Développement local : Les maires UPC à l’école de la nomenclature budgétaire

mardi 28 janvier 2014 à 22h35min

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a réuni ses élus locaux pour les outiller en matière d’élaboration et d’exécution du budget communal. C’était ce mardi 28 janvier 2014 à Ouagadougou, en présence du président du parti, Zéphirin Diabré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Développement local : Les maires UPC à l’école de la nomenclature budgétaire

A la faveur des élections couplées (législatives et municipales) de 2012, l’UPC compte 19 maires. A ceux-ci, le parti de Zéphirin Diabré entend inculquer sa vision et sa manière de gérer les communes sur le plan local. Il s’agit de montrer comment le parti souhaite imprimer sa vision du développement local. En effet, pour le président Diabré, il faut que le changement pour lequel se bat l’UPC, soit perceptible dans la manière dont les maires élus sous sa bannière, gèrent leur commune.

Il se trouve, précise le député-maire de Diébougou, Nicolas Dah, que le point névralgique de la gestion locale, c’est la gestion des finances communales. D’où la présente rencontre dans l’optique de donner aux maires UPC de disposer de connaissances pratiques en matière de nomenclature budgétaire. Toute chose qui leur permettra, espère-t-on à la direction de l’UPC, de faire de bonnes prévisions budgétaires dans une démarche participative.

Ce fut également pour les participants une occasion de partage d’expériences entre maires sur la gestion d’une commune. Naturellement, qu’ils se connaîtront mieux- la rencontre du jour étant la première du genre - et voudront se donner la main pour conduire la mission du changement qui, relève Zéphirin Diabré, « doit se traduire sur le terrain par un certain nombre d’actes concrets au profit des populations ». Encore faut-il que le maire ait des qualités objectivement louables.

Le maire UPC, c’est un maire…

Et selon Zéphirin Diabré, un maire UPC sur le terrain, doit être un « maire intègre, très honnête ». Car, précise-t-il, « Nous à l’UPC, nous ne voulons pas entendre parler de problèmes dans la gestion des parcelles, ou de dilapidation des fonds ».

Le maire UPC doit aussi avoir à l’esprit, la question de la participation citoyenne. « Il faut que nos maires gèrent les communes de manière à être en liaison étroite avec les populations », a martelé le président Diabré.

En sus, le maire UPC doit se familiariser avec la vision d’un développement mieux partagé. Ce qui commence, de l’avis de Zéphirin Diabré, « par une lutte implacable contre tout ce qui s’apparente à de la pauvreté », en faisant en sorte, entre autres, « que les infrastructures de base dont les populations ont besoin soient là, et que l’ensemble des initiatives que l’on peut prendre pour que la souffrance des populations soit allégée, le soit aussi  ».

Il est également important, note le président Diabré, « que nos maires aient une vision du développement équilibré ; qu’il n’y ait pas de sectarisme, de différenciation ou de discrimination ».

Au-delà, il est attendu à la direction de l’UPC, que les maires « soient des citoyens exemplaires, respectueux, sachant assurer la cohésion et l’harmonie au sein des communes dont ils ont la charge  ».

Conseillers UPC de l’Arrondissement N°4 de Ouaga, victimes d’épuration

L’actualité politique nationale, Zéphirin Diabré en a aussi parlée à l’occasion de la rencontre du jour. Abordant la question de la reprise des élections municipales en février prochain dans certaines communes, il dit regretter « l’instrumentalisation des conseillers pour qu’ils ne viennent pas aux sessions du Conseil municipal ». Et à l’Arrondissement N°4 de la Commune de Ouagadougou où l’UPC devra reprendre les élections municipales le 23 février 2014, certains candidats du parti qui faisaient pourtant partie – au compte de l’UPC - du conseil municipal dissout, ont été recalés à l’occasion d’élections primaires. C’est du moins, ce qu’a confié Zéphirin Diabré. Il n’y a donc pas eu de défection à l’UPC comme annoncée sur la place publique, a précisé le président Diabré ; seulement, certains militants ont été victimes d’une démarche d’épuration entrant dans le cadre de l’établissement de la liste de candidats à la compétition à venir.

Autre exécutif local à problème, c’est celui de Kando dirigé par un maire UPC, en la personne de Rabi Yaméogo. Le blocage de ce conseil municipal a été constaté, confie le maire, par le Haut-commissaire compétent en novembre dernier, lors de la session budgétaire qui n’a pu réunir la majorité absolue des conseillers. En effet, explique le maire Yaméogo, depuis l’installation du conseil en mars 2013, les élus CDP n’ont jamais pris part aux sessions. Or, aucun des partis (UPC, UPR, CDP) représentés au sein du Conseil ne dispose de la majorité requise pour les sessions. Sans doute que ce Conseil – qui ne fonctionne plus depuis près de deux mois - fera aussi l’objet d’une décision de dissolution.

Bon vent aux démissionnaires du CDP

L’actualité politique nationale, c’est aussi la dislocation du parti au pouvoir – le CDP - avec la démission de ses principaux fondateurs, puis la création d’un nouveau parti politique par les démissionnaires. En cela, Zéphirin dit avoir un motif de satisfaction, car, « l’adversaire principal » de son parti « s’est coupé en deux morceaux ». Mieux, précise-t-il, « aucun des morceaux ne peut à lui seul, dominer la scène politique ».

« C’est une bonne chose », c’est en ces termes que le président de l’UPC a apprécié la naissance du parti – le MPP – des démissionnaires du CDP. Et d’ajouter, «  ils (ndlr : les démissionnaires du CDP) ont souhaité venir à l’opposition ; nous les accueillerons de manière républicaine ».

« Nous, nous pensons que dès lors que nous sommes d’accord sur la plate-forme actuelle, celle du Sénat et de l’article 37, on peut cheminer ensemble  », a-t-il poursuivi ; avec la précision que cette plate-forme peut trouver à être élargie.

En attendant, « Je leur (ndlr : les démissionnaires du CDP) souhaite bon vent ; je souhaite qu’ils puissent être une force qui contribue durablement à l’avenir de ce pays », a laissé entendre Zéphirin Diabré.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés