Présidentielle de 2015 : L’union pour le progrès et le changement (UPC) en ordre de bataille

lundi 2 décembre 2013 à 00h57min

Venus des 45 provinces du Burkina, les 350 délégués de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) étaient réunis en conseil national ce 30 novembre 2013 à l’Atelier théâtre burkinabè (ATB) à Ouagadougou autour du thème : « la consolidation de l’UPC dans la perspective de l’alternance ». Au menu des échanges : analyse critique du chemin parcouru depuis sa création, examen de l’état d’exécution des décisions du dernier congrès. Mais aussi et surtout la définition de l’orientation du parti en matière de stratégie électorale. 2015 n’étant pas loin.

Présidentielle de 2015 : L’union pour le progrès et le changement (UPC) en ordre de bataille

Le cœur du débat politique dans notre pays, c’est incontestablement la question de l’alternance. Donc, « l’opposition politique doit résolument se placer dans la perspective de la bataille de 2015  », estime le président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Zephirin Diabré et ses camarades veulent prendre les devants. Le parti du lion vient de sonner la mobilisation et se met ainsi en ordre de bataille pour 2015. L’instance choisie, c’est le conseil politique national, l’organe du parti qui se réunit entre deux congrès. Elle a pour vocation d’examiner les décisions prises au congrès précédent et se pencher sur les perspectives électorales et stratégiques du parti. Les perspectives électorales à venir, ce sont les redoutables élections présidentielles à venir qui devraient permettre au Burkina d’avoir un nouveau président. L’actuel étant hors course si l’on s’en tient aux dispositions actuelles de l’article 37 de la constitution.

De ce fait, en tant que 2e force politique du Burkina avec ses 19 députés, 1635 conseillers municipaux et une vingtaine de mairies, l’UPC entend jouer pleinement sa carte. « Oui, c’est vrai, notre parti a été consacré à la suite des élections couplées de décembre 2012, comme étant la 2e force politique au Burkina. Mais, je crois et nous sommes tous d’accord qu’il ne faut pas trop s’attarder là-dessus, mais plutôt réfléchir sur ce que nous devons concrètement faire pour affronter les défis à venir  », lance le correspondant UPC du Kadiogo, Bruno Kafando.

Se doter d’une infrastructure à la hauteur des enjeux de 2015

Ainsi donc, ce conseil politique fut une occasion de faire le point depuis la création de l’UPC, analyser les résultats obtenu à l’issu des élections couplées du 02 décembre 2012, d’échanger sur les questions de financement du parti. Egalement, «  il était important que le congrès se souvienne que 2015 est la prochaine échéance électorale et qu’il donne des instructions pour que le parti se mette en ordre de bataille. L’une des grandes décisions qui a été prise lors de ce conseil, c’est de procéder dès maintenant au renouvellement de l’ensemble des structures du parti à travers le pays pour lui permettre d’avoir une infrastructure politique à même d’affronter l’échéance 2015 », a précisé Zéphirin Diabré, le président de l’UPC.

L’accalmie avant la tempête ?

La 1ère force politique de l’opposition s’est également penchée sur l’actualité politique nationale. «  Malgré l’accalmie que nous observons, la lutte contre la mise en place du sénat et contre la révision éventuelle de l’article 37 n’est pas encore terminée », rappelle le chef de file de l’opposition au Burkina. Par rapport à la probable modification du statut du CFOP, sans présager de l’attitude à avoir, le conseil national de l’UPC a fait une recommandation tendant à demander au bureau politique national «  lorsque cette loi sera votée de mettre en œuvre des initiatives qui permettront de sauvegarder les intérêts du parti, mais aussi de continuer à travailler quelle que soit les circonstances à l’harmonisation de l’opposition politique au Burkina Faso  ». D’ailleurs, « qu’il y ait loi ou pas, rien n’empêche une opposition de s’organiser et qu’elle ne doit pas attendre une loi pour s’organiser », déclare Diabré.

Autre actualité, c’est la suspension de certains conseils municipaux dont l’arrondissement n°4 de Ouagadougou. Là, l’UPC dit avoir pris acte de la décision. Elle a surtout pris la résolution de repartir en campagne électorale dès lors que celle-ci va démarrer et d’apporter un soutien conséquent à ses différents candidats.

Mais, en attendant le renouvellement effectif des structures du parti pour affronter la présidentielle de 2015, le président de l’UPC appelle ses militants à redoubler davantage d’efforts, de courage, d’abnégation et d’engagement pour que les échéances électorales, quelles qu’elles soient, et que notre parti aura à affronter, se couronnent par des victoires éclatantes. Car, un parti vit et qui avance grâce à l’engagement de ses militants.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Messages

  • Qui voyage loin ménage sa monture,dit un adage et vous l avez fait vôtre.

    • On finit de gérer le 11 et le 13 décembre et on donnera la réplique à ce Monsieur à travers l’installation des sénateur et la fixation de la date du referendum. On ne fera plus que se défendre, On n’attendra plus pour faire des contrattaques. A partir de janvier, on offensera pour désorganiser la défense de l’opposition avant 2015. La politique c’est comme le football et c’est ce qui est intéressant bien sûr avec le peuple comme arbitre et non les internautes de Fasonet.

    • Ah bon, vous voulez changer les règles du football en pleine partie. Et, bien si l’arbitre, c’est le peuple, vous ne serez pas déçu du résultat. N’oubliez pas que le 13 décembre est un jour de deuil pour le peuple alors si vous voulez gérer cette journée, vous n’avez qu’à demander à vos potes de mettre en prison ceux qui ont tué Norbert ZONGO.

    • Le riche, vous agissez comme si le Burkina appartient au CDP, vous etes tellement habitue au pillage que vous ne vous faites pas de frontieres. J’ai un message pour vous, sachez que la vie est une roue. Si par hasard vous vous retrouvez un jour au mauvais cote, j’ai un ancien velo pour vous.

    • ah bravo voila un monsieur qui a un quotient intellectuel bas.qui nous sommes les internautes de fasonet ?ns sommes burkinabe en majorite.bref.cest domage de penser ainsi.le 13 dcembre et 11 dcembre sont des dates qui poursuivront mr blaise compaore et ses cmplices jusqu a leurs derniers jours sur terre.le refus de l installation du senat au burkina faso n est seulment pas de l opposition mais d une majorite de la population en temoignent les differentes manifestations.au vu de tout cela le CDP est conscient et sil s entetent a organiser ce referendum il connaitra sa pire honte de son existence.
      <>>

  • Un espoir incontestable pour le peuple mais en face, un parti au pouvoir bien enraciné qui ne fera pas de cadeaux. Mettez surtout l’accent dans les villages et ne négligez pas les médias à travers les émissions interactives qui sont aujourd’hui de vrais canaux de communication de plus en plus accaparés par les populations rurales. Aussi, intéressez vous aux problèmes quotidiens des populations pour maintenir la flamme allumée depuis les marches de contestations pour ne pas donner l’impression que vous vous battez seulement contre le sénat et l’article 37 mais aussi, pour les préoccupations de tous les jours des populations à la base. Bon vent

  • Courage et bonne change pour l’échéance de 205 !

  • expliquer aux population que lheure a sonner pour l alternance

  • Bravo Zephirin Diabré ! En un lape de temps tu t’imposes en leader incontournable, ton parti a un avenir promoteur, reste comme tu es et bon vent. IL te reste à bétonner tes engagements pour un Burkina émergeant avec l’appui des autres partis d’opposition en complicité avec le peuple qui attende avec impatience l’alternance en 2015. Un conseil, évite les barons déserteurs du CDP, des serpents pour la démocratie au Burkina, des fabricants de corrupteurs.

  • Ce qui m interesse et préoccupe et le peuple burkinabé c est l alternance et l article 37. Si 1 parti prend a coeur ces problèmes il est bien partis et nous peuple du Faso l aiderons à détroner ceux qui comptent reigner pour éviter la justice internationale, et mal gouverner. Vive l alternance, vive le changement.

  • Vous pouvez rêver, rêver et encore rêver ! C’est votre droit et c’est humain ! Mais sachez que le peuple burkinabè dans sa grande majorité n’est pas pour l’alternance en 2015. Mieux, notre peuple courageux souhaite instamment la modification de l’article anticonstitutionnelle qu’est l’article 37 actuel pour permettre à Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE notre Leader bien aimé, de poursuivre les immenses sentiers pensés et conçus et par Lui. Vive Son Excellence Blaise COMPAORE

    • Vous ne devez pas prendre notre constitution comme du papier toilette que l’on utilise et jette comme l’on veut. Vous ne pouvez pas changer tout le temps les règles en plein match de foot ball. Tu n’as même pas pitié pour la santé de Blaise pour qu’il puisse jouir dignement de sa retraite pour bien se reposer.

    • Cè koi tu appelles majorité ? Qui souhaite instamment la modification de l’article 37 ? C’est très grave de confondre CDP et peuple ! Et puis personne ne dit que l’article 37 est anticonstitutionnel. Certains disent plutot que c’est antidémocratique. C’est très différent !

  • Courage Mr DIABRE. On est avec vous jusqu’en 2015 et au delà

    • Voila le moment tant entendu , depuis notre naissance sous la revolution dont nous n’avons jamais vu de redressement depuis la mort du leader patriote tom sank.
      Il nous a envoyé un autre , Zeph. Osons affronter un nouveau vent avec lui.

      VIVE LE BURKINA, VIVE AFRICA

      Webmaster, tu l’auras lu

  • Pour une vrai compétition et une vrai démocratie, nous espérons qu’en 2015 le CDP présentera un candidat différent de Blaise et que l’ADF/RDA et les autres parti en présenteront également pour que le Burkina puisse vivre des élections à la hauteur de leurs aspirations. Nul n’est au dessus de la loi et nous devons tous la respecter en commençant par la loi fondamentale notre constitution. Notre constitution ne doit pas être un torchon. L’article 37 de notre constitution donne le pouvoir au peuple Burkinabè de juger nos dirigeants au moins après chaque 10 ans c’est pourquoi personne n’a le droit de changer ce article.

  • Vive l alternance, le parti politique qui est contre la mauvaise gouvernance, le sénat et la revision de l article 37, aura le soutient de la population. Vive le changement pour sauver le Burkina Faso.

    • L’alternance pour l’alternance n’est pas forcement une bonne chose . LE PLUS GRAND HANDICAP DE L’UPC et qu’il héberge en son sein des députés mal formés qui ont été surpris de se retrouver à l’hémicycle après les élections . L’autre grand handicap il est un libéral , avec lui les commerçants véreux risque de nous tuer pour de bon .

    • Vous avez peut être raison mais pour l’instant il nous faut l’alternance. Disons qu’on pourra vous choisir aux commandes. Mais de grâce, on ne veut pas un régime monarque au Burkina...

    • Et que dire des députés du CDP quasi analphabète et moutonniers ?

  • L’UPC doit s’inspirer de l’exemple de Macky Sall au Sénégal : S’organiser pour être crédible, former une large coalition programatique et parcourrir le pays profond pour battre campagne. S’implanter localement.
    Il est inutile de concentrer toutes ses forces sur la non modification de l’article 37. Rien ne pourra empêcher le PF et le CDP de tout faire pour refuser l’alternance. Ce combat est perdu d’avance mais doit être mené en paralèle pour maintenir la pression juste ce qu’il faut.
    Il faut donc se préparer à les affronter, si possible, lors d’élections surveillées par la communauté internationale.

  • Bonne chance le changement c’est maintenant
    Vive l’UPC

  • L’Alternance dans la continuité ne me semble pas quelque chose de profitable au peuple Burkina dans son état actuel. Le néolibéralisme prôné par l’UPC pour un pays où plus de 70% vit du secteur agricole n’est pas à encourager. Ce type d’alternance s’il a lieu ne fera que pérenniser le système COMPAORE où DIABRE en a beaucoup profité et profite toujours. Le peuple Burkinabè doit faire beaucoup attention. Il faut qu’il sache reconnaitre le bon grain du l’ivraie !!

    • Que proposes tu à la place du libéralisme ? Le socialisme ? Expliques ton programme socialiste et on verra si ça tient la route. Tu critiques le libéralisme sans nous dire l’alternative, parce que toi meme tu es conscient qu’il n’ya plus d’autre modèle alternatif. Avant, il y avait un modèle économique marxiste.De nos jours, aucun économiste ne propose iun modèle marxiste.Tous les économistes dits de gauche se contentent de dénoncer les méfaits et les excès du capitalisme, mais plus personne ne propose un modèle d’économie socialiste.t Si tu parles de socialisme ou de communisme, tu passeras pour un fou, tellement c’est archaique. Le communisme a échoué partout où les peuples l’ont adopté. Si c’était une bonne chose, on aurait encore aujourd’hui des pays socialistes.Or il n’yen a aucun ! Donnes nous un seul exemple de pays non libéral où les gens sont heureux.je paris que tu ne peux pas trouver.Tout pays que tu vas citer en dehors de la Corée du Nord se revèlera etre un pays libéral.Donc tu n’est pas sorti de l’auberge !

  • en 2015, je ne voterai pas pour le CDP mais non plus pour Diabré. On ne crache pas dans le plat dans lequel on a mangé. Cet homme qui pronne l’alternance est un ancien du CDP. Pour lui, c’est ces dernières années qu’il vient de se rendre compte(après avoir bien profité de ce régime laxiste et corrompu) que le régime ne travaille pas pour le peuple. Mais pour nous qui souffrons, ceci est un fait depuis le 15 octobre 1987. De plus, il s’entoure de soit disant intello(prof d’université) qui a leurs postes, refusent de laisser faire le jeux de l’alternance.
    J’attends toujours mon candidat pour 2015. Si je n’en trouve pas, que Compaoré reste, c’est encore mieux .

    • Mr l’anonyme, toi tu dois etre du CDP ou de la CGTB.Si tu souffres vraiment depuis le 15 octobre 1987, comment peux tu voter Blaise Compaiioré ? A la limite si tu ne veux pas de Diabré et que tu ne trouves aucun candidat à ton gout, absttiens toi.Tes propos t’on trahi. Tu dois etre sans doute un des supportres de sagnon Tollé qui ne veut pas que son ami Blaise quitte le pouvoir.

    • Il faut bien gouter l’aliment dans un plat avant de pouvoir dire qu’il est bon ou pas. un adage africain dit que quand le cïman sort de l’eau et idit que le patron de l’eau est malade, il faut le croire. Zéph connait très bien le régime ; c’est pourquoi, il veut le changement. Il serait hasardeux de se baser sur ça pour choisir son candidat. Si tu veux celui qui n’a jamais mangé dans le même plat que ce régime, tu n’en trouverra pas avant 2015.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés