Logements sociaux de Bassinko : 50 bénéficiaires entrent en possession de leurs maisons

mardi 17 décembre 2013 à 00h51min

Les 50 habitats sociaux construits par l’agence panafricaine Eau et assainissement en Afrique (EAA) à Bassinko sont prêts. La remise officielle des clés a été faite ce 16 décembre 2013 sur le site desdits logements. Et, c’est un véritable ouf de soulagement pour les bénéficiaires. La cérémonie officielle de remise des clés, doublée du démarrage de la construction de 500 autres logements par l’agence EAA, a eu lieu sous la présidence du ministre de l’habitat et de l’urbanisme et le parrainage de la ministre de l’eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement.

Logements sociaux de Bassinko : 50 bénéficiaires entrent en possession de leurs maisons

« On dit : qui dort sur la natte d’autrui dort à terre. Et là, c’est pour moi. Donc, je suis très heureuse », lance Brigitte Bako/Tapsoba, en recevant officiellement ses clés de sa nouvelle maison des mains du ministre de l’habitat et de l’urbanisme. Comme Madame Bako, ce sont 50 personnes qui changent de statut, passant de locataires à propriétaires. Ce grâce au programme 10 000 logements socio-économiques à Bassinko lancé par le gouvernement burkinabè en 2007.

Le promoteur immobilier étatique qu’est le Centre de gestion des cités (CEGECI) ne pouvant exécuter cette mission à lui seul, des promoteurs du privé et des institutions furent associés. C’est dans ce cadre que l’agence panafricaine Eau et assainissement en Afrique (EAA), à travers son partenaire « Cliff » s’était engagé à apporter sa contribution à la réalisation du projet.

Les 50 premières unités d’habitation réalisées avec l’appui de l’EAA (institution faîtière dans le domaine de l’eau et de l’assainissement) ont été sont prêtes. En cette matinée du 16 décembre 2013, des clés ont été remises, symboliquement. Par la même occasion, la seconde phase à savoir la construction de 500 autres habitats par l’agence panafricaine EAA a été lancée. « Nous sommes très contents de constater aujourd’hui que non seulement l’agence panafricaine a maintenu son programme de réalisation de 50 logements, mais également elle s’engage à accompagner le gouvernement dans son programme sur la base d’une autre convention de 500 logements », s’est réjoui Yacouba Barry, le ministre de l’habitat et l’urbanisme.

Des logements décents pour des services d’assainissement durables

Et, tout laisse penser que l’appui de EAA au gouvernement burkinabè dans le programme des 10 000 logements n’est pas prêt de s’arrêter. Car, «  pour fournir des services d’eau potable et d’assainissement de façon équitable et durable, il faut de l’habitat décent. C’est dans ce cadre que nous soutenons le gouvernement du Burkina dans cette noble mission de fournir un habitat décent pour chaque burkinabè », soutient Idrissa Doukouré, le secrétaire exécutif de EAA. De ce fait, l’agence panafricaine mobilise ses partenaires stratégiques ayant l’expertise dans l’eau et l’habitat social pour une réponse holistique au besoin d’eau, d’assainissement et d’habitat.

Et Joanny Ouédraogo, maire de l’arrondissement n°8, ne pouvait que se réjouir de ce partenariat qui permet participe au développement de Ouagadougou, une ville qui connait une expansion rapide. Cette urbanisation accélérée impose aux décideurs d’entreprendre des actions en vue de répondre aux préoccupations multiformes des administrés, notamment l’assainissement et l’accès au logement… « Je voudrais exprimer mes sentiments de profondes gratitudes au secrétaire exécutif de EAA pour avoir mobilisé les ressources financières nécessaires pour la concrétisation du projet de construction de 500 unités de logements pour le bonheur des populations de Ouagadougou  », déclare-t-il.

Présent à la cérémonie, le Directeur général de la Banque de l’habitat a invité les ménages en quête de logement à épargner à la BHBF à travers les comptes et plans épargne logements et à souscrire au programme 10 000 logements, conditions nécessaires pour accéder au logement social.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Messages

  • Quand j’ai vu le reportage hier soir, je suis très déçu de la qualité des finitions de ces maisons. A croire que ces maisons ont été faites par un vulgaire tâcheron incompétent.

    • ces habitations sont vraiment une honte. on dirait des poulaillers. vraiment thomas sankara nous manque.

  • Merci bien mais l’important c’est de bien tracer et remblayer les routes car il ne sert a rien si en saison pluvieuse l’on a pas accès facilement à son domicile. En rappel à ceux qui ont attribué les premières citées de Bassinko de s’activer pour le tracé et le remblayage des routes car vraiment en saison hivernale il est infernal de rejoindre son domicile ou son lieu de travail.

  • C’est çà vos logements sociaux ? dites plutôt des cases. honte à vous.

  • Merci bien mais l’important c’est de bien tracer et remblayer les routes car il ne sert a rien si en saison pluvieuse l’on a pas accès facilement à son domicile. En rappel à ceux qui ont attribué les premières citées de Bassinko de s’activer pour le tracé et le remblayage des routes car vraiment en saison hivernale il est infernal de rejoindre son domicile ou son lieu de travail.

  • Merci bien mais l’important c’est de bien tracer et remblayer les routes car il ne sert a rien si en saison pluvieuse l’on a pas accès facilement à son domicile. En rappel à ceux qui ont attribué les premières citées de Bassinko de s’activer pour le tracé et le remblayage des routes car vraiment en saison hivernale il est infernal de rejoindre son domicile ou son lieu de travail.

  • Depuis plus de 2 mois j’ai rempli toutes les conditions et j’attends toujours que la banque de l’habitat m’appelle pour signer les contrats !!!!
    Si même dans le privé les choses marchent à pas de caméléons, il faut donc excuser le public d’une léthargie légendaire !!!!

  • je ne vois rien d’extraordinaire dans cette histoire de logement sociaux. six millions pour acquérir une maison c’est très loin d’etre un prix social ça. j’en veux à vos pauvres journalistes car ils est de votre role de remarquer la mauvaise construction de ces logements qui ne répondent à aucun critère si ce n’est la duperie des promoteurs. c’est simplement une escroquerie qui ne dit pas son nom.

  • Bonjour, il faudra enlevé logement sociaux pour mettre logement car ceux qui ont besoin de ses maisons n’aurons jamais ça ! toujours pour les plus nantis !!!!!!

  • Félicitation au gouvernement et bravo au bénéficiaires.Cependant, je ne comprend pas pourquoi des gens qui n’ont pas été présélectionnés ont été appelés à completer leur dossiers pour etre bénéficiaires.

  • le plus important c’est de tracer et remblayer les routes. Il ne sert à rien si l’on pas facilement accès à son domicile en saison hivernale. En outre je rappelle ceux qui ont attribué les premières cités de Bassinko de terminer l’œuvre qu’ils ont commencé par le tracé et le remblayage des route parce que c’est infernale de rejoindre son lieu de travail ou son domicile en saison pluvieuse.

  • Comme dirai quelqu’un ; C’est bien mais c’est pas arrivé. C’est quand même cher ce machin là

  • Un véritable arnaque se déroule présentement à la CECI et le comble est que le Ministre fait semblant de ne pas être au courant. Comment comprendre que des villas type F2 extensible en F4 au moment de la manifestation d’intérêt coûtait 9.500.000 FCFA, est passé aujourd’hui à 12.390.000 FCA en l’espace de six mois, une différence de 3.890.000 FCA. Ces 3.890.000 iront gonflés les poches des premiers responsables du pays et en passant par les exécutants. Pour une liste 360 bénéficiaires, un milliard et demi de FCFA seront extorqués à ciel ouvert et par la manière administrative des plus normales. Le Burkina est tristement malade de ses commis, le Burkina est pauvre par ses commis pauvres d’esprits gangrénés par le gain facile, imbus par la corruption jusqu’à la moelle.

  • C’est une très belle cité mais à ce jour 22 decembre 2014 ,soit un an après de nombreuses personnes sont attributaires de villas inachevées à Bassinko.Pas de voies d’accès à la cité,certaines villas sont mal construites,des caniveaux à ciel ouvert qui répresentent des dangers et pas d’éclairages publics.Le Gouvernement de transition doit faire la pression sur les entrepreneurs pour parfaire leur contrat.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés