Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 30 décembre 2013 à 12h15min
Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

Ma lettre ouverte à mon ancien professeur a suscité maintes réactions. Les lisant, s’est imposée à moi la nécessité de dire un mot sur le pluralisme et la tolérance, vu la pauvreté des arguments et le déferlement de propos incendiaires constatés. Qu’est-ce que cela dénote ? Sommes-nous au crépuscule de l’espérance dans notre Burkina chéri ? Ou s’agit- il du braquage d’un groupuscule d’agitateurs professionnels contre l’intérêt de la paix ?

Peut-on ou doit-on, en l’absence d’un droit transculturel de juger, laisser prospérer ceux qui tentent de justifier les atteintes graves aux règles de pluralisme et de tolérance au nom d’un complexe de convictions, de croyances et traditions différentes ? Certes, l’abus de postures frontales contre les principes démocratiques affaiblit leur stature intellectuelle et leur sens moral. Mais il importe, comme nous y invite J.S. Mill, d’appliquer le principe de pluralisme avec le maximum de tolérance possible. Cette acception procède d’une doctrine philosophique optimiste de la nature humaine.

Optimiste en ceci qu’elle parie sur le meilleur en chacun de nous : être doué de raison et, elle l’est aussi, parce qu’elle n’hypostasie pas les différences entre opinions, cultures et modes de vie pour en conclure une incompatibilité radicale entre eux. C’est à partir de ce présupposé théorique que les sociétés ouvertes, comme les Etats de droit démocratique, le nôtre y compris, tentent de pratiquer ce maximum de tolérance possible.

Ainsi, espèrent-ils entraîner le meilleur en chacun de nous, à pratiquer cet idéal au quotidien comme vécu social. Il en résulte-positivement- de laisser s’exprimer toutes les opinions fausses. Ce qui, d’une certaine manière, leur permet de discriminer le vrai du faux. Le foisonnement d’opinions constaté à l’occasion de cette lettre, me conforte dans l’idée que cette exigence de maximum de tolérance possible est aussi, paradoxalement, consubstantielle de l’idée des limites raisonnables à la tolérance que développe le philosophe américain John Rawls. Elle ne s’applique pas aux régimes hégémoniques ; ceux qui portent gravement atteinte à l’intégrité physique de la personne et à son droit à l’opinion libre. L’héritage-défi que nous lègue Mandela, porte primordialement sur ces deux valeurs (vie et liberté) fondamentales en ceci qu’elles transcendent les droits des Etats. Elles surclassent donc la plus acharnée des prétentions des Etats : leur souveraineté.

Notre IV République n’est donc pas un Etat hégémonique, vu ses pratiques. L’Empire Mossi, le Congo ne l’ont pas été pas plus que le Mali où la Charte de Kurukan Fuga datée de 1240 stipule en son article 5 que « chacun a le droit à la vie et à la préservation de son intégrité physique .. . » et à la libre opinion. Mieux, même un mensonge, peut non seulement être émis mais la société Mandingue se réservait le droit de ne l’invalider qu’au bout de 40 ans suivant l’article 17. Formidable tolérance ! Mais au juste, quelles en sont les contraintes pour les sociétés traditionnelles africaines (elles les ont observées sous le Mansa Soundjata Kéita) comme pour les Etats modernes post coloniaux que nous bâtissons ? Il faut à cet effet, une stricte neutralité de l’Etat vis-à-vis des diverses opinions et conceptions du bien librement choisies par les individus ou groupe social.

Cette neutralité advenant réalité, il en découle deux hypostases philosophiques : D’abord le respect de la liberté individuelle qui, fondant la diversité des opinions, valide l’idée que les prérogatives dont l’individu est porteur sont la liberté de conscience et le libre choix des valeurs à réaliser. Ensuite, comme conséquence ultime de la première ou co-extensivement à celle-ci, se met en place un pluralisme des valeurs (vécus sociaux, expériences de vie). Ces deux exigences sont, à vrai dire, les limites raisonnables à la tolérance. Observées, elles rendent impossible un Etat dictatorial pas plus qu’elles ne sauraient tolérer l’émergence d’états théocratiques (risque que le Mali a couru) ou d’autres en proie aux atavismes ethniques (l’actualité du Sud Soudan nous le rappelle avec douleurs).

En renforçant notre IV République par nos choix et arbitrages démocratiques, nous nous détournons de l’intolérance. Sécularisons nos institutions. Elles sont en devenir, dans un contexte ouest-africain tourmenté et instable, au service de l’Etat de droit et des droits de la personne. Notre impatience peut rompre leur cycle ou rythme de maturité et nous éloigner ainsi de notre volonté de faire de l’Etat burkinabè, une arène neutre soutenue par des institutions non seulement fortes, vœu cher au Président Obama, mais aussi décentes (avec une touche éthique comme administrations et comme moral).

Nous sommes, individuellement et collectivement porteurs de nos attentes et de nos ambitions. Et ceci ne peut signifier un laisser-faire quant à enseigner les valeurs autour desquelles l’Etat de droit démocratique s’articule.

Il s’ensuit que cet Etat poursuivant cet idéal des citoyens libres, contrairement à l’orthodoxie néo-libérale qui prône un désengagement actif tous azimuts, doit intervenir pour interdire- c’est là une autre limite de la tolérance- par exemple aux parents et aux institutions éducatives de véhiculer, transmettre de fausses valeurs et propagande politique haineuse à l’école, aux enfants (racisme, xénophobie, persécution religieuse ou politique). Il ne faut pas croire les néo-libéraux qui pensent que ce type d’intervention consolide l’Etat-Providence, consistant ainsi, à libérer les gens du soin de s’occuper de leur propre vie et dont l’ultime but reviendrait à les soustraire à leur triple responsabilité morale, civile et pénale.

Renforçons nos institutions dont les fonctionnements, même si aujourd’hui nous déplait, mûrissant, elles poseront des actes qui réduiront le fossé entre nos droits inhérents à notre dignité humaine, les normes et règles de droit que nous nous sommes données librement et les injustices réelles ou postulées. Parions sur cette maturation institutionnelle. Il ne sert donc à rien de frapper d’irrecevabilité épidermique les ambitions du Président Compaoré, qui du reste, ne sont ni illégales ni parjure, alors même que le temps des moissons arrive pour qui sait cultiver. Et, c’est bien celui des urnes.

Dénoncer la corruption éventuelle des urnes, des plumes ou le manquement au consensus comme parole donnée ; c’est l’art de la critique que soutient le droit à l’opinion libre. Engageons-nous davantage à cultiver la tolérance entre nous membres de l’élite urbaine et donnons une chance à la paix au service du pays rural. Voici ma foi républicaine en partage ! Elle n’est donc pas naïveté.

N’aan laara, an saara ! Cette injonction à agir du Professeur Ki-Zerbo signifie cet engagement à construire pacifiquement un état démocratique. L’appel au peuple est un moyen pacifique, démocratique et constitutionnel. Il rappelle une incontournable réalité : la souveraineté démocratique est l’affaire du peuple. Et L’Etat démocratique en retour, assure la paix et la sécurité de chacun et de ses biens. Le Burkina Faso n’est pas un Etat failli. Il assure paix et sécurité de chacun. Or l’Etat est le seul facilitateur, disait Thomas Jefferson, l’un des pères fondateurs des Etats-Unis, de l’accès du peuple à la poursuite du bonheur.

Destin enclavé comme le nôtre, rappelons-nous que la prospérité générée par le commerce transsaharien par exemple dans l’Empire du Mali tient au respect de ces valeurs pérennes que l’Empereur Soundjata Kéita fit appliquer dès 1236. Ibn Battuta nous en donne témoignage. Enfin ! En quoi les ambitions rivales et légitimes de nos dirigeants (pouvoir et opposition), tant qu’elles transitent par l’arbitrage du peuple, entravent-elles sa « poursuite du bonheur » ? Bonne, heureuse et fraternelle année 2014.

Mamadou Djibo, Ph.D.
Philosophie

Vos commentaires

  • Le 30 décembre 2013 à 00:42, par Le Druide En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Le plus important est que chacun de nous prenne rendez-vous avec l’ histoire. Quand ce pays manquera de paix pour vivre sa misère, on se retrouvera - si je survie aux balles du Régiment de sécurité présidentielle - pour dire qui de Étienne Traoré ou de Blaise Compaoré a mis la paix actuelle en péril.

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 01:30 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      " et à la libre opinion. Mieux, même un mensonge, peut non seulement être émis mais la société Mandingue se réservait le droit de ne l’invalider qu’au bout de 40 ans suivant l’article 17. Formidable tolérance "

      La charte de Foungan fougan ou je ne sais quoi, etc. dit que meme un mensonge ne peut etre change qu’ apres 40 ans. Si tu es raisonnable, meme si l’article 37 etait un mensonge, est-ce qu’ il a jamais vecu 7 bonnes annees sans etre changee au gre de la ruse de Blaise Compaore ? Je croyais que la philosophie s’ inquietait de la verite et de la logique. Je suis oblige de conclure a une volonte de sophiste de votre part. Votre analogie est fausse car vous refusez obstinement de vous en tenir aux parallelismes des formes. Vous etes malhonnnetes, donc pas philosophes. Socrates fit mieux plus de 3000 ans de cela. Malheur aux fils qui ne font pas mieux que leurs peres.

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 03:13 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Dans la vie il faut savoir se taire et avoir un peu d’intelligence emotionnelle. Toi Djibo qui est au Canada et ne sait point comment la majorite des Burkinabe souffrent pour avoir 3 repas par jour, de quel droit te permets tu de t’exposer par la sorte en defendant un regime qui a Norbert Zongo sur la conscience. Qu est ce que cela t aurait coute de simplement "la fermer" et vivre en paix au Canada. Des gens comme Mahama Savadogo ont compris et se sont calmes. De grace quoi les gens de la diaspora, ayez un peu de decence et taisez vous. Si vous ne voulez pas aider le peuple a se liberer du joug de 27 ans, ne participez pas a sa destruction totale. Restez bien au froid au Canada et fermez la.

      Répondre à ce message

      • Le 30 décembre 2013 à 10:41, par Suyélé En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

        Merci mon frère !
        Finalement je crois qu’il y en a qui ont besoin qu’on leur dise les choses de cette façon !

        Répondre à ce message

      • Le 30 décembre 2013 à 13:01, par Ibrahim SAM En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

        En fait, c’est ce genre de réaction qu’il convient de dénoncer. Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas d’accord avec Monsieur Djibo qu’il faut deverser votre haine dans ce forum. Mr Djibo ne vous a pas insulté et il convient de rester courtois. soit vous avez des arguments et vous les donner. Soit vous n’en avez pas et vous vous taisez. le silence est d’or et d’intelligence. c’est dangereux parce que toute personne n’ayant pas votre avis est un ennemi. encore pire quand cette personne n’est pas au pays. quand même le pays appartient à tout le monde. Mr djibo est burkinabè et possède autant le Faso que vous. en plus, il a eu le courage de réagir sans anonymat alors que vous, vous n’oseriez pas dire vos insultes sous vos vrais noms et prénoms. arretez de croire quz vous êtes le seul à avoir des convictions et surtout respectez ceux qui assument leurs convictions.
        Par ailleurs, Mr Djibo, tout intellectuel digne de ce nom se doit de reconnaitre qu’il n’y a aucun mal constitutionnel à reviser l’article 37. Il s’agit d’une vérité. la constituion elle-même dit qu’on peut la changer selon des dispositions bien précises. Il reste que le problème n’est pas là. il ne s’agit pas de légalité mais d’interêt supérieur. Blaise est le garant de la constitution. Est-ce normal qu’il en joue comme il veut ? En effet, est-ce que le gardien qui garde votre maison a le droit d’y entrer et de prendre ce qu’il veut ? c’est simple. aujourd’hui, il y a l’intérêt commun et supérieur qui est en jeu. il y a deux cas.Premièrement, blaise décide de reviser la constitution et il y a une partie du peuple qui ne sera pas d’accord et c’est la merde dans tous les sens du mot même si je pense que les messieurs anonymes du forum ne seront pas dan la rue comme ils le pretendent (ils n’expriment ici que leurs peurs intimes). deuxièmement, blaise quitte le pouvoir et il y a des élections avec tout le tralala qu’il faut et je ne pense pas que l’autre partie du peuple "pro-blaise" ne sera pas d’accord. je pense qu’il n’y aura rien. cette partie "pro-blaise" ne va pas vouloir la guère ccar elle est d’abord CDP. le CDP aura un candidat. C’est là que je me pose la question d’un 3ème cas : que se passe-t-il si le candidat est francois compaoré ? Pour ma part, cela ne me derangerait pas car les anti-blaise ne peuvent pas vouloir le bueure, l’argent du bueure et la crèmière. va falloir accepter que francois se présente si on ne veut pas de blaise sinon, ca sera une occasion pour blaise de légitimer sa présence. Monsieur Djibo, tout le monde prefère le 2ème cas car il y a plus de chance de préserver l’interêt supérieur : la PAIX. Sinon, que l’article 37 peut être révisé. un reférendum peut être organisé. MAIS CELA VAUT-il LA PEINE JUSTE POUR QUE BLAISE RESTE AU POUVOIR, NOUS SOMMES plus de 16 millions d’habitants, doit-on laisser un seul homme mettre tout le monde en danger ? Pour ma part, il faut juste dire qu’il peut tout changer et rester aux risques et périls du Faso. d’où il est préférable qu’il quitte le pouvoir quite à revenir en 2020. Bonnes fêtes et arretez de croire que ceux qui sont à l’extérieur ne tiennent pas aux pays comme vous. Nous avons les mêems droits et devoirs

        Répondre à ce message

      • Le 30 décembre 2013 à 15:25, par lumière En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

        c’est triste d’avoir des réflexions d’aussi bas niveau. donc pour vous parce qu’ils sont à l’étranger, ils n’ont pas le droit de s’intéresser à la gestion de leur pays ? il ne vivent peut être pas les même réalité mais ils ont de la famille resté ici qui vivent les même réalités que vous. ils sont burkinabé comme vous donc ils ont le droit d’avoir un œil sur la gestion du pays. parce DJIBO vie a l’étranger et ne partage pas votre avis il doit se taire.ca ce sont des réflexions de petit esprit.si vous n’avez rien a dire épargner nous vos sornettes.

        Répondre à ce message

        • Le 31 décembre 2013 à 11:06, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

          Je n avais aucune envie de réagir sur cet article mais vous m y obligez.Car,je pense que c est vous qui n avez rien à dire.l Anonyme ne dénit le droit (qui est-il pour le faire ?) aux émigrés (j en suis un) d avoir un oeil sur la gestion de leur cytée d origine.Ce qu il ne peut pas comprendre,c est voir des gens comme Djibo vivre dans des pays vertueux en matière de gestion et ne pas souhaiter la même chose pour son pays.Quand lui il voit qu un maire d une grande ville canadienne démissionne parce qu il a été filmé en train de fumer du crack,ou un autre qui démissionne parce qu il est soupçonné d avoir reçu des pots de vin,pour quelqu un qui fonctionne normalement,que devrait être son premier réflexe ? Ne lui est-il jamais arrivé d avoir des regrets que de tels comportements,démissionner parce qu on n a pas été irréprochable, ne soient pas dans les habitudes de nos gouvernants ? Ne pas avoir un tel sentiment ne serait simplement pas malhonnête ? Lui ,il a pu bien soutenir un PhD en philosophie dans ce pays parce que les autorités ont fait de l éducation une clef de réussite et y investissent contrairement aux nôtres dont les universités ne savent meme plus en quelle année accadémique elles évoluent actuellement.Ce d autant plus que presque tous les gourous de la république ont leurs enfants dans les meilleurs universités d Amérique du nord(quelle ironie !) dont il ne peut nier avoir entendu parler voire rencontré.Se pose-t-il la question de savoir ,avec quel salaire ? Surtout quand on sait que ces enfants "gatés" ont souvent un niveau de vie au dessus de ceux des pays d accueil ?Peut-il nous dire que tous ses proches dont les enfants fréquentent dans les établissements publics abandonnés à leur triste sort au pays ne lui ont jamais exprimé leur amertume face à cette situation ? Comment y réagit-il ? Il ne peut quand même pas dire qu il n en a pas ,des parents proches ou de loin au pays à moins qu il ait coupé tout contact.A-t-il jamais lu un de ces rapports produits annuellement par les différentes structures de controles des deniers publics qui dorment dans les tiroirs au Faso ? Est-ce cela possible au Canada ou ailleurs ? Qu il ne nous dise par que nous n avons pas les mêmes cultures.Car si nous savions que nous allions mal copier les habitudes occidentales ,il ne fallait meme pas s y engager .Ou on s applique corretement à l orthodoxie occidentale en matière de gestion dans laquelle tout le monde trouve son compte sans exclusion,d où qu elle vienne,ou nous abandonnons tout et revenons à nos coutumes et us.Il n est pas difficile de nous y adapter quand on sait que les ghanéens et d autres pays africains exemplaires en matière de démocratie s y sont conformés sans dommage.Quand lui Djibo cite nos empires d autres fois où même pour invalider un mensonge,il faut attendre au moins 40 ans,s est il demandé quel est l age de notre constitution ? S est il demandé combien de fois a-t-elle déjà été modifiée ? Pourquoi cette référence à géométrie variable ? Alors,mon chèr(e) "lumière" sa vision n a rien de bas niveau à moins d être malhonnête intellectuel ! Bonne fin d année 2013 et heureuse année 2014 ,si proche si loin,juste quelques heures.

          Répondre à ce message

        • Le 2 janvier 2014 à 22:10, par JAH2MOT En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

          c est trop facile d donner sn opinion d bengué si ca allait tant au pays vs aurez pas quitté vos familles pour l’europe.

          Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 01:01, par seattle En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Vous savez,le peuple Burkinabe a souffert et soufre toujours des 27 ans de pouvoir du capitaine Blaise Compaore. Le droit a la vie prone par Norbert Zongo lui a coute sa vie.Nous meritons plus que de la supercherie,de la philosophie motivee par le maintien d’un individu qui ne pense qu’a son fauteuil.Ce n’est pas de l’intolerance face a la derive totalitariste,la tyrannie,le peuple se doit de reagir par tous les moyens comme cela a ete le cas dans toutes les revolutions passees et recentes,C’est de la democratie,la liberte de refuser de se faire otage d’un regime qui se nourit du sang des fils innocents et des deniers publics.Respecter sa parole,ne pas modifier larticle 37 ne menace en aucun cas la paix nationale.La modifier menera le peuple a l’abattoire !Le boucher doit etre arrete comme l’a affirme Le PR Loada.
    Happy new Year without the COMPAOROSE again

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 01:25 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Mr. Djibo, vous utilisez un gros francais mais la verite est simple et droite comme les tecks de Pabre. La tolerance, ce n’ est pas un comportement equidistant entre le renard et la poule. Si tu es tolerant au meme titre pour le renard et pour la poule, tu es certainement un renardeau. Et la famille des gallinacees n’ aimeront pas. Alors, ils reagiront de facon drue comme ce que le peuple generique a fait favce a ton message qui consacre la dictature des Compaore. Nous on n’est pas phd. philosophie mais ne prends pas pour des cons. Arretez tous votre danse macabre. On vous a vu venir depuis longtemps.

      Jean Marie Vianey Fayama, Toronto, Canada

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 01:33, par Salia En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Djibo, je vous connais pas et heureusement, parce que je serai pas dans mes beaux jours si je vous connaissais.Je posais la question un jour si Blaise a toujours des amis.Mais en fait il n’a autour de lui que des griots du palais qui sont commandé par le ventre et je dirai même le bas ventre (je veux parlé des niqueurs de peites Gos parce que leur situation sociale a évolué grâce à Blaise).Si vous n’avez plus rien à donner au moins parlez de telle sortes que vos enfants ne soient la risée de leurs camarades.Avez vous le courage de les regarder quand vous rentrez le soir ?Ah je sais, vous rentrez quand ils dorment déjà et vous sortez quand ils sont déjç partis !

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 02:07, par Nessida En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Le boucher c’est l’ANEB : toujours prête à envoyer les étudiants à l’abattoir.

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 04:17, par le cheikier En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      "Face a la tyrannie,la violence est de droit".Mr Ph.D on a pas besoin de Philosopher longuement sur le cas burkinabe.le commun du mortel comprend clairement la situation actuel du Faso.nous voulons la Paix,pour cela nous preparons la guerre.dit moi est ce le Burkina qui fait de Blaise un president ou Blaise qui fait du Burkina un Pays ???
      la Philosophie nous enseigne,et je dirais simplement les regles du bon sens nous enseignent la prudence,la patience,la ponderence,le refus des excess....bref,le respect d’autruit( physique et morale).Mr Djibo,vous parlez de tolerence ! En 27 ans,Nous avons subis umiliations de tout genre,insultes de toutes categories,assassinas crapuleux et ignobles,un mepris depassant meme les bornes de l’atmosphere du clan Compaore.Pourquoi ne demandes-tu pas Blaise et son clan de tolerer notre refus actel ?pas de senat,pas de modification de la constitution,pas de patrimonalisation du pouvoir,pas de monarchie....
      Vous savez Mr Djibo,"il faut se battre pour la paix et non se taire pour la paix".et la,le Burkinabe lamda l’a bien compris.
      "LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS"

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 06:17, par zwadus En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Bjr quelqu’un peut il me traduire en français ce qu’a voulu dire le Dr Djibo ? J’avoue que j’ai rien compris.

      Répondre à ce message

      • Le 30 décembre 2013 à 10:11 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

        justement parcequ’il n’a rien qu’il croit qu’il suffit d’aligner des phrases les unes à la suite des autres sans lien espérant impressionner les internautes. c’est raté.

        Répondre à ce message

        • Le 19 mai 2014 à 03:29, par Mansoud En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

          La rigueur du discours philosophique exige un vocabulaire et une syntaxe qui ne peuvent s’apprécier que dans un univers purement philosophique . Je ne partage pas forcement les convictions du Docteur Djibo mais j’interpelle les animateurs de la tribune sur la nécessité de communiquer avec courtoisie . Cela autorise l’application de son devoir à reconnaître le droit d’autrui , le droit du Docteur djibo et partant son droit à disposer de son entendement et à l’exprimer selon les nécessité du moment . Le choc épistémologique et méthodologique qui produit un tel spectacle ne doit nullement constituer la gerbe vertigineuse de la haine et de la xénophobie . Je prône une lutte civilisée et pacifique dans le respect des valeurs burkinabé à défendre notre constitution et à s’opposer à sa modification ; et ce qui par le dialogue n’est pas impossible .

          Répondre à ce message

      • Le 30 décembre 2013 à 10:44, par Suyélé En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

        Mon frère,
        tu as de la chance si tu n’as rien compris ! car c’est même mieux ! Donc, laisse tomber, parce que je crois que tu n’as rien perdu, puisqu’il aurait pu se taire que ça ne changerait rien !

        Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 07:09 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Mr Djibo est un sophiste de mauvaise foi. Croyez vous qu’après près de 30 ans de pseudo-démocratie , ce rigime a quoi de nouveau à proposer ? Il est pas question d’arbitrage populaire ici. Vous parlez d’ailleurs de quel peuple ? Ce peuple désespéré que vous et le régime veulent apeurer en brandissant un éventuel chaos après son départ. Non Mr. Djibo, ce pays à exister avant Blaise et il survivra sans lui.
      A bon entendeur salut

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 08:50, par verdad En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      la réaction du peuple ne doit pas se faire dans la violence. jette un œil sur les pays ou le peuple a réagi par la violence, les révolutions récente. on-t-ils retrouvés la stabilité ? on-t-il vraiment tirer un bénéfice de cette violence ? arrêtons d’inciter le peuple burkinabè à la violence et utilisons les outils que la démocratie nous donne. allons au référendum et préservons la paix dans notre chers pays le Burkina Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 01:26, par Berenice En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Djibo, tu n’as pas compris que tu es suranné !Fais nous l’économie de tes écrits de malheur.En fait tu doit comprendre que lorsqu’on vit en société il y a des règles minimales à ne pas transgresser.Le bon sens et l’éthique.Blaise a un contrat avec le peuple qui finit en 2015.Il n’est pas le seul à même de diriger ce pays.Il peut partir et s’il est soucieux du peuple, il va encadrer son successeur au cas où celui ci aura des difficultés.S’il avait été un bon Président pour ce pays, il devrait être fatigué.Parce que malgré ses efforts rien n’avance.Tenez le Burkina Faso est classé dernier du monde en matière d’alphabétisation.Si vous n’avez pas honte de ça moi si.Et pire j’ai honte qu’on m’annonce que le Balise est au pouvoir depuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !Basta M. Djibo !

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 16:03 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Normal que le BF soit dernier en matiere d’ alphabetisation. Le president lui- meme, pares 27 ans de regne sans partage, n’ a pas beaucoiup appris. Je l’ai ecoute avec l’ interview des journalistes du Journal leMonde et j’ avais eu honte d’ etre burkinabe. Des phrases decousues, un manque criard de suite dans les idees, non mais c’ est pa la pel.

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 01:27 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    arretez de mettre les gens en retard avec vos cours de philo la ! finissez ca sur un ring une bonne fois.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 01:53, par SIDGOMDE En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    C’est a cause de ces blablaaaaa la que vous etes en arriere.On est fatigue de vous les soit-disant intellectuels qui soutiennent BLAISE pour tuer les Burkinabe.Prend cette connaissance que tu as la pour dire a BLAISE de quitter le pouvoir car ce n’est plus la royaute .Mais malgre que tu te dis intellectuel,tu prefere defendre ton seul ventre voila pourquoi tu ne seras jamais respecter par les jeunes,les enfants.Donc quitte dans ca.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 01:57, par le bon En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Djibo, on a tout compris de votre système. De tout temps des individus comme vous ont existé. Et quelque soient tes tournures, tout te ramème à Blaise que le peuple vomis de façon silencieuse. Patient qu’il est, attendant 2015 pour crier victoire. On verra à quoi servira votre Ph.D au Burkina. Notre sang et notre sueur sont suffisamment versés pour assurer la royauté des Compaoré. Assez ! y en a marre ! Trop c’est trop !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 02:32, par keletigui En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Bonjour, ainsi se poursuit l’alliénation des intellectuels africains formés a l’école du blanc. Ils évoquent et citent les auteurs occidentaux avec fierté pour nous offrir de beaux textes vide de sens. Ces auteurs occidentaux ont donné sens a leur propre vision du monde en créant des systèmes sociétales qui leur conviennent et pour leur interêts. Nous nos penseur se posent les mauvaises questions et se lancent dans des débats inféconds et sans solution pour notre société. Quand est -ce- que ces idéologues penseront à un paradigme pragmatique de gestion des sociétés africaines . L’histoire nous revêle qu’il y a eu en Afrique, de la Nubi au royaume mossi ,des modèles de gouvernance précurseur du modèle occidentale. Donc nos philosophes devraient creuser dans notre histoire pour nous apporter des solutions actuelles à nos problèmes. En quoi ce texte ou les débats précédent entre philosophes nous ont offert des solutions dans la problématique actuelle de notre démocratie ? Chacun utilise les mêmes valeurs démocratiques ou humaines pour tirer la couverture de son coté. Mais ne faut -il-pas revoir tout le système pour un modèle durable que de solutions sporadiques ou chercher à savoir qui à raison ou pas ? Ce qui est d’ailleurs à l’encontre de la philosophie. Je pense que la démocratie à l’occidentale n’est pas applicable en Afrique. Réfléchissons à des solutions africaines de nos problèmes en nous reférent au travaux de Cheick Anta Diope, Théophile Obenga, Achille Mbembe, Jean charle coovi gomez., Ki Zerbo, Bado Laurent, José Do Nascimento,

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 03:14, par Cum Laude En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Monsieur Djibo, merci pour cette deuxieme sortie. Vous et moi avions etudie dans les Universites nord americaines. J’ai cru comprendre que vous etiez au Canada pour votre Ph.D. et bien, moi je viens de finir mon master dans le pays de Obama et peu etre que j’entamerais le Ph.D. bientot. Mais la n’est pas le probleme. Vous ecriviez dans votre recit que, je cite : " Notre impatience peut rompre leur cycle ou rythme de maturité et nous éloigner ainsi de notre volonté de faire de l’Etat burkinabè, une arène neutre soutenue par des institutions non seulement fortes, vœu cher au Président Obama, mais aussi décentes". Moi je vous repond en disant que le voeux le plus cher de Obama, s’agissant du continent africain, c’ est de voir une Afrique debarrassee des regimes a vie, des gens qui pensent qu’ils sont nes juste pour diriger les autres. Obama souhaite voir une Afrique ou existent des Africains qui ont merite la presidence de leur pays, non pas parce qu’il ont verse du sang pour y arriver, mais parce qu’ils ont gagne par la voix des urnes. Et naturellement, lorsque le titulaire du fauteuil presidentiel l’acquiert par la voix des urnes, des institutions fortes ne font que pousser ; c’est juste une suite logique mon cher Djibo. You and I, we both know that Mr. Djibo. Don’t we ? May God bless you anyway. May God bless the previous (not today) land of upright men. Thanks.

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 16:23 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Cum Laude est un garcon genereux qui aime son pays et qui, en plus, a l’ intelligence de la tete, du coeur et de l’ ame. Vous n’ avez point besoin d’ un soit- disant doctorat en philosophie pour vous sentir en phase avec le peuple. Je ne comprends pas comment certains sont nes. Ils veulent le bonheur pour eux seuls. Mais ca ne marche pas comme ca. Le bonheur est collectif ou il est fictif.. Blaise Compaore veut organiser son enieme coup d’ etat. Cette fois- ci, meme les plus patients, pour peu qu’ ils soient un tout petit peu honnetes ont compris. Blaise n’ entend pas partir, pas parce qu’ il aime forcement le pouvoir, meme s’ il l’adore outrageusement et outrancierement, mais parce qu’ il sait ce qu’ il a fait au Burkinabe et aux citoyens epris de paix et de justice a travers le monde. C’est quelque chose qu’ il ne peut pas dire. Sinon il sait qu’ il est impossible pour lui d’ avoir une retraite comme Lamizana qui logeait a la Zone du Bois, pres de la Permanence du Secteur 13. Parce que Lamizana a vecu sans chercher a piller ce pays, sans chercher a tuer les fils et filles de ce pays pour consacrer un pouvoir, qui, de toutes facons, comme chateau de cartes, va s’ ecrouler a l’ instar des autres pouvoirs que l’ histoire nous a donnes de voir. Si vous l’ avez oublie, Blaise , lui, a la memoire vive : Sur le rapport de 30 mille pages concernant la Sierra Leone, raison pour laquelle Charles Taylor ne jouira plus de ses milliards de diamants ensanglantes, il y a 7 mille pages qui concernent le Burkina, pardon, Blaise Compaore. Il y a le dossier Norbert Zongo qu’ ils savent au fond non liquide. Ils peuvent le dire autant qu’ il leur plaira dans le cercle du pouvoir mais la realite, ils la connaissent, autant qu’ ils la redoutent. Je ne parle meme pas du cas de l’’ icone Sankara, l’ homme qui empechait de manger en rond. On peut meme y verser le dossier ivoirien car le Burkina etait devenu exporteur de diamant et de cafe-cacao, lol !!! Donc, ce que Blaise fait actuellement, ce n’ est plus de la politique, c’est de la survie. Arretez de me parler de constitution ou de n’ importe quelle entourloupe pseudo- juridique. La seule maniere de mettre un stop aux plans de Blaise Compaore, ce n’est pas de parler ou de philosopher. C’est de lui opposer le seul langugae qu’ il peut comprendre car meme si vous parlez en moore, il ne comprendra pas. C’est un militaire dans l’ ame et il ne comprend que les rapports de force.

      Un Chercheur en Sciences Sociales dans une Universite Americaine de la Region de New- England, USA.

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 03:30 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    ton reve serait en réalité un cauchemar car il n’y aura pas de référendum ou pour être clair,ton monarque sanguinaire ne sera pas candidat,pas qu’il ne le désire pas mais nous allons barrer la route à ce braqueur récidiviste.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 03:36, par le penseur belekili En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Djibo, tu parles trop. Nous, le peuple, voulons tout simplement le depart de blaise compaore de kossyam en 2015. Referundum Mon oeil, Le paysan est devenu roi

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 03:59, par charlemagne En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Monsieur Djibo, je n’avais pas réagit à votre première lettre mais il faut que vous arrêtiez de nous prendre pour des cons. Quand vous parliez de "Dénoncer la corruption éventuelle des urnes, des plumes ou le manquement au consensus comme parole donnée", qu’avez vous écris quant à ouaga tout le monde a vu un maire courir avec des urnes dans sa voiture ? Qu’avez vous écris pour dire au président blaise compaore de respecter sa parole quand il disait que les points non consensus de ccrp seront maintenus tels ! A -t’il seulement tenu parole en annonçant laconiquement que le peuple sera consulté si les députés ne s’entendent pas ? On aurait voulu que vous réfutez point par point les argument de votre professeur que de vous mettre encore à vomir du n’importe quoi. Et si vous voulez qu’on vous respecte, utilisez un français courant pour vous exprimer pour que tout le monde vous comprenne car vos stuart mill et consors, en n’a que faire avec. Même si nous ne sommes pas philosophes, peut-être qu’on les connaît aussi bien que vous. Si chaque internaute va passer son temps à utiliser des termes de son domaine pour écrire, imaginez ce qu’on aura comme argumentaires.
    Faites vous respectez car vous foncez tout droit dans le mûr par vos écrits comme blaise est en train de la faire. Enfin, dites nous que vous êtes professeur de philosophie dans une université digne de c nom et dans ce cas, vous n’aurez plus à mettre PhD.

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 15:08, par Rocco En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Merci mon Frère. Moi ce qui peut me dja dans cette histoire c’est qu’il gate le nom de la philosophie, l’authentique. Lisez ce qu’en disait un auteur de la Grèce antique du nom d’ Epictète : "ne te dis jamais philosophe, ne parle pas abondamment devant les profanes des principes de la philosophie." Il ajoute :" mais agis suis ces principes [les principes de la philosophie] Par exemple à un banquet, ne dis pas comment il faut manger, mais mange comme il faut. ’Se dire philosophe’ relève du faire voir, agis selon ses principes relève de l’être. Si tu veux philosophe, sois ce que tu es, une intelligence claire en accord avec ce qui est [la Vérité] "

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 04:31, par pais En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    mr djibo je pense ke c’est erroné de parler en disant GROUPUSCULE D’AGITATEURS PROFESSIONELS.tu penses que la majorité des burkinabe est derriere ce gouvernement en place.de toutes les facons on sait qui est derriere tes ecrits pour distraire le peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 04:36, par NOUS REVONS D’UN AUTRE BURKINA En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    De quelle paix, de quelle sécurité des biens et des personnes parlez-vous, Monsieur le Philosophe ? Celle garantie par les institutions républicaines, mais qui a néanmoins emporté dans un brasier volontairement allumé par qui vous savez, ou les zélés serviteurs de qui vous savez ? De quelle démocratie parlez-vous, quand les crimes anti-démocratiques sont élevés au rang de hauts faits de guerre et, récompensés par les supposés garants de la Démocratie ? De quelle paix vous faites-vous le chantre, quand délibérément on allume l’incendie qui consumera notre quiétude, qui nous autorisait encore a rêver a des lendemains meilleurs, juste pour satisfaire la soif de pouvoir et de richesses de quelques individus ?
    Bas le masque, monsieur le Foulosophe, Monsieur le Fou du Roi ! Nous ne vous avons que trop entendu.
    Nous, nous rêvons d’un autre avenir pour le Burkina, D’UN AUTRE BURKINA !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 04:45, par npk En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Phd ou quoi mange et tais toi. Tu n es pas plus intelligent qu’un instituteur de brousse plus utile que toi d ailleurs .quitte dans ça pcq ton pain sera bientôt grillé.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 05:02 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Très souvent, quand on parle du peuple, on oublie aisément qu’on veut parler de la population et du peuplement vu plutôt dans son homogénéité comme l’âme d’une contrée habité humainement. ce faisant on cherche à prendre profit de cette âme unique instrumentalisée à souhait. La majorité n’est pas le peuple seule le consensus s’approche de l’avis du peuple. Alors les consultations que nous faisons ne sont pas les référents de la voix du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 05:52 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Vous savez, il vaut mieux prevenir que de courir apres la guerison.Nous voulons un changement ,une alternance. Pour ceux qui pensent que si c est pas Blaise person ne peut diriger le pays .Qui peut dire qu au temps de Thomas Sankara on pouvait savoir que Blaise pouvait diriger ? Donnons la chance a d autres tetes c est la regle du jeu.On ne peut pas etre la a modifier la constitution pour diriger tout un peuple.Arretons de parler de referendum parce que le resultat est connu d avance.79% de OUI seul blaise peut diriger le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 05:52 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Toi Mamadou Djibo, tu n jamais aime notre cheri Burkina ! voila pourquoi tu est au CDP .

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 05:54, par Mr D En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    "Celui qui sait, et qui sait qu’il sait est un sage, laissez-le.
    Celui qui ne sait pas, et qui sait qu’il ne sait pas est un sage, aidez-le.
    Mais celui qui ne sait pas, et qui ne sait pas qu’il ne sait pas, ou pire, qui croit qu’il sait, est un âne, fuyez-le."

    S’il suffisait d’avoir un Ph-D pour s’arroger des droits de moralisateur, pour ne pas dire de connaisseur, le Burkina Faso en aurait à revendre. Tout compte fait, je ne vous en tient pas rigueur. Certaines personnes, comme vous, ont choisi de rentrer dans la cour des "grands" par la médiocrité. Et cela est tout à fait normal, c’est un choix. Mais sachez toutefois que les grilles du cercle vicieux sont fermées depuis bien longtemps par des prédateurs très féroces, plus féroces que vous.
    Bonne chance à vous et rendez-vous avec l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 05:59, par fongnon lecibal En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    si ton blaise compaoré admettait la pluralité des opinions et etait tolérant comme tu le pretend,thomas sankara et ses 12 disciples,oumarou clément,boukari lengani,henry zongo,nobert zongo et compagnie etc,seraient en vie.parce qu’il es intoleran qu’il les a tués !va te faire foutre avec ta foulosofi !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 06:14, par bogandjoa En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    mon compatriote djibo ,a moins que je ne t comprend pas tu ne dois pas être sérieux. tu parle de paix et de sécurité alors qu’on a tué et bruler dans ce pays. la sécurité doit être aussi alimentaire. et aussi, pourquoi ton patron blaise attend la veille de son départ de kossyam pour nous parler de ses reformes ? mon frère djibo, pour la paix que vous évoquez, il faut que Le boucher de ziniaré parte en 2015. et je vous jure qu’on le fera partir même au prix de notre vie car son départ est une étape de notre révolution.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 06:21, par cest faux En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    depuis 27 ans au pouvoir par coup dEtat mortel sans vouloir partir a chaque fois quil sens que ca veut se terminer ? lui il est qui ? la paix cest dabord laisser la constitution en paix et aller se reposer en paix au village. il nest pas question de groupiscule dagitateur mon cher Djibo, il est question den avoir marre des tripatouillages. je ne suis ni mem pas au pays, ni zephirin ni sankara ne me concerne de pres ni de loin, jai une profonde aspiration a connaitre le changement dans mon pays comme tout burkinabe conscient et jouissant de toute ses facultes, que ca soit toujours un cdpiste ou un opposant qui gagne les elections de 2015 ne toucher plus a la constitution un point cest tout sinon vous comprendrez que ce nest pas un groupiscule !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 06:25 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    M. Djibo, vous allez dans tous les sens dans votre "argumentation" en faite de la propagande, aucun fil conducteur, vous melangez tout, beaucoups d’erreurs de syntaxes, de semantiques et de philosophie, etc... j’en passe.

    Est-ce que vous pouvez nous laisser souffler un peu ? une fois ça suffit.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 06:27, par lui En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Qui est ce mr djibo

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 06:28 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    M. Djibo, vous allez dans tous les sens dans votre "argumentation" en faite de la propagande, aucun fil conducteur, vous melangez tout, beaucoups d’erreurs de syntaxes, de semantiques et de philosophies, etc... j’en passe.

    Est-ce que vous pouvez nous laisser souffler un peu ? une fois ça suffit.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 06:29, par Le Burkina D’abord En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Ton texte est beau et plein de philosophie que, malheureusement, peu de gens comprendront. Mais en définitive tu montes sur ton cheval pour nous dire que Blaise doit rester au pouvoir après 27 ans de pouvoir !! Tu es aussi ridicule que Blaise qui après avoir construit ce pays s’apprête à le détruire. Je crois que ta philo doit être au service du peuple et non être utilisée pour défendre l’indéfendable. EN fait, pourquoi Blaise ne quitterait pas le pouvoir après un si long règne ? La constitution est claire et toute autre parade n’est que ruse, supercherie, fourberie et quête de pouvoir à vie aux antipodes de la démocratie !
    Pour Sankara, être révolutionnaire c’est donner la priorité à la satisfaction des besoins essentiels des masses populaires urbaines et rurales. C’est pourquoi il a cherché à se mettre à leur niveau, à épouser totalement leur cause, ce qui a été une des sources de conflits avec les franges de la petite bourgeoisie
    urbaine qui ne voulaient pas renoncer à leurs « privilèges ». Pour lui : « On ne fait pas de révolution pour se substituer simplement aux anciens potentats renversés. On ne participe pas à la révolution sous une motivation vindicative ; « ôte-toi de là que je m’y mette ». Ce genre de mobile est étranger à l’idéal révolutionnaire d’août et ceux qui le portent démontrent leurs tares de petits bourgeois situationnistes quand ce n’est pas leur opportunisme de contre-révolutionnaires dangereux » C’est que contrairement à ces petits bourgeois urbains, Thomas Sankara était en phase avec Amilcar Cabral qui appelait les intellectuels à se « suicider » pour ressusciter comme « travailleurs
    révolutionnaires » au service de leurs peuples.
    Cabral disait : « la petite bourgeoisie révolutionnaire doit être capable de se suicider comme classe pour ressusciter comme travailleurs révolutionnaires complètement identifiés avec les aspirations profondes du peuple auquel ils appartiennent ».
    C’est fidèle en cela que Sankara a essayé d’inculquer une autre mentalité à la petite bourgeoisie intellectuelle. Malheureusement, celle-ci était plus prompte à répéter des slogans révolutionnaires qu’à changer de comportement et de mode de vie. En fait, c’est l’un des défis majeurs de tout mouvement de
    transformation économique et sociale dans les pays africains. En effet, nombre d’intellectuels « révolutionnaires », une fois au pouvoir, tendent à tourner le dos au peuple et presque partout, ils ont engagé la course aux privilèges et à l’argent au détriment de la lutte pour la décolonisation des mentalités
    et la transformation des structures économiques et sociales héritées de la colonisation.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 06:30, par Le Burkina D’abord En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Ton texte est beau et plein de philosophie que, malheureusement, peu de gens comprendront. Mais en définitive tu montes sur ton cheval pour nous dire que Blaise doit rester au pouvoir après 27 ans de pouvoir !! Tu es aussi ridicule que Blaise qui après avoir construit ce pays s’apprête à le détruire. Je crois que ta philo doit être au service du peuple et non être utilisée pour défendre l’indéfendable. EN fait, pourquoi Blaise ne quitterait pas le pouvoir après un si long règne ? La constitution est claire et toute autre parade n’est que ruse, supercherie, fourberie et quête de pouvoir à vie aux antipodes de la démocratie !
    Pour Sankara, être révolutionnaire c’est donner la priorité à la satisfaction des besoins essentiels des masses populaires urbaines et rurales. C’est pourquoi il a cherché à se mettre à leur niveau, à épouser totalement leur cause, ce qui a été une des sources de conflits avec les franges de la petite bourgeoisie
    urbaine qui ne voulaient pas renoncer à leurs « privilèges ». Pour lui : « On ne fait pas de révolution pour se substituer simplement aux anciens potentats renversés. On ne participe pas à la révolution sous une motivation vindicative ; « ôte-toi de là que je m’y mette ». Ce genre de mobile est étranger à l’idéal révolutionnaire d’août et ceux qui le portent démontrent leurs tares de petits bourgeois situationnistes quand ce n’est pas leur opportunisme de contre-révolutionnaires dangereux » C’est que contrairement à ces petits bourgeois urbains, Thomas Sankara était en phase avec Amilcar Cabral qui appelait les intellectuels à se « suicider » pour ressusciter comme « travailleurs
    révolutionnaires » au service de leurs peuples.
    Cabral disait : « la petite bourgeoisie révolutionnaire doit être capable de se suicider comme classe pour ressusciter comme travailleurs révolutionnaires complètement identifiés avec les aspirations profondes du peuple auquel ils appartiennent ».
    C’est fidèle en cela que Sankara a essayé d’inculquer une autre mentalité à la petite bourgeoisie intellectuelle. Malheureusement, celle-ci était plus prompte à répéter des slogans révolutionnaires qu’à changer de comportement et de mode de vie. En fait, c’est l’un des défis majeurs de tout mouvement de
    transformation économique et sociale dans les pays africains. En effet, nombre d’intellectuels « révolutionnaires », une fois au pouvoir, tendent à tourner le dos au peuple et presque partout, ils ont engagé la course aux privilèges et à l’argent au détriment de la lutte pour la décolonisation des mentalités
    et la transformation des structures économiques et sociales héritées de la colonisation.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:03, par Fasodé En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    bonjour cela devrait êtrr une honte pour toi car tu parle de ton ancien professeur. Celui la meme qui t’a donné du savoir. Mais comme dépuis le 15 OCTOBRE 1987 LE REDICULE ne tue plus dans ce pays la tu a raison. Sinon ton enseignant est ton autre père

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:04 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Cher docteur. C’est bien d’avoir des idées mais il est encore mieux d’apprendre à les partager en fonction de l’auditoire, la majorité sous-entendue. Autrement dit, en matière de communication, il faut parler aux gens dans un langage qu’ils comprennent (et non pratiquement dans un langage discipliné voir d’initié) sinon l’échec serait au rendez-vous. Sachez que les titres academiques n’impressionnent plus tellement. C’est la prise en compte de cet aspect qui faisait à mon avis la force de Norbert ZONGO. Savoir se faire comprendre par la majorité. C’est celà aussi l’intellectuel. Je pensais que les réactions à votre premier écrit plutot allait vous assagir. Pour revenir au sujet, dites nous Docteur Djibo combien de fois la charte de Kurugan Fuga a été révisée et les motifs de ces révisions. Bonne année à vous aussi. Un médedcin

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 14:10, par daody En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Mr Djibo le foulosophe, n’oublie le philosophe qui est tombé dans le puits quand il contemplait les etoiles. est ce que tu sais le Burkina est le pays le plus pauvre au monde ? Il va falloir murir ta meditation avant de dire quelque chose ou tu te tais carrement, c’e sera une sagesse philosophique. Descents tes yeux des nuages sinon... !

      Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2013 à 07:07, par Skat Youl En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

      Je renchéri en demandant à Mr Djibo de nous dire à quel auditoire il s’adresse ? A son professeur pour montrer qu’il a compris ce qu’il lui a inculqué, au burkinabé lamda ou à des élèves dans une classe de philosophie ? Ce qui est certain ce n’est pas à mon oncle de Ténado ni à mon cousin de Batié qui sont comme beaucoup d’autres pourtant des électeurs. Du courage Mr Djibo dans vos développement philosophiques, seulement ca ne se mange pas au Burkina. Si vous n’avez pas un autre plat à nous servir laissez nous manger notre "soum 7 kam 3 " tranquillement à Oscar Yaar

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:07, par Zanma Biiga En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Ah baan ?! Vous aussi M. Djibo ! C’est bien de philosopher et théoriser pour essayer de convaincre ! Mais regardez SVP tout autour de nous (BF) ! Quel pays n’a pas eu au moins 02 Présidents en plus de 25 ans (depuis 1987) ? Ne méritons-nous pas nous aussi de connaître un autre son de cloche que celui de la famille COMPAORE ? On dit que tout changement est porteur de progrès ! Et ce n’est certainement pas un Philosophe comme vous qui allez contredire cette sagesse ??! Laisser l’Article 37 de notre Constitution en l’état, c’est œuvrer pour ce progrès attendu. Merci et Heureuse Année Nouvelle 2014 à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:11 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Cher philosophe, tais-toi et vient manger ! On n’a pas besoin de vous les philosophes. Tous vos arguments tournent autour de la pensée des autres, donc du déjà vu et entendu. Foutez-nous la paix avec vos ’guerres philosophiques’ intéressées

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:18, par freudlemaçon En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Trop d’écrits de Pr, Phd,Savants et autres. Pardonnez regardez au tour de vous dans ce 21e siècle gros Français (papier longueur) a résolu quelle crises en premier ? ( pas moin que hier un puissant médiateur a jeté l’éponge dans un pays voisin). Peu des crises de ce 21siècle ont ete resolu par les verbes.Tout ça, pour vous dire que l’ heure est au combat réel car le 21e siècle est un siècle d’action.C’est un siecle ou l’on prime plus le palpable que l’abstrait. Le clan a compris ça tôt depuis 1987 ils sont sur le terrain et posent plein d’actes palpables(vole durnes, tripatouillage de la constitution, crime economic et....). Rappelez vous de cette phrase du Blaiso a Zeph quand il lui a rendu visite a kosyam il a dit : " a un moment donne quand jetais prêt a accorder l’audience au CFOP vous étiez pris par vos marches." Qu’est ce cela veut dire ? juste pour vous dire qu’ils nous prennent pour des plaisantins.On doit changer nos méthodes pour qu’ils nous sentent. comme le dit Mr Bado ’’ il faut choquer’’.Voila mes solutions pour la victoire : 1. Tous UNIS (opposition,civils,même les rescapés du clan) 2.FOCALISER NOS FORCES 3.Etre BRAVE(tenace)et a nous la victoire.Apres la victoire les Pr, Phd ; les savants et autres vont écrire des livres et ’’Phdissez’’ . Pour finir, pardonnez Mr le Pr ne répondez pas au Phd. c’est pour détourner votre \notre attention.WebMaster let pass, please.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:36, par freudlemaçon En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Trop d’écrits de Pr, Phd,Savants et autres. Pardonnez regardez au tour de vous dans ce 21e siècle gros Français (papier longueur) a résolu quelle crises en premier ? ( pas moin que hier un puissant médiateur a jeté l’éponge dans un pays voisin). Peu des crises de ce 21siècle ont ete resolu par les verbes.Tout ça, pour vous dire que l’ heure est au combat réel car le 21e siècle est un siècle d’action.C’est un siecle ou l’on prime plus le palpable que l’abstrait. Le clan a compris ça tôt depuis 1987 ils sont sur le terrain et posent plein d’actes palpables(vole durnes, tripatouillage de la constitution, crime economic et....). Rappelez vous de cette phrase du Blaiso a Zeph quand il lui a rendu visite a kosyam il a dit : " a un moment donne quand jetais prêt a accorder l’audience au CFOP vous étiez pris par vos marches." Qu’est ce cela veut dire ? juste pour vous dire qu’ils nous prennent pour des plaisantins.On doit changer nos méthodes pour qu’ils nous sentent. comme le dit Mr Bado ’’ il faut choquer’’.Voila mes solutions pour la victoire : 1. Tous UNIS (opposition,civils,même les rescapés du clan) 2.FOCALISER NOS FORCES 3.Etre BRAVE(tenace)et a nous la victoire.Apres la victoire les Pr, Phd ; les savants et autres vont écrire des livres et ’’Phdissez’’ . Pour finir, pardonnez Mr le Pr ne répondez pas au Phd. c’est pour détourner votre \notre attention.WebMaster let pass, please.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:54, par vérité no 1 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO réponde à ses détracteurs

    Selon l’article premier paragraphe 2 de la déclaration de principes sur la tolérance proclamée et signée le 16 novembre 1995 par les États membres de l’UNESCO : "la tolérance n’est ni concession, ni condescendance, ni complaisance. La tolérance est avant tout une attitude active animée par la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales. La tolérance doit être pratiquée par les individus, les groupes et les États." Dites moi quels sont ceux du pouvoir qui appliquent cette déclaration, personne. Vous feriez mieux d’attaquer le mal par les racines. La tolérance a des limites car selon la même déclaration, si les droits de l’homme sont bafoués, alors le mot tolérance n’a plus de sens et c’est que ce regime veut faire en prenant en otage notre constitution. Vous faites de la philosophie politique analytique qui est une production anglo-saxonne et largement contestée. Quand au peuple, il a faim et il veut un changement positif. Meilleurs voeux à vous aussi et à la prochaine.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:56 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Djibo, tout ton problème es que tu veux mélanger le bien au mal, le vrai au faux, le juste et l’injuste. Cmt peut-on êtr partisan d Mandela et vouer un culte à blaise ? Tu es tt simplema lache

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 07:58, par le président En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    que veut ce. mr exactement ? qu on ne critique pas le point de vue des autres ? lui même le fait et insultant l intelligence des autres. il y a des gens qui ont accepté mourir pr leurs idées pcq ils étaient convaincu, vs vs ne supporté même pas q qlq un réagisse avc virulence pcq vs avez heurter sa conscience. qd on veut manger, on mange ds l ombre et on se tait. le monde a bcp évoluer, on ne peut plus mentir à tt le monde et tt le temps. même la manière de mentir devra changer, malheureusement, lui semble ne pas le savoir. les gens ont de plus en plus accès à l’information même les plus secret. prions ensemble pr le faso et non pr une seule personne.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 08:19 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Passons à autres choses maintenant. Les écrits, on en a vu et lu, que viennent maintenant les actions parce que il y a bien d’autres burkinabé en mesure de diriger ce pays. Pour ma part, il n’y a pas d’autres vérités que celle dite dans la lettre des évêques en Juillet 2013.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 08:21, par Suyélé En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    "Il ne sert donc à rien de frapper d’irrecevabilité épidermique les ambitions du Président Compaoré, qui du reste, ne sont ni illégales ni parjure, ..." Monsieur le philosophe, pourquoi vous cherchez vaille que vaille à transformer vos options et choix personnels en ce qui serait légal ? vous voulez dire que la constitution autorise à Blaise la possibilité de modifier l’article 37, ainsi il serait dans la légalité ; mais la même constitution lui interdit de se représenter en 2015 ; et il veut la modifier pour se représenter : il devient ainsi un parjure, puisqu’il a a juré de respecter et de défendre cette constitution qu’il veut finalement tripatouiller pour ses velléités ! et vous trouvez qu’il est dans la légalité : drôle, non ? Vraiment je ne vous suis pas. Et dire que vous persistez dans cela après toutes ces réponses qui vous ont été données (voir réponse de Dabiré et autres), pour finalement les réduire à une question d’intolérance, pour moi ça s’appelle de la mauvaise foi et plus, de la malhonnêteté.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 08:35, par Lopes En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    vraiment vous etes lamentable sinon intellectuellement corrompu.je demande au prof de ne plus se laisser divertir par des plaisants de cette espece, fabriques par le regime pour jouer aux vautours de service,et esperer avilir les honnetes gens. honte aux diplomes sans vertu et qui courtisent les dictateurs, car ils sont aussi des dictateurs.quand un regime cultivem pendant 27 ans, le cynisme et le mepris,le tout double d’une arrogance qui n’a d’egal que leur incapaciter a penser au-dela de la personne de leur dieu soleil,ne pas resister est synonyme de lachete et de complicite avec le bourreau.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 08:43, par le sage cibal En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    du verbiage creux, un alignement de gros mots, monsieur djibo, adressez vous à des extra -terrestres ou quoi ?la meilleure façon de parler français , c’est de parler simplement pour que le commun des mortels nous comprenne, on est pas dans un cour d’anthropologie ou de philosophie, alors le professeur et son élève doivent quitter le rang et chercher un autre ring pour batailler, les burkinabés eux, n’aspirent qu’au changement

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 08:56, par anta En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    La philosophie est dangereuse parce qu’elle est un couteau à double tranchant et elle peut même couper le philosophe qui le manie. Socrate l’a utilisée mais Hitler aussi:on sait ce qu’il en est advenu dans l’un ou l’autre cas. M. les philosophes ne vous faites pas couper par votre propre couteau.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 09:02, par anta En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    La philosophie est dangereuse parce qu’elle est un couteau à double tranchant et elle peut même couper le philosophe qui le manie. Socrate l’a utilisée mais Hitler aussi:on sait ce qu’il en est advenu dans l’un ou l’autre cas. M. les philosophes ne vous faites pas couper par votre propre couteau. Il faut fuir les philosophes qui lisent la philosophie comme les Talibans lisent le Coran, il faut fuir les philosophes —Talibans.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 09:26, par Rocco En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Je voudrais vous remercier pour m’avoir appris un mot for original et amusant : "consubstantielle". C’est d’ailleurs ce qui vous définit en apparence Mr Djibo. Vous êtes con en substance.

    Je ne puis comprendre qu’après avoir lu tous ces posts en réaction au votre, vous n’ayez retiré que l’impression qu’on vous déniait le droit à parole (allez dire ça à Norbert ZONGO...) ; vous vous êtes senti vexé alors que le fond de l’affaire a des enjeux colossaux pour l’avenir de ce pays. Que dites vous au fond du principe de la parole donné ? De la légitimité à se maintenir d’un pouvoir qui s’est rendu coupable des crimes de ses enfants ? Vous survolez ces points essentiels en vous réfugiant derrière la légalité . Votre écrit n’a rien de philosophique Monsieur, vous êtes au mieux un philologue, une personne qui connait la lettre des grandes théories de droit, de la politique, du principe de liberté, de démocratie .... En somme de tout de ce qui est méthodiquement bafoué de ce pays.

    Je ne perds pas mon temps à commenter le fond de votre texte, le bon sens, le bon sens qui est en abondance en chacun de nous pour peu qu’on veuille le voir aura tôt fait de la rejeter, d’ailleurs relisez encore les posts des internautes, attardez vous sur l’évidence qu’ils exposent, plutôt que de vous exciter sur ce que vous appelez "intolérance" (C’est de l’indignation Monsieur, l’indignation de ceux qui vous ont lu. Elle peut sembler brutale mais elle porte assurément une cohérente immédiate que je vous invite à découvrir).

    Sur la forme je suis indigné que vous signez sous le titre de philosophe un texte tellement embrouillé, une bouillie de mots indigestes et dangereuse pour la santé mentale parce qu’elle porte la confusion et le mensonge. Vous dites dans votre première publication que vous répondez "philosophiquement" à l’écrit de votre professeur. Je l’ai déjà dit, ce n’est pas de la philosophie. Je ne suis qu’un simple titulaire d’une maîtrise en économie au chômage et je me permet cette critique peut être parce que la philo est plus triviale que qu’on ne le pense, ou que vous ne voulez laisser paraître. Epictète (Grèce antique) disait : "ne te dis jamais philosophe, ne parle pas abondamment devant les profanes des principes de la philosophie." Il ajoute :" mais agis suis ces principes [les principes de la philosophie] Par exemple à un banquet, ne dis pas comment il faut manger, mais mange comme il faut. ’Se dire philosophe’ relève du faire voir, agis selon ses principes relève de l’être. Si tu veux philosophe, sois ce que tu es, une intelligence claire en accord avec ce qui est [la Vérité] ". Philosophie = Vérité, Intégrité. Vous en avez du chemin Mr le pi éch di.

    Toutes mes excuses si je vous est paru impoli, vous êtes un Kôrô après tout. C’est parce que je suis indigné.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 09:41 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Votre article n’apporte rien de plus aux réflexions antérieures sauf à noyer le poisson sur les débats de l’heure. La maturation institutionnelle sur laquelle vous pariez passe par le respect des textes que l’on ne doit pas tripatouiller selon les puissants du moment (modifications 2 fois de l’article 37 en moins de 20 ans et peut-être une 3ème). Cette dernière passe par le passage de témoin pacifique via une élection transparente d’un président à un autre qu’il soit du même bord ou un opposant. Tout le reste est de la masturbation intellectuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 09:51, par PRESIDENT FONDATEUR En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Ecoutez Mr Djibo, c’est ce qui arrive lorsqu’on vend son âme au diable en tentant vaille que vaille de défendre l’indéfendable, alors arrêter de nous pomper l’air, manger et taisez-vous car 2015 n’est plus très loin.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 10:09, par Inoussa verite USA En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Mon cher Djibo, apparemment vous n’etes pas au Faso : l’ESPERANCE est morte au Burkina et ne peut renaitre qu’avec le depart de Compaore du pouvoir. Vous vous trompez de cible, le probleme du Burkina n’est pas Etienne Traore. Et vos elucubrations sur la paix sociale, la stabilite et blablablaa, nous n’en avons cure. Combien ils t’ont paye ou combien ils t’ont promis pour venir t’exposer au moment ou le Faso est a la croisee des chemins. Reveillez vous monsieur Djibo car vous etes du mauvais cote de l’histoire. Quand le soleil va se lever au Faso, les individus comme vous ne seront pas epargnes : changez ou preparez vous a l’exil.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 10:11 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    M. Djibo, nous ne sommes pas à ou dans un cours de philosophie. C’est simple et clair comme de l’eau de pure : une constitution a été élaborée consensuellement alors qu’une autre partie ne vienne pas dire qu’il y a un réaménagement à faire parce que d’autres personnes le souhaitent. Ont ils demandé ce que chaque burkinabè ou groupe de burkinabè veut ? A ce rythme, la constitution changera selon les humeurs des forces en présence et cela aussi est une liberté philosophiquement parlant. Donc de grâce, éviter de tripatouiller notre constitution.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 10:15, par le juste En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Mr Djibo nous livre ici son devoir de prostitution intellectuelle !!! Si il avait bien lu les reactions il n’allait pas nous revenir ici encore et même les autre aussi !!! On a envie d’une seule chose le changement pour pouvoir souffler un peu c’est tout !!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 11:03 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

      c’est dommage ces intellectuels qui étudient tellement qu’ils en perdent le fil des réalités. arrêtez d’ argumenter et de parler dans un français inaccessible pour la plus part des lecteurs. vs êtes fiers de placardé PhD. mais vous n’êtes même pas capable de comprendre la détresse d’un peuple. je ne sais pas depuis combien de temps vous êtes au canada mais vous ferez mieux de revernir voir la réalité des choses si vous voulez parler de la situation nationale. je puis vous assurer que vous en perdrez tout votre vocabulaire, sauf votre respect Docteur !!

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 11:06, par cbadolo@yahoo ;fr En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

      Djibo avez-vous déjà lu "le soleil des indépendances" d’Amadou Kourouma ? Si oui, vous souvenez-vous du "molosse avec sa éhontée façon de ..." ?
      Rien que par vos écrits, vous persistez à nous convaincre que vous en êtes l’incarnation.
      Merci de nous garder d’un tel verbiage.

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 10:31, par Institution En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Notre très cher Philosophe, elle est belle la philosophie. Vous auriez du comprendre mieux la tolérance si Norbert Zongo était votre fils ou votre père. Généralement, ce qu’on pense est loin de ce qu’on vit mon cher "libre penseur".

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 10:45, par Simpliste En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Si ce Mr Djibo a encore un peu de dignité, il va se taire definitivement maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 10:49, par Le vizir En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Voilà un très beau texte qui peut nous aider dans la sagesse à depasser nos passions peut etre apprendre à s’écouter sans prétendre detenir la vérité absolue.Comme citoyen je me suis senti profondement choqué X les réactions violentes suite à la "prise d’arme" entre mon cher prof E.T et D.M,c’est le moment ou jamais presse et homme de culture ou semple politique doivent faire front commun contre l’intolérance de tout bord. pour ma part, en bon fils du terroire j’ai tjrs dit à mes enfants qu’ils ne sont pas obligé d’etre d’accord mais chacun à droit de dire sa part qu’il estime à tort ou à raison comme vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:03 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    "N’aan laara, an saara ! Cette injonction à agir du Professeur Ki-Zerbo signifie cet engagement à construire pacifiquement un état démocratique." Ce slogan historique du Pr KI-ZERBO (paix à son âme) est souvent mal interprété par certaines personnes de mauvaise foi. Mettons les points sur les i. Quand il lançait ce slogan pour la première fois c’était en public et dans la rue à côté de Alidou OUEDRAOGO (MBDHP), Tolé SAGNON (CGTB) et autres responsables d’organisations démocratiques et politiques après que Norbert ZONGO et ses compagnons d’infortune aient été assassinés sauvagement. Le Pr KI-ZERBO était donc dans la rue où il risquait sa vie. Il n’est pas inutile de rappeler que lors d’une des nombreuses manifestations, il a été arrêté en même temps que Alidou OUEDRAOGO, Tolé SAGNON et bien d’autres par les hommes de ce même Blaise COMPAORE. Pour les humilier, leurs têtes avaient été rasées.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:15, par Burkimbila En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Tu erres dans de sombres théories philosophiques monsieur Ph D.La réalité se vit ici au Faso. Ton seigneur Blaise a peur d’une seule chose : repondre devant la justice Burkinabé de sa gestion des Burkinabé et de leurs biens .Il a beaucoup de choses à nous raconter : comment et pourquoi certains Burkinabé ont été tués, où sont les tombes ?Mon cher Ph D peux tu me dire en toute sincérité que ton seigneur a vraiment eu 80% de voix aux dernières élections de 2010 ? Rassures toi d’une seule chose : il partira en 2015.La manière dépendra de lui.quant à toi enfin je dis ta gueule il faut la fermer.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:20, par panga En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Les Burkinabés sont plus que jamais éclairés sur la mise en place du SENAT et de la modification de l’article 37 suit aux propos du Président Blaise au lendemain de la fête du 11 décembre à Dori. Nous sommes plus que unis et Blaise, son frère et ses compagnes seront hors des commandes du pays après 2015. NA LARA AN SARA

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:24, par moi En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    ahhh !vous gaspillez trop d’energie pour ces gens !Blaise n’a pas deux solution !vs savez la loi n’interdit pa le vol mais elle dit si tu vol voila ce qui va t’arriver !si blaise veut comprendre la constitution ne lui dit pas de partir,mais s’il reste NOUS ALLONS LE CHASSER ET LES MAINS VIDE !il n’a jamais vu un burkinabé en colèr !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:33, par Korka chrodinger En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    La démocratie c’est le respect de la loi . Et la loi c’est l’expression des rapports de force entre les hommes, entre les classes sociales . Depuis 27 ans la loi a été taillée selon les intérêts de Blaise. Il est / a été plus fort que son peuple : il la modifie et / ou l’accepte quand ça l’arrange. Et comme l’article 37 dans la position actuelle ne l’arrange pas, cet article lui rappelle qu’il doit partir ! Alors il le modifie comme il veut ! Refuser cela c’est être contre la paix ! Dénoncer la corruption et la mal gouvernance c’est saper le renforcement de la démocratie que l’homme fort du 13 décembre 98 nous a offert gracieusement. Voici l’argutie à laquelle nous invite un certain Djibo Mamadou qui se gargarise plus avec des mots qu’il ne s’appuie sur la réalité.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:41, par RV En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    MANDELA A QUITTÉ LE POUVOIR AVEC DIGNITÉ. COMPAORE DOIT S’EN INSPIRER AVANT QUE LE POUVOIR NE LE QUITTE.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:46, par Mamdounia En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Djibo, laisse parler ces enfants manipulés par des gens qui ont commencé à cacher leurs propres enfants hors du pays ! Si ton message ne passe pas, ce n’est pas grave. 2015 n’est pas loin ! Blaise sera candidat pianh !!! Je t’assure que ceux qui parlent aujourd’hui ne sont pas des hommes ! En 2015, nous allons leur apprendre à courir sur 1000kms ! Je te promet ça !!! Des bons à rien qui ne savent même pas comment le pays a été bâti !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 11:53, par Honnêteté En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Ph.D. M. Djibo, de tout le verbiage historico-politico-distractif que vous venez de faire je n’en retiens que la dernière phrase. C’est ce qui nous préoccupe le plus en ce moment : pourquoi consulter le peuple pour le plaisir d’un seul individu, alors même qu’il avait déjà répondu à cette question en 1991. Il n’y a pas d’intolérance ici il y a plutôt malhonnêteté. Il y a quelqu’un qui veut changer les règles d’un jeu au cours du jeu que nous avons tous adoptées dès le départ. Pour ce qui est de l’arbitrage, celui que vous défendez de façon déguisée dans vos écrits, a été élu 4 fois, nous lui demandons simplement de ne pas changer les règles du jeu. Évitez de citer le Pr K Z ici, c’est une âme pure il était de tous les nobles combats surtout pour la démocratie véritable.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 12:11, par Laïla En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Merci de te réveiller, DJIBO. Il était temps. Heureusement qu’il a fallu de peu pour que l’esprit souverain revienne. Au delà de l’animosité ouverte de certains forumistes, c’est un cris de cœur, une expression de la douleur en soi, un besoin de s’affirmer, une envie de liberté, pluriel. L’oppression entraine nécessairement la révolte et si on doit ici situer les causes et les effets, on verra bien d’où vient la crise. Le chanteur TIKEN JAH FAKOLY ne disait-il pas dans une de ses chansons que : "on peut fabriquer des révoltés avec des doctrines, on peut aussi en fabriquer avec l’injustice". Arrêtons d’endoctriner et de commettre des injustices, le pays en gagnera.

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 14:02, par Le Guetteur En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

      M Djibo,
      Je salue l’approche intellectuelle que vous prônez et le débat que cela suscite dans le forum. Seulement, je ne suis pas sûr que cet étalage de savoir philosophique puisse convaincre mon papa, ma tante et mes tous petits frères du village que sauter l’article 37 ou instaurer un sénat afin que règne la famille Compaoré améliorera leur lendemain qu’ils attendent toujours et encore de voir évoluer depuis 30 ans bientôt.
      je ne suis pas Sankariste, mais Thomas Sankara a réussi par un esprit de fierté et d’ardeur motiver les Burkinabè et atteindre en 4 ans l’auto-suffisance alimentaire et renforcer l’amour pour l’intégrité qui était devenu un comprortement. Aujourd’hui c’est un mot. Le Système actuel NOUS MENT ALLEGREMENT, voilà la vérité que vous refusez de voir.

      Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2013 à 16:03, par Karissa En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

      Verbiage creux et malhonnête, à vous donner la nausée ! La détresse du Burkina est de notoriété publique. Inutile de rappeler pourquoi nous en sommes là : cela aussi est connu. Normal que les pêcheurs en eaux troubles apparaissent de plus en plus, mais qu’ils ne se méprennent pas. Le Burkina survivra aux rapaces actuels, et il redeviendra Burkina

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 12:40, par le bon citoyen En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Moi je comprends maintenant que je ne suis pas allé loin à l’école car de tout ce qui été dits, je ne comprends rien.

    C’est des gens comme cela qu’il faut se méfier. Dites en terme simples ce que vous voulez dire. Car en français simple, on dit que dire la vérité se dit tout simplement et les mots pour justifier arrivent tout seul. Ce monsieur n’a qu’à relire son écrit par rapport à ce que le professeur Traoré avait écrit. Vous tenter seulement de défendre l’indéfendable par des jeux de mots.

    Je sais seulement qu’il y a eu tellement de décisions qui ont été prises dans ce pays sans qu’il y ait autant de contestations. Alors si les gens contestent certaines décisions pourquoi les tenant du pouvoir ne peuvent pas les abandonner ? Pourquoi vouloir consulter encore le peuple si le CCRP a refusé ?
    ou bien le peuple ne connait pas ce qui est bien pour lui ?

    Répondre à ce message

    • Le 1er janvier 2014 à 05:48, par Le vizir En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

      Mes frères ça se voit que vs etes des profanes ce que vs defendez est légitime certes mais vs n’etes les destinataires de cette lettre,Sinon les vrais destinataires l’ont bien compris et ont répondu dans leurs voeux du nouvel an,il nous reste qu’ériger fasonet en circonscripion électorale et mon cher pro Traoré sera élu au 1er tour avec 99,009%.

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 12:41 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    M. Djibo, je me demande que penseront tes professeurs qui t’ont encadré pour ta thèse de PHD. Tu ne leurs fais pas honneur en faisant ces sorties maladroites. Un étudiant de la dernière école supérieure privé (les universités publics n’étant pas les dernières en matière d’enseignement) ici au Burkina Faso ne fera pas de telles sorties face à cette problématique nationale. Ou bien as tu eu ton titre dans une décharge ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 12:41, par tahi En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Sénat, article 37, référendum, lois, philosophie, professeurs ou élevés, calmez-vous les intellectuels, le président Blaise Compaoré veut prendre le peuple comme sa fille, pour lui les jeux sont faits : mais lisez un message de Paz dans l’Evènement dont l’article est intitulé ‘’’Blaise nous prend pour des moutons’’’ nous trouverons la vrais réponse à nos questions selon la philosophie de paz. Bonne année 2014 a toutes et à tous.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 13:15, par Le sage En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    M. DJIBO, j’admire ton courage et suis dans l’extase devant des arguments. Le problème, tu l’a bien cerné. Des agitateurs professionnels étranger à notre peuple se masturbent et jouissent en pensant à notre pays comme l’Égypte, le Mali et autres. Nous sauront leur opposer la correction appropriée en temps opportun.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 13:28, par RAMSES En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Juste un "lèche-bottes" ce Mr Djibo. Voila quelqu’un qui dit aimer son pays en lui proposant des voies insipides, lugubres et sombres. le reveil sera très brutal. Si tu avais vraiment de la personnalité, tu encouragerais plutot Blaise à partir en 2015 pour laisser la chance à d’autres. c’est aussi ça la démocratie. Avec des mendiants larmoyants de cet acabit on ne s’en sortira jamais car si ton mentor devait s’en tenir aux conclusions du CCRP, il ne demanderait pas au peuple de se prononcer sur l’article 37 qui n’était pas consensuel. Evitez par vos écrits stériles de tromper le peuple...L’histoire retiendra de vs que vs n’avez pas été un bon exemple pour votre peuple."Vade Retro Satanas"

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 13:29 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Monsieur Djibo Mamadou,Ph D en philou-sophie,je viens de lire tous les pots des forumistes à savoir 73 et à 100%,ils trouvent que tu es bidé.A ta place,j’aurai honte.Comme quoi tu fais fausse route mais le pire reste à venir pour toi car le tête à queue qui t’attend sera très douloureuse pour toi puisque tu es maintenant inscrit en bonne place comme un ennemi de ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 13:31, par Le sacré En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Vous Mr Djibo on vous appelle un intellectuelle égaré, vous avez un esprit formaté svp si vous pouvez pas aider le pays que tu aime tant à sortir de cette crise ne vienne pas mettre de l’huile sur le feu

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 13:40, par Rabi En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Arrête de nous embrouiller et de nous divertir Djibo. tu confonds tolérance à timidité. Voilà pourquoi tu ressembles a un tam-tam sciemment choisi pour nous émotionner nous endormir et nous amener à baisser les bras sans savoir. On n’a pas besoin de gros mots ou citations philosophiques à l’heure actuelle. Quelle était ta réaction quand on expulsait le compatriote Zongo de Québec avec blessures le L 7 nov 13 pour des raisons liées a l’affaire Norbert Zongo ? Long discours inutile. Tu n’es pas occupé ? Si tu es philsoph , vas franciser les étudiants a Montréal. Ici au Faso, on veut alternance et justice. SAP SAP !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 13:50, par Le sacré En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Vous Mr Djibo on vous appelle un intellectuelle égaré, vous avez un esprit formaté svp si vous pouvez pas aider le pays que tu aime tant à sortir de cette crise ne vienne pas mettre de l’huile sur le feu

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 13:54, par l’ancêtre En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Cher monsieur,

    Vos propos volontairement savants et redondants cachent mal une cynique malice. Vous aviez colmaté des propos d’illustres personnalités pour cacher à chaque fois votre mépris du peuple burkinabè. Vous citez Mandela en exemple sans aller dans la profondeur de ce qui a fait de lui un héro. Mandela aurait pu exterminer ses ennemis, il en avait les moyens, mais il ne l’a pas fait. Mandela aurait pu s’éterniser au pouvoir, il pouvait se faire baptiser père de la nation arc-en-ciel et faire fi des règles de la démocratie, mais il a préféré bâtir des institutions fortes en lieu et place d’un homme fort. Maintenant faisons la comparaison : Blaise Compaoré lui a préféré tuer ses rivaux, il est au pouvoir depuis bientôt 30 ans, lui il a préféré être fort au détriment des institutions.
    Vous nous demandez de privilegier les institutions suivant les voeux de Obama, mais Obama a aussi appelé les dirigeants africains à ne pas s’éterniser au pouvoir, il les a appelé à respecter les institutions et c’est dans ce sens que nous appelons le PF et l’ensembles de ses courtisants à savoir raison gardée transmettre le pouvoir pour consolider les institutions.
    Si nous avons fait le choix en 1991 du pluralisme, ce n’est pas pour demeurer dans la monarchie, ce n’est pas pour vivre comme si nous étions dans un empire où les règles sont le seul fait du monarque et de ses notables.

    Votre philosophie est peut être profonde, mais elle ne peut se vendre que dans la cours des servants du régime actuel.
    L’ancêtre

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:08, par nabayouga En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Djibo vous faites honte à SOCRATES qui est mort pour avoir défendu la vérité et la démocratie .

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:29, par my viewpoint En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Acceptons que le 21e siecle est un siecle d’action.Rester la a Philosopher et Phdisser.les compaorozer excusez moi le bulldozer foncent seulement !!

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:30, par La sagesse En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Mr Djibo, le deferlement que tu a eu est l’avant goût de ce que Blaise aura lorsqu’il va tenter de modifier notre article 37. Ni Blaise ni toi n’avez la réel mesure de ce que vous attend. Avez vous vu comment kadafi a fini ? Blaise et n’avez la mesure du malaise social. Vous êtes dans des bureau et on vous flatte. Vous allez voir, on vous attend fermement ! wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:31, par La sagesse En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Mr Djibo, le deferlement que tu a eu est l’avant goût de ce que Blaise aura lorsqu’il va tenter de modifier notre article 37. Ni Blaise ni toi n’avez la réelle mesure de ce que vous attend. Avez vous vu comment kadafi a fini ? Blaise et toi n’avez la mesure du malaise social. Vous êtes dans des bureau et on vous flatte. Vous allez voir, on vous attend fermement ! wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:32, par siat En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Mr djibo, vous avez adopté un ton sage pour essayer de conquérir les internautes mais c’est peine perdue. pensez vous que vous êtes plus diplômer ou intelligent que ceux qui réagissent sur le forum ? tu aurait mieux faire de nous expliquer pourquoi il faut un référendum ? qu’est ce que le pays perd si l’article 37 n’est pas révisé, que de vouloir moraliser les gens.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:35, par tuenmavé En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Mr Djibo se contredit lui-même dans son développement. Pourquoi devrait-on (le peuple) accepter qu’un Etat organise à son profit et malgré lui son bonheur ? Autant les uns auraient le droit d’organiser un référendum autant les autres auraient le droit de s’y opposer et l’on verra qui le peuple suivra. La pluralité d’opinions dont il se réclame est à ce prix. Si le peuple est fatigué de la paix avec Blaise, il est libre de choisir, même le désastre. C’est la ligne de défense de Mr Djibo. Alors, il n’est pont nécessaire de gesticuler. Laisser les acteurs chacun selon sa conviction s’adresser au Peuple. On l’a vu en juillet, une partie du peuple (plus nombreux) rejeter avec fracas l’idée d’un sénat tel que concocté à l’époque et une autre partie (moins nombreuse) y adhérer. C’est cela la démocratie, que Blaise a si bien comprise, qu’il a reculé pour mieux asseoir son projet de Sénat. Si le peuple n’avait moufté (adhésion à la révolte de certains), le sénat serait actuellement en fonctionnement dans sa mouture d’en-temps.

    Que le meilleure convainc à sa cause le peuple, que se soit pour marcher contre la révision ou soutenir le référendum. Le peuple saura défendre son intérêt qu’il faudra à tous respecter.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:39 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Cher docteur. C’est bien d’avoir des idées mais il est encore mieux d’apprendre à les partager en fonction de l’auditoire, la majorité sous-entendue. Autrement dit, en matière de communication, il faut parler aux gens dans un langage qu’ils comprennent (et non pratiquement dans un langage discipliné voir d’initié) sinon l’échec serait au rendez-vous. Sachez que les titres academiques n’impressionnent plus tellement. C’est la prise en compte de cet aspect qui faisait à mon avis la force de Norbert ZONGO. Savoir se faire comprendre par la majorité. C’est celà aussi l’intellectuel. Je pensais que les réactions à votre premier écrit plutot allait vous assagir. Pour revenir au sujet, dites nous Docteur Djibo combien de fois la charte de Kurugan Fuga a été révisée et les motifs de ces révisions. Bonne année à vous aussi. Un médedcin

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 14:51, par RAWA En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Très honnêtement, je trouve que ce Djibo est un vrai pédant. Ne peut il pas écrire en des termes accessibles de tous ? On a beau être un grand philosophe, on doit quand même pouvoir écrire et se faire comprendre de la majorité des gens. Tout laisse à croire que c’est le genre de gars qui fait beaucoup d’efforts pour émerveiller son entourage ! ; Des gens comme ça, il faut s’en éloigné parce que ce ne sont que des hableurs.
    Honnêtement, il n’est pas du tout agréable à lire

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 15:09, par Grekabor En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Monsieur DJIBO, ce discours est totalement inintelligible ! Arrêtez d’escroquer les consciences ! Tout ce que nous savons c’est que la Constitution interdit à COMPAORE de se présenter en 2015 et qu’à partir de cette date il ne sera plus le Président de ce pays ! Vous pouvez vous agiter autant que vous le pouvez, mais ça n’entravera point la marche de l’histoire !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 16:01 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Le pseudo philosophe se lance maintenant dans un verbiage creux touffu et confus.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 16:05, par zongo de Koudougou En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Mon cher Mamadou DJIBO . EXCUSE MOI CAR JE te connais à travers tes différents écrits . Tu as un problème ou bien tu veux un problème . Si tu veux ne pas respecter le Peuple essayes de respecter le Saint Père . Ok . Bonne et heureuse année à tous .

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 21:41, par abass design En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Merci M. Djibo le peuple tout entier te remercie
    .c’est à ça tu t’attendais.tu fais honte à ceux qui sont allés à l’école. Comme si tu y étais obligé. De la pure prostitution.j’ai vraiment tu risques de changer la nationalité des internautes
    On se croirait ds un bordel ou les pêcheurs font tout pour s’éloigner de la bonne voie.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2013 à 23:02, par Mang Biiga En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Le peuple ne mange pas la Philo. Le mange ne mange pas les PhD. Le people veut du pain et de l’eau.
    Gardez votre philo et vos PhD. S’il nous faut prendre les armes pour garantir un avenir meilleur a nos enfants, nous le ferons. Des gens mieux que nous sont morts nous. Nous pouvons sacrifier nos vies pour nos enfants nous le ferons>>>>>>

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2013 à 06:54, par bombiri En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

      Ayez plutot pitié de M. Djibo. Il doit certainement d’une manière ou d’une autre sa situation au regime de Blaise compaoré. Savez vous comment on traite ces vendus ? On les ’appelle et on leur intime l’ordre de defendre dans les médias telle ou telle opinion. Ils s’ executent. A-t-on vraiment besoin de phrases compliquées pour exprimer des opinions aussi claires ? En fait, M. Djibo, à travers sa phraséologie exprime son amertume et sa honte. Il écrit tout en esperant ne pas etre compris du public. Que M. Djibo reste là où il est, nos poubelles sont pleines à craquer par ici. "Pleure oh pays bien aimé".
      bombiri

      Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 01:36 En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    tout se qui se conçoit bien s’enonce clairement.
    Mr le philosophe , il faut vous exprimer en termes simples et claires et cessez de mélanger des mots pour nous divertir.
    Il n’est nul besoin d’avoir un phd ou d’être philosophe pour demander le respect de la constitution.
    Sincèrement que perd le Faso en gardant l’article 37 comme tel !
    on ne doit pas tripatouiller cet article dans tous les sens pour assouvir les ambitions d’un seul homme.
    Le Faso réel connait des problèmes qui vous semblent completement etranger.
    Blaise a fait ce qu’il a pu et nous l’en remercions.
    Nous sommes prêts à experimenter un autre president.
    Point besoin de philosopher !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 07:10, par halal En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Phd en boualot. N’importe quoi. Tu mieux fais d’aller au canada, ton savoir est unitile au faso. Tout ce tu as appri toute ta vie est en ligne et a la porte de tous ceux qui save lire.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 09:19, par pazoudé En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Monsieur le professeur , quand on veut être sérieux dans une analyse, je pense humblement qu’on doit éviter d’utiliser des références de légendes fabriquées pour instrumentaliser un peuple et entretenir le mythe autour d’un empire fictif et d’une charte "kurukan fuga" aussi fictive qui en réalité n’ont jamais existés.Des vielles démocraties ont toujours existés et existes de nos jours tel en Grande Bretagne, en Grèce, ou France, c’est ça des vrais repères pas des légendes dont aucune trace n’existe !

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2013 à 17:45, par Ton frère le nègre En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

      Mon frère il ns faut quand meme une légende à nous autres nègres car à force de chercher ses références chez d’autres d’ailleurs "oppresseur s"on finit par perdre l’estime de soi.Ns autres nègres, notre mal vient du fait de ce complexe d’infériorité culturelle qui bloque nos sociétés d’où le sous-devéloppement.Moi je vis chez les toubabs je suis arrivé à cette conclusion "il n’ya point de salut pour l’afrique tant qu’elle ne retrouve pas son estime de soi" je me méfierai de vs qualifier de blanc au teint noir.Vs parlez de la G.B,de la Fr, ou de la grèce pourquoi ne peux-tu pas trouver chez tes ancetres nègres les memes références ?He bien memes si elles ne sont écrites elles existent regardez chez les Mossi ou encore chez les Mandés.Revenons à tes références la légitimité du pouvoir était le sénat, en pays Mandé on appelle cela "conseil des sages" qui n’est rien d’autre que le sénat dont vs réfusez sa mise en place dans une parfaite ignorance.Pour terminer rappelles-toi que à chaque fois que la violence gagne le pays Mossi ou Mandé ce sont ces sages qui l’éteignent par le dialogue et l’apaisement.C’est pourquoi je suis pour le sénat à condition qu’il tient compte de ces forces dites "traditionnelles" c’est un énomre patrimoine pour notre progrès puisque de par notre histoire ni le pouvoir laique ni le pouvoir réligieux n’a pu s’imposer comme l’ultime récours alors cherchons sous le baobab on trouvera qui nous rappelera ce qu’est le faso.Merci

      Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 09:21, par pazoudé En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Monsieur le professeur , quand on veut être sérieux dans une analyse, je pense humblement qu’on doit éviter d’utiliser des références de légendes fabriquées pour instrumentaliser un peuple et entretenir le mythe autour d’un empire fictif et d’une charte "kurukan fuga" aussi fictive qui en réalité n’ont jamais existés.Des vielles démocraties ont toujours existés et existes de nos jours tel en Grande Bretagne, en Grèce, ou France, c’est ça des vrais repères pas des légendes dont aucune trace n’existe !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2013 à 10:20, par steve En réponse à : Droits des gens et intolérance : Mamadou DJIBO répond à ses détracteurs

    Au regard de la tournure que prend cette affaire que je suis avec intérêt depuis le début, il serait sage que le sieur Djibo arrête ses écrits. Il n’est pas digne d’un burkinabé. Il est hypocrite et pire, il hait le peuple en ramant a contre courant. Ce qui est claire c que nous sommes fatigués de ce régime, et quoi qu’il adviendra nous dirons ce que nous pensons. Pas de référendum, pas de modification de l’ article 37, pas de Sénat. Nous voulons le changement. Merci.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés