Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

communiqué de presse • mercredi 18 décembre 2013 à 12h04min

Dans la déclaration ci-après, l’Union pour la renaissance démocratique mouvement sankariste (URD/MS) s’insurge contre le régime de la 4e République, et appelle le peuple du Burkina Faso à se mettre debout comme un seul Homme pour contrer les velléités – qu’elle qualifie d’incivisme politique - de modification de l’article 37 de la Constitution du 11 juin 1991.

Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

Peuple du Burkina Faso,

Après quatre (04) mandats successifs et vingt-six (26) années de gouvernance sans partage empreints d’impunité, de corruption endémique et systémique, de clientélisme politique et économique, d’injustice sociale, de gestion clanique et partisane des biens publics, Blaise COMPAORE vient de manifester sans ambiguïté, sa volonté de réviser, une fois de plus, l’Article 37 de la Constitution, dans le but de se maintenir au pouvoir après 2015. Certes à maintes occasions, ses acolytes nous avaient prévenus, sans nous convaincre, qu’ils travaillaient à l’instauration d’un règne à vie de leur Leader, Maître, Ami et Tonton. Mais cette fois-ci, l’intéressé lui-même vient de le confirmer. Le Peuple burkinabè qui n’a pas la mémoire courte se rappelle que le format actuel de l’article 37 avait été dicté par la recherche de la paix sociale après les troubles et les soulèvements populaires consécutifs à l’assassinat odieux et crapuleux du journaliste Norbert ZONGO et de ses compagnons, le 13 décembre 1998.

Peuple du Burkina Faso,

L’Union pour la Renaissance Démocratique / Mouvement Sankariste en appelle à une prise de conscience totale et immédiate de chaque burkinabè du fait qu’une telle prise de position émanant du premier responsable des institutions est porteuse des germes d’une conflagration certaine dans notre pays et de lourdes menaces à son processus démocratique, à la paix et à son développement véritable. Il faut en effet se convaincre que tous ceux qui ont douloureusement traversé ces vingt-six années de règne de Blaise COMPAORE n’ont pu le supporter qu’avec l’espoir de l’avènement, au bout du compte, d’une véritable démocratie au Burkina Faso, les frustrations accumulées et les multiples errements apparaissant comme le prix à payer pour cela. Mais hélas ! Cet espoir d’un « Burkina démocratique pour tous » vient encore une fois d’être trahi par une rapacité politicienne persistante qui, au lieu de construire les fondements d’une démocratie réelle assurant à tous, dans la transparence et la justice, l’égalité des droits et des devoirs, a choisi de réserver aux uns l’impunité, l’enrichissement illicite et le bien-être, aux autres la geôle, la misère et le désespoir.
C’est au moment où l’humanité entière rend un hommage exceptionnel à l’homme exceptionnel MANDELA tout en cherchant à tirer leçon de son combat que se manifestent ici au Faso des velléités de ramer au contre-courant de l’histoire et des aspirations profondes du peuple.

Mais comme Thomas SANKARA nous l’a enseigné : « Seule la lutte libère ! » Nelson MANDELA, quant à lui, a démontré que la lutte contre l’hydre politique doit être farouche et prendre la forme qui sied en fonction des stratagèmes de l’adversaire.

C’est pourquoi, l’Union pour la Renaissance Démocratique / Mouvement Sankariste lance un appel solennel au Peuple burkinabè (Jeunes, Femmes, Hommes, Vieux), aux organisations de la société civile, aux partis politiques qui aspirent à la paix et au développement véritable de notre cher Faso, à se mettre debout comme un seul Homme pour faire échec à l’incivisme politique qui se pérennise dans le pays. Convaincue que le Burkina Faso n’a pas besoin de « grand timonier » pour se construire, l’URD/MS pense que l’heure est venue pour chaque Citoyen de montrer qu’il est un digne fils du « Pays des hommes intègres » en rejetant avec véhémence l’absence d’éthique politique, la patrimonialisation de l’État, l’instauration d’un pouvoir à vie, toutes annonciatrices de la décadence d’un peuple, d’une nation.

« N’an laara, an saara ! ».

Non au Senat !
Non à la révision de l’article 37 !
Non au régime monarchique !
Oui à l’alternance politique pacifique !
Oui à l’État de droit !
Oui à la démocratie véritable !

La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

« Liberté – Travail – Justice »

Ouagadougou, le 16 décembre 2013

Le Président de l’URD/MS
Président de la Coordination Politique Nationale
Alphonse Marie OUEDRAOGO

Vos commentaires

  • Le 18 décembre 2013 à 12:27, par Adios_BC En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    A bas les dictateurs !

    Vivement des actions concrètes ! Nous sommes unanimes qu’il faut barrer la route à ce coup d’état constitutionnel. Maintenant, il faut agir. Citoyens de tous bords et de tous corps, en avant pour la libération de la patrie !
    Tous unis, nous vaincrons !
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 12:47, par Empereur En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    je vous dit que chacun de nous peut faire bouger les chose s’il doit avoir referendum c’est la partie rurale du peuple qui votera en majorité pour aussi pour pallier à cela il nous suffit d’utiliser l’arme de l’autre chacun de nous s’occupe de la famille au village faisons leur comprendre qu’ils n’aurons plus rien de nous s’ils voutaient pour la modification ainsi au pire ils s’abstiendront voila une piste pour partager les électeurs ruraux.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 14:04, par AKHENETON En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    Inscris toi et va voter non Tout le reste est de la terreur intellectuelle Meme 10 mandats il peut si le peuple le veut etsi lui meme veut On est fatigue de vos couper coller occidental Demande aux Grecs aux Espagnols aux PORTUGAIS eux qui alternent tous les 4 ou 5 ans si cette alternance est synonime de progres ALTERNANCE OU PAS nous voulons la PAIX la STABILITE la CROISSANCE et le progres progressif et nous l avons Ceux qui veulent semer le desordre nous trouverons sur leur chemin Nous pouvons passer a la phase 2 de la RECTIFICATION

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 19:08 En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

      Où vois tu la croissance et le progrès progressif dans ce pays avec la moitié de la population en dessous du seuil de pauvreté qui ne mange pas à sa faim ? S’il faut 26 ans de pouvoir de Blaise pour un aussi piètre résultat, même s’il fait 100 ans au pouvoir, on ne sera guère avancé sur la voie du progrès pour tous. Cet avenir là, je n’en veux pas. Je préfère miser sur un autre cheval en espérant qu’il redresse la malgouvernance dans ce pays, qui est la cause de tous nos maux.

      Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 14:40 En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

        tu as raison. 0+0=00. Et meme si Blaise nopus faisait advancer a la vitesse lumiere, la constitution ne dit pas que la condition pour mourir au pouvoir, c’est de nous donner des progress fulgurants. C’est simplement inacetable cette maniere de vouloir niquer le peuple. Blaise n’ a meme pas d’ arguments sauf que ce qui compte, c’est les resultats. Or meme si c’etait les resultats qui comptent, il n’a rien pour nous montrer a part Ouagada 2000 de ses voleurs et detourneurs. On vera le jour quand ca va chauffer. Un seul obus peut descendre ce qu’ ils nous ont voler en 30 ans.

        Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 16:44, par zelelou En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    Seule l’union sera notre force.de graçe unissons nos forces pour contre carré ce plan machiavélique qu’on veut nous imposer.la patrie ou la mort nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 16:46, par Kôrô djo En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    En fait le peuple burkinabè doute encore que la famille de Blaise COMPAORE est entrain de préparer une tragédie qui ne dit pas son nom avant de partir. Car lorsque j’ai écouté dire le Président Blaise COMPAORE depuis Dori sur la mise en palce forcé du SENAT et de la modification de l’article 37 de notre constitution et laquelle constitution protège sa vie, j’ai eu des frissons car Blaise COMPAORE n’a vraiment pas mesuré le dégré grave de sa décision sur l’implosion sociale bien qu’il maitrise et corrompre son armée sensée protéger tout le peule burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 16:49, par panga En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    Les Burkinabés sont plus que jamais éclairés sur la mise en place du ENAT et de la modification de l’article 37 suit aux propos du Président Blaise au lendemain de la fête du 11 décembre à Dori.

    Nous sommes plus que unis et Blaise, son frère et ses compagnes seront hors des commandes du pays après 2015.

    NA LARA AN SARA

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 20:04, par tahi En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    Bravo ! que Dieu vous entende pour l’avenir de nos enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2013 à 09:12, par wendllassida En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    Sankariste, Sankariste ça suffit vôtre non est OUEDRAOGO ! pourquoi pas UNION POUR LA RENAISSANCE DE YENEGA- Mouvement de ouedrogiste ou des Alphonsiste. S’IL FAUT SE cacher derrière l’image de quelqu’un pour parvenir au pouvoir laissez nous en paix !

    Répondre à ce message

    • Le 19 décembre 2013 à 11:27 En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

      Mais Mr Wendlassida, apparemment vous êtes un peu borné. Le mouvement Sankariste ne signifie pas se cacher derrière l’image de Sankara mais ses idées, ce qu’il aspirait. Et là n’est pas le problème : laisse ces remarques on te parle d’un combat. Si tu es dans l’autre camp, fais le savoir mais il ne faut pas distraire les gens.

      Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2013 à 13:00, par konto En réponse à : Modification de l’article 37 : L’URD/MS dit non

    mr wendelasida moi g m’en fou de la politique .g ne suis ni opposant ni parti majoritaire. nous voulons seulema une alternance.ce regime est a la base de notre misere. 26 ans de pauvrete,de coruption en tou ,rien va.portant une minorite d voleur est a l’aise.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés