Démission groupée au sein du CDP : Les responsables des partis concurrents applaudissent

mardi 7 janvier 2014 à 02h26min

La démission des ténors du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) – parti au pouvoir – fait le bonheur de nombreuses autres formations politiques. C’est du moins, ce qui se dégage des réactions recueillies auprès de certains leaders politiques.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Démission groupée au sein du CDP : Les responsables des partis concurrents applaudissent

Zéphirin Diabré, président de l’UPC et Chef de file de l’opposition politique :

Nous prenons acte de ce qui vient de se passer au CDP. Nous partons du principe que tout ce qui peut affaiblir le CDP est bon à prendre. Ça, c’est un principe cardinal. Nous sommes dans une phase de la lutte où notre objectif c’est l’alternance. S’il y’en a encore là-bas, il faut qu’ils viennent ; si on est nombreux, cette alternance tant souhaitée, on va l’avoir et ce sera le point de départ de la refondation de notre démocratie.

Nous sommes un certain nombre de partis politiques qui nous battons ; si des gens quittent le CDP pour venir nous aider sur nos plates-formes politiques, on ne peut qu’accepter. Nous sommes encouragés de voir que dans les griefs qu’ils ont énumérés, ils ont commencé par les griefs relatifs au fonctionnement démocratique de leur propre maison. Mais ils ont aussi évoqué deux questions qui nous tiennent à cœur, c’est la question du Sénat, et la question de la modification de l’article 37. S’ils sont décidés à se battre autour de ces questions, nous pensons qu’il y aura une unité d’action avec nous.

Certainement qu’ils vont créer leur parti ; et le CFOP comptera 46 partis. L’essentiel pour nous à ce stade, est qu’ils viennent pour qu’on soit ensemble devant les barricades pour affronter un système qu’ils connaissent très bien, qu’ils connaissent mieux que quiconque. Ils n’ont qu’à venir nous aider à terrasser le système.

Toutes les forces politiques, toutes les personnes qui peuvent qui peuvent nous aider à réaliser ce progrès historique, sont vraiment les bienvenues. On a besoin du monde, parce que nous seuls en tant qu’opposants, on se bat mais on a aussi la modestie de savoir que notre force a besoin d’être renforcée.

La contradiction fondamentale actuellement, c’est celle qui oppose ceux qui veulent que le pouvoir continue et ceux qui veulent vraiment qu’il y ait l’alternance.

Pour nous, tout ce qui peut fragiliser le CDP, c’est bon à prendre. On veut renverser la calebasse ; après, le cours normal de la démocratie va se poursuivre. Tous ceux qui veulent venir pour qu’on aille dans cette direction, vraiment ils sont les bienvenus. On est pressé d’accueillir ceux qui veulent venir ; qu’ils viennent vite.

Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso Autrement :

Le fait que les barons du CDP sont en train de fuir le bateau CDP, indique clairement que le pouvoir est en péril. Nous applaudissons vraiment à rompre. Nous encourageons tous les hauts-cadres du CDP à continuer de démissionner. S’ils venir à l’opposition, nous on a déjà une plate-forme.

Quand vous regardez le contenu de la déclaration qu’ils ont envoyé au Secrétaire exécutif national du CDP, ils disent clairement qu’ils sont contre la modification de l’article 37 et ils ne veulent pas entendre parler de Sénat. Sur ces points, nous sommes en phase. L’opposition est bien consciente que le moment est bien approprié pour accélérer le processus pour que l’alternance se réalise. Nous, nous les accueillerons. Nous espérons qu’ils vont savoir se reconvertir dans le cadre de travail du CFOP-B, s’ils sont vraiment des patriotes qui veulent amener les populations burkinabè au changement et à l’alternance.

Tel que les choses présentent, les députés affiliés au groupe qui est en train de démissionner du CDP, probablement, ne vont pas démissionner de l’Assemblée nationale ; ils vont garder leur statut de député. Mais comme ils ne se reconnaissent plus dans ce que le CDP classique est en train de faire, s’ils veulent travailler à apporter des contributions au fonctionnement de l’AN, il faudra bien qu’ils se retrouvent dans un cadre. Et ce cadre peut être ce que j’appelle un groupe parlementaire CDP bis. Ils auront une vision qui sera totalement différente de la vision du groupe actuel. C’est pour cela, je dis que le vote mécanique qui n’aura plus cours. Et c’est cela le renforcement de la démocratie au sein de l’hémicycle burkinabè qui est censé être le temple de la démocratie. Mieux, ce sera un renforcement de la démocratie au niveau global pour tout le pays. On verra, à la rentrée parlementaire du mois de mars, comment les choses vont se passer.

Jean Hubert Bazié du parti l’ESPOIR :

Au CDP, il ne doit rester que des antidémocrates, des casseurs, et ceux qui font du mal à notre peuple. L’hémorragie doit continuer jusqu’à ce qu’on obtienne le cadavre du CDP. Et ce qui nous intéresse, c’est que ces démissionnaires participent à notre mobilisation et qu’ils nous aident à faire la soupe du CDP.

Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président de l’UNIR/PS :

On ne veut pas de Sénat, on ne veut pas de référendum pour modifier l’article 37. Il se trouve que ces démissionnaires ne veulent pas aussi du Sénat, ils ne veulent pas de la modification de l’article 37. Donc, on se rejoint. Maintenant, la question c’est de savoir comment d’un point de vue tactique et stratégique on peut organiser notre lutte. Etant donné que le CFOP est à l’avant-garde, à travers notamment des mots d’ordre, et si effectivement ils veulent se battre, on va se retrouver sur le même terrain.

Peut-être aussi qu’ils vont organiser des activités à leur manière, mais allant dans le sens que nous souhaitons.

En tout cas, leur action s’inscrit en droite ligne d’une volonté du peuple burkinabè de ne pas voir après 2015, l’actuel chef de l’Etat aux commandes. On est donc dans une dynamique déjà engagée ; il faut y aller avec toutes les forces favorables, pour qu’en 2015, on puisse effectivement arriver à une transition démocratique.

Tahirou Barry, président du PAREN

Quand des rats sautent d’un bateau, c’est que le naufrage est imminent. Félicitation à Salif, Rock et Simon et leurs camarades démissionnaires du CDP. C’est le début d’un processus irréversible de la fin d’un règne.

Que Dieu bénisse le Faso

Zacharia Tiemtoré, Secrétaire politique national de l’ADF/RDA :

"Nous avons lu avec attention la lettre de démission adressée au Secrétaire exécutif national du Congrès pour la Démocratie et le Progrès et signée par de nombreux membres du Bureau politique national de ce parti. Vous noterez avec nous, notamment à travers les arguments avancés par ces derniers sur le sénat et la révision de l’article 37 de la constitution, que les positions fortement défendues par l’ADF-RDA, sont en train de triompher.

En effet, soucieux de préserver la paix et la stabilité au Burkina Faso, notre parti, a appelé très tôt au dialogue et à la concertation sur les sujets politiques qui divisent les populations et fragilisent hautement la cohésion sociale. Nous avons été également de ceux qui se sont clairement prononcés en faveur de la limitation du nombre de mandats présidentiels que nous considérons comme un principe démocratique majeur.

Aujourd’hui, les faits montrent, que les acteurs politiques d’horizons divers sont de plus en plus nombreux à rejoindre cette ligne responsable de l’ADF-RDA qui agit avec tact pour assurer au pays une stabilité durable. Nous suivrons donc avec intérêt cette crise au sein du CDP en gardant à l’esprit une seule constante, celle d’œuvrer avec sincérité et clairvoyance pour éviter au Burkina Faso de tomber dans une zone de fortes turbulences."

Propos recueillis par Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés