Journées du géologue : Sensibilisation sur le contrat de travail

mercredi 4 décembre 2013 à 00h25min

L’Association des géologues du Burkina Faso (AGBF) a organisé du 28 au 30 novembre 2013 à Ouagadougou, la première édition des journées du géologue sous le thème « La contribution des ressources géologiques au développement socio-économique du Burkina Faso ». En plus des communications sur le rôle et place et place du géologue, les jeunes géologues ont tenu une formation sur des modules initiatiques à la vie professionnelle, notamment le contrat de travail.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Journées du géologue : Sensibilisation sur  le contrat de travail

Dans la perception populaire, le rôle du géologue est le plus souvent réduit à l’activité minière. Pour rompre avec cette vision des choses, l’Association des géologues du Burkina Faso (AGBF) a initié du 28 au 30 novembre 2013 à Ouagadougou, la première Edition des journées du géologue. Qui fut une occasion pour les organisateurs de faire connaître les différents secteurs d’activités du géologue et leurs impacts sur le développement socio-économique du Burkina. Ainsi, une série de communications sur la mine, l’eau, l’environnement, la géotechnique, le métier du géologue a meublé les présentes journées. Dans le contexte de crise minière où un nombre important de géologues est souvent licenciés ou voit ses revenus baissés, les géologues ont bénéficié d’une formation sur le contrat de travail.

Tout contrat non écrit est un contrat à durée indéterminée

« On ne vit pas de technique. Il s’est agi d’outiller le géologue d’un minimum de connaissances non géologiques mais qui va l’aider dans l’exercice de sa fonction de tous les jours », explique le président de l’AGBF, Henri Nemaro. Dans cette logique, le conférencier mettre Prosper Farama, avocat en droit de travail est parti des types de contrat aux ruptures de contrat en passant par la définition des différents contrats, les modalités de leurs signatures etc. Il a indiqué qu’il y a le Contrat à durée déterminée (CDD) et le Contrat à durée indéterminée (CDI). M. Farama a défini le CDD comme un contrat où deux parties sont convenues d’un terme fixe. « La législation burkinabé a fixé ce terme à une année pour les nationaux et 3 ans pour les étrangers renouvelable autant de fois pourvu qu’on en abuse pas », a-t-il signifié. A ce titre, note Me Sankara, il est impérativement écrit. Il ne peut prendre fin qu’à la fin du terme convenu, sauf pour faute grave de nature à ne plus permettre aux deux parties de continuer ensemble. M. Farama a défini le contrat à durée indéterminée (CDI) comme un contrat sans terme. Il a précisé que tout contrat verbal est un CDI. Mais dans un CDI chacune des parties peut mettre fin au contrat à tout moment. En ce moment l’employeur licencie tandis que l’employé démissionne à condition que la loi en la matière soit respectée.

La rupture du contrat par l’une ou l’autre partie

M. Farama Prosper a donné aux participants des astuces en cas de rupture de contrat de travail. Il a expliqué que pour la rupture d’un contrat de travail, l’employeur écrit un préavis de licenciement. Si c’est l’employé, il fait un préavis de démissionner. Pour la catégorie des cadres, dans les deux cas, le préavis est de trois mois. L’employé continue de recevoir son salaire tel quel. Et dans le cas d’un licenciement, il a droit à deux jours de repos pour chercher un autre emploi. « Un licenciement sans un écrit est un licenciement irrégulier. Cette irrégularité comporte des dommages et intérêts  » a-t-il relevé. Et de poursuivre que dans le cas d’un licenciement abusif où le motif est jugé illégitime, l’employé a droit au maximum à 18 mois de salaire. Dans le cas d’une modification substantielle en cours de contrat notamment la réduction du salaire, mutation du lieu de travail non inscrit dans le contrat etc., l’employé est en droit de refuser. Tout licenciement pour ce refus est abusif et mérite des dommages et intérêts.

Pour éviter toute surprise désagréable, le conférencier a invité les participants à lire toutes les parties d’un contrat avant signature. « Ils doivent surtout être attentif à la durée du contrat, le salaire, les attributions, les clauses et modalités du contrat  », a conclu Me Farama.

Ibrahima Traoré (Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 décembre 2013 à 07:29, par Estha
    En réponse à : Journées du géologue : Sensibilisation sur le contrat de travail

    Bjr et merci pour cet article. Il nous sert à tous car il nous permet d’avoir des informations très importantes sur les dispositions relatives au travail au Burkina Faso. Cependant, nous avons relevé pleins d’erreurs qui, vraiment ne sont dignes d’un journaliste. Vous êtes en stage et il va falloir que vous redoubliez beaucoup d’efforts pour vous améliorer.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2013 à 12:05, par Le Laïc
    En réponse à : Journées du géologue : Sensibilisation sur le contrat de travail

    Merci pour l’article. Cependant, l’article comporte certaines informations pas très exactes. Il s’agit de la durée maximale des contrat à durée déterminée des nationaux. Elle est de deux ans maximum lorsque son terme est précis. Autrement dit pour être plus précis un employeur peut signer un contrat de travail à durée déterminée de deux ans avec un travailleur ayant la nationalité burkinabé et non d’une année comme ce qui dit dans l’article. ( cf article 54 du code du travail).
    Une autre précision pendant la durée de préavis e travailleur bénéficie de deux jours ouvrables de liberté par semaine à plein salaire en vue de la recherche d’un autre emploi

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2013 à 13:06
    En réponse à : Journées du géologue : Sensibilisation sur le contrat de travail

    Bonjour !Je suis un étudiant en géo-science option exploitation minière et des carrières et j’ai pris part assidument à ces journées.Sans aucun doute de me tromper l’ensemble des activités menées ont été très instructives non seulement pour les professionelles mais egalement pour nous les étudiants desirant embraisser ce secteur d’activité.Pour cela je dit merçi aux differents conferenciers pour leurs riches ensignements ,M.Nemaro et tout son staff qui relever le defis.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2013 à 14:23, par Le Laïc
    En réponse à : Journées du géologue : Sensibilisation sur le contrat de travail

    Merci pour l’article. Cependant, l’article comporte certaines informations pas très exactes. Il s’agit de la durée maximale des contrat à durée déterminée des nationaux. Elle est de deux ans maximum lorsque son terme est précis. Autrement dit pour être plus précis un employeur peut signer un contrat de travail à durée déterminée de deux ans avec un travailleur ayant la nationalité burkinabé et non d’une année comme ce qui dit dans l’article. ( cf article 54 du code du travail).
    Une autre précision pendant la durée de préavis e travailleur bénéficie de deux jours ouvrables de liberté par semaine à plein salaire en vue de la recherche d’un autre emploi

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés