Groupe parlementaire ADJ : Bilan satisfaisant après la session budgétaire

mardi 21 janvier 2014 à 23h43min

Mardi 21 janvier 2014, les députés du groupe parlementaire ADJ, Alternance Justice Démocratie ont animé une conférence de presse au siège du Chef de file de l’opposition. L’exercice avait pour but de faire le point après la tenue de la deuxième session parlementaire dite budgétaire de l’année 2013.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
                    Groupe parlementaire ADJ : Bilan satisfaisant après la session budgétaire

C’est le président du groupe parlementaire, Ibrahima KONE qui a animé la conférence de presse. Il avait à ses côtés les députés Bénéwendé SANKARA, Ablassé OUEDRAOGO et le Dima de Boussouma. Pour eux il s’agit d’un exercice de redevabilité auxquels ils ont décidé de sacrifier de façon régulière.

En termes de bilan les députés ont porté à la connaissance de l’opinion les éléments suivants :
Sur les 19 projets de loi qui ont soumis à la sanction du Parlement, l’ADJ a voté contre six projets de loi «  car n’étant porteurs de véritable politique de changement pour le bien-être de la population et pour l’ancrage de la démocratie. »

Autre bilan c’est celui du contrôle de l’action gouvernementale. Sur ce point ADJ « a interpellé l’exécutif à travers une question d’actualité et treize questions orales dont une avec débats  ».

En termes de perspectives, les élus estiment que 2014 sera pour eux, une année d’expression profonde des aspirations populaires.

Relèvement qualitatif du niveau des débats

Dans le fond le groupe parlementaire se félicite d’avoir contribué à relever de manière significative le niveau des débats au sein de l’hémicycle. Un résultat qu’il met sur le compte de la qualité des personnalités qui composent le groupe.

Ces derniers selon le député Ablassé OUEDRAOGO ont par exemple attiré avec succès l’attention du gouvernement sur l’intérêt de ne pas se précipiter sur la question du code minier ; mais plutôt à tenir compte de la réalité actuelle du contexte afin de mieux apprécier la situation pour ne pas fermer la porte à des investissements au pays.

L’une des déceptions relevées par les députés reste cependant le retrait par le gouvernement « sous la pression des députés du CDP » du projet de loi sur la corruption. Et ce alors même que selon Ibrahima KONE la mobilisation était générale autour de cette initiative. Pour autant ces derniers refusent de baisser les bras et insistent sur le maintien d’une ligne constante dans l’action.

Juvénal SOME

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés