Ministère de l’économie et des finances : des agents réclament leurs indemnités

jeudi 30 janvier 2014 à 00h39min

Des agents du Ministère de l’Economie et des finances (MEF) tiennent les 29 et 30 janvier 2014, un sit-in pour réclamer « l’application effective d’un protocole d’accord » signé en juin 2011 avec le gouvernement. Ils menacent de passer à des grèves renouvelées de 72 heures si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ministère de l’économie et des finances : des agents réclament leurs indemnités

Pour la première journée de leur manifestation, ils étaient ce mercredi plusieurs dizaines à investir les locaux du Ministère de l’Economie et des Finances. A l’aide de sifflets et d’appareils de sonorisation, ils avaient réussi à installer un grand vacarme. Lançant des slogans hostiles à leurs responsables, ils étaient visiblement déterminés à se faire entendre. Eux, ce sont des agents mécontents du MEF. L’objet de la manifestation est d’exiger de leur ministre de tutelle, Lucien Bembamba, « l’application effective du protocole d’accord de 2011 et la relecture de la grille indemnitaire et salariale ».

Suite à des manifestations sévèrement réprimées par la Police en 2011, les agents grévistes du Ministère de l’Economie et des Finances avaient fini par obtenir du gouvernement de revoir leur situation. Un protocole d’accord avait alors été paraphé entre les deux parties. Il s’agissait pour le gouvernement de doter à tous ceux qui n’en avaient pas encore droit d’une indemnité de responsabilité financière et d’une prime de rendement. La signature de ce protocole avait ramené le calme dans les rangs des financiers. Mais voilà, selon les grévistes, que deux ans après la signature de l’accord, aucun point n’a été mis en application. « Nous voulons rappeler aux responsables les engagements qu’ils avaient pris en 2011. Car nous les avions obtenus après une lutte farouche », a expliqué Mohamed Savadogo, secrétaire général du Syndicat National des Agents des Finances (SYNAFI).

Le dialogue reste possible

Ce mouvement de protestation est le 2e du genre en deux semaines. A la première manifestation, les agents avaient été reçus par le secrétaire général du MEF, Tibila Kaboré. Selon Mohamed Savadogo, M. Kaboré avait réitéré la position du Ministre qui est de revenir à la table des négociations. « En réalité, ce n’est pas un dialogue car les responsables viennent avec une position figée », a indiqué le secrétaire général de SYNAFI.

Le Ministre étant absent, le secrétaire général « en mission », il n’y avait plus que la directrice des ressources humaines (DRH) qui pouvait parler à la presse. « En réunion quelque part dans la ville », jointe au téléphone, elle a laissé entendre que « le dialogue était toujours possible et que les portes de l’administration restaient ouvertes à cet effet ». Mais comment expliquer que deux ans après la signature du protocole, il n’est pas mis en œuvre ? « Nous sommes en négociation avec les grévistes pour cela », a-t-elle rétorqué.

Face à cette situation, les agents mécontents menacent de passer dans les prochains jours à la phase de grèves renouvelées de 72 heures pour obtenir l’application de l’accord. C’est donc un bras de fer qui s’engage entre les grévistes et les responsables du MEF ? Quelle en sera l’issue ? wait and see.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés