Gouvernance du secteur de la sécurité : Quel rôle pour la société civile ?

lundi 27 janvier 2014 à 10h55min

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé un atelier autour du thème : "Le rôle des acteurs non étatiques dans la gouvernance de la sécurité au Burkina Faso". C’était le 24 janvier 2014 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Gouvernance du secteur de la sécurité : Quel rôle pour la société civile ?

Le CGD a fait le constat qu’il existe un déficit d’implication des acteurs non-étatiques dans le domaine de la gouvernance du secteur de la sécurité, alors même que le phénomène de l’insécurité avance à pas géant et multiforme, s’imposant ainsi comme une source de préoccupations pour l’ensemble des citoyens. D’où le présent atelier pour, à la fois, mettre au centre des échanges la question de la sécurité non seulement à l’échelle nationale, mais aussi au plan régional, et indiquer que la gouvernance du secteur de la sécurité ne doit plus être l’apanage des seules autorités publiques, mais une préoccupation de la société civile aussi.

Organisé avec l’appui technique du Centre pour le contrôle démocratique des forces armées (DCAF) basé à Genève, c’est un atelier qui vise, précise le Professeur Augustin Loada, Directeur exécutif du CGD, « à renforcer les capacités des organisations de la société civile, et en particulier du CGD dans le domaine de la gouvernance du secteur de la sécurité ». L’occasion a été celle, et de la définition du rôle de la société civile dans la gouvernance du secteur de la sécurité et de l’identification des pistes de recherches sur la problématique de l’insécurité.

L’on retiendra que les OSC, ainsi que les médias, ont un rôle à jouer dans le domaine de la sécurité, qu’il s’agisse de rôle en termes de réflexion, de propositions, qu’il s’agisse de rôle en termes d’évaluation des performances des services qui sont rendus par les agents de la sécurité. Toute chose qui permettra, à en croire le Contrôleur général de Police, Thomas Dakouré, au département en charge de la sécurité, « d’avoir une vision plus claire du rôle que la société civile burkinabè pourrait jouer dans la gouvernance de la sécurité au Burkina Faso, en tenant compte du contexte et de nos réalités ».

Et au nom du ministre de l’Administration territoriale et de la sécurité qu’il a représenté à l’atelier, M. Dakouré a émis le souhait que ledit atelier marque le début d’une plus grande collaboration entre le département en charge de la sécurité et les OSC sur la question de la sécurité plus axée désormais sur une dimension assez humaine.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés