Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

mardi 4 février 2014 à 00h28min

Des populations de la commune rurale de Komsilga ont été ‘’chassées’’ de leur ‘’maison’’ depuis le 2 février 2014. La raison serait que les déguerpis se retrouveraient sur le terrain d’autrui, en l’occurrence un nommé Jacques Ouiya, qui voudrait y construire un bâtiment.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

Des femmes couchées sous des arbres à même le sol, des enfants visiblement affamés, des jeunes révoltés, des marmites et des nattes par-ci, des plats, des sacs de vêtements, du bois de cuisine par-là , six (6) véhicules de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) postés sur les lieux. C’est le constat fait par notre équipe, dans l’après-midi du 3 février 2014, dans la commune rurale de Komsilga. Selon les informations recueillies auprès des ‘’déguerpis’’, il s’agit d’un problème de parcelle. A entendre un conseiller municipal de la commune rurale de Komsilga, Dramane Zongo, ces personnes vivent dans ces quartiers non-lotis depuis longtemps. Elles auraient acquis "leurs parcelles" avec des habitants de Tanga-Nord, une localité de Komsilga. Mais à leur grande surprise, depuis le 19 janvier 2014, un homme, document à l’appui, dit être le propriétaire du terrain. Ce jour-là, il demande aux occupants de décamper sous le prétexte qu’il veut viabiliser ses terres évaluées à 14 hectares. Le propriétaire terrien, selon la population, aurait promis de dédommager les populations qui occupaient ses terres. Le conseiller municipal, Dramane Zongo, dit avoir proposé au soi-disant propriétaire légal du domaine de se présenter avec les personnes qui lui ont vendu les 14 hectares et aux populations d’en faire autant. Ce que toutes les parties ont accepté, souligne le conseiller municipal. Le jour du rendez-vous, les populations se sont présentées, accompagnées de leurs vendeurs. Mais point de négociants ou de vendeurs dans le camp du prétendu propriétaire, nous apprend-on. Et une victime du déguerpissement de dire ceci : « Cela prouve qu’il y a quelque chose de louche dans cette affaire.

Comment une seule personne va détenir 14 hectares de terrain ? ». Par ailleurs, les délogés disent avoir cassé le mur du propriétaire, parce qu’il avait commencé à leur mettre la pression, en leur refusant catégoriquement l’accès à leur demeure. C’est cet acte qui a justifié l’arrestation par la CRS de plus de 20 manifestants. « Nous n’avons pas dit que nous ne partons pas, parce que si ses documents sont clairs, il n’ y a pas de problème. Mais venir nous déguerpir de la sorte, nous trouvons que ce n’est pas normal. Nous avons aussi nos témoins », s’est indigné Chaibou Cissé, un déguerpi.

De leur côté, les femmes affirment avoir été privées de bain et de nourriture depuis deux jours. « Tout ce que nous voulons, c’est où dormir et nourrir nos enfants. Même pour avoir accès à nos maisons pour enlever des comprimés, les forces de l’ordre refusent », a martelé une femme. Avant de conclure à l’unanimité qu’ils souhaitent que l’Etat intervienne pour qu’ils ne dorment pas à la belle étoile. Cherchant à rentrer en contact avec le ‘’propriétaire légal’’ du terrain, nous nous sommes renseignés auprès d’un officier de police sans succès. Aux dernières nouvelles, les sans-logis auraient demandé refuge chez le Mogho Naaba.

Gaspard BAYALA

Alida NANA

(Stagiaire)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 février 2014 à 07:52
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    La commune rurale de Komsilga a connu une gestion calamiteuse des parcelles marquée par l’affairisme du maire et de certains conseillers municipaux.Beaucoup d’habitants ont connu des injustices criards et certains ont déposé des requêtes dans les services judiciaires.Des individus se sont vu octroyé plusieurs hectares tandis la majorité végètent dans dans des situations désastreuses.Demander des comptes au maire car il est probable qu’il en sache quelque chose.Moi qui vous écrit j’ai été victime avec toute ma famille mais fort heureusement cela s’est résolu.Cette gestion clanique,affairiste et mafieuse des parcelles sont des caractéristiques de la gouvernance du CDP.PEUPLE VAILLANT DU BURKINA RESTE MOBILISE CAR SA FIN EST PROCHE 2015.SOUTENONS MASSIVEMENT LE MPP POUR L’ALTERNANCE AU BURKINA

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2014 à 08:03, par Cami
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    Je compati a votre douleur.

    Mais sachez que vous n’avez aucun droit acquis en non loti !

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2014 à 08:09, par JOHNNESS
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    Et le processus continue avec des individus qui s’arrogent de gigantesques superficies au détriment des populations pauvres. Comment voulez vous qu’il y ai’ la paix dans ce pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2014 à 08:15, par HARAKIRI
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    Pauvres de nous ! C’est ça le Burkina Faso énervant, pardon émergeant de Blaise Compaoré. Après komsilga, ce sera nous.

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2014 à 08:28, par Annicette
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    Vraiment révoltant. J ai l impression que certaines personnes veulent à tout prix provoquer le ko dans le pays. Sinon comment comprendre qu avec la situation qui prévaut ou chacun est sur les nerfs on aille déguerpir ce beau monde pour satisfaire les desiderata d un seul individu ? Ou allons nous ?. 14 hectare pour lui seul !!!!! Quand même !!! Comment les autorités peuvent ils laisser faire une telle chose ? Tout laisse penser qu ils aiment voir les gens croupir dans la misère pour aller ensuite les flatter avec des miettes et avoir leurs voix. Dommage ...

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2014 à 09:52
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    Scandaleux !!!! Tout comme cette histoire de 543 ha, accaparés par un homme politique au profit de sa fille, à Yendéré. Il faut que justice soit rendue à tous les niveaux et que les coupables soient sanctionnés à la hauteur de leur forfait. L’état se doit de protéger les plus faibles.

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2014 à 10:55, par Prenez courage
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    C’est l’un des cas révélés. La commune rurale de Komsilga en regorge beaucoup à dormir debout. Tenez-vous bien que des militaires se sont fait escroquer par ces vendeurs de terrain avec la complicité de la mairie. Bon nombre de ces milos étaient en mission au Mali et au Darfour ; maintenant que ces derniers sont de retour, il est fort probable que ces militaires dont beaucoup relèvent du RSP réclament au maire leurs parcelles. Affaire à suivre dans quelques jours.

    Répondre à ce message

  • Le 5 février 2014 à 12:24, par cheicklamenace
    En réponse à : Commune rurale de Komsilga : Une affaire de parcelle provoque des remous

    14hectares de terrain a 15km de ouagadougou pour un seul individu.....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés