Simples détails : Trop c’est trop, ces bennes dans la circulation

lundi 2 décembre 2013 à 15h35min

La circulation des camions bennes, transportant le sable ou d’autres agrégats dans la ville de Bobo-Dioulasso pose réellement un problème. Non seulement, elles perturbent la circulation à des heures où elles ne devraient pas se trouver dans les rues, mais elles occasionnent de nombreux accidents très souvent dommageables, voire mortels.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ce n’est pas parce que nous avons été victimes d’un accrochage avec l’une d’entre elle, mais c’est surtout parce que le problème est bien réel et doit trouver solution assez rapidement. Sinon, il est à craindre que d’ici-là, les populations ne prennent leurs responsabilités elles-mêmes. Et en ce moment, gare à celui qui va parler d’incivisme et de justice par soi-même. Trop c’est trop, et ce sera de bonne guerre si les populations en arrivent là. Les conducteurs font de la vitesse en ville, ne respectent pas les feux de signalisation et comble du malheur, leurs engins n’ont, très souvent pas de système de freinage adéquat. Résultat, quand le danger arrive, il est inévitable.

Qu’elle est belle, cette avenue !

L’avenue de l’Union européenne est belle, quand vient la nuit. Avec l’éclairage (même à moitié) qui est installée, elle demeure l’une des plus belles avenues de Bobo-Dioulasso. Ce qu’il faut souhaiter, est que le reste de l’éclairage arrive au plus vite. En tout cas, du côté de la Société nationale burkinabé d’électricité (SONABEL), les nouvelles sont assez rassurantes car les poteaux seraient arrivés à Bobo et on n’attendrait plus que quelques matériels pour terminer les travaux. Quand tout cela sera terminé, il nous appartiendra de protéger ces lampadaires contre les vandales et les éventuels casseurs. Car, nous avons tous travaillé, d’une manière ou d’une autre pour en arriver à cet éclairage-là.

Bravo à la Brigade anti-criminalité

La Brigade anti-criminalité ou BAC, c’est cette police dont les éléments sont très souvent visibles dans nos villes et campagnes sur les principaux axes routiers. Ils sont généralement habillés en tenue noire. Leur rôle, c’est de veiller sur notre sécurité, en tout temps et en tout lieu. Et surtout au moment où nous dormons. C’est ce qui explique leur présence en ville à certaines heures de la nuit. Ils sillonnent le centre-ville, mais surtout les secteurs périphériques et les principaux axes routiers d’entrée et de sortie. Comme quoi, rien ne doit se passer en ville sans qu’ils ne soient au courant. Le moins que l’on puisse dire, c’est tout simplement bravo à cette police-là. Et au-delà d’elle, toutes les forces de défense et de sécurité qui, inlassablement, veillent sur notre tranquillité. Même quand nous ne voulons. C’est leur rôle ; nous devons les y accompagner.

Le président du Faso à l’écoute des préoccupations des Forces armées nationales

Le président du Faso, chef suprême des Armées, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, a échangé, jeudi 28 novembre 2013, à la salle des conférences de Ouaga 2000, avec plus de 500 délégués militaires (officiers, sous-officiers, hommes du rang, issus de l’armée de terre, de la gendarmerie nationale, de la base aérienne et des sapeurs-pompiers).

A cette occasion, les différentes couches des forces armées burkinabè, ont exposé, sans intermédiaire, leurs préoccupations au Président du Faso, pendant plus de trois heures d’horloge.

Selon le chef d’état-major général des armées, le Général de brigade Honoré Nabéré Traoré, ces préoccupations se résument en trois points : les questions financières et celle liées aux dotations en tenues militaires et matériels de travail.

A l’issue de ces échanges, le président Blaise Compaoré a réaffirmé sa disponibilité et son engagement à rester à l’écoute de son personnel militaire.
En retour, et par la voix de son chef d’état-major général, l’armée a saisi cette opportunité pour réitérer sa fidélité et sa loyauté au président du Faso, chef suprême des Armées et ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants.

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2013 à 07:51, par donmozoun
    En réponse à : Simples détails : Trop c’est trop, ces bennes dans la circulation

    Il faut prier Dieu pour ne pas être sur la route de ces camions bennes. en plus de déverser du sable sur la route qui perturbe les deux roues, c’est l’incivisme total dans la circulation. le gabarit faisant office de priorité. vraiment dommage. ça fait des années qu’on en parle et vraiment rien ne change. Il est néanmoins à saluer les efforts de quelques uns avec l’utilisation des bâches pour éviter que le vent ne soulève le sable et le remplisse la face des motocyclistes. Je serai parmi les premiers à sortir si jamais il y a lieu de manifester. Yen a marre. C’est vrai aussi que certains gourous de la commune possèdent des camions mais à fermer les yeux, ce n’est pas normal.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2013 à 10:01, par HOMME
    En réponse à : Simples détails : Trop c’est trop, ces bennes dans la circulation

    Un camion benne chargé du sable qui fait des dépassements des véhicules léger comme des mercedes en pleine ville qui roulent entre 40kms/h et 50kms/h, si une benne venait a le depasser imaginez sa vitesse, est ce cette benne pourra freiner en cas de qu’est qui y’a ? Vivement que les autorités (POLICE MUNICIPALE) soient regardant a cette situation.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2013 à 10:32, par Veritas
    En réponse à : Simples détails : Trop c’est trop, ces bennes dans la circulation

    C’est tout simplement scandaleux cette situation. On ne peut voir cela dans aucune autre ville au monde si c’est pas Ouagadougou !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés