Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

lundi 3 février 2014 à 03h35min

La coordination nationale du collectif syndical CGT-B a organisé sa rencontre statutaire annuelle le 31 janvier 2014 à la bourse du travail de Ouagadougou. Elle a réuni 225 responsables syndicaux venus de l’ensemble du territoire national. Objectif : échanger sur le fonctionnement et la structuration du collectif CGT-B, analyser et harmoniser ses positions et compréhensions sur des sujets d’intérêt national et dégager des perspectives sur les tâches à exécuter sur le terrain.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

Fonctionnement et structuration du collectif syndical CGT-B, bilan d’étape sur l’ensemble des rencontres avec le gouvernement, lecture sur la situation politique nationale, c’était là le menu de la rencontre de la coordination du collectif syndical CGT-B de ce 31 janvier.

Les rencontres avec le gouvernement ont porté sur essentiellement sur la grille indemnitaire. Actuellement, les syndicats estiment que le gouvernement ne joue pas franc jeu, d’où la rupture des négociations. « Notre revendication a été déviée. Nous avons demandé une relecture conséquente en vue de relever les indemnités servies aux agents de la fonction publique et le gouvernement nous a servi une réforme de la grille indemnitaire  », soutient Bassolma Bazié, secrétaire général de la CGT-B. Mais, même si les syndicats admettent la possibilité de s’engager dans le sens de la réforme, ils exigent d’abord une possibilité de relecture du contenu de cette grille indemnitaire.

A en croire Bassolma Bazié, le gouvernement estime qu’il n’est pas question de revenir sur la typologie et les référentiels qui sous-tendent cette grille indemnitaire. « Si c’est un projet qui nous a été soumis, il n’y a pas de raison qu’on nous serve l’argument du non-amendement et s’il n’y a pas d’amendement, c’est qu’il n’y a pas de dialogue social », lance-t-il. C’est pourquoi les syndicats ont pris leur responsabilité à travers le préavis de grève du 4 et 5 février prochain. « Et si, à l’issue de cette grève, il n’y a rien, c’est l’unité d’action syndicale qui va prendre ses responsabilités et cela va concerner non seulement le secteur public mais aussi le secteur privé  », prévient Bassolma Bazié.

Non au sénat, non à la modification de la constitution…

Sur la situation politique nationale, la coordination CGT-B a donné sa lecture. L’on se souvient que lors de la marche de protestation organisée par l’opposition politique le 18 janvier 2014, le CFOP avait lancé un appel aux syndicats à se joindre à elle pour poursuivre la lutte. Cette rencontre leur a donc permis de d’analyser la situation nationale, d’harmoniser leur compréhension. Ce, afin de ne pas se tromper dans son combat de la défense des intérêts matériels et moraux du peuple burkinabè.

La coordination a réitéré son opposition à la mise en place d’une seconde chambre (le sénat) son refus de la modification de la constitution du 02 juin 1991, son opposition à l’organisation d’un référendum dans le sens de plaire, soit à un individu, soit à un groupe d’individus. Egalement, le pouvoir d’achat de l’ensemble des travailleurs s’est beaucoup érodé, estime-t-elle. La lutte contre l’impunité et la corruption, pour l’acceptation des candidatures indépendantes ont été évoquées.

« Nous n’engageons pas nos militants pour n’importe quelle plate-forme »

Mais, de là, à conclure que les syndicats répondent favorablement à l’appel de l’opposition, il y a un pas à franchir. « L’appel de l’opposition a été fait à l’endroit de l’unité d’action syndicale qui est composée de six centrales syndicales et 17 syndicats autonomes. Les préoccupations qui relèvent de notre ressort nécessitent concertation avant de prendre une position », souligne M. Bazié.

« De par le passé, nous nous sommes unis avec l’opposition pour mener des luttes (3 janvier 1966, 17-18 décembre 1975, 15 juin 1995, 13 décembre 1998). Mais, notre position est que nous n’engageons pas nos militants sur le terrain pour n’importe quelle plateforme. Nous voulons une plateforme qui prend en compte les préoccupations véritables du peuple burkinabè. Et, nous disons qu’une plateforme qui se limite à la non mise en place du sénat, à la non modification de l’article 37, de notre point de vue, n’est pas suffisante  », précise-t-il.

Mais, les syndicats ne ferment pas totalement la porte. A condition que les questions de lutte contre l’impunité, la corruption, la vie chère, la fraude, pour l’élargissement des libertés démocratique et syndicale et pour les candidatures indépendantes soient prises en compte. A ce moment, « nous allons analyser ensemble quelle plate-forme mettre en place, quelle stratégie adopter », affirme Bassolma Bazié. Mais, il tient à rappeler, tout de même que : « Les partis politiques luttent pour la conquête et la gestion du pouvoir d’Etat. Nous, en tant qu’organisations de masse, nous luttons pour l’amélioration des conditions des travailleurs et du peuple burkinabè  ».

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 février 2014 à 21:23, par Tenko
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Monsieur Bazié, je pense que la constitution elle-meme autorise le referendum. Vous voulez faire la force au peuple. Seule la decision du peuple est souveraine. Ne melange pas les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2014 à 21:23, par OUSTAAZ
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Merci camarades !!! Cependant,certaines localités telles que FADA,OUAHIGOUYA,KDGOU,sans oublier le pétit BOULSA,risquent de vous surprendre avec des grèves non-stop parce qu’on n’arrive plus à nourrir nos familles.Le mépris du gouvernement dérange.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2014 à 21:31, par Tenko
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Monsieur Bazié, je pense que la constitution elle-meme autorise le referendum. Vous voulez faire la force au peuple. Seule la decision du peuple est souveraine. Ne melange pas les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2014 à 21:33, par Sidnabiiga
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Asseyez vous seulement ! Vous serez dépassés par les évènements ! L’heure n’est pas aux calculs mais à une unité d’action populaire pour faire avancer les la démocratie gage d’amélioration des conditions de vie des travailleurs ! Pourquoi y a t il l’impunité ? la fraude ? la corruption ? Eh bien ! Sachez que c’est parce qu’il y a la mal gouvernance érigée en système de gouvernement par le pouvoir en place ! Boutons ce pouvoir hors de Kossyam et son remplaçant sera obligé d’être correct ! La démocratie vaut bien une plate forme Mr Bazié ! Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2014 à 21:56, par bbb
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    merci Monsieur Bazié pour ta clairevoyance , tu es bien parti du courage nous sommes avec les dirigeants lucide et eclairer ; attention au senateur Nanema qui v du senat pour sieger il l’a dit a l’emission point de vue . depuis ce jour je ne lui fais plus et ne lui ferai plus confiance il semble vendu à l derniere minuite ; mais toi garde ton integrité et ta dignité la base t’observe , te soutien que LES TRAVAILLEURS RESTENT TOUS MOBILISES na lara an sara !

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2014 à 23:45
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    "... Et, nous disons qu’une plateforme qui se limite à la non mise en place du sénat, à la non modification de l’article 37, de notre point de vue, n’est pas suffisante." Bien parlé. Il faut aller au delà de ça effectivement. Il faut que l’opposition CFOP-MPP nous dise clairement que si elle parvenait au pouvoir, elle va juger les crimes de sang (depuis le 1er assassinat politique en 1982 de l’ex-ministre de l’intérieur Niézin BADEMBIE jusqu’à nos jours en passant par Thomas SANKARA, Boukary DABO, Norbert ZONGO, etc.). Il faut que l’opposition CFOP-MPP nous dise clairement que si elle parvenait au pouvoir, tous les crimes économiques depuis 1982 vont être jugés (les détournements constatés dans les sociétés d’Etat et rendus publics, les cantines de milliards de francs CFA retrouvés chez des individus, etc.). Il faut que l’opposition CFOP-MPP s’engage publiquement à éradiquer du Burkina le système actuel de corruption, à freiner le cout de la vie, à accepter les candidatures indépendantes lors des élections. C’est en acceptant ces conditions que nous allons faire front commun avec elle. Autrement chacun se bat de son côté, avec sa banderole : le CFOP-MPP d’un côté, le collectif syndical et ses alliés de l’autre. Et pour le collectif syndical, la lutte continue même quand Blaise aura débarrassé le plancher.

    Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 06:11, par JAH2MOT
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      Ns supplions la CGT-B d’ aider l’armée et la police a se syndiquer car il n’ ya aucun (je dis bien aucun) droit pour eux

      Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 07:00, par zimby
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      Très très bien dit.Après Blaise la lutte continue et sera d’ailleurs plus âpre. Seuls ceux qui ont une plateforme prenant en compte les aspirations et les préoccupations du PEUPLE pourront mobiliser et seront endurants jusqu’à la prise du pouvoir par le PEUPLE LUI MEME.

      Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 07:49, par Tino1
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      Je crois que la CGT-B prend acte du capitalisme libéral qui traverse la société moderne, signant une défaite de l’idéal communiste. Pour un syndicat, ce qui compte prioritairement, c’est la lutte pour les intérêts matériels des travailleurs. Il y a les graves disparités au sein des corps et entre les corps dans les reclassements catégoriels après concours professionnel, la question des coupures de toutes les indemnités pour mise en position de stage suite à un concours professionnel. Bref, la fonction publique burkinabé est un cimetière d’intellectuels qui institutionnalise l’exploitation de l’homme, crée et entretient les inégalités entre les travailleurs. Toute l’attention doit être portée à la révision de la loi 13 et des textes d’orientation aux emplois spécifiques afin de relever et corriger toutes les aberrations. Interpellation !

      Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 07:52
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      C’est vrai mais il faut d’abord y aller par étape c’est-à-dire s’opposer au sénat et à la modification de l’article 37 si on veut espérer un véritable changement à partir de fin 2015 dans la gouvernance de ce pays. Aux élections, chacun devra présenter clairement son programme et ces points doivent y figurer pour un réel changement.

      Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 07:58, par Lepaysdoitavance
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      plateforme
      1.la non mise en place du sénat
      2. la non modification de l’article 37,
      3. La non tenue du referendum
      4. jugement des crimes de sang (depuis le 1er assassinat politique en 1982 de l’ex-ministre de l’intérieur Niézin BADEMBIE jusqu’à nos jours en passant par Thomas SANKARA, Boukary DABO, Norbert ZONGO, etc.)
      5. Jugement des crimes économiques depuis 1982 vont être jugés (les détournements constatés dans les sociétés d’Etat et rendus publics, les cantines de milliards de francs CFA retrouvés chez des individus, etc.).
      6. éradiquer du Burkina le système actuel de corruption, à freiner le cout de la vie,
      7.accepter les candidatures indépendantes lors des elections (planifier a long-terme)
      8.Fonder notre economy politique sur l’education et la science -avec une reorganisation en profondeur de l’enseignement superieur (car c’est ce systeme qui soutiendra tous les autres secteurs)

      Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 08:53, par le grand bogota
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      Mon type, ya des moments ou il faut savoir letter ses differends d cote pour combattre un ennemi commun. Ici au BF, cest le moment. Penses-y.

      Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 07:00, par anta
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Aujourd’hui c’est la fête patronale de Blaise Compaoré. Bonne fête Excellence.Puisse la vie de votre Saint patron vous inspirer.Voici la vie de Saint Blaise selon le Martyrologe catholique :
    "Blaise pourrait venir de blandus doux, ou de Belasius, bela signifie habitude et syor, petit. En effet saint Blaise fut doux en ses discours ; il eut l’habitude des vertus et il se fit petit par l’humilité de sa conduite.

    Blaise excellait en douceur et en sainteté, ce qui le fit élire parles chrétiens évêque de Sébaste ; ville de Cappadoce. Après avoir reçu l’épiscopat, il se retira dans une caverne où il mena. la vie érémitique, à cause de la persécution de Dioclétien **. Les oiseaux lui apportaient sa nourriture, et s’attroupaient véritablement ensemble autour de lui, et ne le quittaient que quand il avait levé les mains pour les bénir. Si quelqu’un d’eux avait du mal, il venait aussitôt à lui et retournait parfaitement guéri. Le gouverneur du pays avait envoyé des soldats pour chasser ; et après s’être fatigués longtemps en vain, ils vinrent par hasard à l’antre de saint Blaise, où ils trouvèrent une grande multitude de bêtes rangées devant lui. Or, n’ayant pu prendre aucune d’elles, ils furent remplis d’étonnement et rapportèrent cela à leur maître, qui aussitôt envoya plusieurs soldats avec ordre de lui amener Blaise avec tous les chrétiens. Mais cette nuit-là même, J.-C. était apparu au saint par trois fois en lui disant : « Lève-toi et offre-moi le sacrifice. » Voici que les soldats arrivèrent et lui dirent : « Sors d’ici, le gouverner t’appelle. » Saint Blaise répondit : « Soyez les bienvenus, mes enfants ; je vois à présent que Dieu ne m’a pas oublié. » Pendant le trajet, qu’il fit avec eux, il ne cessa de prêcher, et en leur présence il opéra beaucoup de miracles. Une femme apporta aux pieds du saint son fils qui était mourant d’un os de poisson arrêté dans la gorge ; elle lui demanda avec larmes la guérison de son enfant. Saint Blaise lui imposa les mains et fit une prière pour que cet enfant, aussi bien que tous ceux qui demanderaient quoi que ce fût en son nom, obtinssent le bienfait de la santé ; et sur-le-champ, il fut guéri.
    Une pauvre femme n’avait qu’un seul pourceau qu’un loup lui ravit ; et elle priait saint Blaise de lui faire rendre son pourceau. Il lui dit en souriant : « Femme, ne te désole pas : ton pourceau te sera rendu. » Et aussitôt le loup vint et rendit la bête à cette veuve. Or, saint Blaise ne fut pas plutôt entré dans la ville que, par ordre du prince ; il fut jeté en prison. Le jour suivant, le Gouverneur le fit comparaître devant lui. En le voyant, il le salua en lui adressant ces paroles flatteuses : « Blaise, l’ami des dieux, soyez le bienvenu. » Blaise lui répondit : « Honneur et joie à vous, illustre gouverneur ; mais n’appelez pas dieux ceux qui sont des démons, parce qu’ils seront livrés au feu éternel avec ceux qui les honorent. » Le gouverneur irrité le fit meurtrir à coups de bâton, puis rejeter en prison. Blaise lui dit : « Insensé, tu espères donc par tes supplices enlever de mon cœur l’amour de mon Dieu qui me fortifie lui-même ? » Or, la veuve à laquelle il avait fait rendre son pourceau, entendit cela ; elle tua l’animal, et en porta la tête et les pieds, avec une chandelle et du pain, à saint Blaise. Il l’en remercia, mangea, et lui dit : « Tous les ans, offre une chandelle à une église qui porte mon nom, et tu en retireras bonheur, toi, et ceux qui t’imiteront. » Ce qu’elle ne manqua pas de faire ; et il en résulta en sa faveur une grande prospérité. Après quoi, le gouverneur fit tirer Blaise de sa prison ; et comme il ne le pouvait amener à honorer les dieux, il ordonna de le suspendre à un, arbre et de déchirer sa chair avec des peignes de fer ; ensuite il le fit reporter en prison.
    Or, sept femmes qui le suivirent dans le trajet ramassaient les gouttes de son sang. On se saisit d’elles aussitôt et on les força de sacrifier aux dieux. Elles dirent : « Si tu veux que nous adorions tes dieux, fais-les porter avec révérence à l’étang afin qu’après avoir été lavés, ils soient plus propres quand nous les (288) adorerons, » Le gouverneur devient : joyeux et fait exécuter au plus vite ce qu’elles ont demandé. Mais elles prirent les dieux et les jetèrent au milieu de l’étang, en disant : « Si ce sont des dieux, nous le verrons. » A ces mots le gouverneur devint fou de colère et se frappant lui-même, il dit à ses gardés : « Pourquoi n’avez-vous pas tenu nos dieux afin qu’ils ne fussent pas jetés au fond du lac ? » Ils répondirent : « Vous vous êtes laissé mystifier par les paroles trompeuses de ces : femmes et elles les ont jetés dans l’étang. » « Le vrai Dieu n’autorise pas les tromperies, reprirent-elles ; mais s’ils étaient des dieux, ils auraient certainement prévu ce que nous leur voulions faire. » Le gouverneur irrité fit préparer du plomb fondu, des peignes de fer ; de plus, il fit préparer d’un- côté sept cuirasses rougies au feu, et il fit placer d’un autre côté sept chemises de lin. Il leur dit de choisir ce qu’elles préféraient ; alors une d’entre elles, qui avait deux jeunes enfants, accourut avec audace, prit les chemises et les jeta dans le foyer, ces enfants dirent à leur mère « O mère chérie, ne nous laisses pas vivre après toi ; mais de même que tu nous as rassasiés de la douceur de ton lait, rassasie-nous encore de la douceur du royaume du ciel » Alors le gouverneur commanda de les suspendre et de réduire leurs chairs en lanières avec des peignes de fer. Or, leur chair avait la blancheur éclatante de la neige et au lieu, de sang il en coulait du lait. Comme elles, enduraient les supplices avec répugnance, un ange du Seigneur vint vers elles et leur communiqua une force virile en disant : « Ne craignez point : un bon ouvrier qui commence bien (289) et qui mène son œuvre à bien, mérite la bénédiction de celui qui le fait travailler ; pour ce qu’il a fait, il reçoit le prix de son labeur, et il est joyeux de posséder son salaire. » Alors le gouverneur les fit détacher et jeter dans le foyer ; mais Dieu permit que le feu s’éteigne et qu’elles sortent sans avoir éprouvé aucune douleur. Le gouverneur leur dit : « Cessez donc d’employer la magie et adorez nos dieux. » Elles répondirent : « Achève ce que tu as commencé, parce que déjà nous sommes appelées au royaume céleste. » Alors il porta une sentence par laquelle elles devaient avoir la tête tranchée. Au moment où elles allaient être décapitées, elles se mirent à genoux et adorèrent Dieu en disant : « O Dieu qui nous, avez ôtées des ténèbres et qui nous, avez amenées à cette très douce lumière, qui nous avez choisies pour vous être sacrifiées, recevez nos âmes et faites-nous parvenir à la vie éternelle. » Elles eurent donc la tête tranchée et passèrent au Seigneur.
    Après cela, le gouverneur se fit présenter saint Blaise et lui dit : « Adore à l’instant nos dieux, ou ne les adore pas. » Blaise lui répondit : « Impie, je ne crains pas tes menaces ; fais ce que tu veux ; je te livre mon corps tout entier. » Alors il le fit jeter dans l’étang. Mais saint Blaise fit le signe. de la croix sur l’eau qui s’endurcit immédiatement comme une terre sèche ; et il dit « Si vos dieux, sont de vrais dieux, faites-nous voir leur puissance et entrez ici. » Et soixante-cinq qui s’avancèrent furent aussitôt engloutis dans l’étang. Mais il descendit un ange du Seigneur qui dit au saint : « Sors, Blaise, et reçois la (290) couronne que Dieu t’a préparée. » Quand il fut sorti, le gouverneur lui dit : « Tu es donc bien déterminé à ne pas adorer les dieux ? » « Apprends, misérable, répondit Blaise, que je suis le serviteur de J.-C. et que je n’adore pas les démons. » Et à l’instant l’ordre fut. donné de le décapiter Quant à Blaise, il pria le Seigneur que si quelqu’un réclamait son patronage pour le mal ’de gorge, ou pour toute autre infirmité, il méritât aussitôt d’être exaucé. Et voici qu’une. voix du ciel se fit entendre à lui, qu’il serait fait comme il avait demandé. Ainsi fut décapité ce saint* avec deux petits enfants, vers l’an du Seigneur 283.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 07:13
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    un jeu bien dangereux auquel vous jouez vous voulez que Blaise parte ! ok. Mais du pouvoir d’achat, ça c’est moins sûre. Je pense que vous devenez comme ces gens qui lorsqu’un automobiliste renverse un cyclomotoriste, vous brulez sans réfléchir l’automobile et brutaliser voir pire, ces occupants. En deux mots c’est vous qui fêtes la loi.mais quand ça va a sens unique, attendez vous a voir tomber a un moment ou un autre sur vous une force qui va se charger de remettre chacun a sa place

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 07:52, par Danton
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Qu’est ce qui vous empêche de joindre vos revendications d’ ordre social aux revendications politiques de l’ opposition ? Je m’interdis de croire que le PCRV-CGTB est et restera l’allié objectif du régime Compaoré !

    Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 11:55, par Le Vigilant
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      franchement, Vous les syndicats on vous voit venir , vous qui disiez que la lutte n’allait pas aller loin avec le CFOB et le Balai citoyen et bien continuer à dormir.. on vous connait avec vos plateformes kilométriques et après vous allez venir nous dire qu’il y a des acquis à 80% sur l’ensemble de la plateforme et qu’il faut arrêter à lutte alors que les points focaux sont restés à l’état.. ce qui mobilise le peuple c’est d’abord l’alternance ensuite on va gérer le social avec celui qui va arriver... Basloma , pardon on vous connait pour avoir monnayé nos luttes pendant 26 ans... le courant de la lutte est fort ou vous suivez le courant ou alors le syndicat est désormais définitivement enterré avec Tollé qui a cru bon de le liquider avant de partir après avoir rempli ses poches... D’ailleurs c’est combien de personne vous pouvez mobiliser. On a vu votre mobilisation le 13 Décembre, sans la contribution du Balai citoyen ça allait être la honte nationale pour vous.. alors tchrrrrrr..

      Répondre à ce message

      • Le 3 février 2014 à 20:16, par yoss
        En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

        Monsieur le vigilant, faudrait vous informer avant d’avancer certains propos. Les luttes engagés de par le passer ont prouvé la mauvaise foi des partis politiques.Ce qui les intéresse c’est le pouvoir et non les intérêts des travailleurs. Voila pourquoi il est plus que nécessaire pour les syndicats de s’assurer que ces partis dit de l’opposition nous proposent leur programme politique afin de savoir si celui ci répond aux attentes des travailleurs. Sinon une foi le pouvoir acquis les syndicats deviennent leur premier ennemi. Comme on aime à le dire, travailleurs ouvrez l’œil et le bon.

        Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 09:54, par NELSON
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Merci à la CGTB nous on prêt pour des vrais combats.Avec ses opposants là qui ont commencé à se pardonner à la place de la nation là c’est pour garer notre lutte. On veut un véritable changement dans le pays ceux qui ont volé le peuple depuis 30 ans doivent rendre des compte ceux qui ont tué également... Si on est pas vigilants et que c’est les m^mes qui reviennent au pouvoir, on est foutu !

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 10:52, par lefrustré
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    il faut que les syndicats prennent leur responsabilité.Ce regine depuis la nuit des temps n’a jamais resolu les problèmes mais les deplacent à chaque fois.Moi je pense qu’il faut aller en grève illimitée jusqu’à obtenir satisfaction comme dans les autres pays.Les syndicats perdent leur temps en cherchant à dialoguer avec ce gouvernement irresponsable

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 10:56, par Yes
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    Bien dit M. Bazie. Nous ne devons pas être limité dans cette lutte sur des points qui permettront au personnes du même système de se retrouver encore au pouvoir et continuer les meme choses. Il faut que les questions cruciale de la vie sociale du burkinabé soient intégrer dans la plate-forme pour éviter ce que le peuple sénégalais vie avec Maquis aujourd’hui après le départ de Wade.

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 11:21, par TIENFOLA
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    48 heures de gréve ne dit absolument rien à ce parti au pouvoir. il faut des actions fortes de la part des syndicats pour les faire entendre raison. 72 heure de gréve était bien pour commencer. après on passe à une gréve illimitée. Blaise et son CDP ne connaissent le prix du carburant, le pain l’huile le riz, le mais, etc. il faut les faire descendre de leur piédestal.

    Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 13:12, par L’étalon
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      très bien dit. Tu es un homme courageux, lucide, intrépide et aimant profondément ton pays le BF.
      Sâche que tu verras tjrs derrière toi les militants, le peuple réel qui croupit dans la misère derrière toi contrairement à certains S.G de syndicat qui résonnent et marchent à contre courant des intérêts de la masse populaire , des prolétaires du Faso comme El hadj NAMA Mamadou et autres.
      Bravo et merci Mr B- BAZIE à toi et à toute ton équipe.
      Le peuple s’aura reconnaître ses défenseurs de ses détracteurs, de ses fossoyeurs en ces temps difficiles mais déterminants.

      Répondre à ce message

  • Le 3 février 2014 à 13:35, par Cvile servant
    En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

    S’il vous plait chers opposants, ne calculez même pas ces gens ! Ce que eux ils connaissent c’est déposer une plateforme foure-tout et lancer une grèvette de 48 heures et c’est fini. Les travailleurs même ont commencé à comprendre que l’amelioration de leurs conditions de vie est le dernier de leur souci. Ils s’appuyent sur le syndicat pour vous faire une place au soleil et ils font une erreur en croyant que les militants leurs sont soumis. Je suis syndiqué et je participent aux marches non pas parce que ça plait aux responsables syndicaux mais parceque le combat est juste. En juin l’opposition avait bel et bien intégré les intérèts des travailleurs dans leur platforme et on a otenu quelquechose. Pendant ce temps, vous qui êtes sensé défendre ces intérèts là, vous étiez en pélerinage avec le gouvernement. Détrompez vous ; vouz n’allez pas prendre en ottage notre lutte pendant longtemps.

    Répondre à ce message

    • Le 3 février 2014 à 22:27, par dramane
      En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

      A vous lire que ce soit l’opposition ou la majorité chaque camp à sa raison, mais soyons réalistes. Le peuple a faim, le peuple a peur de tombé malade, le peuple n"a pas les moyens pour inscrire ses enfants. Résolvons nos problèmes et gérer votre pouvoir c’est ce que je vous demande. Que le bon sens nous guide.

      Répondre à ce message

      • Le 4 février 2014 à 08:59, par Le conseiller Technique
        En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

        Il est grand temps que les choses changent Soyons sérieux, après 27 ans de règne ,ce régime n’a plus d’idées novatrices. Qu’il laisse la chance à d’autres de gérer ce pays dans la paix. Qu’ils acceptent reconnaître leur limites. BLAISE COMPAORE a tout donné pour ce pays mais il faut qu’il accepte l’alternance.

        Répondre à ce message

      • Le 4 février 2014 à 09:05, par Le conseiller Technique
        En réponse à : Situation nationale : Le collectif syndical CGT-B harmonise ses positions

        Que le peuple reste debout comme un seul homme pour l’amélioration de ses conditions de vie.Ce pays est riche mais cette richesse profitent à une minorité.
        Les DG,Ministres,PDG,.......La majorité croupis dans la misère. Le fonctionnaire burkinabè tire le diable par la queue et la jeunese manque d’emploi. Aucune politique de motivation de fonctionnaire ,ni de prise en charge de jeunes diplomés. Ce pays va à la dérive tant que il y aura pas de changement

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés