ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

jeudi 14 novembre 2013 à 01h23min

Camarades étudiantes et étudiants !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

En cette période difficile qui marque la fin des évaluations de la 1ère session de l’année 2012-2013 dans certaines Unités de Formation et de Recherche (UFR) de l’Université de Ouagadougou (UO), il devait être logiquement question de l’année 2013-2014. Cependant, c’est maintenant que certaines promotions de l’UFR/Lettres, Arts et Communication (LAC) viennent d’avoir leurs résultats définitifs de l’année 2011-2012. Face à cette situation académique chaotique qui a fini par plonger bon nombre d’étudiants dans le stress et l’angoisse du lendemain, la direction de l’UFR/LAC a pris la grave décision le 07 novembre 2013 de procéder au blanchiment technique de l’année 2012-2013 des promotions de Lettres modernes 2e, 3e, 4e année et d’Etudes anglophones 3e et 4e année. Cette même décision inique avait été appliquée en mars dernier en Sciences et Technologie (ST) pour les promotions 2010-2011 et 2011-2012. Notre structure avait clairement fait savoir que ce blanchiment technique ne saurait être la solution au retard car il s’attaquait à la conséquence et non à la cause. Nous avons donc prévenu qu’à cette allure, on assistera à d’autres blanchiments techniques comme on le constate aujourd’hui à l’UFR/LAC. C’est pourquoi nous avons exigé la suspension du système Licence-Master-Doctorat (LMD) en attendant de réunir les conditions pour son application.

Camarades étudiantes et étudiants !

Les étudiants de l’UFR/LAC vivent aujourd’hui la limite du supportable. Notre UFR à l’image de l’UO connait un tâtonnement dans la reforme LMD au détriment des étudiants. Contrairement à l’esprit du LMD qui veut que les semestres soient séparés, les étudiants ont toujours effectué les semestres simultanément. En outre, le flou demeure quant au sort des étudiants du système classique rattrapés par le LMD. Lorsqu’un chef de département n’affirme pas que les étudiants concernés doivent reprendre toutes les matières non validés dans le système classique peu importe si le module est validé ou non, c’est un directeur qui rassure qu’ils doivent tout simplement conserver la note du module si celui-ci est validé. Une telle situation est de nature à induire les étudiants en erreur, surtout qu’il peut arriver parfois que l’une ou l’autre autorité se dédise par la suite. Pour ce qui est de la dérogation, notre administration est jusqu’à présent incapable de clarifier la situation des étudiants rattrapés par le LMD. Selon KIEMA Alfred et ses collaborateurs, le choix serait laissé à la commission de dérogation qui pourrait en même temps qu’elle accorde la dérogation à un étudiant, exiger de lui de s’inscrire en régime salarié. Mais nous disons qu’aucun étudiant n’a pour le moment épuisé ses droits d’inscription dans le LMD (cinq ans pour le cycle licence) pour se retrouver en régime salarié.

Camarades !

Le grand retard que connait notre UFR a été à la base de l’exclusion de plus d’une centaine d’étudiants du bénéfice des allocations sociales de l’année 2011-2012. Le Fonds National pour l’Education et de la Recherche (FONER) a clos sa dernière session quand certains attendaient toujours d’effectuer les inscriptions administratives à la Direction des Affaires académiques, de l’Orientation et de l’Information (DAOI). Que des étudiants aient pu passer deux années sur le campus sans aide financière n’est point une préoccupation pour notre administration qui a opté, dans cette équation à multiples inconnus, de faire payer les frais du retard par les étudiants. Elle s’adonne actuellement à des programmations intenses et insupportables des cours et des évaluations, foulant au pied le protocole d’accord issu de la lutte de 2010-2011 à l’UFR. Ainsi des cours sont programmés de 7h à 13h et de 14h à 21h et les évaluations à partir de 13h ou 14h par moment. Une note du directeur adjoint invitant la scolarité à programmer les évaluations s’il le faut à 18h ou à programmer deux promotions dans la même salle pour des évaluations, serait à l’origine de cette pratique. En sus, le bain linguistique, vital pour les étudiants du département d’Etudes anglophones, qui a repris en 2011-2012 après plus de dix ans de suspension, grâce à de nombreuses luttes menées par la corporation, est en passe de ne pas être effectué cette année sous prétexte du retard. Pourtant, nul n’ignore les raisons profondes de ce retard qui se résument au manque criard d’infrastructures, d’enseignants et à la volonté manifeste de l’administration de saper la formation des enfants du peuple. Que dire quand une promotion, après avoir bouclé l’année, est obligée de patienter six mois pour avoir les résultats provisoires de la première session ?

Camarades étudiantes et étudiants de l’UFR/LAC !

Toutes ces préoccupations sus mentionnées ont fait l’objet de plusieurs échanges avec l’administration en vue de trouver des solutions justes et acceptables. Mais notre administration s’est toujours contentée, comme ce fut encore le cas à la dernière audience le 25 octobre 2013, de reconnaitre la pertinence des préoccupations soulevées par la corporation, sans pour autant daigner y apporter de satisfactions. Elle va même jusqu’à demander aux étudiants d’attendre l’année prochaine pour la résolution de ces préoccupations. Notons que la même chanson nous est servie depuis plus de trois ans et chaque année, c’est le même constat. Pendant combien d’années allons-nous continuer de porter ce lourd fardeau ? C’est examinant la situation que l’Assemblée générale extraordinaire du 31 octobre 2013 a fermement condamné l’attitude de l’administration qui frise le dilatoire et l’a appelée une fois de plus à se pencher sérieusement sur les justes préoccupations des étudiants de l’UFR. La Corporation ANEB de l’UFR/LAC voudrait saisir ici l’occasion pour prendre l’opinion publique à témoin de la situation chaotique des étudiants de l’UFR/LAC et mettre l’administration devant ses responsabilités. Par ailleurs, elle la tient pour seule et unique responsable d’une quelconque dégradation du climat social à l’UFR et invite d’ores et déjà les étudiants de l’UFR à resserrer les rangs et à rester prêt pour tout mot d’ordre que la présente situation commanderait de sa part.

Non au sabotage planifié de notre formation !

En avant pour la défense ferme de nos intérêts matériels et moraux !

Pain et Liberté pour le Peuple !

La Corporation et la délégation générale élue

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 novembre 2013 à 11:04, par afdiadmf.alzi@yahoo.fr
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    qu’est ce que le gouvernement attend pour detruire ce microbe du système educatif burkinabè. Franchement l’ANEB detruit l’avenir de nos chers étudiants.

    y’en a marre !

    Répondre à ce message

    • Le 13 novembre 2013 à 17:43
      En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

      ta réaction rappelle ce qu’on appelle le syndrome de Stockholm parceque le vrai microbe,le vrai assassin du peuple burkinabè et partant de notre système éducatif est bien ce gouvernement de corrompus,de voleurs qui se fiche du peuple mais comme il gouverne depuis plus d’un quart de siècle,inconsciemment tu es en empathie avec eux. il faut être maso pour condamner l’aneb tout en applaudissant ces criminels qui nous gouvernent. vive l’aneb,vive la jeunesse éclairée et à bas les soumis comme toi à moins que tu ne fasses partie de cette bande de criminels mais on vous aura un jour. inch allah

      Répondre à ce message

    • Le 13 novembre 2013 à 18:41, par aaeyimdi@yahoo.fr
      En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

      je constate que Afdiadmf ne comprend rien de ce que décrit l’ANEB !!!!!!!!
      Si tu penses que c’est faux, demande aux syndicats qui ne sont pas des microbes de dire si ça va à l’UO ou pas. Ici, ce n’est pas une question d’être pour ou contre le pouvoir, mais d’être honnête au moins une fois dans la vie.
      Y a t-il des promotions de 2011-2012 pendant cette année 2013-2014 ou pas ? Y a t-il des bacheliers qui attendent février pour commencer l’université ou pas ? Y a t-il des actions dans ce sens au niveau central du MESS pour trouver une solution au problème oui ou non ? Il serait bon que nous intellectuels, nous soyons conséquents au moins une fois dans notre vie ; sinon, on se la boucle.
      Courage à l’ANEB et bonne suite pour les actions de lutte. Toutefois, je vous conseille d’opérer des actions pacifiques d’abord, ensuite, vous tenez en témoin l’opinion avant de lancer des boycotts sérieux ( genre ville morte de 1966 qui a renversé Maurice YAMEOGO). Nous vous soutiendrons. Ce n’est pas une question d’être prêt ou pas pour le LMD mais une mauvaise fois des gens ( ce sera la même chose pour le budget programme en 2017 car, des personnes bien positionnées ne pensent pas qu’elles doivent leur position au peuple). La preuve, il y a des privés qui appliquent bien le système LMD au BF !!!!

      Répondre à ce message

    • Le 13 novembre 2013 à 20:55, par medes
      En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

      Il a tjrs tenté de la detruire mais en vain !Elle a le soutien des enfants du peuple !Sans elle ,pas evident que je sois medecin aujourdhui et que je sauve pas mal de gens sans reclamer sous !

      Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:04, par Uncitoyen
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Chers étudiants, je crois que malgré les mauvaises conditions d’études si vous vous mettez au sérieux vous pourrez réussir à avoir vos diplômes et quittez cette université. Vous ne pourrez jamais fin aux mauvaises conditions que vous vivez alors redoubler d’efforts et d’ardeur dans vos études et vous réussisserez. Les grèves récurrentes contribuent à votre échec.
    LMD est devenu une obligation que vous le voulez ou pas.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:09
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Les valets locaux de l’impérialisme persistent dans le sabotage de l’éducation des enfants du peuple burkinabè. En fils de cette nation, nous ne pouvons cautionner cette attitude irresponsable de l’administration de ladite UFR et par ricocher celles de l’université et du ministère de tutelle. Le peuple burkinabè vous soutient vaillant étudiants. Seul la lutte paye. Que le bon DIEU ouvre le cœur des autorités de notre pays à l’intérêt supérieur de la nation en les ramenant sur son droit chemin. Que DIEU protège le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:12, par Malgre Naaba
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Salut les jeunes frères ;

    Juste vous rappeler que les dépôts des dossiers pour bénéficier des allocations sociales (Aides et Prêts) ont été prolongés officiellement jusqu’au Mardi 20 Novembre à 17H00 par Le Fonds National pour l’Education et de la Recherche (FONER) ;
    Vous pouvez le vérifier à la source.

    Bon courage à vous et soyez objectifs

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:22, par DUOLO
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Nous parents d’élèves et étudiants vous soutenons dans cette juste lutte. Les enfants des pauvres ne doivent aucunement payer les frais de l’incompétence de ce régime qui par ailleurs envoie ses enfants aux USA, Canada, Europe, etc. Quelle honte pour les intellectuels de ce pays qui jadis étaient intègres et solidaires ! Mon pays va mal, de mal en mal, de jour en jour, mon pays va très mal dit un chanteur. Que Dieu nous sauve.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:29, par Inch Allah
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Eh mon Dieu et dire que c’est l’avenir de nos proches qu’on sacrifice comme ca... C’est encore l’enfant du pauvre qui empati.Je pense que tout le peuple burkinabé doit se lever pour se battre pour des meilleures conditions de vie et d’études pour nos étudiants de UO.ca urge plus que le sénat

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:36, par le neveu
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    le LMD, l’UO ne s’est pas aussi préparée comme l’a fait l’UO2. meme avec tout, l’UO2 est toujours hésitante. la 1ere condition du LMD c’est d’avoir une année normale et avec de petits effectifs pour tester. je proposerai que l’on mette tout le monde en stage : revenir sur l’ancien système de partielle en Fevrier et examen. le maitriser et glisser dans le LMD.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:41, par Katoo !
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Camarade !!!! tu prêches dans le désert ! ces autorités dont tu fais cas ont déjà fini de dépenser les sous alloués à la mise en œuvre de cette réforme, c’est à dire que les prêts contractés pour la construction d’infrastructures, d’achats de matériels informatiques et pour la formation des enseignants ont déjà été dépensés, (que dis-je !) détournés tout simplement ! donc demander à ces derniers de suspendre le LMD c’est demander au soleil de ne pas se lever demain matin.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:54
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    oh oh c’est commence encore à LAC. Que voulez-vous enfin ! C’est la même corporation qui a mis toute l’UFR dans ce pétrin. Alors, au lieu de tenir les autres pour responsables, qu’en est-il de vos propres responsabilités devant cette situation ? Qu’avez-vs fait pour éviter ce que vous rejetez. Quelles solutions proposez-vous à l’administration de l’UFR/LAC. Au lieu de toujours pondre des déclarations, merci de nous publier des propositions détaillées qui viennent des étudiants vous-mêmes pour résorber le retard. Cela permettra aux lecteurs de faire une lecture comparée des deux propositions avant de vous donner tord ou raison. Sinon à chaque fois rejeter ce que l’administration propose, c’est comme si vous avez des solutions clés en main. Pour une fois, on réfléchi à des solutions pérennes et réalistes et vous vous mettez à tout rejeter. Pensez-vs que sans blanchiment technique des promotions des départements qui n’ont pas encore commencé l’année 2012-2013, que peut-on faire pour rattraper ce retard ? Même en suspendant le LMD, pensez vous qu’avec les effectifs actuels on peut rattraper le retard accusé. Si vous vous entêtez pour lancer des grèves illimitées, vous verrez pire que ça à l’UFR/LAC.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 12:06, par De Balzac
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    oh oh c’est commence encore à LAC. Que voulez-vous enfin ! C’est la même corporation qui a mis toute l’UFR dans ce pétrin. Alors, au lieu de tenir les autres pour responsables, qu’en est-il de vos propres responsabilités devant cette situation ? Qu’avez-vs fait pour éviter ce que vous rejetez. Quelles solutions proposez-vous à l’administration de l’UFR/LAC. Au lieu de toujours pondre des déclarations, merci de nous publier des propositions détaillées qui viennent des étudiants vous-mêmes pour résorber le retard. Cela permettra aux lecteurs de faire une lecture comparée des deux propositions avant de vous donner tord ou raison. Sinon à chaque fois rejeter ce que l’administration propose, c’est comme si vous avez des solutions clés en main. Pour une fois, on réfléchi à des solutions pérennes et réalistes et vous vous mettez à tout rejeter. Pensez-vs que sans blanchiment technique des promotions des départements qui n’ont pas encore commencé l’année 2012-2013, que peut-on faire pour rattraper ce retard ? Même en suspendant le LMD, pensez vous qu’avec les effectifs actuels on peut rattraper le retard accusé. Si vous vous entêtez pour lancer des grèves illimitées, vous verrez pire que ça à l’UFR/LAC. Par contre, pour les étudiants qui ont été rattrapés par le système LMD, ils doivent conserver les acquis pour restez conforme à l’esprit du LMD et la Vice-présidence chargée des Enseignements et des Innovations pédagogiques VP/EIP doit prendre une note formelle pour toutes les UFR de l’UO sur cette question. Les étudiants doivent prendre attache avec la présidence pour cela et que la question soit résolue une fois pour toute. M. le président de l’UO, il ne faut pas faire une fuite en avant. Gouverner, c’est assumer, surtout à temps. IL faut trancher sur cette question avec les enseignants le plus tôt possible, même s’il faut convoquer un Conseil de la Formation Universitaire et de la Vie Universitaire (CFVU) spécial à cet effet.

    Répondre à ce message

    • Le 13 novembre 2013 à 12:48, par Nazinon
      En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

      apparemment toi tu as lu en diagonale la déclaration de la corporation qui est pourtant très claire ! les problèmes posés son suffisamment claire et les démarches entreprises le sont aussi ! et selon la déclaration l’administration ne nie pas la pertinence des problèmes posés. Maintenant c’est quelles solutions toi tu veux que la corporation apporte ? ce ’est elle dirige l’administration en ce que je sache ! le crime de la corporation serait de ne pas soulever les problèmes et leurs causes ! maintenant c’est à l’administration de trouver les idoines et diligentes afin de permettre aux étudiants de poursuivre sereinement leurs formations.

      Répondre à ce message

    • Le 13 novembre 2013 à 12:57, par kaf
      En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

      Quelles propositions ? Je vous informe que dans certains UFR comme SH précisément en géographie, ils n’ont pas encore fini les cours de S5 débutés depuis avril 2013. Depuis octobre jusqu’au 13 novembre 2013 même un seul cours de 25h n’est pas terminé. On programme des enseignants qui viennent pas. C’est exemple parmi tant d’autres à l’UO. Est ce que ce sont les blanchissements techniques qui feront rattraper ce retard ? Echanger avec les délégués de promotion et les chefs de départements vous comprendrez. On peut programmer un cour de 25h durant 2 semaines, l’enseignant va le faire durant 2 mois. Est ce que avec ce comportement on peut rattraper l’année ? SVP renseignez vous bien sur cette question de l’UO.

      Répondre à ce message

    • Le 13 novembre 2013 à 15:18
      En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

      des gens sont payes pour ces solutions dont tu parles.s’ils sont incompetents,qu’ils demissionnent et les enfants du peuples les remplaceront

      Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 12:37, par kaf
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    courage à vous. Ne dormez pas si non l’université sera du chaos les cinq années à venir

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 12:38, par Yissôjentchi
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Fallai s y attendre.inéluctablemen le blanchiment dit technique va ètre appliqué a toute les UFR.pour ce faire l on devais se mobiliser pour dire non au blanchiment techniqe appliqué aux étudiants de ST (Science et Technologie).courage tout de mème

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 13:37, par HI
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Analyse assez pertinente de la situation qui prevaut à l’université en général et à l’UFR-LAC en particulier. Loin de réagir au message du précedent, et me mettant à la place des Etudiants, Il faudrait d’abord une politique de motivation réelle des enseignants-chercheur (augmentation notable de leur salaire) car c’est la grève qui a conduit à tout cela. Je suis persuadé qu’une grève des enseignants pour une amélioration de leur condition de vie et de travail dans les periodes à venir sera très lourde de conséquence.

    Les etudiants n’y sont pour rien. A l’état d’assumer ses responsabilités et de gerer au mieux les consequences

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 13:46, par trillionaire
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    j’ai rien contre le étudiants mais si c’est pour encore sortir et brûler des véhicules fond rouge, fond bleu ou fond vert, si c’est pour sortir brûler des pneus sur la voie publique et endommager le bitume si chèrement acquis, si c’est pour encore une fois saccager des hangars de la sotraco ou des commerces, si c’est pour après vouloir échapper a la justice parce qu’on a dégrader des biens publics ou privés, de grâce restez dans votre campus. Tout le monde au Faso a des problèmes, mais tout le monde ne brûle pas pour autant

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 14:04, par La Bouche du frusté
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Un système LMD mort-née. conséquence, nos enfants vivent une période de misère dans cette université qui jadis faisait la fierté du BURKINA FASO.
    On veut les faire boire une soupe dont on ne connait pas (parfaitement) la composition. aujourd’hui, on s’étonne de l’émotion sur leur visage et de leurs agissements. Les bonnes universités savent qu’on ne peut pas faire subir 13h de cours magistral ( avec seulement 1h de pause ) aux étudiants en une journée.
    On les connait tous les problèmes de l’UO (manque d’enseignants, de salle de cours, etc...) et leurs résolutions demandent de gros moyens et un veritable sens de responsabilité de nos autorités. Qu’ils arrêtent d’appliquer des "anesthésie locales" (en jouant sur l’augmentation du FONER) parce que tôt ou tard la douleur finis par se faire ressentis.
    NB : aucun étudiant n’est près à hypothéquer son année scolaire pour une augmentation de 25000 FCFA sur son FONER. alors réfléchissez encore mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 14:15, par HI
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Analyse assez pertinente de la situation qui prevaut à l’université en général et à l’UFR-LAC en particulier. Loin de réagir au message du précedent, et me mettant à la place des Etudiants, Il faudrait d’abord une politique de motivation réelle des enseignants-chercheur (augmentation notable de leur salaire) car c’est la grève qui a conduit à tout cela. Je suis persuadé qu’une grève des enseignants pour une amélioration de leur condition de vie et de travail dans les periodes à venir sera très lourde de conséquence.

    Les etudiants n’y sont pour rien. A l’état d’assumer ses responsabilités et de gerer au mieux les consequences

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 14:56, par Toto
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Dommage que le régime actuel soit plus préoccupé par comment prolonger son bail que par le sort de l’Université et de ses étudiants et enseignants qui l’empêchent par moment de manger et dormir tranquille.
    L’université est morte car les autres UFR ne sont pas mieux loties que l’UFR-LAC.
    C’est vraiment triste !!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 13 novembre 2013 à 19:01, par Vraiment !!!!!
      En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

      Je te soutiens Toto. Pendant que la communauté internationale court à notre secours pour sauver ce que l’on peut dans cette maudite d’université (parce qu’elle sait que sans élite, la gouvernance sera dure et que sans université, il n’y aura pas une bonne élite), la préoccupation de nos premiers responsables, surtout au niveau du MESS, c’est manger, manger et encore profiter pour manger.
      Tenez : Pour les Etats généraux de l’Enseignement supérieur, un partenaire a promis plus de 90 millions de F CFA (Tenue et mise en œuvre de recommandations) mais l’argent est venu en retard pour des questions de procédures. Pendant les Etats généraux, il a été promis à l’Equipe technique des compensions dès que l’argent de ce bailleur serait arrivé. Mais, l’argent est là depuis au moins trois mois. Ce que OUATT Mouss et son DAF MILLOGO ont trouvé comme technique, c’est payer les membres du comité technique qui réclame leur part. Pour le reste, ils sont entrain de bouffer leur argent, allègrement pendant que des techniciens demandent du soutien pour mieux investiguer dans ce merdier et proposer des solutions pérennes.
      Donc, manger pour ce ministre et son DAF reste logique, même sans résultat dans leur action. Pendant que les acteurs élaborent le PNADES sans prise en charge, les deux sus-cités fabriquent des facteurs pour pouvoir finir les 90 millions du partenaire afin d’envoyer les pièces à temps. Vivement que ç a change. L’ASCE pourrait bien vérifier cette info.

      Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 17:10, par panga
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Merci à l’Opposition et à l’ANEB.

    Nous peuple intègre du Burkina, nous disons non au SENAT et à la modification de l’article 37.

    Nous restons toujours mobiliser pour la lutte quelque soit sa forme pourvu le Senat ne voit pas le jours et que l’article 37 reste t-elle.

    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 17:20, par panga
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Merci à l’Opposition et à l’ANEB.

    Nous peuple intègre du Burkina, nous disons non au SENAT et à la modification de l’article 37.

    Nous restons toujours mobiliser pour la lutte quelque soit sa forme pourvu le Senat ne voit pas le jours et que l’article 37 reste t-elle.

    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 18:48, par le maître
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    vous avez raison les enfants. j’ai été indigné par une situation à l’université de Koudougou où un professeur a appelé ma fille pour lui faire la cour afin de lui donner les épreuves de la session et le corrigé. c’est une situation que moi je ne laisserai pas passer. il faut que l’on prenne l’avenir de la jeunesse du Burkina au sérieux. Les présidences des universités, les enseignants et le gouvernement s’amusent avec vous parce que nous vos parents n’avons pas le moyens de vous envoyer dans des écoles renommés. j’attends de formaliser les preuves et je vais publier sur Youtube et sur le faso.net. du courage vous n’êtes plus des petits pour que l’on joue votre avenir dans devant des verres de champagne.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 19:11, par L’INCONTOURNABLE
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    camarades en avant pour nos conditions de vie !
    en avant pour nos conditions d’études !
    en avant pour notre avenir !
    en avant pour la justice au campus !
    en avant pour notre pain !
    camarades vérité et justice pour les enfants des pauvres !

    N’ANLARA ENSARA !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 21:45
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Et si mon fils était parmi vous ? J’ai pitié mais tant qu’il y’ a la vie, il y’ a l’espoir

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2013 à 06:15, par Allelliua
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Il y a aussi le cas des étudiants en master Interpretariat et Traduction qui se ont constaté que l’administration les a forcé à quitter des salles confortables au bâtiment de l’Ex CIEH vers des salles exigues de la DPU. Quel cynisme de la part du Directeur de l’UFR sur injonction des plus hautes autorités de l’état. Je rappelle les fortes sommes d’argent versés par ces étudiants pour la scolarité. Les cours, la documentation sont bradés. Pauvre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2013 à 08:25, par CHRIS
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    C’est terrible que certains croient toujours que ce sont les autres qui sont manipulés et manipulables et non eux ; le problème n’est pas d’être contre ou pour l’aneb, juste une question d’honnêteté intellectuelle : Combien de dignitaires de ce régime moribond ont-ils encore leurs enfants sur nos campus ? Et ce serait l’aneb qui serait la cause de cet ’’exode doré" dans les grandes universités du Nord ?
    Il est temps que certains se ressaisissent et se taisent pour ne pas encore continuer à insulter des gens qui, probablement sont plus instruits et mieux éduqués que ces farfelus de ’’diseurs de vérité’’.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2013 à 08:38, par tizayele
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Quand vous avez été étudiant à l’UO avant les années du PAS, vous avez les larmes au yeux quand vous refaite un tour dans cette même UO. Il n’ y a pas de mot pour qualifier cette situation.
    Honte au professeurs qui cautionnent cette dégradation des conditions d’études. Pour eux le mot "dignité" n’a plus sa place dans leur vocable.
    Mes frères, courage et persévérer !
    C’est ce que je peux vous apporter comme appui.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2013 à 09:01, par pheno
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    Fo bien lire la déclaration des Jeunes frères, ils n’ont dit nul part que la session de réception des dossiers pour l’aide et le prêt FONER de 2012-2013 est close. Ils ont dit que le FONER a clos sa dernière session de 2011-2012 alors que des étudiants n’étaient pas encore inscrits à l’UFR/LAC. Par conséquent ils n’ont pas eu d’allocations. Donc sa fait deux ans que ces étudiants ont trimé sur le campus sans la moindre aide financière. et ça, ça ne se discute pas Tout le monde le sait à l’UFR y compris l’administration. Et même cette année, les inscriptions prennent fin le 15 novembre alors que jusqu’à présent il ya des problèmes de relevés qui se posent.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2013 à 22:28, par Newton
    En réponse à : ANEB : Déclaration de la Corporation et la Délégation générale élue de l’UFR/LAC sur la situation dans leur UFR

    L’ANEB qagnerait en donnant l’information juste aux étudiants plutôt qu’en créant une psychose aux fins de gagner la sympathiede l’opinion publique et l’adhésion des étudiants. Comment des étudiants responsables peuvent-ils refuser l’intensification des cours et des devoirs et s’étonner que l’on soit en retard. Quand on est en retard on se dépêche. Cela relève du bon sens. L’ANEB oublie aussi qu’elle a bloqué les activités académiques et pédagogiques pendant plus de quatre mois de novembre 2010 à février 2011. Qu’elle ne s’étonne pas aujourd’hui de ce qui prévaut à l’UFR/LAC. Et il est temps qu’elle arrête de penser que les enseignants ne se soucient pas d’es conditions de vie et de travail des étudiants. Les enseignants de l’UO vivent les moments les plus difficiles de leur carrière. Certains sont au bord du surmenage et de la dépression

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés