Guilllaume Soro, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire : « Blaise Compaoré est un monument vivant de bon sens et une réserve d’expérience politique précieuse pour nous tous »

vendredi 10 janvier 2014 à 12h29min

A la tête d’une importante délégation dépêchée par le président Alassane Ouattara, Guillaume Soro était dans notre capitale mardi 7 janvier pour rencontrer les protagonistes de la crise qui secoue le CDP. Sur les tractations qu’il a menées pour essayer de rapprocher les différentes parties et sur les perspectives politiques du Burkina, il se prononce dans cet entretien que nous avons réalisé en ligne avec lui.

 Guilllaume Soro, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire : « Blaise Compaoré est un monument vivant de bon sens et une réserve d’expérience politique précieuse pour nous tous »

Comment réagissez-vous aux dissensions et démissions que connaît le parti présidentiel au Burkina ?

Vous savez, je me dois avec probité et insistance de dire que je respecte scrupuleusement le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats étrangers, et a fortiori des partis politiques des pays étrangers. Cette neutralité est une clause de bon voisinage bien connue en droit international. Je n’ai donc pas d’avis décisif à donner dans les affaires intérieures du Burkina Faso. J’admire d’ailleurs la vitalité démocratique de ce pays.

Cependant, vous me posez certainement cette question parce que votre pays est voisin du mien, parce que les Ivoiriens et les Burkinabè sont des frères adoptifs et parce que le Burkina Faso partage, comme chacun le sait, une riche histoire et une grande communauté destinale avec la Côte d’Ivoire. Tout le monde sait aussi bien que le Président Compaoré m’est absolument précieux. Nul n’ignore les relations fraternelles qui me lient à Roch Christian Kaboré.

Je dirais donc avec toutes les précautions qui s’imposent que la stabilité du Burkina Faso est un enjeu sous régional et même continental. La paix, le progrès et l’union des Burkinabè ne sont pas seulement précieux pour le peuple Burkinabè, mais pour tous nos Etats. L’évolution positive du Burkina Faso ces trois dernières décennies est l’un des fondements de notre commune espérance d’une Afrique de l’Ouest de mieux en mieux intégrée, démocratique, dynamique et prospère.

Je suis donc convaincu que nos aînés et frères Burkinabé, mesurant les enjeux que revêt pour nous tous, la poursuite d’une saine compétition démocratique chez eux, sauront amplement privilégier les voies du dialogue, de la négociation, du compromis et surtout de la souveraineté démocratique populaire, pour trancher les différends légitimes qui peuvent provisoirement apparaître entre eux. Dans la vie politique en général, les gens vont et viennent. Là n’est pas le drame. L’essentiel est que l’intérêt général de la Nation soit sauf et que tous recourent aux voies légales et légitimes pour le préserver. La colombe de paix et l’aigle scrutant l’avenir, doivent veiller sur le Faso, pour le dire en métaphore.

Quelles conclusions tirez-vous des tentatives de rapprochement que vous avez entreprises ?

J’ai franchement envie de vous dire que je sais que le Président du Faso, S.E. Blaise Compaoré est un monument vivant de bon sens et une réserve d’expérience politique précieuse pour nous tous. Les liens qui m’unissent au président Compaoré sont sacrés. Avec quelqu’un comme mon très cher doyen Roch Christian Kaboré, ancien président de l’assemblée nationale, ils sont condamnés à s’entendre. Les véritables rapprochements politiques ne se font pas sur la base des humeurs ou des caprices de l’instant, mais sur le fond d’un consensus global sur le mode d’arbitrage des conflits politiques et sur les procédures de sortie de crise.

C’est au Burkina Faso que le dialogue direct entre les Ivoiriens a conduit en 2007 à un Accord de Paix historique. La case Burkina Faso ne saurait donc brûler. Les politiques Burkinabè savent rassembler et doivent persister dans cette éthique de l’Union qui sans doute fait l’aura de ce pays remarquable. Je ne doute donc pas un instant, et je souhaite ardemment, qu’une saine entente du droit et un sens prononcé des responsabilités amènent tous nos Frères Burkinabè à poursuivre la belle aventure de paix, de progrès et de démocratie jusqu’ici conduite sous la houlette du président Compaoré qui, comme vous le savez, est précieux à son pays, à notre sous-région comme à notre continent, par l’exceptionnel rayonnement diplomatique qu’il a donné à la parole du Burkina Faso. Il faut savoir préserver ce qui fait notre force à tous, sans précipitation ni excès.

Quel message avez-vous pour la classe politique burkinabè et pour les Burkinabè en général ?

Les ressources de la sagesse africaine et du droit burkinabè sont à leur disposition pour aller ensemble de l’avant. Je dis aux acteurs de la classe politique Burkinabè, experts dans les médiations de paix dans notre sous-région, de faire honte à ceux qui se réjouiraient de les voir tous ensemble tomber bas. Qu’ils donnent de nouveau une leçon de hauteur et d’élégance politique à l’Afrique contemporaine.

Un différend politique que le peuple Burkinabè peut trancher en toute transparence ne saurait être transformé en drame. C’est au peuple, en dernière analyse, qu’il faut rendre la parole, quand des mésententes apparaissent sur les projets des uns et des autres. Tel a été mon combat en Côte d’Ivoire : la parole au peuple, à tout le peuple, régulièrement et solennellement. Battons-nous, dans toute l’Afrique, pour avoir des Institutions réellement émanées de la volonté de nos peuples et laissons les querelles de personne à l’arrière-plan.

Vous savez, pour moi qui ait vu les présidents Bédié et Ouattara se réconcilier, rien n’est impossible. Le Président du Faso, Blaise Compaoré, et ses frères actuellement en désaccord finiront par se retrouver. Je ne suis vraiment pas inquiet. Et quand on sait que le Burkina Faso de Blaise Compaoré a été, depuis de longues décennies, la terre d’accueil de tous les déshérités d’Afrique, le lieu de répit des exclus de tant de pays africains de toutes les régions, on ne peut douter qu’il y ait dans ce pays, une grande réserve de transcendance.

En Côte d’ivoire, l’on a suivi les récentes déclarations de Affi N’Guessan remettant en cause l’éligibilité du président Alassane Dramane Ouattara ; comment réagissez-vous à ses déclarations ?

Depuis que je suis président de l’Assemblée Nationale, je me tiens davantage à l’écart des échauffourées de la politique nationale, car je suis conscient de la lourdeur et de l’importance de mes tâches législatives. Je ne commente pas les déclarations des hommes politiques ivoiriens. La parole est libre et libérée. Qu’ils s’expriment ! Je les écoute tous et je réserve mes analyses pour l’inspiration de mes engagements comme Chef du législatif et député de la nation.

Je constate que le président de la république Alassane Ouattara réussit merveilleusement son premier mandat et c’est un secret de Polichinelle que de rappeler ici que mon vœu le plus cher, à savoir la réélection prochaine du Chef de l’Etat, est probablement ce que la prochaine présidentielle de 2015 réalisera, avec le soutien massif du peuple pour notre démocratie apaisée, dialogique et proactive.

Vous comprenez donc que c’est l’avenir radieux de mon pays qui m’importe, et non les propos circonstanciés ou fleuris de tel ou tel individu.

Entretien réalise en ligne par C.PARE
Lefaso.net

Messages

  • Pas plus que feu Houphouët Boigny. Or on a vu les conséquences de long règne chez vous là bas. C est pourquoi vous devez lui dire d éviter aux burkinabé ce que Houphouët a occasionné en cote d Ivoire. Nous ne sommes pas contre la personne de Blaise , nous disons tout simplement assez. La paix qu il exporte chez vous doit maintenant ns servir à condition qu il respecte la constitution.

  • Soro, dit a blaise de laisser notre constitution tranquille et il sera en paix .

  • Venez prendre votre monument de bon sens.Nous le prêtons gracieusement

  • ce monsieur là je l’adore pour son savoir parler ! voila pourquoi malgré qu’on sait du camps auquel il appartient (car on sait à cause de quoi et de qui il est là où il est et ne saurait etre ingrat pour le moment).lui meme connait la verité que Blaise à tord et quoi qu’il en soit partira et on ne le negocie pas !SORO connait dejà le choix du peuple meme s’il fait comme s’il l’ignore ! 18 janvier il se situera d’avantage !

  • Pourquoi Guillaume Soro pense que Blaise et Rock sont condamnés à s’entendre ? sont ils mari et femme ? et même là, la loi ne prévoit elle pas de dispositions pour se quitter s’il le faut ? Mais, que Guillaume Soro nous dise exactement ce qu’il veut. Peut être qu’il pense pouvoir rembourser ainsi au Blaiso tous les bienfaits dont il a peut-être beneficié. Mais il que Soro sache et qu’il garde à l’idée que c’est pour la paix que Rock et ses compagnons ont quitté le CDP. Alors s’il ne sait plus ce qu’il est venu chercher ici qu’il reparte là où il était.

  • Soro si on avait organisé un référundum pour savoir si Ouattara est Ivoirien en son temps il n’allait jamais être candidat depuis Bédié jusqu’à Gbagbo pourquoi êtes vous malhonnête ? Cette constitution n’est ce pas le peuple qui l’a voté ?
    On doit donner la parole à quel peuple encore ?
    Avez vous organisé un référendum pour savoir s’il fallait envoyer Gbagbo à la CPI
    N’encouragez pas Blaise dans la bétise sinon restez chez et prenez le comme c’est votre Dieu

  • á entendre les paroles de Soro, on se rend compte que la crise est profonde- Mais je crois que ces gens ne vont pas se retrouver. C’est aussi Pathétique pour l’ancien Mediateur de se faire aider et même conseiller par son ancien Protegé. Les temps ont changé et le peuple veut une alternance. Apaisée ou violente, ce sera aux Compaorés d’en décider. Ils ont le peuple et des patriotes en face....qui peuvent pardonner s’il reviennent sur la mise en place du Senat et sur leur volonté de modifier l’article 37

  • très beau analyse de mr SORO, mais j’espère que tu as dit les quatre verité à Blaise, à savoir quitté le pouvoir au nom de la paix sociale pour le BF qu’il a tant prôné. j’ai beaucoup d’admiration pour Guillaume et je pense qu’il aidera le peuple burkinabè à faire revenir à la raison le Blaiso National

  • En lisant cette interview pleine de contradictions,je pensais lire un certain journaliste Bamba.Oui,pleine de contradictons car,comment comprendre que quelqu un qui commence son discours par une volonté de rester neutre au nom du droit international qui veut qu un Etat ne s immisse pas dans les politiques intérieures d un autre Etat ,finisse par prendre parti pour un camp ? Pourquoi demander aux autres d accepter la volonté de celui avec qui vous avez eu des entretiens sans avoir écouté la version du camp opposé à cette volonté d aller à un référendum comme si vous ignoriez que c est l objet principal du divorce du clan Compaoré d avec le peuple Burkinabé ? C est quel drole de neutralité ca ? Encore que vous fondez votre appréciation de Blaise Compaoré sur ses talents de médiateur comme si les burkinabé ne l avaient élu que pour cette mission.Pourquoi ne vous lui diriez pas de tirer les lecons de la Cote d Ivoire post Houphouet ? Lui non plus n était il pas un médiateur attitré ? Cela a-t-il épargné la RCI des affres de la guerre de succession dans ce pays qui a connu son prolongement jusqu en 2011 ?

  • Mr soro, c’est legitime de compartir avec blaiso,car vu vu ont vous comprend mais la gangraine a ateint un point de non retour.meme vos costumes vous les changes donc laisser les burkinabes gouter au changement quelque soit la soit disante valeur que vous accordez au blaiso ds la
    region.’un coiffeur qui ne fait que coiffer ses clients et qui oubli sa tete !’on est fatiguer maintenant.ya rien en face.

  • Tu veux que les burkinabè acceptent ce que toi et tes camarades avaient refusé en créant le rdr et en rentrant en rébellion !!!
    En créant le rdr, vs vouliez juste exercé le pouvoir d’état. Vs en êtes arrivés. permettez donc aux dissidents d’en faire également l’expérience au Faso. Merci pour tes conseils, et il faut en donner surtout aux ivoiriens aussi !!!

  • Heiiiii, heiiii, qui a dit a Alassane Ouattara qu’on veut le retour des démissionnaires dans le CDP ? C’est normal que vos liens soient sacrés au point que vous soient attribuées des villas luxueuses à ouaga 2000.C’est pour cela aussi que le peuple demande à blaise de se trouver un poste de médiateur de grade exceptionnel dans les institutions internationales et permettre l’alternance dont le processus est engagé au Burkina.

  • Merci Mr le président de l’AN de la Côte d’Ivoire. je n’aime pas le CDP car, ils ont installé l’injustice dans ce pays. Avec cette interview, vos propos me vont droit au coeur.

  • Son Excellence Mr Blaise Compaoré est un messager honoré par Allah pour une mission de démocratisation, de paix, de tolérance, et du progrès de notre cher continent Africain, donc un bonheur pour le PEUPLE burkinabè ! Pour cela Nous prions nuit et jour pour Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Mr Blaise Compaoré et sa noble famille

  • MR Soro. je vous respecte beaucoup et vous dites que Blaise Compaoré est sacré pour vous. Qu’il est un monument vivant. Nelson Mandela était aussi un monument vivant mais il a fait un seul mandat. Si vous aimez votre frère si précieux pour vous, alors dites lui la vérité. Donner le les conseils qu’il faut, les bons conseils d’un frère de ne pas essayer par n’importe quel moyen de modifier l’article 37. Il y a eu sur cette terre beaucoup de monuments vivants qui ont beaucoup fait pour leur pays et le monde entier. Cependant ces monuments ont su quitter le navire à temps, nul n’est indispensable et Blaise Compaoré est aussi un mortel comme tout autre. 27 ans au pouvoir tout de même que veut il prouver encore ? Nous avons déjà tout vu et nous savons comment ça marche. Dites lui de respecter la constitution car il est le garant de cette constitution qui dit qu’il ne peut plus se présenter. Il n’est pas le seul burkinabè capable de diriger une nation. Mr Soro, dites à votre précieux ami que s’il aime son pays comme il le prétend, alors qu’il n’y mette pas le feu. J’espère que vous allez le donner les conseils qu’il faut afin qu’il s’en aille dans la paix pour un repos bien mérité.

  • Je ne sais pas mais on dirait que son excellence Soro Guillaume n’a pas compris son entrée en démocratie qui a été faite par les armes. Le langage est bien soutenue mais le fond est trop aromatisé. Qui peut donner la constitution du Burkina Faso à Soro afin qu’il s’en imprègne sérieusement. Les burkinabé disent que Ton parrain en kalach (mentor) a fait deux quinquennats et deux septennats avec des touches déjà effectuées dans la constitution. Pour eux cette fois après 27 ans de pouvoir, il demande à leur président que je respecte qu’il aille se reposer à part ça, ils n’ont pas de problème avec lui. C’est un peuple mature qui parle pas beaucoup comme les ivoiriens. Ce n’est pas une affaire de ROCH ni de qui que ce soit mon chère président ;
    Donc Excellence avez vous peur de quelque chose ou bien ?

  • "Je suis donc convaincu que nos aînés et frères Burkinabé, mesurant les enjeux que revêt pour nous tous, la poursuite d’une saine compétition démocratique chez eux, sauront amplement privilégier les voies du dialogue, de la négociation, du compromis et surtout de la souveraineté démocratique populaire, pour trancher les différends légitimes qui peuvent provisoirement apparaître entre eux." .....Ainsi, Guillaume SORO suggère la voie du référendum pour trancher sur les questions de discorde dont le SENAT et l’article 37. Donc il va dans le sens de son mentor COMPAORE.
    Guillaume a peur pour la stabilité de sa Côte d4ivoire natale si Blaise devait s’en aller. Ce qu’il semble oublier, c’est que parmi les burkinabés morts pour la nation ivoirienne, il n’ya pas un seul frère de sang de Compaoré. Ce sont les enfants du peuple burkinabé, militaires ou civiles. De la même façon que SARKOSY a continué dans la même ligne que CHIRAC en Côte d’ivoire malgré leurs divergences notoires, le successeur de Compaoré ne peut faire autrement si les intérêts du BF vont dans ce sens. Par contre si nos troupes y étaient dans le seul intérêt du clan Compaoré, nécessairement, il yaura une remise au point. Les peuples n’ont pas d’amis, ils ont des intérêts. Mais en Afrique, les amis des peuples se confondent avec les amis du président en place. Mais c’est en train de changer avec l’ouverture des esprits juvéniles au reste du monde. ... Mais le bon sens de Compaoré, reconnu par son protégé SORO saura peut-être lui faire comprendre que tous ses conseils et exhortations aux TANDJA, GBAGBO et autres SANOGO s’appliquent aussi à lui. L’ignorer serait une attitude irresponsable et suicidaire. Ailleurs, on l’en veut tellement que son seul refuge sûr, c’est chez lui au Faso.

  • grand homme politique. chapeau bat !

  • Terrible !
    1 - SORO, S.T.P. épargne nous tes sentiments.
    2 - Y’a quel conflit au Burkina ? On n’a plus le droit de choisir librement son parti politique dans votre région ?
    3 - Ton grand frère et ton monument ont décidé de jouer dans des équipes différentes ; y’a quel problème pour toi ? assied-toi avec les spectateurs et applaudis celui que tu supportes le plus.
    CONCLUSION :
    - En raison des liens séculaires qui lient le Burkina et la Côte d’Ivoire on vous l’offre, votre monument.
    - Quand tu as claqué la porte avec fracas pour quitter Gbagbo et rejoindre ADO en disant "j’ai choisi la vérité" qui est venu te parler d’entente et de dialogue.
    - dans un match de football il n’y a pas de dialogue entre équipes adverses et si c’est pour l’application des règles de jeux, ne t’en fais pas, nous avons déjà un arbitre : la Constitution qui est au-dessus des voies légales dont tu fais allusion en sourdine.
    - Evitez de nous congner les uns les autres en vous désignant médiateur d’un conflit qui n’existe pas.
    BON RETOUR AU PAYS ET OFFRE TOI UN ECRAN GEANT POUR NE PAS MANQUER UN BUT. BYE ; BYE !

  • Guillaume Soro fait ici preuve encore de sa hauteur de vue politique, de son élégance verbale et diplomatique, et de son sens élevé dans la perception et l’analyse du futur probable.
    Je ne le connais pas personnellement, pas plus que je ne suis un militant du CDP ni de l’opposition d’avant la semaine derniere, et tous mes écrits précédents vous montreront que je cotise d’ailleurs déjà pour être l’un des premiers à prendre la carte du nouveau parti en gestation.
    Cependant, et je l’ai écrit également dans l’un de mes commentaires, la question de la "conservation" du rayonnement diplomatique, de la place actuelle du Burkina, de la stabilité en Côte d’Ivoire et au Mali (oui le Mali) commande qu’une sortie "à la limousine" soit réservée a Blaise Compaoré.
    Il y a toujours une solution à cela qui ne doive pas empêcher notre futur président Roch de diriger prochainement notre cher FASO.
    Je le redis : le NON au referendum est à notre portée maintenant que l’intérim de l’opposition s’achève. Allons-y, gagnons-le, préservons la paix et garantissons une retraite diplomatique fructueuse à Blaise.
    Merci Guillaume !!!

  • Guillaume Soro est un tres grand politicien. Je comprends de cet entretien que les 2 camps sont decides a alles au bout de leurs logiques. Le camp de Blaise croit fermement surtout que le peuple les soutien et il veut aller au referendum. L’opposition demissionaire et l’opposition classique voudront t’elles d’un referendum ? Le referendum sera t’il organise dans des conditions de transparence et d’honneete requises ? la sontt les questions....Les politologues et autres analystes ont du grain a moude desormais sur le cas burkinabe

  • He photographe tu pouvais pas dire au Blaiso d’arranger sa cravate avant de faire la photo ? oubien tu veux dire que c’est finit pou lui ?

  • M Paré, je vous remercie pour l’entretien mais il n’a pas été du tout à la hauteur. Vous avez vu comment les journalistes français ont cuisiné Blaise, vous aurez dû demander à M Soro s’ il est pour ou contre la limitation des mandats, s’ il pense qu’ à chaque fois que le mandat de Blaise prends fin il faut aller demander au peuple ce qu’ il pense, sachant que c’est ce même peuple qui a déjà fixé la limitation des mandats. Nous on s’ en fout que Blaise soit un monument pour lui où pas, s’ il part, nous aurons encore un autre qui fera mieux que lui.

  • N’est pas du déja vu ça ? Le retour de l’ascenseur. Quand la case de ton voisin brûle, va rapidement au rescousse. La Côte d’Ivoire en connait beaucoup de ce manque de quiétude et nos autorités ont intérêt à ouvrir grandement les oreilles pour prendre conseil.

  • Je dirai à son Excellence le Président de l’AN de RCI qu’il peut déplacer son éminent monument chez lui car nous ne voulons pas de lui en 2015. Qu’il permette paisiblement à quelqu’un d’autre de diriger notre pays. Nous voulons l’alternance et je crois que c’est l’essence même d’une vraie démocratie. Son excellence, vous pourrez dire à ADO de rester à la tête de la RCI au delà de 2020 parce qu’il met votre pays sur le chemin de la croissance économique.
    Parlons des mediations du Président Compaoré, là où il a intrevenu, il y a eu guerre après la normalité. Nous vous donnons gratuitement l’icône de paix que vous chantez dans l’interview. Chez nous, c’est 2015 son terminus comme président du Faso. Je suis vraiment écoeuré pour votre ingérence.

  • preservons la paix au burkina faso. c’est notre voeux le plus cher.. Merci pour cette sagesse de la part de Mr Soro

  • Huuummm Mr SORO, vous êtes pour le referendum à vous lire entre les lignes.Juste une question es-ce un referendum qui a permis à Mr OUATTARA d’être candidat à la présidentielle dans votre pays, la cote d’ivoire ?

  • La FEDAP/BC clame toujours son option pour la paix, mais est-ce que vous ne pensez pas que soutenir Blaise pour qu’il saute le verrou de la limitation du nombre de mandats ne menace pas la paix tant souhaitée ?

    Les gens s’obstinent à regarder tout près, mais nous avons une vision plus longue en nous inspirant de ce qui se passe dans d’autres pays. En effet, la Libye a été stable pendant quarante ans, les gens ont tous crié au changement mais le constat est aujourd’hui amer ; l’Egypte vivait en paix, aujourd’hui ce pays est en crise malgré le départ de Moubarak ; c’est la même chose en Tunisie après le départ de Ben Ali, et que dire de l’Irak ou de la Centrafrique ?

    La liste est encore longue. Nous ne voulons pas changer pour changer et nous sommes sûr que le Chef de l’Etat a pour souci de laisser un pays stable et prospère. C’est pourquoi nous appelons nos militants et militantes ainsi que nos sympathisants et sympathisantes à rester sereins et mobilisés pour qu’aucune minorité ne nous impose son point de vue.

  • grand, très très grand Monsieur chapeau !

  • Blaise sera président en 2015

  • Soro vouloir ramené le trio(Salif,Simon e Rock) dans le camp de CDP c’est ce foutre du peuple burkinabé car ils sont actuellement le Jumbo dans les sauces du peuple.Soro,ce trio connait mieux la politique et mieux Blaise que toi. Si Blaise est un monument vivant de politique et de bon sens que serai Mandela ou George Washington premier president des USA ? le retour de ce trio au CDP=hecatombe au Faso. Soro tu na pas seulement de lien sacré avec Blaise mais avec le sol burkinabé car chez toi c’est au yatenga plus precisement à Gourcy. SORO=Yarga=biissoum

  • "Les liens qui m’unissent au président Compaoré sont sacrés" , les enfants de la veuve.

  • J’invite le peuple burkinabé a rester vigilant et a ne pas se laisser dissuader par ces demissionnaires. Voici des gens qui ont proposé le CCRP et la modification de A37. Voici des gens qui ont aidé le PF a construire ce beau pays et qui cherchent le destabiliser. Ces communistes ont tous eu aupres du PF et aujourd’hui, ils qualifient leur mentor d’etre antidemocratique. Tout simplement, parce qu’ils ne sont plus membres du SEN-CDP. C’est vrai que nous sommes en politique mais impensable. Je suggere au PF de continuer a travailler a ameliorer les conditions de vie des Burkinabè, a renforcer la democratie, a preserver la paix. J’invite le peuple a se demarquer de ces ingrats et a aider le PF a maintenir les acquis immenses engrangés depuis près de 30 ans. Je demande aussi au peuple souverain de soutenir le PF qui est resté au CDP. Je signale qu’un homme responsable, fidele a ses ideaux ne change pas de partis pour de motifs fictifs. Ces trois se bagarreront d’ici 6 mois et chacun creera son parti et BC sortira vainqueur en 2015 et ils se rendront un a un. Vous verrez.

  • MERCI MON GRAND.LE SOUTIEN EST TOTAL MAIS AI LE COURAGE DE DIRE A S.E BLAISE COMPAORE DE PARTIR S`IL EST VRAIMENT UN HOMME DE PAIX.NOUS NOUS VOULONS LA PAIX DANS CE PAYS.DIEU BENISSE LE BF ET LA CI.

  • Aux âmes bien nées, la valeur l’attend pas le nombre des années. voilà qui est clair, bien dit, respectueux... Cougage, SORO, très bientôt c’est toi qui sera monument vivant de bon sens et réserve d’expérience politique précieuse pour la sous-région si tu ne l’es déjà.

  • Ce sont ces genres de choses qui font que couler Blaise !Y a pas d’indispensable !

  • Qu’il vienne nous apprendre a nous maintenant ce que c’est que la bonne gouvernance !!! Ce n’est pas de mon gout !!!!!!

  • ne tourner pas autour du pot et cesser de caresser le PF dans le sens du poil.
    pas de tripatouillement de l article 37 et le debat est clos. le PF appartient desormais au passe.le burkina ne connaitra pas de paix et de veritable progres si l amour du peuple ne depasse l amour du pouvoir.felicitation a tonton LAYA SAWADOGO d avoir rendu le tablier.le regime compaore m a pousse a lexile.bori bana.

  • Sincèrement j’admire la sagesse de GKS. On lui donnerait 70 ans quand on voit sa maturité politique, sa culture générale et la hauteur de ses points de vue. Seulement, je pense qu’il est mieux qu’il use de sa relation avec le Président Blaise pour l’en dissuader de chercher à se représenter en 2015. Comme il le dit si bien, Blaise Compaoré est un monument vivant du bon sens et une reserve d’expérience qu’il peut mettre au service de toute l’Afrique entière s’il quitte par la porte honorable. Au risque de détruire 26 ans de travail pour le Burkina, qu’il ait le courage de partir et il sortira grandit de cet ambroglio politique. AUjourd’hui, le peuple n’est plus dupe. Il est instruit et ne cèdera pas aux chantages et autres forfaitures. Vouloir forcer pour passer en 2015, Blaise lui-même va regretter d’avoir ensanglanté le pays qu’il a contruit pendant 26 ans. A bon entendeur, salut.

  • tous les membres du club des Présidents WADE, COMPAORE, ATT, GOODLOOK, DEBY etc... qui ont conspiré contre le peuple de cote d’ivoire, vont quitter le pouvoir avec beaucoup d’humiliation. ATT et WADE ont eu leur compte. bientôt GOODLOCK puis suivra COMPAORE et ainsi de suite. Donc SORO et son équipe doivent travailler pour la reconcilation en cote d’ivoire ; ce qu’ils n’arrivent pas faire correctement depuis 3 ans. Que va t-il faire dans ce Bourbier du BURKINA qui risque de nous péter à la face très bientôt. ne jamais biaiser avec la volonté populaire et ce n’est pas au vieux singe , qui est le BURKINA, qu’on va apprendre à faire la grimace.

  • peuple du BURKINA sachez que ,certe,BLAISE nous a apporté progrès,developpement ,paix et tout autres bonnes choses....etc, si l’on considère le soit disant démocratie en Afrique, pour ce qui est de son expression ,avec le vote du peuple en majorité ignorant des enjeux de haute facture impliquant l’avenir de par ses choix sous l’influence matériel et alimentaire....considérant notre environnement actuel pour les risques terroristes et attaque de défiance de tous genre à ridiculiser nos états actuels,la clairvoyance ,la prudence et l’intelligence est de profiter encore de notre BLAISE COMPAORE pour tout le capital assurance, respect du burkinabé ,profit et bienfait dont nous avons pu en bénéficier et que nous pourrions tout perdre d’un coup à cause de la façon de démocratie à africaine qui pourrait nous être porteur d’incertitude avec les politiques qui ont étés presque tous façonnés par BLAISE.
    je vous recommande de préférer encore l’original à la copie scannée.
    A.B.SOMA

  • Merci SORO d avoir rappeler a l ensemble du peuple burkinabè que Blaise COMPAORE est un monument vivant du bon sens et une reserve d experience qu il peut mettre au service de toute l afrique

  • La Patrie des Hommes intègres.

    Pour la quiétude du Burkina Faso, ne faudrait-il pas consolider nos acquis et regarder avec confiance l’avenir radieux qui s’annonce ? Le soucis n’est pas tant la candidature du Président Compaoré que l’insuffisance d’une alternative crédible. Qui au Faso pourra nous faire fructifier nos acquis ? Ces politiques revanchardes irresponsables ? Cette opposition de façade ? Ou est ce Compaoré qui peut le faire ? Méfions nous des émotions qui submergent notre raison. L’émotion en elle même est synonyme de tromperie quand elle nous fait obnubiler notre raison. Quelle donc cette raison ? Quid des efforts notables de la politique sociale sous Compaoré ? Quid de l’avancée diplomatique de notre Nation ? Ne soyons pas comme ces aveugles qui revendiquent leur "indépendance" en étant confiant en la "capacité" de leur vue obscure. Le Faso, en adoptant une mauvaise alternative, n’aura nullement le temps de le regretter. Aucune politique humaine au monde n’est sujette à des critiques "unanimes". Nous avons besoin d’opinions constructives. Et c’est justement dans cette diversité d’opinions constructives que nous assoirons une Nation démocratique. Aussi, le bon sens, notre raison, voudrait que cela soit le fruit d’une analyse objective. Quelle est-elle ? Que voulons nous pour notre pays ? Une alternance au forceps synonyme d’un lendemain hasardeux ou une alternance réfléchie ? N’oublions jamais qu’une alternance reflechie sera le gage d’une continuité pour le bien de nos vaillantes populations. Sachons raison garder. Nul ne voudra le bien du Faso que nous mêmes Burkinabè. Alors, c’est dans la commune volonté de bâtir une démocratie productive que nous trouverons notre compte. L’intégrité dont se pare notre dignité devra être le ferment qui sous-tend notre destin commun et nos aspirations légitimes. Fiers peuple du Faso, c’est ensemble que nous surmonterons les démons de la division pour nous tourner vers les défis futurs.

    • mr SORO JE NE SUIS PAS UN POLITICIEN ET JE NE FAIT PAS LA POLITIQUE ce que la population burkinabé veux présentement que son excellence Blaise déclare a la nation qu’il ne va pas se présenter en 2015,et qu’il annule la modification de l’article 37 et l’installation du SENA.

  • Merde !!! Mais celui la même qui complimente n’est pas un modèle du coupe la crédibilité de ses compliments est discutable...

  • Merde !!! Mais celui la même qui complimente n’est pas un modèle du coupe la crédibilité de ses compliments est discutable...

  • Blaise étant ivoirien par excellence, que l’on modifie la Constitution ivoirienne pour qu’il se présente en Côte d’Ivoire si tant est qu’il est aussi talentueux et indispensable.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés