Fête du 11 décembre : Dori au rythme des innovations

vendredi 29 novembre 2013 à 00h53min

C’est au tour de la région du Sahel d’accueillir cette année, la célébration tournante de la fête de l’indépendance de notre pays. Et à quelques jours de l’événement, la capitale de ladite région – Dori – vit au rythme des innovations : infrastructurelles, immatérielles, mais surtout festives.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Fête du 11 décembre : Dori au rythme des innovations

L’Etat central, la Commune de Dori et le privé, ces trois acteurs sont en passe de réussir d’une manière appréciable la réalisation des infrastructures prévues dans le cadre de la fête du 11 décembre prochain. Au-delà, c’est l’urbanisation de Dori, hissée au rang de véritable « ville à la burkinabè », qui présente de belles perspectives.

Dori compte aujourd’hui beaucoup de voies bitumées, de l’ordre de plus de 24 km ; même si l’on peut douter de la fiabilité de ces bitumes. De nouveaux bâtiments et autres cadres d’accueil aussi. La ville du député-maire, Hama Arba Diallo, dispose désormais de son « Ouaga 2000 » : cités des forces vives, bungalows de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Et à en croire le maire Arba Diallo, Dori ne connaît pas, depuis trois ans, de coupure d’eau. Elle bénéficie en sus, dans la réalisation des infrastructures du 11 décembre, d’un programme d’électrification qui coûtera 1,9 milliards de francs CFA.

Ville sahélienne, Dori est exposée à la sècheresse. Or, c’est une zone d’élevage par excellence. Et pour, à tout le moins, amoindrir le choc hydrique, une grande marre est en construction. Elle « fait les ¾ du tour de la ville de Dori » et intervient dans le «  cadre d’un programme ambitieux de 50 milliards de FCFA, pour aménager des abreuvoirs, une zone pour la pêche, pour les cultures maraîchères », précise le maire Arba Diallo. Et d’ajouter que ce programme « permettra de maîtriser complètement le problème de l’eau  ». Dori, c’est là également que le stade régional du Sahel est en construction. Et bientôt, il y aura la pose de la première de l’Université de Dori, si l’on en croit le Chef du gouvernement, Luc Adolphe Tiao.

Ce sont autant de réalisations qui justifient la présence d’un bout à l’autre de la ville de Dori, d’engins poids lourds de travaux publics qui gênent parfois les populations et les troupeaux. En tout cas, même ces troupeaux savent eux aussi, que quelque chose se passe dans la ville.

Les sites de ces différents chantiers donnent lieu à des restaurants par terre au bonheur des ouvriers, venus pratiquement tous, d’autres contrées. Mieux, les restaurants et débits de boissons au centre-ville ne désemplissent pas, depuis un certain temps.

Le contexte est vraiment celui d’un chamboulement globalement positif à plusieurs niveaux. « Ça bouge partout », comme dirait l’autre. Toute chose qui fait dire au gouverneur de la région du Sahel, Boureima Yiougou, que « la ville vit chaque jour au rythme des innovations ». A dire vrai, Dori est actuellement dans une dynamique d’urbanisation, et pas des moindres. Encore faut-il que ces infrastructures réalisées à coût de milliards perdurent pour les habitants de Dori, mais aussi pour des populations d’autres localités. En effet, Dori constitue un carrefour, notamment en matière de commercialisation du bétail et de la viande : le bétail en provenance du Niger et du Mali, transitent par là pour aller au Ghana, en Côte-d’Ivoire.

Le contexte actuel est aussi celui d’apports immatériels, cognitifs, aux citadins de Dori. Conférences sur le thème « Civisme et cohésion sociale : fondamentaux d’un développement durable ». C’est, en effet, ce thème qui est celui de la célébration du 53è anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. Un panel sur l’accès à l’eau et l’assainissement est aussi en perspective, à en croire le maire Arba Diallo.

Autant dire que la fête de l’indépendance est source d’acquis aussi bien infrastructurelles qu’immatérielles, nécessaires à toute société d’avenir. Reste à capitaliser ces acquis pour en tirer le maximum de profit.

Déjà, pour cette fête du 11 décembre 2013 dont quelques-unes des couleurs en prélude affichent soirée gala, spectacles à la salle polyvalente, exposition photos, le maire Arba Diallo dit inviter avec insistance, le reste du Burkina, tout comme les voisins nigériens et maliens, en ces termes «  venez, la fête sera belle ; venez voir ce que nous avons fait, venez voir ce que nous avons comme ambitions pour Dori, pour la région ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés