Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

mercredi 18 décembre 2013 à 00h42min

Vous m’avez donné mes premières armes d’argumentation de 1985 à 1987 à L’U.O. Ecrire à son maître pour le contester est philosophiquement une œuvre de maturité intellectuelle. Humainement, étant encore sous le charme de votre engagement politique courageux et constant, cela s’avère rude. Mais, cher maître, vous m’avez appris avec vos collègues François Warin, A. Badini, D. Gampiné à argumenter et à affectionner la pensée critique. Alors, voici ma lettre pleine d’affection pour vous. Vous excuserez mes audaces puisque je sais compter sur votre indulgence.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Très cher Professeur,

J’ai lu avec intérêt votre lettre ouverte au Président du Faso l’invitant à arrêter le mécanisme de consultation populaire de l’article 37 de notre Constitution. Consulter n’est point synonyme de modifier même si l’intention peut-être celle-là. La démocratie de type occidental est électorale et représentative. Elle se fonde sur le vote libre et universel de tous ceux qui jouissent de leurs droits civiques. Citoyens libres et égaux, la démocratie électorale représentative exige que l’on consulte le peuple dès le moment où, sur un sujet majeur, un consensus au sein de la classe politique est introuvable. D’où’ l’impératif pour les défenseurs de la République, quels qu’ils soient de recourir au peuple souverain, détenteur ultime du pouvoir, pour départager, trancher. Est démocrate et vous l’êtes, celui qui souscrit à ce principe fondateur. C’est ainsi que consulter le peuple est supérieur aux tractations, compromissions, manipulations et intrigues des professionnels de la politique. Il est donc inacceptable de secouer le chiffon rouge des « urnes éventuellement corrompues » pour refuser le socle fondateur des règles du jeu démocratique. Le Sopi de Wade a vaincu la machine électorale du socialiste Diouf en 2000 ? Comment ? L’opposition officielle burkinabè a la réponse ou ne l’a pas.

Non, cher professeur, il ne s’agit point au moyen de la consultation du peuple souverain, de rechercher une nouvelle légalité en rupture, dites-vous, avec la légitimité. Le recours au juge suprême n’est jamais désir de nouvelle légalité. Elle est au contraire la réaffirmation nette que seul le pouvoir appartient au peuple, ce en quoi, ce recours s’auto-référencie comme légitimité confirmée.
Je ne vois pas de divorce dans l’exacte mesure où toute légalité est une donation originelle d’un pouvoir légitime. Les autorités de la IV République sont-elles légitimes ? Votre préoccupation n’est point celle de la légalité mais plus celle relative à la légitimité de l’autorité en charge de la question référendaire et accessoirement, si cet appel au peuple, au lieu de renforcer la démocratie directe, viole au passage la Constitution. Non seulement notre loi fondamentale autorise cet appel au peuple puisque c’est ce même peuple dans sa volonté majoritaire exprimée qui en est la pierre architectonique. Au surplus, l’article 37 autorise sa propre modification sans rupture ni de la nomenclature légale encore moins de la légitimité. Nous parlons des principes. Il s’ensuit que le moment de divorce que vous redoutez est imaginaire sinon machiavélique. Pourquoi ? Parce que précisément votre déni de la consultation populaire envisagée sous prétexte que les urnes sont possiblement corrompues coîncide avec le dicton vieux de 500 ans dérivant de Machiavel voulant que seul compte la fin. Les moyens, on se les donne comme on peut et comme on veut en rupture avec les valeurs. Où sont vos moyens qu’accrédite l’éthique politique si jamais le Président Compaoré renouvelle son souhait de mettre ses ambitions au service du peuple ? Puisque ses ambitions ne sont pas illégales, alors la seule façon de lui notifier le rejet, dans la paix et avec l’élégance républicaine qui sied, c’est de l’inviter à hâter ses pas pour qu’on aille aux urnes. Laisser penser que de nouvelles négociations doivent être lancées pour bâtir un nouveau consensus ou s’en tenir à l’ancien, c’est dénier au peuple son droit inaliénable de dire son mot sur la marche de la cité au profit du clientélisme politique. Où est votre sincérité, cher professeur, lorsque sciemment, jouissant de votre droit constitutionnel à l’opinion libre, vous confondez légalité et légitimité pour mieux accréditer les ultimes transactions du marché politique ouagalais ? Venant de vous, je n’ose pas écrire imposture intellectuelle car vous m’avez appris la rigueur mais aussi la décence. Aussi, permettez-moi de parler, philosophe comme vous m’avez formé, de moment machiavélique. Je vous fais remarquer que la volonté consensuelle est d’ordre procédural- il existe des droits procéduraux- lors même que le prononcé de la volonté majoritaire est fondamental puisqu’il est d’essence démocratique. Vous voyez bien que le consensus est un cas constructiviste que les vécus sociaux, à un moment historique donné, présentent à la conscience populaire.

On construit les consensus et on les déconstruit comme le mathématicien E. Kronecker construit les ensembles suivant les circonstances. Mais il arrive que certains ensembles construits n’appartiennent pas à eux-mêmes. Par exemple, l’ensemble des petites cuillères n’est pas une petite cuillère comme le démontre le logicien Russell en 1902, engendrant ainsi une crise des ontologies fondationnelles en mathématiques. Votre théorie de la volonté consensuelle hypostasiée en est une probablement.
Contre le moment machiavélique, j’appelle au moment démocratique car alors, les conflits d’interprétation, d’intérêts divers, connaîtront le jour de leur jour comme on dit à Nouna. Ce jour s’appelle le moment délibératif ou moment démocratique ou consultation populaire. Le régime démocratique n’aime pas les consensus bancals, les conciliabules. Les Ségoviens disent : les conciliabules ont construit Ségou, les conciliabules ont détruit Ségou. Ruineuse tautologie ! En démocratie, on lave le linge sale en public et ce de façon contradictoire : l’aîné Etienne peut laver le col ; le précoce Mamadou le bras droit tandis que la belle Poko voudra laver les culottes. Mais personne ne détricote le linge car les intérêts de paix et de sécurité de la famille exigent qu’on laisse toutes les opinions vraies ou fausses, les ambitions s’exprimer. C’est dire que nos options doivent exclusivement être démocratiques. Les marches violentes et autres arrière-pensées révolutionnaires ou putschistes ne le sont pas et surtout pour notre génération post-révolution du 4 août. Allons avec détermination mais aussi dans l’allégresse au référendum. Construisons nos arguments pour ou contre et exposons-les au peuple souverain. L’audace d’espérer arrive comme dirait le Président Obama. Un référendum révocatoire du leadership du Président Compaoré ou plébiscitaire arrive. Un rare moment de fraternité et de patriotisme arrive. Jaloux et défenseurs de nos droits constitutionnels, préparons-le pour mieux le célébrer.

Respectueusement,

Mamadou Djibo, Ph.D

Philosophie

Lien utile : « À Son Excellence, Monsieur le Président Blaise Compaoré : arrêtez le processus de révision de l’article 37 de notre Constitution consensuelle ! » dixit Etienne Traoré

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 décembre 2013 à 00:07, par Raso
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Philosophez comme vous voulez. Quand ça va cailler dans la rue, on verra..

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 00:14, par SIDGOMDE
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Vous n’etes t-il pas un mendiant du CDP ?

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 09:02
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Parce qu’il n’a pas la même opinion que vous il est un vendu du CDP ? Et l’autre celui a qui est adressé le droit de réponse est il un vendu du CFOP ? Grandissez un peu intellectuellement cher sidgomde car à chacun son opinion

      Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 21:14, par El Magnifico
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        Le pauvre Etienne Traoré, il doit se sentir si mal dans sa chaire. Lui qui a tout donné pour former un philosophe, il a doté le pays d’un foulosophe.
        M. Djibo, vous ne semblez pas voir plus loin que le bout de votre nez. S’il est aussi facile pour vous, un intellectuel de haut vol, privilégié de la société, de prostituer sa conscience pour espérer vivre mieux, imaginer combien il est beaucoup plus aisé pour les millions de misérables que le "règne à vie de votre DIEU" a formés de vendre leurs voix pour du pain. Un homme affamé n’est pas un homme libre. Et si plus de 60% des Burkinabé sont affamés, ce qui est vrai, alors il est vrai que leur vote ne peut être libre. Ce que vous appelez démocratie par les urnes se trouve être, en réalité, une DICTATURE par les urnes. Du Robin des bois à l’envres quoi !
        En réalité, je vous plaints monsieur le tubedigestiviste

        Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 23:26
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        Il est un vendu parce qu’ en fait, il n’ a pas d’ opinion. Meme s’ il est bade d’ un Phd canadien. Si c’etait un doctorat francais ou un phd americain, j’allais meme le prendre au serieux. Mais un phd canadien ? Le canada n’est pas a la pointe de la recherche.

        Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 23:03, par Yako
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Vous m’avez donné mes premières armes d’argumentation de 1985 à 1987 à L’U.O. Ecrire à son maître pour le contester est philosophiquement une œuvre de maturité intellectuelle. Humainement, étant encore sous le charme de votre engagement politique courageux et constant, cela s’avère rude. Mais, cher maître, vous m’avez appris avec vos collègues François Warin, A. Badini, D. Gampiné à argumenter et à affectionner la pensée critique. Alors, voici ma lettre pleine d’affection pour vous. Vous excuserez mes audaces puisque je sais compter sur votre indulgence.Ce MR là est décidement bien éduqué prenez de la hauteur rendez tjrs hommage à vos ainés c’est africain cela vous grandit et aussi un bel exemple pour les politiciens Ouagalais qui non rien compris l’adversaire politique n’est pas un ennemi.Bravo encore

      Répondre à ce message

    • Le 19 décembre 2013 à 02:58, par Bidiore
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      S’il est un mendiant du CDP, vous, vous êtes un affameur du peuple

      Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 01:05, par ON EST PLUS AU 20 EME SIECLE !
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    voici un nouveau brouteur de lherbe de kosyam qui nous informe quil dormait en classe ! experts en jonglage constitutionnel, 2015 cest le terminus de votre bus, ca ne marchera plus, Blaise le sait mais cest juste quil compte sur vous autres moutons pour se refaire un peu de moral dans lespoir dinventer un nouveau moyen "legal" dans la forme pour ne pas quitter lherbe de kosyam quil broute avec vous autres. letat republicain nexistant vraisemblablement plus, le peuple legitime, avec ou sans lopposition, allons vous envoyer en vacances extraordinaires CHEZ TANDJA OU CHEZ BAGBO SELON VOTRE CHOIX (on est gentil nous) et placer meme si cest un porc a kosyam pour vous connaitre nous aussi une alternance dans notre vie ! ON A GRANDI ON NEST PLUS AU 20 EME SIECLE (1987), ON NEST PAS DUPE !

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 23:05, par Valérie Pantin
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Bonjour,merci Dr Djibo on peut comprendre les differentes réactions passionnées et donc non raisonnées.En effet,cet article est une grande portée intellectuelle car il résume en gros ce que doit etre le débat politique "civilisé" en lieu et place certains excellent dans les injures faute d’argument.Mr Djibo m’a enseigné dans les années 90 dans un lycée parisien je garde de lui un bon souvenir.Quant au ph.D qui pose problème à certains et non le contenu de son papier cela ne m’étonne pas sous nos tropiques c’est l’éternelle rage des "intellos"fancophones quelle jalousie ! Dr Djibo fut mon ainé 15 ans après son passage à la fac M. au Canada quand il était préparait sa thèse il était fort apprécié je profite lui envoyer un petit coucou.Bravo

      Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 14:49
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        Lephd devait poser et pose reellement probleme a la plupart, pas seulement a certains. Tout le monde sait que Mamadou Djibo a ete un etudiant tres brilliant. Mais qu’ il ait ete si brilliant et qu’ il ait meme travaille jusqu’ au Phd pour eteindre son imagination critique pose problem a moi aussi qui ai un phd. Vous ne pourrez pas me reprocher d’ envier son Phd.Je regretted seuelemt l’ utilisation qu’ il en fait car l’ utilite du sel reside a saler la sauce. S’ il ne la sale plus, il n’est plus que beau d’ etre jeter aux pourceaux. Mamadou Djibo a avili tous ceux qui ont un doctorat car meme sans avoir ete a l’ ecole, un citoyen honnete ne raisonnera pas de la sorte. Il a volontairement te volontiers confondu forme et contenu. On l’ aurait pris au serieux si on ne savait pas qu’ il sait. Mais puisqu’ il fait semblant de ne pas comprendre, on lui laisse avec sa conscience, s’ il en a toujours. Il vit au Canada mais ila toujours sa famille a Nounou et la tragedie que Blaise prepare pour le peuple ne connaitra pas de frontieres regionales. Un intellectual qui n’ est pas capable de dire la verite qui sauvela communaute n’ en est pas un, meme s’ il avait 21/20 en philosophie quantique ou en quantum metaphysique... C’est ca mon probleme

        Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 23:21
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        Un pantin ne vaut qu’ un pantin, Valerie, quelle est ta valeur/

        Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 01:08, par Moussa Kaba
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Je crois que c’est l’une des rares fois que je lis une reponse pareille pareille sur lefaso.net. Tout y est ou presque, un argumentaire solide, des references verifiables et wikipedifiees. Je serai tente de vous demander ou est ce que vous vous cachiez pendant tout ce temps la. Sans partie pris, tout y est. Merci encore Mamadou Djibo, Ph.D et svp, ecrivez plus souvent pour nous permettre d’apprendre d’avantage. loin de la passion et des reactions incendiaires.
    Bien a vous.

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 01:54, par yaako !
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      oui en effet toi on te comprends bien et on a surtout de la compassion speciale a ton egard, car vous etes vraiment rares remarque sur le fasonet a necessiter des soins durgence !meilleure sante !

      Répondre à ce message

      • Le 18 décembre 2013 à 23:30, par Balayek USA
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        Décidement à qui appartient la souverainité ? Il ne faut pas mommifier la constitution l’art 37 peut etre modifier x référendum et puis un référendum n’est pas une élection présidentielle et son résultat ne saurait etre la suite logique de ce que l’éventuelle élection présidentielle donnera.Il y’a trop de confusion meme chez les hommes les plus intélligents.La modication x voie référendaire dépend de la sagesse du prince sinon il est tout à fait légal et puis x les temps qui courent soyons s’ages la sous région a besoin d’un BF fort et stable et Blaise incarne en ce moment précis cette force .Naturellement il n’est pas indispensable mais la sagesse nous oblige à tenir bon notre maison commune le faso.Notre Faso est une exception dans l’afrique de l’ouest et je suis sur que x le dialogue ns garderons la tete hors l’eau.Quant au prof Traoré il ne défend pas la constitution mais plutot la classe politique c’est légitime seulement il doit avoir le courage de l’assumer sinon la confusion genre monarchie de Ziniaré,clan Compaoré ect ce son des slogans de campagne qu’il anticipe peut etre que Dr Djibo le pousse par sortie à s’assumer.

        Répondre à ce message

        • Le 19 décembre 2013 à 22:55
          En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

          L’ article 37 peut etre modifie. Ca, c’est sur. Seulement pourquoi devrait - il l’ etre ? Ou vous etes, vous pouvez vous jeter pasr -dessus le Grand Canyon aux USA. Ca fait partie de votre choix. Mais pourquoi le feriez- vous ? Devons- nous faire tout ce qui est permis ? Sans raison ? Tu vis aux USA vraiment ? Mon pousseur de barique a Karpala ici raisonne mieux que toi.

          Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 03:42, par Tiama
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Merci pour votre réaction. Votre écrit contribue à éclairer ceux qui veulent voir et comprendre. Bravo

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 05:11, par Zafy
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Pour le comble, ajoute sans parti pris. Des gens qui ne veulent pas le beurre finisse !

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 06:54
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Je vous invite à lire les réponses d’un certain C.D Kwesi à ce sophisme que vous tenez pour de la sublime philosophie, sur le lien du texte d’Etienne TRAORE. Vous devez être de ces nombreux hommes que la non-politique de votre président maintient encore dans les ténèbres de la caverne !..

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 07:33, par manzawan
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      C’est vous autres les vrais ennemis du faso. Vous cherchez à instaurer un climat de violence ds ce pays jadis réputé pr sa sérénité. Vs voyez Blaise qui fonce tout droit au feu, au lieu de l’arrêter à temps, vs l’y entraînez. C’est diabolique votre démarche ; Merrrrde !!!!!!!!!!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 07:45, par BILI-BILI
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Mon ami , tu peux philosopher comme tu peux,si tu veux il faut même écrire tout un document pour contredire ETIENNE TRAORE, mais votre "DIEU" COMPAORE BLAISE doit partir en 2015 , de gré ou de force ! C’est tout

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 08:04, par Thiabo
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Philisophe, vous l’êtes certainement.
      Mais le débat ici n’est pas seulement philosophique. Alors je me demande quelle est la limite entre le service commandé et l’objectivité philosophique que defend un ancien élève ?
      Allons allègrement au referandum.. Oui, mais demandez à Blaise comment nous somme arrivé à là.
      Un des principes fondateurs du CCRP était que les sujets non consensuel ne soient pas retenus. La modification de l’article 37 était dans ce cas. Pourquoi alors revenir dessus ? Pourquoi, on s’interresse particulièrement à ce point ? et les autres ?
      Et puis, en philosophie, comme en politique,il y la morale. Blaise a le droit d’organiser un réferandum pour modifier l’artcile 37. Quel article 37, celui qu’il avait été obligé de remodiefier ?
      Il ne faut donc pas se cacher derrière la philosophie et regler ses comptes avec ses anciens professeurs ou se mettre au service d’un clan.
      Blaise doit partir.
      Un peu de retenue, mon cher philosophe.

      Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 23:33
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        En quoi meme il est philosophe ? Parce qu’ il a un phd en philosophie ? Ce n’est qu’ un imposteur car un philosophe, un vrai, n’a pas peur de dire la verite a qui que ce soit. Socrate a refuse de fuir quand bien meme il aurait pu le faire. Ce serait lache et ca enverrait un message double a ses etudiants. Il aurait aussi pu se desavouer publiquement et entrer dans les bonnes graces du pouvoir. Il ne l’a pas fait. Pluto, il a affronter courageusement la cigue. Mais voila qu’ on soupconne que le texte a ete ecrit par un collegue ennemi de Professeur Etienne Traore. Les negriers aux carres !!! Quelle misere de la philosophie ou bien meme c’est la philosophie de la misere ?

        Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 08:11, par madi
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      un parfait verbiage creux : même muni d’un Ph.D, certains auront toujours un argumentaire de bas quartier ou plutôt de ventriloque, j’ai honte de certains intellectuels disons plutôt de certains diplômés car ce sont eux qui vont conduire notre beau pays à sa perte dont il mettra beaucoup de temps malheureusement à s’en remettre

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 08:45, par sidkyéta
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Merci monsieur DJIBO de votre contribution ! En deux mots vous nous dites qu’il n’y a rien de plus démocratique que de demander l’avis du peuple avant d’agir en son nom. Référendum n’est pas chasse à l’homme ! Si le peuple ne veut pas de Blaise, laissez le l’exprimer en votant et non en marchant et en faisant le chaos ; certains ne semblent l’avoir que seul programme "chaos,chaos !!!" C’est dommage ! Réfléchissons et aidons le peuple à réfléchir ! Allons librement au référendum !

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 09:06, par Mon Histoire
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Dans l’absolu, Dr Djibo, vous avez raison. Vous avez tellement bien philosophé que vous avez oublié l’élémentaire. L’élémentaire c’est quoi ? C’est la petite histoire de cet article 37 que je me plais à rappeler (sans les textes sous les yeux) :
      1) 1991 : le peuple souverain vote une constitution ayant en son article 37 ceci "le président du Faso est élu pour 7 ans renouvelable une fois".
      2) 1997 : sans consulter le peuple souverain, l’article 37 est modifié comme suit : "le Président du Faso est élu pour 7 ans. Il est rééligible."
      3) 1999 (ou peu après) : sans consulter le peuple souverain, l’article 37 est modifié comme suit : "le Président du Faso est élu pour 5 ans renouvelable une fois".
      4) 2014 : le peuple va être consulté !
      Eh bien, sans être philosophe je me poserai quelques questions dont celle là : à quoi joue le président Compaoré ?
      Dr Djibo ne vit pas au Burkina ou ne vit pas le Burkina.

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 16:17, par RAWA
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Je crois que tu t’es laissé impressionné par des tournures savantes qui n’ont en définitive rien de différent de ce que les pro modification de l’article 37 ont l’habitude de de nous dire. Il dit simplement que Blaise en en droit de faire son référendum et nous on dit que ce n’est pas possible. Quand celà va chauffer et ça chauffera, vous n’aurez plus le temps de philosopher

      Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 01:20, par Moussa Kaba
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Je crois que c’est l’une des rares fois que je lis une reponse pareille pareille sur lefaso.net. Tout y est ou presque, un argumentaire solide, des references verifiables et wikipedifiees. Je serai tente de vous demander ou est ce que vous vous cachiez pendant tout ce temps la. Sans partie pris, tout y est. Merci encore Mamadou Djibo, Ph.D et svp, ecrivez plus souvent pour nous permettre d’apprendre d’avantage. loin de la passion et des reactions incendiaires.
    Bien a vous.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 01:30, par koobo
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    ne soigner pas responsable de se qui adviendra au burkinabè par une tentative de toucher un peu à l’article sensible

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 04:54, par Zafy
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Mon cher, combien de burkinabé peuvent te comprendre ? J’ose pas croire que tu protège ton pain. Si vous êtes objectif, sache que vous vous êtes voilé la face. Ces vampires veulent créer une royauté sous une fallacieuse légalité. Peut-on parler de légalité dans un état démocratique où on règne à 30 ans ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 05:44, par Amad Bandit
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Monsieur Djibo, pendant qu’on y est, on pourrait associer le référendum à un concours d’ arguties. Je vous nomme président du Jury. Je considère la masse d’ ignorants comme des innocents. Ils ne savent pas ce qu’ils font. Vous, si. Facile sed turpe opprimere innocentem.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 05:57, par BurkinBeogYinga
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Heureusement que c’est un philosophe. je vous comprend....

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 06:10
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Du n’importe quoi absolu sur le mathématicien Allemand Kronecker. En passant il s’appelle Leopold Kronecker (1823 - 1893) et non E. kronecker c’était un spécialiste de la théorie des nombres.

    Allez-y vous renseigner auprès des mathématiciens Touré, Somé, Akry, etc.. de l’uuniversité de Ouaga avant de raconter du n’ importe quoi !

    Vous cherchez tout simplement un poste, c’est legitime, mais soyez rigoureux dans vos écrits pour eviter d’induire les gens en erreur !

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 10:02
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Vous dites juste ! Djibo caricature la crise de la théorie des ensembles qui s’est d’abord jouée (cette crise) entre B. RUSSELL et FREGE. Non seulement il ne s’y connaît pas, mais on se demande même ce que la théorie des ensembles vient faire dans la volonté de modification d’un article constitutionnel ! C’est, en philosophie, ce qui s’appelle du "sophisme" , l’étalage public d’un faux savoir... Par CDK DABIRE, Docteur et prof.

      Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 06:11, par Alex
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    je comprends bien que beaucoup d’intellectuels comme l’ancien élève d’Etienne TRAORE soient au service du pouvoir à vie de Blaise COMPAORE parce qu’il y gagnent. c’est dommage qu’un intellectuel de ce niveau voit les choses de la sorte. le rôle de l’intellectuel est avant tout de servir son peuple, de l’éclairer, de l’orienter. Moise l’a été dans l’ancien temps. il faut plutôt l’imiter cher Mamadou Dijbo. je comprends que pour vos intérêts mesquins, vous êtes de ceux qui s’apprètent à mettre le pays au feu. vous devez avoir honte.
    il vous manque beaucoup de données. Non ! vous avez choisi de ne pas considérer beaucoup de données. c’est dommage pour la justesse de votre pensée. pour cela, vous manquez de sincérité. je pense que vous devez prendre en compte le niveau d’instruction de la majorité, les idées machiavélique de Blaise et de ses copains politiques, le mauvais fonctionnement de la démocratie au Faso et l’ensemble de la mal gouvernance telle qu’elle se fait. en démocratie, en vérité on ne peut monter au pouvoir avec une constitution et procéder à sa modification puisque vous parlez de principes de la démocratie. Blaise, s’il est sincère et s’il veut être démocrate, puisque vous affirmez qu’il est par rapport à Étienne, doit s’atteler avant tout à respecter la constitution et l’Article par lequel il a prêter serment. consulter l’Article s’il vous plaît. Je reprends : on ne peut monter au pouvoir avec une constitution que l’on doit défendre et la modifier. pour la modifier, il faut qu’il n’y ait pas de président qui soit au pouvoir par cette constitution. autrement dit, il faut que quelqu’un ait pris le pouvoir par force. là la constitution ne l’engage pas. il ne faut pas oublier qu’Etienne connaît bien Blaise. moi je crois le connaître. mais il a toujours déçu.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 06:13
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    vous devez être plus réaliste mr le foulosophe . le référendum ou toute autre élection au burkina c’est de la comédie.
    mais dis quelque chose sur le pouvoir à vie !

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 06:28, par ma patrie
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    On dirait un eleve d justin koutaba. drole d philosophe.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 06:55, par halal
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Boilot lapidaire. Ce monsieur ne comprend rien de ce qu’il dit. Vous allez mordre vos doigts quand votre president va escalader les frontieres.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 07:03, par Mr D
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Très belle analyse monsieur le philosophe. Je voudrais toutefois vous inviter à vous démarquer des réflexions politiques qui ne vont pas bien. La politique n’est point et ne saurait être philosophique. Ma première réaction aurait pu être : "Dommage pour un Ph D qui réfléchi de la sorte." Mais après réflexion, je me rends compte que vous confondez "vitesse" et "précipitation" mon cher philosophe. Amener le débat politique sur le terrain philosophique nous conduirait, à coup sûr, à la dérive, pour ne pas dire, à notre perte. Vous pensez donc que la démocratie consiste à modifier les textes légaux au gré de ses humeurs ? Je dis simplement NON. Même s’il est vrai que démocratie signifie (communément) le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple, le contexte burkinabé ne saurait, en aucune façon, s’appliquer à ce principe, tous les fondements étant baffoués. Si l’accusé que vous défendez bec et ongle, (même si vous ne le laissez transparaître clairement) est vraiment un démocrate, qu’il s’en aille à la fin de son mandat, je suis tenté de dire son règne de plus de 25 ans et permette à un tiers de prendre la relève. De cette façon, le peuple saura réellement qui est démocrate et qui ne l’est pas. Avez-vous souvenance d’un certain discours prononcé un certains "15 Octobre 1987" ? Quelles sont les raisons qui avaient été avancées pour justifier l’élimination du président Thomas Sankara ? Je vous cite une seule phrase du dit speech :
    "A la faveur des méandres de l’histoire de notre peuple, cet autocrate s’est hissé à la tête de notre pays pour mieux l’étouffer de l’intérieur......"
    A moins d’avoir vécu hors du Burkina depuis les années 80, vous devez être à mesure de me dire qui, de nos jours, est le vrai autocrate ?
    Pourtant, les plus grands experts de ce monde, qu’ils soient politiciens, économiques,.... reconnaissent que c’est bien pendant cette période que le Burkina Faso a connu un réel boom. Comparer l’époque Machiavel à l’ère Mandela n’a point de sens et me paraît même erroné, mon cher et illustre Ph D. Veuillez donc, je vous en prie, vous éloigner de cette toge de politicien qui vous va très mal. Veuillez vous gardez de cette lourde tâche de critique politique qui, à coup sûr, vous fera perdre cette notoriété que vous recherchez sans répit. Pour terminer mon propos, je voudrais vous demander de me citer un illustre philosophe qui aura été, de mémoire d’homme, un bon politicien ou une bonne critique en la matière.

    Mr D. Instituteur Certifié

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 07:07, par zekoula
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Tapez votre texte ici. je suis tout à fait d’accord avec votre argumentaire fut-il philosophique. Seulement vous semblez oublier une chose ou faites semblant de l’être, sous nos tropiques les règles du jeux démocratique ne sont jamais respectées. vous oubliez qu’un bout de papier ne vote que selon sa valeur marchande. Et comme vous savez très bien que vos amis ont entasser des caisses d’argent il est alors très facile pour vous de défendre le faut sous le couvert du vrai.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 07:28, par Disap
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    ça ressemble au rendu d’un devoir de philosophie d’un jeune élève de terminale, qui pense qu’en alignant les "gros mots" et quelques références il pourra séduire son enseignant par son éloquence. Vous parlez de la politique au Burkina Faso ? Svp parlez pour le peuple. Continuez à philosopher...Tout est rapport de force et ceux que vous défendez le savent très bien.
    Laissez votre PhD au bureau et descendez un peu sur le terrain, vous apprendrez mieux de la vraie vie, plutôt que de rester à lire des vieux livres pour embrouiller le peuple. La plupart de nos problèmes sont dû aux "intellectuels" comme vous.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 07:42, par LAGUI ADAMA
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Tout est dit avec éloquence ! Mr Mamadou Djibo, Ph.D Je n’en trouve plus rien à dire sauf que souhaiter Qu’Allah vous bénisse et vous protège dans votre impartialité intellectuelle, comme il a béni son Excellence Mr Blaise Compaoré et sa FAMILLE ! Vive son Excellence Mr Blaise Compaoré Vive la démocratie Vive le CDP

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 07:49, par LAGUI ADAMA
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Tout est dit avec éloquence ! Mr Mamadou Djibo, Ph.D Je n’en trouve plus rien à dire sauf que souhaiter Qu’Allah vous bénisse et vous protège dans votre impartialité intellectuelle, comme il a béni son Excellence Mr Blaise Compaoré et sa FAMILLE ! Vive son Excellence Mr Blaise Compaoré Vive la démocratie Vive le CDP

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 07:56, par sokotoi
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    arrête des théories inutiles qui n’avancent personne ! on sait qui tu es ! ce n’est pas la peine on a tout compris. Qui vivra verra !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 08:08, par Le sage
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Et voilà pour les cancres comme nous autres : Il n’est point besoin de résumer. La légitimité appartient bien au peuple ! Ce peuple ânifié par des intellectuels politiciens de climatiseurs. Osant dire que les 17 députés de l’ UPC et les 10 autres sankaristes arbistes et autres ne sont que le fruit de l’incurie du peuple ou de sa veulerie. Qui sommes nous donc pour prononcer une telle sentence ?
    A dire vrai, Le professeur TRAORE ignore tout des vaillantes populations de notre pays qui savent dire non ou oui de leur propre chef. Mais pour rafraîchir sa mémoire, qu’il se souvienne seulement du ballotage de 1978. Que ceux qui estiment jouir de la légitimité nous le prouvent par les urnes.
    Aux demeurants, nul n’a le monopole de la violence. Cependant, il y’a ceux qui connaissent la violence car l’ayant vécu et ceux qui pensent que l’apocalypse est une expérience comme les autres et qu’il faille la vivre. A ces derniers, il faut dire que l’incendie n’a pas de discernement.!

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 19:28
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      1978 : autre temps, autre moeur. Pour simplement dire que le contexte n’est plus le même. Quand on a encore les 3/4 des ruraux qui sont analphabètes et qui sont facilement manipulé par les cdpistes et les chefs, on ne peut dire avec assurance que la légitimité appartient au peuple car elle est confisquée par une oligarchie qui veut faire du pouvoir à vie une ligne de conduite si on ajoute les moyens de l’état lors des campagnes électorales, achat des consciences, bourrage des urnes, trucage des résultats, etc.

      Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 08:09, par Le sage
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Et voilà pour les cancres comme nous autres : Il n’est point besoin de résumer. La légitimité appartient bien au peuple ! Ce peuple ânifié par des intellectuels politiciens de climatiseurs. Osant dire que les 17 députés de l’ UPC et les 10 autres sankaristes arbistes et autres ne sont que le fruit de l’incurie du peuple ou de sa veulerie. Qui sommes nous donc pour prononcer une telle sentence ?
    A dire vrai, Le professeur TRAORE ignore tout des vaillantes populations de notre pays qui savent dire non ou oui de leur propre chef. Mais pour rafraîchir sa mémoire, qu’il se souvienne seulement du ballotage de 1978. Que ceux qui estiment jouir de la légitimité nous le prouvent par les urnes.
    Aux demeurants, nul n’a le monopole de la violence. Cependant, il y’a ceux qui connaissent la violence car l’ayant vécu et ceux qui pensent que l’apocalypse est une expérience comme les autres et qu’il faille la vivre. A ces derniers, il faut dire que l’incendie n’a pas de discernement.!

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 08:21, par LASAGESSE
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    DITES NOUS COMBIEN DE PERSONNNES COMPRENNENT LE REFERENDUM ET VU COMMENT LES GENS SONT CAPABLES DE FAIRE DANS CE PAYS LAISSONS L’ARTICLE 37 COMME CE LA MEME LE NOUVEAU PRESIDENT NE DOIT PLUS MODIFIER CET ARTICLE POUR UNE VRAI DEMOCRATIE COMME LES AUTRE PAYS.C’EST AUSSI CLAIRE QUE CA LE CDP TROUVE QUELQU’UN C’EST TOUT.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 08:23, par zounose
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Quand il y a eu consensus en 2000 pour la limitation des mandats ca ne vous a pas dérangé et aujourd’hui qu’on demande un consensus vous vous insurgé !
    Mon ami jongler comme vous voulez avec la philosophie, mais ne jongler pas avec l’article 37.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 08:26, par Un autre Koro
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Vous voulez nous dire en français soutenu que l’on peut changer les règles du jeu en cours de jeu. Vous voulez encore voir couler le sang des jeunes burkinabé. Il semble que vous avez été payé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 08:50, par BAM
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Barre toi avec ton gros français là. on s’en fout de çà. Blaise doit partir. un point, un trait. c’est tout.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 08:55, par changeons
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Monsieur Djibo, en vous lisant, j’ai eu la chair de poule, car le problème du Burkina, c’est vous autres. Même si vous voulez manger en faisant allégeance au pouvoir en place avec de bels arguments (le peuple peut être effectivement consulté sur les questions nationales), ayant pitié de la grande majorité des burkinbé, nos compatriotes qui trime dans la misère noire à cause de la mauvaise gouvernance, des détournement de deniers publics, de l’injustice. Savez-vous que dans certains villages les taureaux et les hommes boivent boivent à la même marre ? Avez-vous déjà assisté à mort d’un parent dans un village à cause de manque de médicaments ? Avez-vous déjà été condamné injustement avez-vous n’avez pas d’argent ? Avez-vous...et la liste est longue. Le peuple en a marre et le pouvoir actuel est corrompu jusqu’à os. arrêtez vos théories et faites une analyse positive, contextuelle. Doublez vos verres de philosophe pour mieux voir. 9a sera une meilleure contribution de votre part pour préserver la paix et le bien des burkinabés. Vous êtes un bon philosophe qui doit vivre avant de philosopher, mais votre analyse de la situation actuelle du Burkina frise la politique du ventre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 09:07
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Arrête de faire des comparaisons qui ne tiennent pas la route. Lequel de Abdou Diouf ou de Abdoulaye Wade a fait 28 ans au pouvoir ? Lequel des deux est arrivé au pouvoir par un coup d’état ? Lequel des deux à demandé une amnistie pour les anciens présidents ? Mais même ça, la transition n’est pas passé comme une lettre à la poste (rappelle toi du mouvement Y’en a marre et tout ce qu’ils ont subi....)

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 09:11, par Simpliste
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Il y a des gens qui n’ont toujours rien comprit au Faso. Continuez à philosopher. C’est parce que vous avez à manger que vous arrivez à le faire. Le peuple lui a faim. Les jeunes veulent du boulot. Les étudiants veulent un cycle normal à l’université. Les syndicats attendent l’application de plusieurs mesures non tenues. Le jour que tout ce monde va se diriger vers Kossyam comme un 3 janvier 66, on verra si vous aurez encore le temps de philosopher.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 09:14, par bassoungoro@yahoo.fr
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    je ne suis pas un philosophe mais je pense que mon philosophe est passé à coté. on est en debat politique et vous aurez du aussi nous expliquer philosophiquement en quoi le respect de l’article 37 est contre la volonté du peuple. on utilise toujour le peuple pour justifier la volonté du président en oubliant qu’au debut c’est le meme peuple qu’on avait utilisé pour limité les mandats. a y voir de près mais pas philosophiquement comme vous, le peuple est un objet a la solde du president qu’il peut utiliser pour assouvir ses desires. le peuple sans valeur du burkina qu’on utilise pour dire une chose et son contraire. pitié à ces intellectuels comme vous, moi je ne suis pas un, qui au lieu de nous eclairer avec un peu de dignité veulent nous utiliser pour leurs interêts égoïstes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 09:15, par Zacca
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    On s’occupera de tous ceux qui soutiennent Blaise. Vous n’aurez pas le temps de changer votre veste.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 09:16, par Zacca
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    On s’occupera de tous ceux qui soutiennent Blaise. Vous n’aurez pas le temps de changer votre veste.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 10:04, par Ainoss
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Mon cher Djibo, votre écrit m’amène pour la première fois de réagir sur le Faso.net.Je respecte votre titre qui y figure sur votre écrit puisque je ne l’ai pas d’abord. Mais en lisant le contenu, j’ose croire que cela vienne réellement d’un diplômé de ce rang. Pourquoi, je dis ceci, pour quelqu’un qui a étudié à l’UO et de surcroit à l’UFR/SH n’ose pas faire un tel écrit à moins que la personne ait un esprit voilé. Dr Djibo, si vous avez bien cogiter pour écrire ce test, je vous demande de retirer ceci sur lefasonet car si votre enfant le lit, il s’aura que vous étiez le dernier de votre promotion car les cours qui vous ont été dispensés ne nous ont pas servi. Je suis juste un citoyen qui observe la scène politique comme de millions de burkinabé mais je pense à mon avis que tripoter chaque fois la constitution pour satisfaire un individus ou un groupuscule est une insulte à la volonté populaire. Si c’est soit disant pour servir le pays, je pense à mon emble avis encore que le régime actuel a eu tout le temps nécessaire (27 ans) pour le faire. Qu’est ce qu’il veut encore nous démontrer, personnellement je ne vois pas. Je ne juge pas ce régime car chacun le juge déjà à sa manière mais donner la chance à d’autres burkinabè de faire preuve de bonne gouvernance, à mon avis est la voie de la sagesse. Vous êtes un philosophe qui se contente des écrits des autres auteurs (Karl,Machiavel etc) car pour quelqu’un qui a parcouru le Burkina en villes comme en campagnes, qui connait le fonctionnement de notre administration, qui sait lire l’aspiration d’un peuple et qui a jugement honnête ne tient pas de tels propos. Dr Djibo, veuillez m’excuser si je vous ai offenser.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 10:16, par Las
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Même si au fonds je ne partage pas votre position,je tiens à vous féliciter pour le respect que vous aviez eu et que vous avez toujours pour M.TRAORE.C’est ça être reconnaissant.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 10:44, par Karim
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Encore un autre griot de blaise compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 10:53, par zebaine
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    La recherche bibliographique sur le site de google scholar (scholar.google.com) en utilisant comme nom d’auteur Mamadou Djibo ou M. Djibo revèle que ce Monsieur bien qu’ayant dit qu’il est PhD n’a aucune publication internationale dans un journal de philosophie,de Sciences politique ou autres sciences sociale. Il a écrit un livre qui n’a jamais été cité comme référence pas ses paires !!! donc Monsieur Mamadou il ne faut pas venir nous raconter des verbiages inutiles sur le site de Faso.net, Ce sont des andiableurs. Nous sommes entrain de dénoncer ses pseudo-intellectuels égarés même auprès du CAMES par le biais de son code de déontologie.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 11:51, par Diem
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Que de mots ! Que d’intellectualisme !!!! Une seule question Mr le Philosophe : Combien de paysans de Gaoua a Fada, de Dori a Banfora peuvent te lire……….. Combien d’entre eux peuvent faire un choix conscient ? L’intellectualisme/la philosophie est l’art de recouvrir la vérité par le mensonge subtile. Cette verite est que l’alternance est une pierre angulaire de la démocratie. Il est honteux, ridicule, qu’un "intellectuel" ( je hais ce mot) prenne sa plume pour argumenter en faveur d’un pouvoir a vie sous prétexte de démocratie électoraliste. Bado Laurent a raison : " Tous les intellectuels ne sont pas intelligents" Méfions nous des diplômés qui se prennent pour des intellectuels intelligents……….

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 11:52, par Diem
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Que de mots ! Que d’intellectualisme !!!! Une seule question Mr le Philosophe : Combien de paysans de Gaoua a Fada, de Dori a Banfora peuvent te lire……….. Combien d’entre eux peuvent faire un choix conscient ? L’intellectualisme/la philosophie est l’art de recouvrir la vérité par le mensonge subtile. Cette verite est que l’alternance est une pierre angulaire de la démocratie. Il est honteux, ridicule, qu’un "intellectuel" ( je hais ce mot) prenne sa plume pour argumenter en faveur d’un pouvoir a vie sous prétexte de démocratie électoraliste. Bado Laurent a raison : " Tous les intellectuels ne sont pas intelligents" Méfions nous des diplômés qui se prennent pour des intellectuels intelligents……….

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 12:03, par Cody
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Mon cher mamadou, vous croyez que votre professeur ne sait pas tout ce que vous développez comme arguments ? Son propos tient compte de l’esprit et de la lettre de cet article 37. Puis de quel peuple vous parlez ? Celui dont le vote est volé par des gens comme l’ex-maire Zacharia qui se balade avec des urnes au vu et au su de tous sans être inquiété ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 16:13, par Wend Waoga
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    C’est vachement intellectuel ce que vous avez écrit. Vous pouvez vous donner 18/20 pour ce que vous croyez être le sujet qu’a développe Le Pr. Etienne Traore. Le Professeur Etienne parle de la problematique de l’alternance et vous vous philosopher sur celle du referendum de son utilite et de ses mecanismes..
    Votre ecrit ne nous interesse pas du tout.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 16:30, par figo
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Bonjour,
    Bravo pour votre réflexion et pour la qualité de vos analyses. Cependant, je suppose que vous ne devez pas être au pays et que vous ne connaissez pas la réalité politique en vigueur dans nos campagnes. Pensez-vous que dans le contexte de paupérisation actuelle des populations burkinabès, ils ne sont pas manipulables ? Pourront-ils exprimer avec justesse les opinions qui les arrangent eux et leurs enfants sans être soumis à des contraintes ? Le devoir de l’intellectuel est d’éclairer la majorité ignorante, d’être au service de la vérité et de la légitimité. Au plus profond de votre sommeil, je vous invite à interroger votre conscience et à vous prononcer sur l’opportunité pour un seul citoyen, fusse-t-il un fruit de la providence, de vouloir se croire indispensable et irremplaçable. Pensez-vous sincèrement que le CDP ne dispose d’aucun autre cadre capable de gouverner ce pays ? A quoi sert l’école de nos jours ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 16:42, par Wend Waoga
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    C’est vachement intellectuel ce que vous avez écrit. Vous pouvez vous donner 18/20 pour ce que vous croyez être le sujet qu’a développe Le Pr. Etienne Traore. Le Professeur Etienne parle de la problematique de l’alternance et vous vous philosophez sur celle du referendum de son utilite et de ses mecanismes..
    Votre ecrit ne nous interesse pas du tout.

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 17:59
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Mr. Djibo, je ne dis pas Dr. Djibo parce que je ne suis pas sur que vous ayez reellement un doctorat. Si vous l’ avez, vous avez ete tres mal forme. Ca aura ete un doctorat theorique. Or Dewey etait contre les dichotomies, a savoir, ne pas separer la theorie de la pratique, l’ esprit de la lettre, la chair de l’ idee, la societe et l’ ecole, le corps et le coeur, et j’ en passe. Avez- vous lu John Locke ? Il est l’ auteur de cette formule celebre : Tous les hommes ont droit au bonheur, a la propriete privee et a la poursuite du bonheur. Il n’ a pas dit un seul homme comme Blaise et sa famille. Mais tous les hommes. John Locke dit que si le souverain ne peut pas guarantir ces valeurs pour le citoyen, alors, la, le citoyen a le droit de se revolter. Et c’est democratique aussi. John Locke n’est pas comme Hobbes qui dit que quelque soit le fait du prince, le peuple est deja trop heureux qu’ on ait quitte l’etat de nature. Tu es quel genre de philosophe superficiel comme ca ? Voila le probleme de notre systeme scolaire qui favorise les parcoeuristes carrieristes qui ne savent pas lier le bois au bois pour parler comme Cheick Ahmidou Kane. Vous auriez du meme ne pas signer Ph.D. car vous mettez la honte a tous ceux qui possedent ce grand parchemin nord- americain qui fait palir de jalousie les tenants du soit- disant doctorat unique version francaise. J’ ai bien fait de m’arreter avant le doctorat car, a voirt comment un PhD se mele les pinceaux, ce n’est pas enviable, ce diplome. En plus, c’est tellement malhonnete de vivre dans un systeme democratique ou les fruits de la croissance ne sont pas monopolises par un seul homme, sa famille et ses larbins et de soutenir cette democratie corrompue et fictive. Vous jouez a un jeu tres dangereux. N’ oublie pas que Blaise est un militaire et les militaires n’ ont aucun respect pour les civils ; Vous savez combien de docteurs Blaise a grilles des deux faces ? Apprenez vite la lecon. Une question : la democratie se resume - t- elle a des formes ? Suffit - il de tenir regulierement des elections, de consul ;ter le peuple chaque jour sur chaque chose, meme la plus evidente pour que la democratie soit ? Je ne dirai mee pas que tu as fait du sophisme. Les rheteurs de ce genre etaient plus respectables que ta posture qui ne te grandit pas. Eux au moins disaient que p[uisque la verite est tellement diverse, que personne ne pouvait etre sur de la dire et que donc, tout argument qui emportaerait l’ adhesion des juges serait beina prendre ? Ou es ton epaisseur morale ici ? Dans la philosophie, il ya ce qu’ on appele l’axiologie qui se refere au systeme de valeur et au beau. On ne peut pas vivre ou raisonner sans ce referent. Tu me decevois enormement. Je vois que les nouvaux negres de Blaise ont commence a grenouiller, croyant se faire une place dans les lignes qui bougent avec le crime que Blaise prepare contre le peuple. L’ alternance est une donnee incontournable en democratie. Hors l’ alternance, il y aura l’ alternance par la violence. Blaise est en train de legitimiser cette forme d’ alternance qui fera beaucoup de mal a ce peuple. mais qu’ il sache que nous n’ en mourrons pas tous, mais tous serons frappes. Le peuple saura reconnaitre les siens.Parce qu’ on sait ou ca commence mais on ne sait jamais ou ni comment ca va finir. Et le plus fort n’est jamais assez fort pour le rester. Alors, la seule porte ouverte est d’aller a la democratie sans vouloir ruser avec le peuple.

      Jean Marie Vianey Fayama, Toronto, Canada.

      Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 01:16, par Tapsoba®(de H)
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        Point besoin de depenser votre énergie.Cette fois,les longs discours justificatifs ne sauveront pas Blaise Compaoré comme 2005.En 2000 ,il a été sauvé parce qu il a accepté faire des concessions dont la limitation des mandats présidentiels.Norbert Zongo ne sera pas tué une seconde fois,sinon une troisième ,après l enterrement du dossier judiciaire constitutif d une seconde mort, sous les yeux du peuple .Il se retournerait dans sa tombe et meme nous maudirait-il qu il aura raison.Ce que Djibo doit savoir,c est que le Burkina n est pas la Suisse .

        Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 07:10
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        M. Fayama de Toronto : vous vantez le PhD nord-américain dont les français seraient selon vous jaloux, après avoir vous-même douté du niveau et du titre de M.Djibo !! Ne comparons pas ce qui n’est pas comparable : en France il n’y a pas que le doctorat justement, il y a aussi l’agrégation. Je vous suis dans vos réserves à propos de Djibo, mais n’en profitez pas pour dévaloriser un système que vous méconnaissez. Sachez que Djibo a poursuivi ses études au...Canada après avoir...échoué en France !!!!

        Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 18:08
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Vous mettez alors un 18/20 à un hors-sujet, vous êtes trop gentil !!

      Répondre à ce message

      • Le 19 décembre 2013 à 23:04
        En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

        J’ ai note l’ effort. C’est tres tres dur de tordre le cou a sa conscience comme ce qu’a fait ce pseudo- philosophe menteur. Son ecrit est truffe d’ imprecisions a des fins dolosives. Je comprends pourquoi il n’ a jamais occupe un poste d’ enseignement car ca allait etre la debandade.

        Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 18:13, par JO
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Vraiment decevant comme écrit, surtout à penser qu’il provient d’un intellectuel produit par le peuple pour éclairer le peuple. PRIMUM VIVERE, DEINDE FILOSOFARE !!
      Docteur, quand le pays sera à sang, vous aurez beaucoup d’élèves à enseigner avec vos théories empruntées.

      Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 18:05, par Charly
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    "Ecrire à son maître pour le contester est philosophiquement une œuvre de maturité intellectuelle" dites-vous. Si ça peut vous rassurer...

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 18:43, par OT
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Franchement, Dr Mamadou Djibo, je heureux de lire cette réponse que vous avez proprement adressé au Pr.
    Tout comme vous, je crois que la vérité se trouve dans les urnes. Pour preuve, Wade, Sall au Sénégal ont tenu bon malgré l’influence qu’avaient leurs adversaires.
    De plus, je respecte la prise de position de Son Excellence Blaise COMPAORE qui a décidé de faire recours à la voix du peuple. En effet, c’est face à l’incapacité et au faible niveau politique de ces pseudo-opposants qu’il a contribuer à ce qu’ils s’organisent au sein du CFOP. Ces pseudo-opposants n’ont pas d’arguments, ils veulent tout simplement passer par des raccourcis politiques. On les a à l’œil !
    Au lieu de se battre sur le terrain pour obtenir plus de crédibilité, ils préfèrent s’appuyer sur les maux sociaux (qu’ont peut d’ailleurs voir partout dans le monde). C’est le rôle de l’opposition de voir ce qui ne va pas dans un pays, cependant ils doivent utiliser ces observations pour construire et non pour faire appel à un soulèvement conduisant à la violence (telle que annoncée par nombreux pseudo-opposants).
    Pseudo-opposants, retenez bien ceci : "à force de taper à la porte du diable, quelqu’un finira pour vous l’ouvrir".
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 20:10
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Encore un griot, après Maître Paul Kéré (Sénat : Me Paul Kéré à Me Guy Hervé Kam suite à son article paru ...
    ), qui abuse du fasonet pour étaler ses connaissances. Sachez Mr Mamadou Djibo, Ph.D, que le savoir c’est comme la confiture ; moins on en a, plus on l’étale. Il ne suffit pas de signer un copier coller intellectuel par un titre ronflant de Ph. D pour épater la galerie, en prenant les burkinabè pour des imbéciles. Vos propos dolosifs, d’une malhonnête politico-intellectuelle évidente, mesurent vos talents d’un fayot du CDP, où les médiocrités s’additionnent et les supériorités se neutralisent

    Répondre à ce message

    • Le 19 décembre 2013 à 23:07
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Beautifulllllll !!!! La connaissance, c’est comme du sel. Plus il y en a, plus on la remarque. Moins il n’ y en a pas plus on on remarque... son absence.

      hourray. Le p[euple est mur et ni doctorat ni aggregation ni DESS ni doctouer avocat ni commando, ni sniper ne saurait nous stopper. Alors, Blaise, quitte le pouvoir en 2015 sinon tu vas manger ton totem.

      Répondre à ce message

    • Le 19 décembre 2013 à 23:28
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Il sera combattu et tu comme Maitre Kwere que j’ ai combattu et tu sur le net. Les democrates ne doivent pas avoir peur de traquer ces jeunes mendiants d’ une autre epoque.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 21:11, par le boss
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Mon frère si c’est gros français là nous tous on peut parler mais le gros français actuel c’est "BLAISE DOIT PARTIR"

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 21:19, par Kiisg-ziri
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    J’ai l’impression en lisant ce philosophe qu’il a une ignorance parfaite de la vie politique au Faso. Peut-être, a-t-il raison, son absence momentanée du pays pour faire son Ph.D, lui a certainement coupé des relations avec le pays au point d’entendre et de bien comprendre comme un intelligent, le fait, ce qui a pu se passer au Burkina. Je n’ai nullement besoin de défendre le Pr. Etienne Traoré ici qui, m’a aussi enseigné comme bien d’autres qui le contredisent aujourd’hui de par leur position partisane au pouvoir et au CDP. Mais, je crois que c’est de l’ordre normal que chacun ait son opinion. Revenant à vos propos, je dois dire que je suis d’avis que le peuple est souverain ; il mérite consultation en cas de divergence abyssale d’opinion et c’est bien son devoir de départager les uns et les autres. Je dois aussi dire que c’est ce même peuple qui, en 1991, avait opté pour la clause limitative du nombre de mandats présidentiels avant d’être trahi et foulé au sol par la boulimie et la volonté de Blaise de durer au pouvoir, en modifiant cette clause et la rendant non limitative, par deux fois. Peut-on dire que le peuple est souverain et sa position légale et légitime quand Blaise et son CDP choisissent unilatéralement de remettre en cause la volonté de ce même peuple ?
    Il a fallu donc, heureusement ou malheureusement, la mort de Norbert Zongo en 1998, mort lâche orchestrée par les proches du régime( je salue sa mémoire car il a délivré le Burkina), pour que le pouvoir acculé et pétrifié devant la fronde sociale reconnaisse la nécessité de dialoguer. Et sous les auspices du Collège des Sages, constitué à cet effet pour réconcilier les filles et fils du pays, la proposition a été faite de restituer au peuple ce qu’on lui avait volé, c’est-à-dire le galvaudage de sa volonté exprimée en 1991. Je précise que le pouvoir et Blaise Compaoré ont accueilli ces propositions de sortie de crise faites par le Collège des Sages dont certains membres, notamment le clergé, avait dans une déclaration en 2009, interpellé Blaise sur les velléités d’une révision de l’article 37 en vue d’un pouvoir à vie. Pourquoi Blaise n’avait pas consulté le peuple à l’époque, sachant que c’est ce même peuple qui avait voulu la clause limitative ?
    Je voudrais m’arrêter ici, mais pas avant de rappeler à M. Djibo que le mot peuple évoqué aussi bien par Blaise que par lui-même est un prétexte dans ce système CDP où les jeux sont joués à l’avance. Le jour du match sert juste à exhiber ce qu’on a pu tapir.
    En tout état de cause, notons que modifier l’article 37 aujourd’hui quel que soit le moyen utilisé, fera des heurts et les dégâts incalculables. Osons gagner en maturité et rappelons à Blaise qu’il n’est ni ange ni prophète et pire, il n’est pas inamovible !

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 23:22
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Trop de sorties de littéraires pour distraire les citoyens. Assimi KOUANDA est historien, littéraire, Etienne TRAORE littéraire, Mamadou Djibo, littéraire. Avec vos littératures vous nous pompez l’air. Voila pourquoi, pour un ecrit clair comme 1+1=2, vous allez développer des littératures pour nous dire que c’est rouge. C’est pourquoi nous n’avons pas. bref, 2015, c’est le terminus. La question qu’il faut se poser quelles sont les actions que nous devons poser pour que l’article 37 soit consensuelle une fois pour toute et qu’elle soit respectée par tous les citoyens civiques et respectueux des valeurs fondamentales pour notre pays qui souhaiteraient briquer la magistrature suprême. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2013 à 07:34, par Koumbem Tipousga
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Bonjour

    Spinoza, philosophe danois à dit que si la paix doit être synonyme de servitude, alors rien n’est plus lamentable que la paix. Monsieur Mamadou, bien que Ph.D en philosophie, est un nain politique. Que dites-vous si la loi doit être modifiée pour une seule personne ? Où se trouve le caractère impersonnel ? Que de vomissures. Dieu m’a sauvé car je voulais faire coute que coute de la philosophie car j’étais vraiment très brillant dans cette matière. Maintenant que des Ph.D en philosophie confondent marché et funérailles, je pense que ceux qui m’ont déconseillé ont eu raison.

    Je ne me suis même pas donné la peine de tout lire cet article plein de niaiserie et témoigne de la carence de son autour qui prétend être Ph.D.

    Nous connaissons Monsieur Traoré pour sa rigueur, vous vous voulez le contredire pour dire, l’étudiant est devenu grand. Quelle petitesse !!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2013 à 10:44
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      "Is peace so sweet and life so dear as to be purchased by chains ? I know not what course others might take. As for me, Lord, give me liberty or give me death" Patrick Henry

      Traduction en francais facile(pro bono)
      "La paix est- elle si douce et la vie si cherissable qu’ il faille l’ acheter au prix des chaines ? Je ne sais quel choix les autres decideront de faire. Quant a moi, et au nom de mon Seigneur, seul compte la Liberte ou la Mort"

      Patrick Henry est l’ un des co- signataires de la Declaration d’ independance des Etats- Unis d’ Amerique, en meme temps que Georges Washington, Thomas Jefferson, Benjamin Franklin, et j’ en passse.
      Comment pouvons- nous appliqur ce dicton dans le contexte burkinabe ou un seul individu veut transformer tout un peuple en esclaves ?

      Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2013 à 09:42, par LE JUSTE
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Quand je lis des citoyens de cette grandeur d’esprit,je suis à la fois mystifié et surpris ;
    Mais je me demande toujours comment nous pouvons suivre une famille es son clan pour aller dans le mure avec des intellectuels aussi compétents.MR Djibo vous m’avez touché mais pas rassurer.Je propose alors que ce referendum soit sous contrôle onusien et certifié par elle.
    LE JUSTE
    garwazigu@yahoo.fr

    Répondre à ce message

    • Le 19 décembre 2013 à 19:28, par lechanceux
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Félicitation à tous ! mais l’heure n’est plus aux explications il faut vite agir et bien. Le CDP ne compte pas sur les intello qui ne représente même pas 10% de la population pour les voter alors...
      Dans tout jeux il ya des règles mais s’il faut toujours changer les règles du jeux à la fin d’un jeux c’est n’est plus du jeux. Alors...

      Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2013 à 17:20, par Tien Tigui
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Article 168 de la Constitution : Le peuple Burkinabé proscrit toute idée de pouvoir personnel. Il proscrit également toute oppression d’une fraction du peuple par une autre.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2013 à 00:58, par ZSK
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    "Une tête bien faite vaux mieux qu’une tête pleine". l’intelligence, il faut savoir s’en servir : pour le peuple ou contre le peuple. Et je crois que M. Djibo aurait choisi cette dernière.
    Le peuple burkinabè doit mériter, et mérite mieux, et je crois que nous avons atteint une certaine maturité, parce que toute science est avant tout morale et conscience.
    Alors nous, burkinabè libres, sommes déterminés, et savent espérer un Burkina meilleur sans Blaise Compaoré.

    Répondre à ce message

    • Le 20 décembre 2013 à 07:13, par Mahturin
      En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

      Monsieur DJIBO, nos peuples vivent des situations d’exception qui appellent des solutions d’exception et non de pseudo démocratie. Alors, arrêtez de nous parler de peuple souverain quand l’IGNORANCE et la FAIM déterminent la couleur du bulletin. SVP épargnez notre pays ? nos enfants de l’enfer que d’autres ont vécu.

      Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2013 à 07:19, par MOSSI
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    ARRETER DE PHILOSOPHER LE PEUPLE BURKINABE VEUT DU CHANGEMENT . 27ANS AU POUVOIR ET ENCORE ENCORE.... NON LE BURKINA FASO N EST PAS UN ROYAUME DES COMPAORES. ALORS STOP..

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2013 à 10:27, par kalu
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    accepte avec humilité que tu est un partisan de Machiavel
    je ne comprend pas le problème des intello acheté comme vous autres qui sont prêt à démonter que ce qui est rouge est blanc et par tous les moyens. tu fait honte à tes profs et la relève sera morte

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2013 à 10:39, par SAKO
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    ce pouvoir a un mauvais soubassement vue qu’ il émane du coup d’état dont les vrais motifs sont jusqu’ à présent inavoués.faire un coup d’état , se légitimer par les urnes, on se pérennise au pouvoir sous prétexte qu’on est aimé par le peuple : c’est une opération simple en Afrique.Tout homme à un moment de sa vie est frappé par l’usure et la fatigue alors passons le bâton de pèlerin à une autre personne.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2013 à 21:04, par Etienne de la Boétie
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Ah M. Djibo vous vivez sur quelle planète ? Ah les intellectuels ! l’histoire pour vous est nulle ! A-t-on consulté le peuple quand on a limité le mandat présidentiel à deux après le drame de Sapouy ? On se sert du peuple et on se joue de lui ! On n’a pas besoin d’un PHD pour comprendre le dessein de l’actuel locataire de Kosyam ! Une chose est sûre, les peuples africains, les paysans n’ont jamais fait honte à l’Afrique, ce sont ses intellectuels aux discours savants ! Tous les dirigeants africains sans exception aucune, anciens comme nouveaux venus sont plus riches financièrement qu’Obama, Hollande, Merkel, cela ne vous dit rien monsieur Djibo ? C’est quelle démocratie qui engendrent des dirigeants vachement riches, de même que les proches et le les courtisans ? Le débat contradictoire ne veut pas dire n’importe quoi, il doit être honnête, sérieux ! Vous faites honte à la philosophie ! La rue soignera votre myopie intellectuelle, la rue c’est aussi la démocratie !

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2013 à 21:07, par Etienne de la Boétie
    En réponse à : Lettre ouverte au Professeur Etienne Traoré

    Ah M. Djibo vous vivez sur quelle planète ? Ah les intellectuels ! l’histoire pour vous est nulle ! A-t-on consulté le peuple quand on a limité le mandat présidentiel à deux après le drame de Sapouy ? On se sert du peuple et on se joue de lui ! On n’a pas besoin d’un PHD pour comprendre le dessein de l’actuel locataire de Kosyam ! Une chose est sûre, les peuples africains, les paysans n’ont jamais fait honte à l’Afrique, ce sont ses intellectuels aux discours savants ! Tous les dirigeants africains sans exception aucune, anciens comme nouveaux venus sont plus riches financièrement qu’Obama, Hollande, Merkel, cela ne vous dit rien monsieur Djibo ? C’est quelle démocratie qui engendrent des dirigeants vachement riches, de même que les proches et le les courtisans ? Le débat contradictoire ne veut pas dire n’importe quoi, il doit être honnête, sérieux ! Vous faites honte à la philosophie ! La rue soignera votre myopie intellectuelle, la rue c’est aussi la démocratie !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés