Eglise du Burkina : Les évêques invitent les acteurs de la vie politique à cultiver l’amour de la patrie et de l’unité nationale et avoir le sens de la responsabilité

lundi 20 janvier 2014 à 01h31min

A la fin de leur assemblée plénière tenue à Koumi (Bobo-Dioulasso) du 13 au 17 janvier, les évêques du Burkina livrent un message où ils se réjouissent de la nomination de Mgr Philippe Ouédraogo comme cardinal et où ils interpellent les acteurs politiques et les hommes de bonne volonté sur la situation nationale.

Eglise du Burkina : Les évêques invitent les acteurs de la vie politique à cultiver l’amour de la patrie et de l’unité nationale et avoir le sens de la responsabilité

Aux fils et filles de l’Église Famille de Dieu au Burkina Faso
Et aux hommes de bonne volonté.

1. Que la Paix et la grâce de Notre Seigneur Jésus Christ soient toujours avec vous !

2. Les évêques du Burkina Faso et du Niger, comme de coutume à la même période, se sont réunis cette année du 13 au 17 janvier 2014 dans l’enceinte du Grand Séminaire Saint Pierre Claver de Koumi pour traiter de la vie de nos grands séminaires. A l’issue de notre rencontre, nous, vos pères évêques du Burkina, avons jugé opportun de vous adresser une lettre, pour partager avec vous, nos joies et nos préoccupations du moment car, « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ » (GS 1).

3. Ainsi, tout en bénissant Dieu pour les vocations florissantes dans notre Eglise Famille de Dieu au Burkina Faso, nous nous réjouissons également avec vous du cadeau du nouvel an que nous a fait le Saint Père, le Pape François, en donnant à notre Église Famille de Dieu un cardinal. Nous avons tous appris le dimanche 12 janvier dernier que Mgr Philippe OUEDRAOGO, archevêque métropolitain de Ouagadougou sera créé cardinal lors du consistoire du 22 février 2014 à Rome. C’est avec une fierté légitime et une joie non dissimulée que nous avons tous accueilli la nouvelle. En effet, depuis le décès (juin 2000) du Cardinal Paul ZOUNGRANA, de vénérée mémoire, nous étions comme en attente. A présent, notre attente est comblée. Que le nom du Seigneur soit béni ! Notre filiale reconnaissance à l’endroit du Saint Père ! Nos vives félicitations et nos encouragements à notre nouveau cardinal et à tous.

Au-delà de celui en qui le Saint Père a placé sa confiance en le nommant pour l’aider dans le gouvernement de l’Église universelle, c’est sur toute notre Église Famille de Dieu qu’il a daigné jeter un regard de bienveillance paternelle. C’est pourquoi, pensons-nous, si nous avons été ainsi honorés et notre dynamisme revalorisé, de nouveaux défis nous sont lancés pour « avancer au large » dans l’annonce de l’Évangile. Nous vous invitons donc à redoubler d’ardeur dans la prière, pour notre Église-Famille en général et pour le Cardinal Philippe OUEDRAOGO en particulier, afin que par lui et par nous tous, le règne de Dieu continue de s’étendre sur cette terre bénie du Burkina Faso et dans le monde entier. Cela, en attendant de rendre grâce à Dieu avec le Cardinal lors du pèlerinage national qui aura lieu le 2 mars prochain sur la colline de Yagma.

4. Tournant notre regard vers la situation nationale, nous voudrions inviter les fils et filles de l’Église Famille de Dieu en premier mais aussi toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté, à continuer de prier pour la paix et la cohésion sociale dans notre cher pays.

A côté de nos frontières et un peu plus loin, des foyers de tensions sociopolitiques se sont embrasés et nul ne sait quand ni comment ils vont s’éteindre. Et quand on les aura éteints, ils laisseront à coup sûr des séquelles irréparables et des traumatismes irrémédiables. Pour nous éviter de tels drames, nous vous invitons tous, chers fils et filles de l’Église Famille de Dieu, et vous tous hommes et femmes de bonne volonté à faire preuve de calme et de retenue. Nous demandons particulièrement aux acteurs de la vie politique de cultiver l’amour de la patrie et de l’unité nationale d’avoir le sens de la responsabilité, du respect mutuel et de la considération réciproque pour éviter de compromettre la paix si chère à tout être humain. La paix est un don de Dieu, mais aussi le fruit des efforts des hommes.

Nous vous invitons surtout à prier sans cesse comme nous le demande l’apôtre Paul dans sa lettre à Timothée : « Je recommande donc, avant tout, qu’on fasse des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâces pour tous les hommes, pour les rois et tous les dépositaires de l’autorité, afin que nous puissions mener une vie calme et paisible en toute piété et dignité. Voilà ce qui est bon et ce qui plaît à Dieu notre Sauveur, lui qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1Tm 2,1-4)

En vous confiant tous à la protection de Notre Dame de la Paix, nous prions Dieu qu’Il vous bénisse et bénisse le Burkina Faso. Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous ! Amen !

Donné à Koumi le 16 janvier 2013

Vos Archevêques et Évêques
- S. E. M. le Cardinal Philippe OUEDRAOGO, Archevêque de Ouagadougou
- S. E. Mgr Paul OUEDRAOGO, Archevêque de Bobo-Dioulasso, Président de la CEBN
- S. E. Mgr Séraphin François ROUAMBA, Archevêque de Koupéla
- S. E. Mgr Lucas Kalfa SANON, Évêque de Banfora
- S. E. Mgr Thomas KABORE, Évêque de Kaya
- S. E. Mgr Joseph SAMA, Évêque de Nouna
- S. E. Mgr Joachim OUEDRAOGO, Évêque de Koudougou
- S. E. Mgr Jude BICABA, Évêque de Dédougou
- S. E. Mgr Der Raphaël DABIRE, Évêque de Diébougou
- S. E. Mgr Justin KIENTEGA, Évêque de Ouahigouya
- S. E. Mgr Gabriel SAYAOGO, Évêque de Manga
- S. E. Mgr Modeste KAMBOU, Évêque de Gaoua
- S. E. Mgr Pierre Claver MALGO, Évêque de Fada N’Gourma
- S. E. Mgr Prosper KONTIEBO, Évêque de Tenkodogo
- S. E. Mgr Laurent DABIRE, Évêque de Dori
- S. E. Mgr Léopold Médard OUEDRAOGO, Évêque auxiliaire de Ouagadougou

Messages

  • Hommes de Dieu, vous avez de tout temps fait votre devoir envers la Nation burkinabè par vos appels à la paix. Je suis particulièrement touché par votre appel à "cultiver l’amour de la patrie et de l’unité nationale d’avoir le sens de la responsabilité, du respect mutuel et de la considération réciproque".
    Aimer sa patrie, c’est aimer ses habitants en leur donnant le respect à tous,riches comme pauvres et à ne pas semer la discorde.
    Briser le consensus, ne pas respecter sa parole donnée à toujours été source de discorde. Je prie avec vous afin que notre pays soit débarrassé du mal..

  • "Nous vous invitons donc à redoubler d’ardeur dans la prière, pour notre Église-Famille en général et pour le Cardinal Philippe OUEDRAOGO en particulier, afin que par lui et par nous tous, le règne de Dieu continue de s’étendre sur cette terre bénie du Burkina Faso et dans le monde entier. Cela, en attendant de rendre grâce à Dieu avec le Cardinal lors du pèlerinage national qui aura lieu le 2 mars prochain sur la colline de Yagma".

    Kato m’dwella Wendé, I bark, bark. Sida ed wuma gomdan. Tond mé na "Kellintuba"

  • Dieu vous benisse et vous donne la force de continuer votre ministere

  • Merci Pour votre message

  • Félicitation l’église famille et merci pour votre message !!

  • Je rend Grâce à DIEU pour la fidélité et la constance avec laquelle vous ne cesser d’interpeller le peuple du Burkina Faso à cultiver des vertus d’intégrité, de solidarité, d’unité et d’amour pour la Patrie. Oui ! Vous le dites si bien, "La paix est un don de Dieu, mais aussi le fruit des efforts des hommes". En vous écoutant et en faisant l’effort de vous suivre, nous ferons du Burkina Faso une Nation paisible et prospère. Encore merci chers Pères Archevêques et Évêques. Que DIEU TOUT PUISSANT vous exauce et bénisse le BURKINA FASO. Ameeennnn.

  • Merci Pères Evêques pour vos conseils ! Nous demandons à tous de tirer leçon de ces conseils pour la paix dans notre pays et le salut des hommes !

  • Merci pour ce message et pour tout le travail que vous abattez.
    Voilà plus de 100ans que l’Eglise-famille de Dieu dans le Lyolo (les Paroisses de Réo, Ténado, Didyr, Zoula, Kordié ) est née et prospère sous vos bons hospices. Nous avons célébré ensemble le jubilé d’or à Réo et nous espérons, nous fidèles chrétiens du Lyolo, que vous nous gratifierez du cadeaux tant attendu mais en vain et nous attendons toujours un geste de votre part.(je parle de l’érection du Lyolo en diocèse : diocèse de Réo).
    Beaucoup de facteurs militent en faveur de cela.
    Sans m’étaler sur ces facteurs que vous n’ignorez point et j’en suis convaincu, offrez-nous cette grâce juste pour le bonheur de notre Eglise-famille de Dieu.

  • Message bien reçu ! nous prierons pour que nos autorités puisssent avoir la sagesse nécessaire afin de ne pas alterer cette paix qui est si chere à nous

  • Au lieu de nous envoyer ces lettres dites pastoralles, pouvez- vous pour une fois publier le compte-rendu de votre réunion pour question de treansparence envers leurs fidèles ? Ou bien vous pensez que les sujets pour lesquels vous discutez ne concernent pas les fidèles et le peuple ? Merci

  • "Avoir le sens de la responsabilité"

    Son SE Blaise COMPAORE, les populations pauvres (Pas les politiciens) ont les jeux tourné vers vous ! Vous avez leur destin entre vos mains ! Prenez bonne note et agissez au non de Dieu et vous serrez bénis !
    Que le nom du Seigneur soit loué, Amen !!

  • "Avoir le sens de la responsabilité"

    SE Blaise COMPAORE, tout le peuple (pas les politiciens mais la basse classe) a peur actuellement. Son destin est entre vos mains.
    Que ce appel traverse votre corps comme l’eau fraiche traverse la gorge de quelqu’un qui est rentré de la battue au village par la grâce de Dieu, amen !

  • Salut les fręres. Pas besoin de vous tirailler sur ce. L’église catholique prend des positions salutaires pour l’ensemble du peuple burkinabę sans distinction de religion ou de bord politique. Je pense que c’est là une juste position pour qui cherche la justice. cette prise de position a manqué dans pas mal de pays où les populations sont entrain de s’entretuer. Heureusement plur le Faso qu’il y a des gens pour tirer à chaque fois sur la sonnette d’alarme. Heureux celui qui se bat pour la justice et l’équité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés