Palais de justice : « Le tribunal ne doit pas encourager les enquêtes erronées »

jeudi 9 janvier 2014 à 16h12min

Le conseil des prévenus Seydou et Alidou poursuivis pour vol et recel d’engins à deux roues et sac contenant des téléphones, commis à Bobo-Dioulasso et à Houndé a enjoint le Tribunal à ne pas considérer les résultats de l’enquête de la police judiciaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Une enquête qu’il trouve erronée en raison des irrégularités de détention de garde à vue à la gendarmerie et un certain ‘’forcing’’ dans les déclarations. Employés de commerce, les deux prévenus sont des repris de justice qui date de 2006. Si Seydou reconnaît partiellement les faits de vol, son acolyte Alidou réfute toute accusation. « Je reconnais avoir volé une moto sur un site aurifère à Houndé. Je l’ai fait envoyer à Alidou pour la revendre à 125 000 FCFA », avait déclaré Seydou en enquête préliminaire. Selon les résultats de ladite enquête, Seydou aurait remis l’engin à un certain Marcel détenu à la maison d’arrêt et de correction de Boromo pour vente. Devant les juges, Seydou soutient ne pas connaître Marcel. « J’ai toujours opéré seul », a-t-il dit.

Entendu par le parquet de Bobo-Dioulasso, Marcel soutient le contraire de ce que déclare Seydou. Il soutient avoir reçu des mains du prévenu un engin volé. Quant à Alidou qui est poursuivi pour recel et vol de téléphones portables, il a déclaré aux juges que les dits téléphones lui appartiennent. « Il est vrai que je n’ai pas fourni les reçus des téléphones, mais c’est parce que je n’ai pas jugé utile de les prendre avec celui avec qui je les ai achetés », a-t-il dit. Il ne reconnaît pas non plus avoir recelé un engin volé par Seydou. Les deux sont restés en garde à vue pendant un mois à la gendarmerie. Ce que leur conseil juge d’irrégulier. « Une garde à vue ne doit durer deux semaines. J’ai comme l’impression qu’il y a un acharnement sur les prévenus », a-t-il déploré. Avant de poursuivre que : « l’on tourne autour des résultats de l’enquête préliminaire qui, à mon avis n’est ni clair, ni exact ».

D’où son invite au Tribunal à ne pas encourager les enquêtes quelques fois erronées de la police judiciaire. A-t-il donc plaidé pour la relaxe de ses clients des fins de poursuite. Contrairement au parquet qui estime que les faits sont établis en ce que les prévenus ont reconnus les faits en enquête préliminaire avant de rester dubitatif pendant les débats à l’audience. Ils échappent toutefois à la révocation de sursis, mais ils ne sont pas des délinquants primaires. D’où la requête de 24 mois de prison ferme et une amende de 200 000FCFA. Le Tribunal a relaxé Alidou et ordonné la restitution des téléphones. Seydou a par contre écopé d’une peine de trois ans ferme après la requalification de son acte de complicité de vol.

« C’est la première fois que je vole »

Vingt-et-un (21) ans, Abdoul Razak est employé de commerce à Bobo-Dioulasso. Il a comparu à la barre du tribunal de grande instance pour vol et recel de mouton. Les faits remontent, en effet, au 17 décembre 2013. Il dit avoir constaté que derrière le kiosque où il a l’habitude de prendre son café, était toujours attaché un mouton. L’idée de le voler lui est passée par la tête. Ce qu’il a tenté de faire. Razak ne rejette pas les faits qui lui sont reprochés. Pour le recel, il soutient qu’il ne savait pas qu’il s’agissait d’une affaire louche. Le parquet dans son réquisitoire a requis de requalifier les faits de vol en tentative de vol et le condamner à 6 mois de prison ferme. Il a écopé d’une peine de 12 mois de prison avec sursis et d’une amende de 300 000 FCFA.

Rassemblés par Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 janvier 2014 à 14:23, par femme
    En réponse à : Palais de justice : « Le tribunal ne doit pas encourager les enquêtes erronées »

    Ont ce rappel de l’enquete de la police judiciaire de Bobo dans l’affaire des délégués du personel de FILSAH déféré à la maison d’arrèt ! Et moins d’un mois après un travailleur de la FILSAH à été arrèté en flagrant délie de vole par la meme police et libéré immédiatement après parceque t’il est le neveu d’un haut placé. Héeée mon BURKINA,la corruption quand tu nous tiens ! Hum.....

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2014 à 14:43, par femme
    En réponse à : Palais de justice : « Le tribunal ne doit pas encourager les enquêtes erronées »

    Ont ce rappel de l’enquete de la police judiciaire de Bobo dans l’affaire des délégués du personel de FILSAH déféré à la maison d’arrèt ! Et moins d’un mois après un travailleur de la FILSAH à été arrèté en flagrant délie de vole par la meme police et libéré immédiatement après parceque t’il est le neveu d’un haut placé. Héeée mon BURKINA,la corruption quand tu nous tiens ! Hum.....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés