Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

lundi 16 décembre 2013 à 00h16min

Le 12 décembre 2013, lendemain de la fête de l’indépendance à Dori, le président du Faso a animé un point de presse au cours duquel il a annoncé la modification de l’article 37 de la Constitution avec la précision que le peuple sera consulté à cette fin. C’est donc un référendum qui se trouve ainsi annoncé. Quelle réaction et que ferait leur parti politique si ledit référendum venait à être enclenché ? Telles sont les questions que nous avons posées à des leaders politiques dont certains ont bien voulu réagir. Ces derniers, ce sont Victorien Tougouma, président du Mouvement africain des peuples (MAP), Etienne Traoré, Secrétaire général du PDS/Metba et Ablassé Ouédraogo, président du parti « Le Faso Autrement ». A l’occasion, c’est un point de presse de l’opposition politique dans son ensemble, prévu pour se tenir sur la question le lundi 16 décembre 2013, qui nous a été annoncé par la voix la plus autorisée au sein de l’opposition réunie.

Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

Victorien Tougouma, président du MAP (Mouvement africain des peuples)

Nous, nous avons toujours pensé qu’il était important en démocratie, qu’il puisse y avoir un renouvellement de la classe politique ; ce d’autant plus que ceux qui nous dirigent aujourd’hui sont arrivés très jeunes au pouvoir. Ils devraient comprendre l’intérêt de faire place à d’autres, donc un renouvellement de générations. C’est en cela que nous pensons qu’il est important qu’au niveau de la Constitution du pays et au niveau des statuts des partis politiques, il puisse y avoir des mécanismes qui permettent un renouvellement de la classe politique.

Pour nous, modifier l’article 37, ce ne serait vraiment pas opportun ; que ce soit par voie parlementaire ou par référendum. L’annonce de l’option référendaire est pour nous, une surprise. Comme cela n’est pas encore mis sur la table, nous pensons que le président va encore méditer sur la question, et sans doute renoncer à modifier l’article 37. Mais cela ne dépend pas du président du Faso seul ; ça dépend en partie de la classe politique.

Comme nous l’avons toujours dit, pour nous, la vraie question, ce n’est ni le Sénat, ni l’article 37 ; c’est comment arriver à organiser le départ de nos chefs d’Etat pour qu’ils soient rassurés qu’eux-mêmes et leurs proches seront dans la sérénité et la quiétude, après un travail pénible qui est celui de diriger un pays. Malheureusement, le Burkina a échoué depuis notre indépendance à faire en sorte que nos chefs d’Etat sortent véritablement par la grande porte. De Maurice Yaméogo à travers la marche de 1966 jusqu’au président Sankara qui a été assassiné, nos chefs d’Etat ont toujours du mal à sortir par la grande porte. C’est donc à la classe politique de réfléchir sur comment on organise cela. Je me dis que c’est peut-être ça aussi qui fait peur au président Compaoré et qui l’amène à vouloir s’accrocher au pouvoir. Sinon, il n’a véritablement aucun intérêt à rester au pouvoir aussi longtemps.

Pour nous au MAP, nous pensons d’abord que si l’article 37 devait être modifié, ce serait un échec de toute la classe politique. Ça voudrait dire que nous avons échoué à dialoguer et à trouver des solutions sur l’essentiel, c’est-à-dire l’avenir du Burkina.

Comme vous le savez, nous sommes en train de pleurer actuellement avec le monde entier, la disparition de Nelson Mandela. Nous sommes tous conscients qu’il n’y a pas d’homme providentiel ; sinon Mandela serait resté au pouvoir jusqu’à sa mort. Il l’aurait bien mérité après la lutte qu’il a menée pour les sud-africains. S’il est parti du pouvoir, c’est pour faire comprendre à tous les africains et au monde entier qu’il n’y a pas d’homme providentiel. Le plus important quand on est au pouvoir, c’est de préparer la relève.

Donc, si l’option du référendum pour modifier l’article 37 venait à être mise sur la table, c’est d’abord parce que nous avons échoué à dialoguer et à trouver des solutions. Et cet échec est dû en parti à la génération de la Révolution qui, me semble-t-il, au lieu de se consacrer à l’intérêt du Burkina Faso, se préoccupe de problèmes d’individus. Et c’est cela qui nous fait le plus mal.

C’est une fois de plus l’occasion de lancer un appel à cette génération de comprendre que si la Révolution a bouffé ses enfants, modifier l’article 37, c’est de bouffer maintenant ses petits-enfants, parce que véritablement, on ne voit pas comment les jeunes auront un avenir serein si c’est la même génération qui doit rester au pouvoir comme à l’opposition.

Nous, nous pensons que cette option ne sera pas mise sur la table. Mais si ça venait à l’être, nous allons, au sein du parti, nous consulter pour voir comment appeler à voter oui ou non à ce référendum.

En attendant, nous estimons que si le président du Faso a le courage de mettre en place le Sénat et de modifier l’article 37, c’est parce que nous avons aussi une opposition qui est assez faible et que le pouvoir ne considère pas tant que ça. Pourquoi ? Parce que si on regarde actuellement dans le gouvernement, un parti d’opposition quand même historique, celui de Me Hermann Yaméogo, y est représenté. Alors même que nous ne sommes pas dans un gouvernement d’union nationale. Si on prend aussi le cas de la commune rurale de Bagré, on a une Mairie dirigée par le CDP en coalition avec l’UNIR/PS, parti du chef de file sortant de l’opposition. Donc, quand vous avez une opposition qui donne des signes contraires au peuple, il est normal que le pouvoir s’en sente ragaillardi et se dise que s’il veut faire quelque chose, ça peut passer.

Mais je pense que là où le pouvoir a un peu tort, c’est dans la sous-estimation des citoyens, surtout les jeunes qui sont véritablement mécontents. J’estime que le pouvoir devrait réfléchir par deux fois avant de poser le référendum sur la modification de l’article 37. S’il pense que l’opposition n’est pas assez unie et forte, il ne faut quand même pas qu’il oublie la poussée de ce que certains qualifient d’incivisme et que nous, nous appelons le mécontentement des citoyens. Ne pas prendre cela en considération, ça peut plonger notre pays dans un chao inimaginable.

Je voudrais, pour terminer, saluer la mémoire de Norbert Zongo ; celui-là même qui s’est battu et s’est sacrifié pour la liberté de la presse et pour la démocratie dans notre pays. Cela devrait interpeller toute la classe politique au sacrifice, à la prise de bons choix en mobilisant toutes nos intelligences, pour le bonheur du Burkina Faso. Ce qui passe par la démocratie et aussi par le renouvellement de la classe politique.

Etienne Traoré, Vice président du PDS/Metba (Parti pour la démocratie et le socialisme/ Parti des bâtisseurs) :

Moi je ne suis pas surpris par cette annonce. En septembre dernier, j’écrivais sur mon blog que Blaise Compaoré lors de ses interviews aux USA nous disait en termes voilés ceci : "je me prépare pour la présidentielle 2015. Mais c’est moi qui choisirai le moment et la forme pour le dire".

L’histoire retiendra que cela a été fait un 12 décembre, lendemain de la fête nationale, à Dori, fief de son principal challenger (l’honorable Arba Diallo) à la présidentielle de 2010. Il pense que le moment est arrivé, car convaincu d’être en train de retourner le rapport des forces en sa faveur. Il peut alors ouvrir la voie en s’achetant un référendum.

Moi je suis convaincu qu’il se lance dans une aventure périlleuse pour notre pays en osant briser un consensus populaire et démocratique chèrement acquis en 1991. Je rappelle qu’en démocratie, le consensus est toujours supérieur à la majorité, car il réunit plus de volontés citoyennes et évite les divisions au sein du peuple.

Aujourd’hui, toute éventuelle majorité constituerait un recul, sinon une trahison par rapport à l’esprit et la lettre de notre Constitution actuelle, cause principale de notre stabilité politique.

Après 28 ans de pouvoir, Blaise Compaoré qui s’est déjà fait voter une amnistie, devrait se retirer en laissant un pays apaisé et démocratiquement plus avancé. Mais hélas, Blaise Compaoré, en montrant ainsi qu’il aime son fauteuil plus que son pays, court le risque insensé de laisser un pays divisé et peut-être ensanglanté. Notre peuple ne mérite pas cela ! Au PDS/METBA donc, nous restons hostiles à toute trahison du consensus populaire de 1991 et nous nous joindrons à toutes initiatives pour la contrer.

Ablassé Ouédraogo, président du parti « Le Faso Autrement »

Le président du Faso fait purement et simplement de la provocation, car pour qui vit au Burkina Faso et est au contact de la réalité du Burkina profond, il apparaît nettement que la majorité des Burkinabè reste opposée à l’idée d’une pérennisation de M. Blaise Compaoré au pouvoir après 2015.

Avec cette déclaration, le président Compaoré indique avoir compris que sa décision pour sa candidature pour un nouveau mandat à la Présidence de la République ne dépend pas seulement de lui comme il l’avait déclaré à Yamoussokro, le mardi 30 juillet 2013 ; et cela est un grand progrès.

Le Burkina Faso est une République qui est régie et gouvernée par des lois et des règles, dont la loi fondamentale, c’est-à-dire la Constitution qui autorise effectivement le président du Faso à recourir au référendum pour consulter les populations sur les questions d’importance nationale, comme la modification de l’article 37 de la Constitution. C’est donc son droit légitime de le faire.

Seulement, il se pose la question de l’utilité et de la pertinence d’une telle consultation dans un climat social aussi en constante détérioration. Ce faisant, le président du Faso emboîte le pas de l’ancien président Mamadou Tandja du Niger qui avait des chantiers à terminer et qui ne les terminera jamais. Rappelons-nous qu’à l’époque, le président Compaoré avait déconseillé un tel exercice à son frère Tandja en lui disant avec force, de Tunis, qu’il allait droit dans le mur.

Aujourd’hui, nous voulons donner le même conseil au président Compaoré, qu’il commettrait une grave erreur qui pourrait être fatale à la 4ème République. Que lui aussi, il allait tout droit dans le flanc de la montagne et que cela pourrait faire mal, immensément au Burkina Faso et certainement par ricochet à lui-même. Par conséquent, vouloir s’emmurer dans cette intention de modifier la Constitution et de mettre en place le Sénat, ressemble fort à un ultime baroud d’honneur. Ce qui n’est pas utile et nécessaire dans le contexte actuel d’un Burkina qui a changé et ses femmes et ses hommes avec.

Le président Compaoré a dit avoir appris du président Mandela. C’est à ne rien comprendre, quand on sait que Mandela, que tout le monde entier célèbre et glorifie, n’a jamais cherché à s’accrocher à un quelconque pouvoir. Et c’est cela sa stature qui a fait de lui un monument, un modèle pour nous tous. Et par conséquent, le président Compaoré devrait revoir la copie avant qu’il ne soit trop tard.

En 26 ans d’exercice du pouvoir, M. Blaise Compaoré a beaucoup fait pour son pays, et le peuple burkinabè lui en est reconnaissant. Que peut-il réaliser de plus en cinq ans et qu’il n’a pas pu faire en plus d’un quart de siècle ? Qu’il accepte de partir du pouvoir par la grande porte en novembre 2015 en respectant simplement la Constitution et son article 37 qui limite les mandats présidentiels au nombre de deux. Ainsi, incontestablement, il deviendra l’homme le plus adulé de son pays, du Continent et aussi du monde. Et là, il aura vraiment appris de Nelson Rolihlahla Mandela.

S’il choisit de faire différemment, l’adage populaire qui dit que « quand l’âne va vous terrasser, vous ne voyez pas ses oreilles » pourrait encore une fois se vérifier.

Propos recueillis par Fulbert Paré

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 décembre 2013 à 23:38, par kaiserrasbank En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    je pense simplement que le défi est lancé au peuple Burkinabè. La suite des évènements dépendra de la réaction et de l’organisation de la société civile et de l’opposition. Blaise ne quittera pas le pouvoir sans un forcing et on le sait tous pertinenment mais bon nous faisons tous la sourde oreille et espérons une voix divine pour l’en lui conseiller !!! Le peuple a son destin en main et le Burkina sera ce qu’on décidera..Nul ne le fera à notre place.

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2013 à 23:51, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Mr Tougouma,l amnistie votée ,qui en sera beneficiaire ? Quelle classe politique s est -elle opposée à ce que Blaise en jouisse après avoir quitté les affaires ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 00:38, par SIDGOMDE En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    L’opposition Burkinabe n’a pas les moyens pour s’acheter des ARMES et faire partir le regime Compaore.BLAISE sait que vous etes faibles et que L’ARMEE burkinabe est corrompue aussi depuis le sommet.Donc Y’A RIEN EN FACE ,TOUT EST MAIS.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 01:07 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Si blaise ne modifie pas l’ article 37 pour se maintenir, il ira rejoindre Gbagbo a la Haya. Il est bien place pour savoir tous les rapports sur lui.’ il modifie l’ article 37, il aura sa guerre civile avec d’ autres mediateurs aussi. J’ aimerais pas etre dans la peau du Beau Blaise pas si gentleman que ca !!! Le pouvoir, c’est aussi l’ impuissance.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 01:10, par Le Burkina D’abord En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Je pressens que Blaise n’aura même pas le temps de modifier la constitution ou s’il le fait il ne pourra pas être candidat à la présidentielle de 2015. Je sais que Dieu aime si bien le Burkina Faso qu’il nous enverra un militaire nous débarrasser du mal. Un peu comme Guéi et Bédié en CI et aussi Toumani au Mali et Sanogo, pour ne pas dire Pattassé et Bozizé en RCA !!
    Blaise est prêt à brader tout le travail qu’il abattu pendant un 1/4 de siècle dans l’optique de conserver son trone mais je crois que ce serait trop facile, il n’aura pas cet honneur là. Vous m’en direz sur ce forum d’ici 2015 si Blaise ne revoit pas sa copie. Vous savez, l’histoire vous donne seule chance et à vous de la saisir !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 01:57, par vérité no 1 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Nous voulons un changement et on y arrivera sans effusion de sang car les mêmes gourous sont binationaux et en cas de troubles, seront les premiers a prendre la tangente.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 04:04, par jp En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    C’est un piege dans lequel il ne faut pas tomber compte tenu du fait que nous savons comment les elections meme se passent au burkina et en afrique d’une maniere generale.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 04:05, par sidzabda2012 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Blaise tu disai hier seulema k Mandela etai 1 écol pr tw pr tan Nelson a fai 1 fois ds son école et il a passé et toi tu a redoublé 27 fois ds la mêm école pardon Mr Compaoré il faut allé maintena en classe superieur ! Mêm ds la tradition môagha 1 père de famille peut longtemps dominer sa femme et ses enfant mais il arivera 1 moma où ocune de ses recomandation ne sera prise en compt par les membr d sa famille si seulema il n’use de sagesse.Donc Mr Compaoré qui sera l mediateur pr le Burkina ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 04:29, par SAMBIGA En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Moi je dirais tout simplement que la désobéissance civile et l"incivisme populaire ont le mérite légitime de faire apparître le régime dictarial à travers celui démocratique de façade au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 04:33, par Eco En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    C’est maintenant que le conreil de securite de l’ONU devrait se reunir pour donner de la voix(une voix salvatrice) en demandant au president d’eviter des troubles dans son pays en se retirant en 2015. Gel de fonds, d’interdiction de visas : il faut des maintenant brandir ces menaces au president et a ses conseillers.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 04:39, par SAMBIGA En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Quand l’épuisement des
    stratégies tenant compte de la paix,de la cohésion sociale est total, le dernier recour légitime du peuple esr la désobéissance civile pour faire face à l’incivisme,politique,économique et la mal gouvernance.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 05:22, par fanyéllé En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    LE PEUPLE A BESOIN QUE BLAISE QUITTE ENFIN LE PERCHOIR QUELQUE SOIT LA PERSONNE QUI VA LE SUCCÉDER. QUE CETTE DERNIÈRE SOIT DU CDP OU DE L’OPPOSITION. ALORS SI LES CADRES DU PARTI NE VEULENT PAS PRENDRE LEUR RESPONSABILITÉ,ILS TOMBERONT TOUS.. HONTE AU CDP SI UN REFERENDUM SE TIENT DANS CE PAYS. OBASSANJO AU NIGERIA A VOULU MODIFIER LA CONSTITUTION MAIS LES CADRES DE SON PARTI ONT DIT NON ET GOODLUCK JONATHAN L’A REMPLACER. ALORS AU SEIN DU PARTI S’ IL N’y A PAS QUELQU’UN POUR REMPLACER BLAISE ? QU’ALLEZ VOUS FAIRE QUAND VOTRE MENTOR VA MOURIR CAR CE POUVOIR NE VA PAS RÉSISTER A LA 3E CRISE QU’IL VA LUI MÊME CRÉER. OU ALORS IL EST TEMPS QUE CHAQUE RÉGION PRENNE SON INDÉPENDANCE.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 05:42, par Le Druide En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    J’avais toujours pensé que l’ annonce de la modification de l’ article 37 entraînerait une réaction vive et spontanée de la part des citoyens burkinabés. Je constate qu’il n’ en est rien. Blaise aussi a dû constater qu’il a fallu des questions de journalistes pour que quelques leaders réagissent dans un langage convenu.
    Alors, soyons vrais. La constitution sera modifiée et il n’ y aura RIEN. Si Blaise a pu acheter la CGTB et le MBDHP, c’est que tout le monde est achetable, tout dépend du prix comme le disait feu Norbert Zongo de vénérable mémoire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 06:35, par lido En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Vous en voulez au président Compaoré, retenez seulement qu’aucun dictateur ne quitte le pouvoir de son plein gré, étant lui-même dictateur, c’est à nous de ne pas hésiter à le faire partir, à vous de le savoir maintenant afin qu’au moment venu............

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 06:50, par Angele Bassole En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Je trouve que certains de nos leaders politiques sont des comiques qui passeraient parfaitement bien aux guignols. Mr Traoré, permettez-moi de vous ramener 26 ans en arrière. Qui a légitimé ce pouvoir de la soit-disant Rectification ? C’est vous et vos autres collègues de l’Université (voir Mr Assimi Koanda. N’y-a t-il donc plus de sites archéologiques à découvrir au Burkina pour qu’il joue à présent aux griots ?) qui aviez decidé de mettre votre intelligence au service de la bêtise. A l’époque, nous, vos étudiants (à qui vous enseigniez la philosophie politique et morale) avions été très décus de vous. Je ne vous ai plus accordé aucun crédit depuis lors. Il est encore là, 26 ans après et veut s’éterniser parce que vous l’avez installé, soutenu, aidé. Alors, débrouillez-vous avec lui et épargnez-nous surtout le pire.
    Quant à vous, Mr Ablassé, tout-puissant ministre des Affaires étrangères, vous avez contribué à soigner son image dans les officines des palais occidentaux. Vous l’avez representé et recommandé comme étant le président idéal qu’il fallait au Burkina. Seule une catégorie de personnes ne change pas, dit-on mais c’est 26 ans trop tard, hélas, que de reconnaître aujourd’hui avec le vaillant peuple du pays réel que ce n’est plus l’homme providentiel.

    Répondre à ce message

    • Le 16 décembre 2013 à 08:50, par SANS RENCUNNES En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

      Angele Bassole....
      Je ne comprends pas où est votre problème,si vous voulew supporter BC(votre langage camouflé est celui de ceux qui supportent BC sans pourtant l’avouer) c’est votre droit et faites le ouvertement sans s’attaquer à ceux qui ont fait chemain avec lui à un moment donné de leur vie polotique.Je ne sais pas quel âge avez-vous ,mais vous ne pouvez pas me convaincre que dans votre vie quotidienne vous n’avez jamais eu des divergences avec vos anciens amis....Si vous pensez que votre langage<<. débrouillez-vous avec lui et épargnez-nous surtout le pire>> vous permettra aujordhui de bien vivre ; et surtout de faire avancer le BURKINA, alors taisez-vous et laissez ceux qui veulent le changement faire leur travail.....Au fait, vous qui n’ètiez pas d’accord avec BC à l’époque que pouviez-vous faire concrêtement avec la terreur (vous ètes pas NORBERT ZONGO) et qu’est qui a fait que vous avez cessé de lutter aujourdhui ?. Qui aujourdhui réssemble à un "énnémi" commun du peuple ? Blaise ou ses anciens amis ?...RETENEZ BIEN :BLAISE N’A PLUS EU D’AMIS DEPUIS QU’IL TUE THOMAS SANKARA ....sans rencunnes

      Répondre à ce message

      • Le 16 décembre 2013 à 12:17, par BURKIMBILA En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

        Essayez de lire entre les lignes au lieu de vous comporter comme un analphabète. L’analyse d’Angele Bassolé est édifiant et reflète le point de vue, l’assentiment de bon nombre de burkinabé. Le régime a tout fait pour discréditer les vrais opposants. Le régime ne nous donne le choix que entre la ’’peste’’ et le ’’SIDA’’ . Nous sommes condamnés. Quand vous voyez Ablassé, Zéphirin qui ont contribué fortement à installer ce régime, on est très confus. Les vrais opposants pour moi demeurent Me BENEWENDE, Arba, BADO. Je les admire pour leur constance et leur franchise. Quand au fait que l’UNIR/PS ait soutenu le CDP à Bagaré, ça se comprend aisément. Il avait le choix entre soutenir le CDP dont la position est connue et le MAP qui n’est ni à droite ni à gauche.

        Répondre à ce message

    • Le 16 décembre 2013 à 11:32 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

      Ma tante,dor yii,et laissez le passé on parle maintenant de l’avenir du pays.Si j’ai bonne mémoire vous ne vivez pas au pays,donc laiissez nous nous battre pour le bien de ce beau pays.

      Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 07:12, par Selfcontrol En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Seul la lutte paie. Il est clair que l’on obtient rien, absolument rien, sans lutte. Est-ce que le peuple se décidera à faire comprendre que l’instance suprême de décision quant à l’avenir du Burkina Faso, c’est uniquement LUI ?!
    Osons croire que OUI. Insha’allah.
    God Bless Burkina Faso and Africa.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 07:28 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Que Blaise sache que le Burkina n’est pas lui sa famille. Qu’il ne mette du feux au pays.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 07:46, par zang-rata En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Si vraiment le référendum est organisé, ce sera l’occasion pour l’Opposition Burkinabè de montrer ce dont elle est capable en mobilisant le peuple pour voter non à la majorité absolue à cette forfaiture. Dites vous que le CDP est très fragilisé, que financièrement parlant il traverse le désert, que bon nombre d’anciens inconditionnels de Blaise COMPAORE voteront "non" à son maintien..... à vous de faire "L’HISTOIRE" comme jadis en Haute-Volta.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 08:07, par dielba En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Ce qui me fâche ici c’est que c’est prétendus opposants ont tous mangé dans le même plat que le Président. Ils sont tous corrompus et continues à ramper la nuit pour aller prendre de l’argent. Je ne comprend pas car ce qu’ils disent et ce qu’ils font fait différence. Attendons seulement de voir. Je ne pense pas que le Président du Faso va se représenter ; c’est juste pour taquiner les autres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 08:08 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Je trouve tout simplement que Blaise a peur de mourir et de faire face à tous ces meurtres perpétrés depuis 28 ans de pouvoir, mais l’histoire le rattrapera avec certitude. Vous voyez comment l’Afrique n’avancera jamais. C’est pour l’inconscience, l’égoïsme et l’égocentrisme de nos chefs d’état et en ligne de mire Blaise compaoré. Je crois que ces multiples partis d’opposition s’ils sont bien conscients et veulent réellement un burkina de valeur avec ces Hommes doivent absolument penser à s’unir d’urgence face à cette volonté crapuleuse de la modification de l’article 37 de la constitution. Quoi qu’il face Blaise, il partira et peut être de la plus mauvaise manière. Comment voulez vous à un moment donné ne pas susciter la colère et la révolte du peuple burkinabé avec de tels comportements indignes ? Pensez vous que le Burkina appartient à une seule famille ? À une seule personne ? Soyons sérieux et pensez aux jeunes talentueux et capables du remplacement.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 08:21, par seredak En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    j’apprécie la réaction de nos chers opposants, c’est vraiment on ne peut plus clair pour Blaise qu’il doit partir (même s’il faut reconnaitre qu’il est intéressant d’être président : les honneurs et le luxe et tout ce qui va avec....), il ne faut pas qu’il perde de vue l’essence de la fonction de président qui à mon avis est l’aptitude à diriger, et le Burkina actuel ne présente guère un visage reluisant au point de vouloir rester aux affaires ; il faut laisser la place aux jeunes....

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 08:50, par lAfro-Optimiste En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Il va jamais se présenter en 2015. C’est normal qu’il fasse tourner le peuple à l’heure actuel.C’est son joker la question de l’article 37,donc il ne peut pas jouer cette carte en debut de partie

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 09:16, par AKHENETON En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Est ce que le referendum est une nomination ? Si vous n etes pas pour la modification de l article 37 ,inscrivez vous sur les listes et votez contre ou bien boyecottez comme vous savez le faire.C EST l opposition qui veut installer le desordre mais cette fois ci on ne va pas se laisser faire L heure de la 2eme RECTIFICATION a sonne

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 09:23, par lechris En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    vous etes entrain de vous voiler la face, la constitution sera modifiee et il n’aura rien, Blaise a affaire a une opposition affamee et a un peuple analphabete et mouton comme le disait le professeur LAURENT BADO .qui par un discours flateur accorde sa voix. vous faites du bruit pour rien, le Blaso est au pouvoir pour encore 10 ans sauf cas de maladie grave ou de mort. NI NOTRE ARMEE, NI L’OPPOSITION NI LE PEUPLE CIVILISE NE POURRONT CONTRER LA VOLONTE DE BLAISE. LA JEUNESSE N’A PAS DROIT AU POUVOIRBLAISE FAIT TOUT A VOTRE PLACE, POUR DES TISHOT,DES BON DE CARBURANT,DES PROMESSES NON TENUES VOUS SUIVER LE cdp.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 09:29, par wendlassida En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Mes parents nous ne vous comprenons pas ! les choix disant opposants . Sauf peut être monsieur du MAP si non Ablassé et Etienne furent des subordonnés du Président Compaoré dans le passé. vous êtes devenus opposants simplement parce que le Président Compaoré n’a plus de poste à vous offrir ;c’est tout ! il en de même à Mr Arba Diallo. Quand à Bénéwendé en 2010, il a battu campagne avec Président Compaoré et au jour du vote il refusa d’aller accomplir son devoir de citoyen Burkinabé. Ses militants sont allés voté pour lui alors que lui même n’a pas voté. on comprend pourquoi (Je ne suis pas capable de diriger le pays mieux que Président Compaoré).

    Répondre à ce message

    • Le 16 décembre 2013 à 13:57 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

      Votre raisonnement est anormale ! Blaise n’est pas leur ennemi. Ils ne voient plus les choses de la même façon. Si les opposants ne sont pas de taille pour vous, alors allez dans l’opposition pour exprimer vos idées et peut être que vous serez plus de taille. Retenez une chose et soyez en sûr, Blaise n’est pas et ne sera pas le plus intelligent du Burkina. Nous avons des spécialistes dans tous les domaines qui peuvent l’enseigner... Alors le Burkina continuera même sans lui. Pour exemple l’Afrique du Sud continuera de vivre sans Madela qui est une icone pour le monde entier.

      Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 09:44, par gym En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    bjr je pense que l’opposition burkinabé ne pas un vrais opposition et notre societé civile corrompu sinon des le lendemain du conference de presse cet a dire le 13 matin devais avoir un resemblement a la place de la nation pour dire votre ooposition au referndume donc parle le president compaore sur l’article 37 et la mise en place du senat .mais rien du tout chacun a peur de se retrouver en prison et vous voulez etre comme madiba lui qui a fait 27 ans de prisons . dans un pays a majorité anaphabete qui lie pas des journaux comment comprendre vos declaration mediatique il faut de marche de prostestaion pubique et mon frere ou ma soeur qui vois le rensemblemnt demand ya koi ont dit le president veux rester au pouvoir contre la volonter du peuple et il se joindra a vous .

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 11:45, par ouedassi En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Mon frère TOUGOUMA, la "modification" de l’article 37, je pense n’est pas liée à une faiblesse de l’opposition. elle est simplement IMMORALE, "IN-ETHIQUE", "BARBARE", "SAUVAGE" si c’est pour permettre à BC de se représenter. Nième modification ! le mossi dit qua-qua- quaï.. Dans le Wassoulou de Samory TOURE, on dit que si tu ne peux braver l’ennemi, donne ton sabre de guerre aux femmes qui t’indiqueront le chemin de l’honneur... l’article 37 est déjà VERROUILLE. CEUX qui parlent de le MODIFIER veulent le DEVERROUILLER. Une question : N’Y A-T-IL PAS TRAHISON ET ATTEINTE A LA CONSTITUTION dans ce cas ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 12:17, par Nêkobi le neveu En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Nous n’avons aucun moyen objectif d’arrêter le cours de l’histoire. Le CDP va réalisé son projet au nez et à la barbe de ceux que appelez....opposants.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 12:31, par CRUZ En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Je pense que le Blaiso national, doit suivre l’exemple de la Présidente du Chili ; Michelle BACHELET. Elle vient d’être réélue avec plus de 60% de voix après avoir perdue le pouvoir à l’issue de son premier mandat en 2009. C’est ça la démocratie. On peut partir en ne touchant pas à la constitution et revenir quand on veut avec la voix du peuple souverain. Le Blaiso n’a plus LE POUVOIR ,c’est LE POUVOIR qui le tient.Que Dieu sauve le Burkina-Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 12:42, par Uncitoyen En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Blaise plaisante quand il parle de modifier l’article 37. AU fait Blaise et le CDP sont entrain de distraire l’opposition dans le but de pouvoir remporter l’élection présidentielle de 2015 sans difficulté. IL faut que l’opposition songe aussi à l’élection présidentielle de 2015.Certes elle peut continuer à lutter contre la révision de la constitution mais elle doit beaucoup plus se consacrer à 2015 afin de pouvoir battre le CDP avec ou sans Blaise COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 13:27, par tahi En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    La folie des grandeurs fait souvent des dégâts, mais ceux qui les vivent ne les remarques pas. Celui qui préside le destiné de notre pays depuis 27 ans n’a plus rien a perdre que de mettre toutes les folies imaginaires a ses objectifs, car il sait parfaitement que Le peuple Burkinabé n’a jamais eu un choix sous le règne du caméléon de Ziniaré. Le rèfèrendum fantôme annoncé sera fait avec un résultat a la façon de commandement militaire. C’est-à-dire,’’ c’est ça ou rien’’. Vous autres responsable des partis politique d’opposition, arrêtez de nous pompez les cranes, vous étiez tous dans les mains de notre président bien aimé Mr. Blaise Compaoré, vous le connaissez mieux que quiconque, c’est un personnage pragmatique qui assume ce qu’il fait et ne recule jamais devant un obstacle. Vous étiez avec lui, vous avez occupez des postes clés , vous n’avez jamais tournez le dos contre ce caméléon doux et dangereux, affaire David, Norbert, et j’en passe. A présent vous voulez le chatouillez en blâmant le peuple meurtri. Notre président écrase son peuple comme il veut, il est maître de notre armée, fabricant de l’opposition, il ferme les yeux a la corruption. Mesdames Messieurs les responsables des partis d’opposition, ouvrez les yeux et acceptez la gouvernance a vie de la famille Blaise Compaoré, car nous n’avons aucun choix.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 14:10, par Le pays En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Moi je pense que M blaise veut passer a la fenetre comme les autres. or la porte est grandement ouverte.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 14:16, par Alexio En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    La peur de quitter le pouvoir qui hante notre Blaiso. L histoire le rattrapera quelque soit les faux conseils de ses conseillers. La priorite des Burkinabe n est ni Senat ni Le tripatouillage de la Article 37 de la constitution. C est dommage que nos revolutionaires dhier son devenus l enemies de la paix sosiale, pour cause leurs interets prives versus l interet national. La malhonnete intellectuelle ne passera pas pour la Conservation du pouvoir a un seul homme qui a atteint le paroxisme de sa politique. Le monde a visage tourne sur le Burkina Faso en 2015. Soit le Blaise partira par la grande porte ou la petite. Le choix est devant lui. A prendre ou a laisser.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 14:52, par le prévenu En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Voilà le scenario qui se dessine : Blaise réussira contre vents et marrées à organiser son référendum. Seulement, comme il est sûr de ne pas passer, il y aura beaucoup de fraudes et d’achats de conscience. Le véritable problème sera la publication des résultats. Ceux-ci seront éventuellement frauduleux, ce que la population ne pardonnera pas, causant ainsi un mouvement populaire vigoureusement maté mais qui sera à l’issue d’une véritable crise socio-politique interminable. Pendant cette crise, Blaise se maintiendra au pouvoir, sous prétexte qu’on ne peut pas organiser des élections en temps de crise. Et c’est parti pour une véritable instabilité politique dans le pays ; c’est d’ailleurs ce qu’il recherche. si donc on veut éviter une telle situation, évitons avant tout le référendum lui-même à travers des manifestations multiples. ainsi, si jusqu’en 2015 ça n’a pas lieu, ce sont les élections présidentielles qui devront s’organiser. C’est la seule solution pour éviter une grave crise.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 15:03, par le bon citoyen En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    C’est aujourd’hui que vous comprenez que le CCRP ne servait à rien ? On a mis plus de 1 milliard pour ce machin alors qu’il fallait passer directement à ce foutu référendum qui coûtera aussi des milliards tout cela pour satisfaire le désir d’un seul individu de mourir au pouvoir ?
    Je pense que Blaise a bien préparé son plan. Il a recruté 2400 policiers supplémentaires dans un pays qui manque d’enseignants et d’infirmiers pour quoi ? Juste la répression. On fait des campagnes pour le civisme pour diminuer les dégâts mais qu’on le veuille ou pas Il y aura des morts d’hommes et lui-même finira comme Kadhafi ou Moubarak.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 15:42, par anta En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Le temps des dissertations philosophico-politiques est terminé.Que celui qui se trouve au champ y reste ;que celui qui se trouve en province y reste,que celui qui se trouve sur la terrasse n’en descende pas.Personne n’a le droit actuellement d’être tiède.Il faut être chaud ou froid.Webmaster du Fasonet ; si tu censures quelqu’un actuellement, tu prends parti. Que le show commence, Dieu reconnaîtra les siens ! Aucun long règne n’a débouché sur une transition pacifique.Que celui qui a peur de mourir quitte le Burkina Faso.Allez être des réfugiés au Mali, en Côte d’Ivoire au Ghana. Faites sortir les enfants et les femmes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 15:53, par YVES En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Blaise Compaoré a tout simplement décidé de quitter le pouvoir par la très petite porte :
    - soit comme Mamadou Tandja au Niger
    - soit comme Hosni Moubarak en Egypte
    - soit comme Moboutou en RDC
    - ou soit comme Kadafi en Libye
    Vraiment après 28 ans de règne pourquoi vouloir confisquer le pouvoir ? Nous jeunes du CDP nous voulons qu’il se retire au profit d’un autre candidat du parti pour la paix au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 16:10, par Ravayak En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Blaise, je veux applaudir kan tu vas quitter le pouvoir. A toi de choisir la manière que je vais applaudir. Soit j’applaudis comme un Ghanéen pour le changement a la tête du pays. Soit j’applaudis comme un Nigérien pour leur changement, Soit j’applaudis enfin comme les Libyens pour leur changement.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 16:28, par nabson En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    celui qui craint de souffrir, souffre de ce qu’il craint. blaise veut vivre maintenant avec son peuple. il a trop souffer des règlements de conflit entre les voisins.et maintenant il a besoin de son peuple. laisser lui le temps de jouir avec son peuple, car il a pitiè de son peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 16:30, par nabson En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    la paix n’est pas pour demain au lyban.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 16:50, par Lakbé En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Le problème au Burkina est que nous savons tous que la fraude a toujours été les moyens utilisés par le pouvoir pour rester en place. C’est ce qui explique le faible taux de participation de la population aux élections. les dés sont déjà jetés avant même que l’on puisse les saisir. Aux élections législatives et communales passées, même certaines urnes volées ont été validées et comptées par la CENI. Je me demande comment on peut faire confiance à cette institution pour les élections à venir, sachant aussi que c’est le même qui est toujours à la tête de la CENI. Là aussi, il nous faut un changement. Le chemin vers l’équité ne passe pas seulement par un besoin de changement de Président mais de l’ensemble des institutions, y compris la CENI. Egalement, le choix de la société choisie pour les cartes biométriques en côte d’ivoire doit être justifié. En informatique, tout est juste question de codage, donc on pourrait mettre facilement les votes de 90% des Burkinabé de côte d’ivoire dans le panier du CDP. La seule façon d’avoir justice au Burkina aujourd’hui ainsi que le départ du gouvernement en place, n’est pas de passer par les élections, mais de passer par la rue. Seule la rue peut faire reculer le Président oui le faire prendre conscience de la nécessité de travail pour une fois pour le Burkina, sinon qui sera médiateur au Burkina pour lui ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 18:20, par le revenant En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    LAISSER le BLAISO tranquille peace and Love C’est un GUIDE.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 19:06, par SALAM LE SAGE En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Chers compatriotes, reconnaissons que l’avis du peuple est signe de démocratie. Le président Compaoré connait cette valeur de la démocratie et la fait valoir en voulant consulter le peuple n’est-ce pas à féliciter ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 19:14, par SALAM LE SAGE En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Chers compatriotes, reconnaissons que l’avis du peuple est signe de démocratie. Le président Compaoré connait cette valeur de la démocratie et la fait valoir en voulant consulter le peuple n’est-ce pas à féliciter ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 19:19, par PAUL En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

     Dans toutes choses, nous devons privilégier l’intérêt du peuple. Notre président en a conscience c’est la raison pour laquelle il concerte le peuple en voulant l’appeler au référendum

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 19:35, par PAUL En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

     Dans toutes choses, nous devons privilégier l’intérêt du peuple. Notre président en a conscience c’est la raison pour laquelle il concerte le peuple en voulant l’appeler au référendum

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2013 à 20:31, par PAUL PUT En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    C’est faire preuve de grande sagesse que de consulter le peuple

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2013 à 08:14, par ALTERNANCE En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Blaise Compaore n’est pas plus aimé au Burkina Faso que ne l’était Nelson Mandela quant il finissait son mandat en tant que Président de l’Afrique du Sud ; et Dieu seul sait à quel point son peuple le voulait toujours au pouvoir. Mais pour l’intérêt de son peuple, Madiba a renoncé au pouvoir pour céder la place à ceux qu’il pensait pouvoir mieux gérer l’Afrique du Sud.

    Décidement, je comprend pourquoi Blaise ne s’est pas rendu en Afrique du Sud pour rendre hommage à Madiba. Blaise n’aime pas son peuple, Blaise n’aime que son clan familial. C’est pourquoi Blaise et son clan veulent modifier l’article 37 et instaurer le Sénat à un moment où le peuple en a le moins besoin.

    Non au referendum, non au Sénat, pour le bien du peuple du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2013 à 08:26, par sticky En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Le sénat est inscrit dans la constitution ; en votre qualité de PF, vous ne pouvez pas ne pas respecter la constitution alors continuer dans cette logique terre a terre en respectant strictement la constitution notamment l article 37.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2013 à 08:33, par vérité En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    slt, mes frères et soeurs du faso vous saviez Blaise se moque des fils et filles du Faso selon ma vision. je suis sûr que c’est une nouvelle genocide qui se prépare en Afrique de l’ouest. Mais avec la volonter du Bon Dieu il n’aura . Burkinabé imagniez quelqu’un qui se prend médiateur des pays de l’Afrique de l’ouest des conflits ? voici sa rection. Blaise si c’est le faso que tu veux brûler le bon Dieu te brûlera en 1ère position inchalao tu pouras pas le faire grâce a ses fils et filles croyant de ce pays. QUE DIEU SAUVE LE FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2013 à 08:41, par vérité En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    slt, mes frères et soeurs du faso vous saviez Blaise se moque des fils et filles du Faso selon ma vision. je suis sûr que c’est une nouvelle genocide qui se prépare en Afrique de l’ouest. Mais avec la volonter du Bon Dieu il n’aura . Burkinabé imagniez quelqu’un qui se prend médiateur des pays de l’Afrique de l’ouest des conflits ? voici sa rection. Blaise si c’est le faso que tu veux brûler le bon Dieu te brûlera en 1ère position inchalao tu pouras pas le faire grâce a ses fils et filles croyant de ce pays. QUE DIEU SAUVE LE FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2013 à 12:27 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Tôt ou tard, il y aura changement. Et il y en a qui vont mourir comme des chiens enragés. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2013 à 16:21, par wendtoin En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Mon Président médiateur, vous avez l’obligation morale de ne pas mettre le Burkina dans le chaos !

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2013 à 18:40, par Pita En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    Le Peuple burkinabe doit ecouter Thomas Sankara maintenant : L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa revolte ne merite pas que l’on s’apputoye sur son sort. Cet esclave repondra seul de son malheur qu’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maitre qu’il pretend l’affranchir. Seule la lutte libere ! La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 10:42 En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

      Merci à ceux qui pensent que le Président et son CLAN ne devrait pas faire ça
      Mais c’est mal les connaitre.
      Le Chef lui ne veut que son pouvoir, et s’imagine mal en dehors. Je crois que c’est la peur ! Quand on a beaucoup offensé, c’est dur ! Il ya la peur du lendemain.
      Les autres, eux c’est des suivistes, qui tiennent à leur profit (Même s’ils n’approuvent pas ). Il faut bien assurer les plaisir du ventre et que sais-je encore ! Plus bas par exemple.
      Si le référendum c’est une voie démocratique il n’en demeure pas moins que l’on discute de ce qu’est la démocratie dans notre pays. Si faire de grand score de plébiscite obtenu à coup d’achat des consciences et présenter cela comment l’expression de la majorité, j’ai honte.
      Pour les gens du pouvoir, l’opposition redoute du référendum parce qu’elle a peur. Ils ont raisons les gens de l’opposition. Parce que laisser utiliser encore une fois ces mauvaises pratiques électorales pour qu’une décision importante soit prise n’est certainement pas pas une bonne chose pour le Burkina.
      Je demande que quelqu’un du serail se présente en 2015 s’il gagne Ok Mais ceux qui sont depuis des décénies et qui ne sont pas encore repu
      VIVE L’ALTERNANCE
      PS : J’aimerai féliciter Mr Arba DIALLO pour la reussite des festivités. Mais je ne suis pas content que ce soit l’occasion que l’on utilisé pour dire en quelque sorte "je veux encore rester ..... je n’ai pas encore fini !!!!!!
      Je crois que c’est fait à dessein, pour marquer les esprits. Que BC se rappelle ce que ARBA à déclaré lors du discours à l’Assemblé du Premier Ministre sur l’état de la nation au moment des questions orales. C’est des parole d’un SAGE, qu’il faut mediter

      Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2013 à 10:49, par Podio En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

      Additif (ce que ARBA à dit LAT
      Parlant du problème des étudiants, Mr Arba avait dit au PM qu’il s’agissait aussi de causes liées au système en place depuis des décénies. Selon lui, les enfants qui manifestaient n’étaient pas nés lorsque Blaise accédait au pouvoir. Mr Arba avait dit au PM qu’ils ont la forces (Le Pouvoir) et qui avaient la latitude de changer tout ce qu’ils veulent (y compris s’éternier au pouvoir) MAIS que le cris de ces jeunes qui veulent plus de changement se fera toujours sentir

      Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2013 à 09:44, par compaoré seigneur de guerre En réponse à : Modification de l’article 37 par référendum : Des leaders politiques réagissent

    qui prend le pouvoir par les armes, laissera le même pouvoir par le cri des armes !!!qui peut me dire le contraire !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés