Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

jeudi 6 février 2014 à 23h20min

Dans l’après-midi du 5 février, quelques jours après leur retour au bercail, les personnels du bataillon Badenya 1 ont eu droit à une cérémonie de reconnaissance organisée par la hiérarchie militaire. Leurs efforts ont d’abord été récompensés par des décorations sur la place de la Nation puis s’en est suivi un pot de bienvenue au Mess des officiers.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

Le point d’orgue de cette cérémonie a sans doute été la décoration des « ambassadeurs » qui ont représenté le Burkina Faso sur le théâtre d’opérations du Mali. Au terme d’un an de mission passée dans ce pays, ils sont au total 850 militaires composés d’officiers, de sous-officiers, militaires du rang, gendarmes et sapeurs du bataillon à recevoir leur médaille commémorative avec Agrafe République du Mali. Pour le chef d’Etat Major général des armées (CEMGA) qui a présidé la cérémonie, la reconnaissance de la hiérarchie militaire à l’égard du bataillon Badenya 1 se justifie aisément car, dit-il, « ils sont les précurseurs de cette mission internationale de paix placée sous mandat de la CEDEAO puis sous celui des Nations Unies. Il est tout à fait normal que nous puissions leur témoigner notre reconnaissance et surtout notre satisfaction pour la mission accomplie ».

Parmi ces pionniers, figure le colonel Gilles Bationo, commandant de la troupe. « Qui pouvait penser qu’un jour j’allais me retrouver dans le désert tombouctien ? »,’s’interroge t-il avant d’affirmer ceci : «  nous y avons été et nous sommes revenus  ». Pour le Colonel Bationo et ses éléments, « quelques problèmes mis à part, Badenya 1 a été une belle expérience aux côtés des autres forces africaines et aux cotés de nos frères maliens ». Toutefois, s’il y’a un bémol à noter, c’est inéluctablement les décès accidentels sur le théâtre des opérations de la MINUSMA des soldats de 1ère classe Tounougma Kaboré et Payouro Tani. Une minute de silence a été observée à leur mémoire au début de la cérémonie.

Des difficultés certes, mais…

Le général de division Honoré Nabéré Traoré n’a pas manqué de relever quelques difficultés. Les quelles n’ont pas empiété sur la détermination des militaires burkinabè. Il s’agit notamment des difficultés d’ordre logistique, aggravées par la nature du terrain, les élongations et sans oublier la rudesse du climat. Au regard de ces obstacles, si les 850 militaires de Badenya 1 ont pu atteindre les objectifs qui leur sont assignés, d’après le CEMGA, c’est parce qu’ils ont « su transformer l’adversité de l’environnement en espace sécurisé d’opérations, convertir la méfiance des populations et l’attitude réservée de certaines autorités locales en sympathie bienveillante mutuellement avantageuse ». D’où la confiance suscitée des autorités militaires de la MISMA puis de la MINUSMA. S’agissant du deuxième bataillon dénommé Gondaal qui va bientôt prendre le relai de Bandeya 1 au Mali, le Général Traoré rassure que « la situation sera meilleure pour la seconde vague qu’elle ne l’était pour la première. Les difficultés seront aplanies », a-t-il ajouté.

Bâtir une armée républicaine

Après les remises de médaille à la place de la Nation, place au pot de bienvenue. Mais auparavant, la hiérarchie militaire a saisi cette occasion pour rappeler à l’ensemble des militaires, le vœu émis par le Ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants à l’occasion de la fête de l’armée célébrée le 1er novembre 2013 qui est «  de bâtir une armée républicaine à même d’apporter la paix et la sécurité au Burkina Faso  ». Et les personnels du Bataillon Badenya 1, en a croire les premiers responsables de l’armée, ont montré l’exemple. C’en est suivi la levée de verre dans une ambiance conviviale agrémentée par une prestation musicale assurée par l’orchestre de l’armée nationale.

Eric Ouédraogo (stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 février 2014 à 13:42
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    que font nos militaires pour la paix et la sécurité à l’intérieur du burkina ? rien du tout,ils sont contre productifs et même nuisibles à la société. à part faire des coups d’état,violer,piller,jouer aux cartes tout en se droguant et en se saoulant la gueule,je ne vois pas leur utilité et d’ailleurs sans être trop méchant,quel est leur fait d’arme au mali si ce n’est garder un pont que même un vigile sans formation peut faire ? arrêtez de nous blaguer,nous savons où se trouvent les vrais militaires sur la planète terre. vous,vous n’êtes que des cotons armés.

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2014 à 11:22, par Amraw
      En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

      Toi en te lisant on fait tout de suite et juste un pronostic tirant vers la rancoeur et l’amertume certaine de ne pas faire partie de ces contingents, donc anime d’une jalousie hereditaire hemoparental.
      Si tu crois que l’armee ne fait rien tu n’est qu’un ignorant ne, anime d’une diarrhee intellectuelle qui t’empeche d’aller faire un droit de reponse dans un quotidien. Tu ternis de plus ainsi l’image de ton de ton papa qui est au bas de l’echelle de la societe du a une punition emanant des ses actes et dont tu herite en ce moment. le Faso n’a pa besoin d’incediaires nes comme cette famille biologique dont tu es issue...Je me reserve de compatir a ce qui semblerai etre une douleur quand "TU AURAI ETE"...

      Répondre à ce message

  • Le 6 février 2014 à 14:06
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    Merci de ne plus renvoyer un soldat burkinabè au Mali.
    les maliens nous sont de plus en plus hostiles.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février 2014 à 15:37, par Kanzim
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    Mon Général. Bon retour aux soldats. Cela fera deux fois depuis décembre 2013, que l’armée est présentée devant de la ripaille, de la boisson dont il faut espérer que la publicité y afférant a fait l’objet de paiement. Le « chouow chouow » du champagne et le pouf pouf des autres sucreries et spiritueux ont dû bercer l’assemblée. En tout cas Bacchus et Dionysos, ces dieux grec et latin de l’alcool semblent avoir fait de l’ombre sur Mars, le dieu de la guerre. En outre, deux faits me semblent curieux dans votre cérémonie : d’abord qu’un combattant dise que "Qui pouvait penser qu’un jour j’allais me retrouver dans le désert tombouctien ? ». Qu’il sache que la coexistence même pacifique entre deux pays frères n’exclut pas que survienne la guerre entre eux. Moi j’en sais quelque chose avec ce pays frère et même qu’il y a des burkinabè qui le savent deux fois. Surtout si un de ces pays a été dirigé par un président permissif, laxiste et démissionnaire et que l’autre est dirigé par un président engoncé, incrusté et enfoncé dans un système de gestion clanique du pouvoir. Cela apporte des risques belligènes internes et externes, mon Général. Ce qui fait encore mal, c’est quand un soldat cite comme difficultés "la nature du terrain, les élongations et sans oublier la rudesse du climat". C’est vrai que dans notre armée on ne décourage plus les militaires pansus et ventrus comme au temps de Thomas Sankara. C’’est vrai aussi que les chefs ont migré de la Jeep à la 4X4 V8, et que le maniement comptable et affairiste du stylo à bille a remplacé le maniement de la Kalach, mais tout de même : on ne vient dans l’Armée pour jouer à la marelle.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février 2014 à 17:20, par WOBODO
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    HUMMM , la rudesse du terrain et du climat , et que diront les français et les tchadiens qui vous y ont devancés et surtout , dans l’ADRAR des IFOGAS SVP !!! et non sur le pont !

    Répondre à ce message

  • Le 6 février 2014 à 17:36, par changeons
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    Tout d’abord, paix à l’âme du soldat Kaboré tombé au Mali dès les premiers moment de la présence de nos vaillants militaires au Mali. Il aurait pu être à cette cérémonie. Paix à son âme et que Dieu garde sa famille. Du reste, félicitations à notre armée qui a toujours montré son courage et son patriotisme dans divers chantiers de maintien de la paix. Elle est bien appréciée à l’extérieur et ces notre fierté, la fierté de tous les burkinabé. Notre armée est républicaine, vive notre armée.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février 2014 à 23:41
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    La prestation de nos armées au Mali avec les Djihadistes, en Cote d’Ivoire à la crise post électorale, au Burkina avec la mutinerie, en RCA face aux hommes de Djotodja a montré à souhait les limites de nos forces de sécurité. Ne venez pas nous raconter des âneries de troupes d’élite incapables d’assurer le minimum de sécurité nationale. Absence de stratégie fiable et absence de combattants. Nous n’avons que des hommes pour mater les marcheurs et opposants pacifiques.

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2014 à 11:19, par rodman
      En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

      c’est quoi vous appelez insécurité à l’interieur ???l’armée est une force de défense non une force de sécurité.son role c’est la defense de l’intégrité territoriale.a ce titre il ya dispositif de sécurisation deployé au nord avec notre GFAT (Groupement de Force Antiterrorites) depuis le debut de la crise malienne.nous avons des soldats qui patrouille le long de nos frontières au quotidien.pour que nos militaires se mettent à la poursuite de délinquants il faut des dispositions particulieres et c’est à l’assemblée de prendre les textes adéquats et donner le feu vert.sinon c’est encore vs qui allez crieer aux bavures.nos soldats n’ont pas recu de formation pour ca donc a chacun son travail.la gendarmerie et la police st la pour la sécurité interieur et ils font deja tres bien leur boulot au vue de l’insuffisance de materiels et de moyens.

      Répondre à ce message

  • Le 7 février 2014 à 04:06, par ABDOUL NAS 1er
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    Nous avions tous suivi l actualite’ au Mali. les soldats felicite’sont les Francais,Maliens,Tchadiens.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2014 à 07:04
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    Vous devriez vous occuper maintenant de l’insécurité dans nos campagnes et des différents braqueurs sur nos routes. Au moins, là, vous ferez oeuvre utile. Sinon, au Mali, le gros du travail a été fait par les français et tchadiens dans le massif des Iforas et pas grand chose pour les autres armées africaines à part sécuriser tant bien que mal là où elles étaient.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février 2014 à 07:34, par Francis
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    J’adore ce que sont devenus les Burkinabè. prêts à insulter, négliger et bafouer l’image du militaire que nous sommes. oui nous ne sommes pas la meilleure armée du monde ni même la centième...peut-être même sommes nous la pire au monde. mais rassurez vous nous sommes à votre image.nous vous ressemblons et nous en sommes fiers. dormez sur vos oreilles, vous le peuple si parfait du Burkina Faso. au besoin, faites un référendum et supprimez cette armée si incompétente, objet de votre honte et vous serez soulagés ! vous les autres burkinabè compétents, dévoués à vos jobs respectifs.travaillez en paix, dormez avec vos femmes, accompagnez vos enfants à l’école le matin.et seulement à ce moment vous vous sentirez mieux ! ces petits plaisirs j’y renonce régulièrement mais j’aime ce manque car je l’ai choisi....vivez mieux ! vivez sans armée pour que nous ne soyons plus insultés et revenions de meilleurs Burkinabè comme vous !

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2014 à 08:52
      En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

      Bon type la suisse n’a pas d’armée et il fait bon vivre là. TU penses que c’est l’armée qui apporte le mieux être dans un pays ? Les braqueurs nous fatiguent et nous empêchent de circuler comme on le souhaite pendant ce temps vous jouez aux damier et au ludo dans vos casernes.

      Répondre à ce message

    • Le 7 février 2014 à 10:08, par Gouwend
      En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

      Bien dit Francis
      Les Hommes parfaits aux métiers parfaits comme les Kanzim, les interprete et autres wobodo vivront mieux, eux les saintes ni touche. S’ils savaient se regarder dans une glace ce serait bien pour eux-mêmes et pour la société....!?!??!!

      Répondre à ce message

    • Le 7 février 2014 à 11:03, par isma
      En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

      Chèr Monsieur Francis je ne sais comment vous dire merci.une analyse de connaisseur.comme disent certains "les connaisseurs connaissent".
      pour ma part je ne dirai pas "le peuple burkinabé" mais je m’adresse à ces citoyens inciviques que dorment et pense que la paix est donnée gratuitement.vous avez interet a etre fiers de votre armée.celui qui a vecu et connu la cote d’ivoire pendant la guerre sait que vous avez bcp de chance de vivre ds la paix au burkina.vos militaires ne sont certes pas les meilleurs du monde mais demandez à n’importe quel civil des nations unis ou a d’autres militaires qui ont connu les soldats burkinabé sur des théatres d’opération vous en aurez les larmes au yeux tellement ont parle du bien d’eux.avec le peu de moyens dont ils disposent ils font de grandes choses.tenez au darfour par exemple demander on vous dira.
      quant a ceux qui disent qu’ils n’ont defendu qu’un pont au mali, ce n’est pas de votre faute c’est de l’ignorance.la defense d’un point ne consiste pas a placer 5 individus sur ce point et dire "ca y est c’est fait" ?quand on ne connait pas on se renseigne au lieu de sortir des aneries du genre "tout un bataillon pour defendre un pont ?".chercher à savoir où vos soldats etaient deployés et vs comprendrez.

      Répondre à ce message

  • Le 7 février 2014 à 09:14, par pitié milo
    En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

    merci merci a tous ;ils ont intérèts à les flatter car les chefs militaires bouffent ds ca,sinon on est au courant de ce que les nations unies payent à ses employer,c’est entre 4000 et 5000 dollard par mois,mais les vautours burkinabé bouffent et remettent aux malheureux soldats 1028 dollard le mois,et ces 1028 sont aussi payer d’une manière désolant pour rendre ces derniers plus insolvable,mais n’oublie pas aussi qu’on grignote un peu sur les 1028 Là,mais cest dieu qui est fort,on verra s’ils vont emportant leur bien volés quand la mort aura besoin d’eux

    Répondre à ce message

    • Le 7 février 2014 à 20:22, par Kpeontèribaaro
      En réponse à : Armée nationale : un toast pour souhaiter la bienvenue au bataillon Badenya 1

      Est ce que le Parlement vous a donné l’autorisation d’aller en villégiature au Nord Mali ? Il faut voir le cas du capitaine Blaise Compaoré et de son petit frère qui sont entrain de vouloir faire une coup d’Etat constitutionnel pour instaurer un Royaume en lieu et place de notre République. Le people ne saurait attendre plus longtemps. A VOS ARMES ! Foutez nous ces fossoyeurs de la démocraties, ces grands voleurs et leurs acolites hors du Faso. ET le people dira : Vive l’armée Burkinabè

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés