Médiation interne : L’Opposition exige que la délégation présidentielle soit dûment mandatée par Blaise Compaoré

mardi 11 février 2014 à 01h22min

Dans le cadre de la médiation sur la situation nationale assurée par le groupe de médiateurs composé de Son Excellence Monsieur Jean-Baptiste OUEDRAOGO, ancien Chef d’Etat, de Son Excellence Monseigneur Paul OUEDRAOGO, archevêque métropolitain de Bobo-Dioulasso et de El Hadj Mama SANOU, Président de la communauté musulmane de Bobo-Dioulasso, les partis de la Majorité et ceux de l’Opposition regroupés derrière le Chef de file de l’Opposition, se sont retrouvés le lundi 10 février 2014 à Ouagadougou à partir de 11 heures.

Médiation interne : L’Opposition exige que la délégation présidentielle soit dûment mandatée par Blaise Compaoré

La délégation de la Majorité était composée de : Assimi Koanda, Kanidoua Naboho, Alain Yoda, Achille Tapsoba, Gilbert Noël Ouédraogo, Zacharia Tiemtoré, Amadou Diemdioda Dicko, Ousseni Tamboura et Saidou C. Compaoré et celle de l’Opposition de : Zéphirin Diabré, Ablassé Ouédraogo, Norbert Tiendrébéogo, Moussa Boly, Djédjouma Sanou, Ibrahim Koné, Sawadogo T. Boureima, Jean Hubert Bazié et Bénéouindé S. Sankara.

Cette rencontre avait pour objet la poursuite des échanges autour de la crise que vit le Burkina Faso.

Le groupe de médiateurs a remercié les deux délégations pour leur disponibilité et leur esprit de dialogue réaffirmé, avant de donner la parole à chacune des parties.

En préalable aux négociations, l’Opposition a exigé que la Majorité présente un mandat du Président du Faso l’investissant du pouvoir de négocier. En réponse à cette exigence, la Majorité a estimé d’une part, que sa délégation était conforme à la lettre d’invitation de la Médiation adressée aux partis de la majorité présidentielle et d’autre part, qu’elle n’avait pas besoin d’un mandat du Président du Faso pour discuter avec l’Opposition dans le cadre de cette médiation.

Le groupe des médiateurs a sollicité la confiance des deux délégations en les assurant qu’il prendrait à court terme les initiatives nécessaires à la validation et à l’application des résultats auxquels parviendrait la médiation.

Les deux délégations n’ayant pas pu s’accorder, elles ont demandé à la Médiation de prendre ses responsabilités afin de résoudre le problème posé.

En conclusion, la Médiation a invité les deux délégations à privilégier l’intérêt supérieur du Burkina Faso pour sortir le pays de cette crise. La rencontre a pris fin à 13h20 minutes.

Fait à Ouagadougou, le 10 février 2014.

Pour la Majorité
Le Rapporteur

Pour l’Opposition
Le Rapporteur

Pour le Groupe de médiateurs

Le Président

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés