Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

mardi 31 décembre 2013 à 00h44min

C’est officiel à partir de ce lundi 30 décembre 2013. Le post-primaire relève dorénavant du Ministère de l’enseignement de base et de l’alphabétisation (MENA). En effet, le Ministre des enseignements secondaire et supérieur (MESS), le Pr Moussa Ouattara a procédé au transfert des compétences à son collègue du MENA, Koumba Boly/Barry. La cérémonie s’est déroulée au lycée Bogodogo de Ouagadougou en présence des principaux acteurs du système éducatif.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

Ce sont au total 350 Collèges d’Enseignement Général (CEG) repartis sur l’ensemble des 13 régions qui sont placés désormais sous la tutelle du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation. On peut retenir, entre autres, que 62 CEG de la région de la boucle du Mouhoun, 22 du centre, 18 du plateau central, 7 dans la région du Sahel et 10 CEG dans le Sud Ouest sont, par exemple, entre les mains du MENA. A cela s’ajoute l’érection de 235 CEG de chefs lieux de communes et de certains villages en lycées. Ce transfèrement des prérogatives est consécutif aux conclusions de la première session du comité interministériel tenu à Loumbila et qui a permis d’organiser la rentrée scolaire sans difficultés. La finalité du processus de transfert, comme l’a relevé la Ministre Koumba Boly/Bory dans son allocution, est de parvenir à un continuum éducatif véritable. D’ailleurs, investir dans le secteur de l’éducation est d’une importance capitale, voire la clé de voûte du développement d’un pays. C’est la raison pour laquelle la MENA précise que « l’érection d’une nation prospère, avec des citoyens vivant dans un environnement pacifique requiert d’investir dans le secteur de l’éducation et de la formation pour permettre à nos enfants l’acquisition de connaissances, de compétences et des critiques pour favoriser leur intégration réussie dans la société en générale et dans le monde de l’emploi en particulier  ».

Le Ministère des Enseignements Secondaire et Supérieur est à pied d’œuvre pour que le transfert du post-primaire au ministère au MENA soit effectif. Pour ce faire, le département de Moussa Ouattara a déjà élaboré des textes transférant le personnel enseignant et administratif dans les CEG, la nomination des directeurs de certains CEG suivi des affectations d’enseignants, l’examen des dossiers des demandes de construction et d’ouverture de collèges publics et privés. Et le Ministre Moussa Ouattara de mentionner que l’ensemble de ces actions ne constitue que la première phase du transfert sinon dans l’immédiat, « les services techniques de mon département sont disposés et disponibles à accompagner le processus du transfert jusqu’à son terme », a-t-il laissé entendre.

L’appropriation des CEG par le MENA : est-ce une équation difficile à résoudre ?

De prime abord, le transfert du post-primaire au primaire laisse présager une lourdeur au MENA, mais le département de Koumba Boly/Barry est prêt pour assumer la tutelle de l’enseignement post-primaire. A ce propos, la première responsable indique que la cérémonie n’est « qu’une matérialisation officielle du transfert sinon l’organisation ne fait que continuer. Nous nous sommes organisés à la fois au niveau de la direction des ressources humaines (DRH) et de la direction des études et de la planification (DEP), et au niveau des autres structures pour pouvoir accueillir ses nouveaux arrivants ». La Ministre privilégie l’écoute, la concertation et surtout l’engagement de tous les acteurs en vue de rendre pérenne le transfert. Il leur appartient de s’investir pleinement pour une mise en œuvre réussie du transfert du préscolaire et du post primaire.

Eric Ouédraogo (stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 décembre 2013 à 17:41, par Nawili
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Vraiment en quoi ça consiste concretement. Bon vent. Est ce que Koumba connait SYNTER. Est ce qu elle connait les eleves en pleine crise d adolescence. Qu elle est l organigramme. Le CCEB le DPBA LE DREBA. Confusion totale

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 17:52, par Fièssasso
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Il y a de la precipitation. Nous les professeurs de ces CEG attendons. On doit donner le choix au prof CAPES de quitter ce bourbier.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 19:04, par Bertin TOE
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Dans le principe, nous sommes sur la bonne voie. Tous les pays développés, à un moment de l’histoire de leurs systèmes éducatifs, sont passés par l’allongement de la période de la scolarité obligatoire pour permettre l’élévation du niveau d’instruction générale de la population. Le projet de structuration actuelle de notre système éducatif peut se comprendre dans ce sens et est une nécessité même si, à mon humble avis j’estime qu’on aurait pu aller plus loin pour véritablement répondre à l’exigence de l’école unique de la loi Haby de 1975 ( par exemple corps enseignant unique, lieu de formation unique, plan de carrière flexible et attrayant...) en faisant définitivement le deuil de cette école en degrés. En attendant, pour réussir ce qui est engagé, il nous faut beaucoup de patience et de persévérance tant les résistances seront fortes. le débat contradictoire doit être permis et même promu pour donner l’occasion à chacun d’exprimer son point de vue sans passion et dans le respect des autres acteurs. Sur le terrain, pas mal de facteurs obstacles existent tels la rupture de confiance entre les différents acteurs allant parfois jusqu’à la juridication de certains conflits, la gestion peu professionnel du personnel, la faiblesse de l’administration scolaire avec un système d’évaluation du personnel complètement dévoyé. En acceptant de jeter un regard critique sur certaines de ces insuffisances, nous donnerons plus de chance de réussite à ce transfert .

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 19:19, par OUSTAAZ
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    ok ! Madame la MENA,il faudra créer une indémnité de déplacement(MESS > MENA=1000km).Je suis Prof de CEG donc,au centre du transfert.Cependant,Mme LE MINISTRE,aucun agent de la Fonction Publique ne se plaint en VOUS réjoignant.C’est le même combat.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 20:16
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    A t’on besoin d’une cérémonie pour cela pour faire perdre des heures de travail précieuses aux présents et puis avec combien de mois de retard depuis la décision ? c’est l’émergence à la sauce Compaoré. On danse 2 pas en avant, 3 en arrière et 1 de côté ; puis, vous continuez et dans 10 ans, on est au même stade. Si on avait un ministère de l’enseignement pour tout gérer, on aurait pas toutes ces inepties Kafkaiennes.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 20:21, par Lemahouss
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Quel sera le prix de ce entêtement ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 22:29, par l’enseignant
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Au lieu de résoudre le problème de manque d’enseignants dans ces collèges on veut nous faire avaler des reformes qu’eux même en tant que ministres ne peuvent pas expliquer

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 23:06, par Laa ka yi san
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Bravo le pays des hommes intègres !Avec le continuum éducatif souhaité par les plus hautes autorités de notre pays ,le Burkina Faso peut enfin espérer être sur la voie de l’émergence tant exaltée par les hommes politiques.Nos dirigeants ne manquent pas d’ingénierie.surtout lorsqu’il s’agit de rechercher de l’argent frais.Bon vent aux Burkinabè...

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2013 à 06:21
      En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

      en tout cas, cette affaire de rattacher les ceg au MENA est une faussse affaire. Ca resout quoi ? Ca change quoi ? Ca, c’est pour arnaquer encore les bailleurs de fonds. Ils jettent des milliards de dollars dans des trous noirs perces. Mais comme l’ argent investi les rejoint dans leur banque, alors pas de degats. Il faut arreter l’aide qui develope l’aide

      Moyo Danbisa du Burkina, in Dead Aid(l’ aide qui tue)

      Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 06:10, par fongnon lecibal
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    ce regime a décidé de porté le coup de grace a l’éducation pour l’enterrer definitivement,mais il ecouera comme d’habitude.incha Alla,ce projet n’ira pas loin,car le nouveau régime remettra les chose en place après le depart de blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 06:54, par le syrien
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Tout ça c’est a cause des institutions de Bretons Woods(FMI, BM) ?ya pas de probleme on fera

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 07:58, par Raboloum
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Malgre les questions urgentes a resoudre avant d’aller au transfert, question soulevees par les syndicats de l’education, le gouvernement s’est engage seul sa reforme qui vise dans son fond la liquidation de l’ecole burkinabe. Quel avenir pour l’ecole burkinabe ? Quel avenir pour les enfants du peuple ? Quel avenir pour notre pauvre Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 08:22, par Bertin TOE
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Dans le principe, nous sommes sans doute sur la bonne voie. L’éducation dans tous les pays développés est passée, à un moment donné de son histoire,par le rallongement de la période de scolarité obligatoire. Cela a pour effet l’élévation du niveau général d’instruction de la population condition d’un bien meilleur encrage de la démocratie. le Burkina ne réinvente pas la roue et j’estime d’ailleurs que dans cette réforme , on aurait dû avoir plus de courage et d’ambitions en poussant plus loin pour affronter la problématique des ressources humaines d’une part et d’autre part dans la vision même de l’école unique de la loi Haby de 1975 (corps enseignant unique avec élévation conséquente du niveau initial de recrutement et de l’âge , lieu de formation unique, statut et plan de carrière flexible et attrayant, scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans...) car il faut résolument faire entrer notre système éducatif dans le troisième millénaire en faisant définitivement le deuil de cette école en ordre. En attendant, j’ estime que pour construire du neuf sur de l’ancien, il faut regarder de prêt les capacités de résistance de cet ancien pour éviter que tout l’édifice ne s’écroule. Dans ce sens beaucoup de facteurs freins existent notamment au plan de la gestion des ressources humaines tout grade et niveau confondus, de la formation des cadres, de l’évaluation des apprentissages et du personnel, de la magnification des mérites etc. Malgré tout ma conviction est établie qu’il faut y aller avec patience et persévérance tant les résistances peuvent être fortes. Du reste, les autorités du MENA doivent accepter le débat contradictoire et même créer des espaces de ce débat dialectique avec tous les acteurs de terrain dans le respect de la différence et sans passion. C’est seulement ainsi que nous pourrons déceler nos insuffisances et ensemble les corriger et si besoin est, réorienter nos actions en donnant plus de chances de réussite à cette réorganisation de notre système éducatif qui n’est pas qu’un simple transfert.c’est_à-dire un futile rattachement d’ordres d’enseignement comme le pensent certains.

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2013 à 13:07, par ZA
      En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

      Mr Toé , je pense qu’il est plus sage d’évaluer d’abord l’existant (infrastructures d’accueil, ressources humaines.....) afin de s’assurer que le continuum peut fonctionner correctement au lieu de le lancer et maintenant voir si on dispose d’infrastructures et autres ; c’est aussi simple que ça. Pourquoi dans l’administration burkinabè on aime toujours mettre la charrue avant les boeufs ? C’était le cas aussi avec le fameux système LMD à l’université. Il y a des domaines où on ne peut pas se permettre de "se débrouiller " ; si on le fait c’est pour sacrifier l’avenir de toute une génération. Qu’est ce qui coute au gouvernement d faire un audit sans complaisance du système éducatif actuel avant de se lancer dans le continuum ? Est-ce que le MENA s’est exactement le nombre de salle de classes réellement existant sur le terrain ? Il ne faut pas se fier uniquement au chiffres communiqués ; s’il y a des fonctionnaires fictifs il n’est pas non plus exclu qu’il y ait des salles de classes fictives. Il ne faut pas voir seulement l’effet de mode ou l’argent des PTF et ne pas se donner la peine de reflechir.

      Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2013 à 13:33, par JGP
      En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

      L’éducation a tellement connu de réformettes (comptez les SVP) sous le diktat des bailleurs de fonds que le bien fondé de toute réforme se pose (sérieux !). Les arguments servis en public souvent sont légers mais comme il faut y aller afin de bénéficier des fonds extérieurs, on y va TOUJOURS ! Et cela se vérifie aussi dans des domaines comme l’agriculture, l’élevage, la santé, les routes etc... C’est pourquoi, nous émergeons tout en étant les derniers de la terre. Quelle prouesse continue !

      Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 12:17, par Oli
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Je me demande où va mon pays avec ce genre de décision ! Après le retrait de la recherche scientifique à Monsieur Moussa Ouattara, c’est le retrait d’une partie du secondaire. Quelle image donnons-nos dirigeants à l’éducation de nos enfants ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 16:17, par Lopes
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Je constate que le chao est tres proche.Quand une reforme est destinee a créer lapagaille, il faut etre myope pour l’entreprendre. le ministre Koumba a fini ses cartes, elle est deja victime de la sclerose du regime Compaore. cette farce de reforme est nulle et ne saurait nous divertir.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 17:35, par rockfeller
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    il faudra songer a definir le role de chaque acteur avant de foncer tout droit dans l,inconnu, de toute facon qui vivra verra :

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2014 à 21:17, par karensamba
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Papa Watmouss est sous le poids de l’âge ; et il transfert ses cahiers a sa fille Komba. On aura des CEG sous paillottes. Est-ce qu’il n’a pas été nommé ministre à contre-coeur ? ; tellement il convenait mieux à sa profession de prof de maths. Ensignement base,.. supérieur,.. action sociale,.. droits humains,..allez ; fusionnez-les tous en un seul ministère de L’EDUCATION.

    Répondre à ce message

    • Le 2 janvier 2014 à 08:54, par Charles
      En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

      La Gestion du système éducatif est complexe et sensible ! C’est pas que la simple politique !
      Nos cadres s’intéressent peu au système éducatif tant niveau national que dans les autres pays !
      Il est tellement facile d’écrire sur un sujet que l’on ne maîtrise pas, mais ces prises de position à légère ne sont nullement constructifs.
      Ils ont nombreux à vouloir donner leur avis sur le sujet, mais ne sont pas du tout prêts à lire la politique nationale en vigueur !

      Répondre à ce message

      • Le 2 janvier 2014 à 11:52, par skam
        En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

        le transfert dans l`idee de la reforme est une bonne chose. Mais la maniere et les moyens mis en oeuvre sont inquietant. Pour la maniere : implication tardive et hative des acteurs. C`est en aout pass. que les chefs de circonscription ont ete invite a ouvrir des cieb(complexe integre de l education de base) de concert avec les partenaires (ceg. Maire .parents) alors que ces derniers n avaient pas ete sensibilises. Pour les moyens:Ouvrir des classes de sixiem sous paillote en plus des milliers qui en existent deja dans nos ecoles classiques. Au meme moment comment les trois profs necessaires dans ce mois d`aout. Improvisation C`est pour quel resultat. avons nous toujours des planificateurs en educations dans ce pays. le politique ne sacrifie pas nos enfants

        Répondre à ce message

      • Le 2 janvier 2014 à 18:15
        En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

        L’ education est trop serieuse pour la laisser aux seules mains des experts. Je ne veux pas que des technocrates qui ne sont que des sacs a techniques ecrivent la vie de mes enfants au brouillon. Il n’ y a pas de gomme pour gommer les erreurs apres. De grace, meme Goama de Zwerome a le droit d’ opinier sur l’ education car il y va de la vie de ses enfants d’ abord. VCharles, tu as tort.

        Jean Marie Vianey Fayama, en vacances a ouagadougou

        Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2014 à 11:59
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Il serait juste d s attaquer aux problemes reels(prob d infractructures ressources humaines statu d l ensegnant du post primaire....) donl la resolution peut apporte un changema signicatif ds c continuim au lieu d quereller autour des questions non fondamentales(vacation,complexe d superiorite...)

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2014 à 12:00, par KABRE...
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    Il faut arrêter les faux débats. Depuis toujours certains profs de CEG nourrissent un complexe de supériorité face aux enseignants du primaire. Le rattachement du post-primaire au MENA blesse donc leur égo. C’est pourquoi ils voient le mal partout.En quoi êtes-vous supérieurs ? Privilégions l’intérêt général et Unissons-nous pour accompagner le processus de transfert car l’union fait la force.

    Répondre à ce message

    • Le 2 janvier 2014 à 18:20
      En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

      Avec une reflexion terre a terre de ton niveau, il ne s’ agit donc pas d’ un simple probleme de complexe de supriorite. Si tous les enseignants du primaire etaient comme toi, les enseignants de CEG seraient indubitablement superieurs a vous. Ca n’ aurait pas ete une simple question de complexe, mais un fait. Un fait est palpable. Une opinion depend de qui l’ emet. Et de toutes facons, a ce que je sache, un enseignant de CEG a fait Bac +2 et la plupart des enseignants du primaire, c’est CM2 + 4. Meme si on les met ensemble, je vois mal comment ils seraient egaux sur le plan administratif au moins. Tu vas toujours souffrir de ton complexe de la petitesse.
      Un enseignant de CEG qui a le plus profond respect pour les enseignants du Primaire sans lesquels il n’ aurait jamais ete ce qu’ il est.

      Répondre à ce message

    • Le 2 janvier 2014 à 20:23
      En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

      POURQUOI PAS UN MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT AVEC DES MINSTRES DELEGUES ?
      Qui dirige le CEG avec une ecole primaire ?

      Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2014 à 17:50, par Lepaysdoitavance
    En réponse à : Education : le MESS transfert une partie de ses compétences au MENA

    pour le moment LE BURKINA FASO LE DERNIER PAYS AFRICAIN EN MATIERE D’ALPHABETISATION !!!!

    PAR CONTRE NOTRE ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, QUI EST LE MOINS SOUTENU ET CONTRE LEQUEL NOS AUTORITES LUTTENT S’EN TIRE BIEN AVEC le classement de l’universite de Ouagadougou a la 27eme place sur les top 100 universities africaines !!!! big up a nos braves professeurs

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés