n’ont pas manqué le rendez-vous dans les nouveaux locaux de la direction régionale de l’Institut de recherches en Science de la santé (IRSS). Abdoulaye Diabaté, Halidou Tinto, Donatien Kaboré, Drissa Sérémé, Delphine Aissata Bama/Nati, Fabrice Somé, Serges Yerbanga, etc… sont en effet, les heureux couronnés au niveau international pour la qualité de leur recherche sur des questions de santé et de développement. Composés d’attestations, de médailles, les prix en nature vont de 2 500 000FCFA à près de 60 000 000FCFA pour Abdoulaye Diabaté de l’IRSS. Quoi donc de plus normal que le mot de bienvenu prononcé par le directeur dudit institut Jean-Bosco Ouédraogo qui rappelle du même coup la mission du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation qui est celle de « concevoir et de mettre en œuvre une politique d’incitation et de promotion des chercheurs et des innovateurs ».

Subdivisé en quatre entités au sein du Centre national de recherche scientifique et technique (CNRST), les recherches au Burkina sont d’ordre agricoles, environnementales, technologiques, les sciences sociales et enfin les sciences de la santé. Si les chercheurs sont quelque fois méconnus, Jean-Bosco indique que « c’est de l’extérieur que l’on se rendu que la recherche scientifique est dynamique et de qualité au Burkina ». Bien que faisant face aux insuffisances en matériel, les chercheurs du Burkina sont connus dans la communauté scientifique internationale pour la qualité de leur travaux et mieux pour leur dynamisme et dévouement au travail. La moisson de 2013 a été excellente pour l’IRSS avec plus de 5 distinctions dont la plus prestigieux est le prix Royal Sociéty Pfitzer de l’académie britannique. Les travaux de recherches notamment les stratégies alternatives de lutte anti-vectorielle ciblant le comportement de reproduction des moustiquaires d’Abdoulaye Diabaté étaient sans ambages. Jugé pertinents, objectifs avec suffisamment de potentialités, les membres du jury ont reconnu la performance du chercheur burkinabé. Le prix a pour objectif, à entendre le directeur, de mettre en lumière les travaux des chercheurs, mais aussi les encourager et les soutenir à hisser au plan international.

Halidou Tinto, homme de l’année 2013 de la radio Salankoloto

Parmi les distingués figurent seulement une femme ; Delphine Aissata Bama/Ati. Son travail de recherche sur la gestion de l’eau a reçu le prix Award Fellow. Quant à Halidou Tinto, il a été désigné l’homme de l’année 2013 par la radio Salankologo pour la qualité de ses recherches avec des résultats probants sur le paludisme. A cela s’ajoute deux jeunes chercheurs dont la participation à une rencontre de haut niveau (près de 3000 chercheurs ont pris parts à la rencontre) ont vu leur contribution classée parmi les dix (10) meilleurs. Ces distinctions, à en croire les lauréats ne sont pas l’œuvre d’un seul individu. « Je dois ce prix a beaucoup de personne, en l’occurrence ma famille, les techniciens, les collègues… », déclare Dr Diabaté, surnommé gynécologue des moustiques. En plus d’être fier, Dr Diabaté se dit être animé de sentiments de satisfactions car dit-il : « Il n’y a rien que soit plus grand, plus important que le savoir, surtout quand ils sont reconnu ».

Pas de plan de carrières pour des chercheurs

Pour le ministre Gnissa Isaïe Konaté, ces distinctions représentent beaucoup pour la recherche au Burkina Faso, particulièrement pour le ministère en charge dudit domaine. C’est ce, pourquoi, il est important que des burkinabé sachent qu’ils ont des chercheurs qui cherchent, qui trouvent et dont la qualité des travaux et les mérites sont reconnus au niveau international. Il n’y a qu’à encourager et féliciter les jeunes chercheurs pour les succès et rendre hommage aux anciens qui continuent de les soutenir. Le ministre va cependant rassurer que les autorités ont pris conscience de l’importance de la recherche, gage d’un développement harmonieux. Le directeur général du Centre Muraz Nicolas Meda tout aussi heureux pour ces reconnaissances de mérite des chercheurs qui n’ont pourtant pas de plan de carrière depuis 2001.

Une doléance qui dure depuis belle lurette. Gnissa Isaie Konaté devant tous les invités a pris l’engagement d’échanger avec son collègue de la Santé afin que les chercheurs puissent travailler dans des conditions optimales. « Ayez confiance en vous » a-t-il enjoint aux jeunes chercheurs, avant de féliciter et d’encourager les lauréats à continuer dans la même dynamique. Les lauréats ont chacun été décoré au titre des Chevalier de l’ordre des palmes académiques pour ce service rendu à la Nation.

Bassératou KINDO

Pour le Faso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 février 2014 à 10:22, par Skat Youl
    En réponse à : Lauréats burkinabè en recherche scientifique : Des chercheurs qui trouvent à l’honneur à Bobo-Dioulasso

    Félicitations à tous ceux qui font la fierté du Faso !!!!!!!!!!!!! Cependant Mr le journaliste qu’est ce qu’ils ont "trouvé". Ai je besoin de vous poser cette question en tant que ce que vous êtes ??? Je serais ravi d’en savoir un peu plus sur leurs découvertes. Mais avec un français très simple comme le français de Tipoko

    Répondre à ce message

    • Le 15 février 2014 à 18:29, par Bobo Kan
      En réponse à : Lauréats burkinabè en recherche scientifique : Des chercheurs qui trouvent à l’honneur à Bobo-Dioulasso

      Bonjour Skat Youl,
      Il serait prétentieux de vous dire ce qu’ils ont trouvé en si peu de phrases. En résumé, les uns ont eu des résultats très satisfaisants dans le domaine du paludisme : en entomologie (sur le comportement des moustiques qui entre dans le cadre de la lutte anti-vectorielle) et en parasitologie (le vaccin contre le Palu). D’autres ont mené des recherches sur la transformation de produits locaux (grains de baobab) et j’en passe… Je vous dirai tout simplement, que ce sont des résultats « originaux » qu’ils ont pu obtenir qui leur a valu ces prestigieux prix. En rappel, le vaccin contre le palu à Nanoro est à sa dernière phase d’expérimentation avant sa mise sur le marché. C’est dire donc que l’espoir est permis. Cordialement

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés