Promotion du leadership féminin : Les partis africains de la gauche interpellés

lundi 11 novembre 2013 à 23h27min

La fin des travaux du comité des femmes de l’ALNEF a été assortie de cinq recommandations rendues publiques le 9 novembre 2013 à Ouagadougou. Qualifiées par le vice-président du PSD/Metba, Etienne Traoré, de pertinentes propositions de stratégies, ces recommandations visent à terme, à mobiliser davantage les directions des partis membres de l’ALNEF autour de la promotion du leadership féminin en politique.

Promotion du leadership féminin : Les partis africains de la gauche interpellés

Dans le cadre de la rencontre de 48 h du comité des femmes de l’ALNEF, les participantes ont fait un tour d’horizon sur l’état des lieux de la responsabilisation et de l’implication politiques de la femme en Afrique. Aux obstacles identifiés, des propositions permettant de les surmonter ont été faites.

Mieux, des recommandations ont été arrêtées à l’attention des structures dirigeantes des partis et formation politiques africains de la gauche. Ces recommandations se rapportent à :
- l’instauration de la parité entre hommes et femmes sur le plan politique ;
- l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies de mobilisation et de recrutement des femmes au sein des partis politiques ;
- la mise en œuvre d’activités de formation et de sensibilisation des femmes en Afrique pour l’émergence d’un véritable leadership féminin ;
- la responsabilisation des femmes au sein des structures dirigeantes des partis et le positionnement avantageux des femmes sur les listes de candidats ;
- la promotion du leadership féminin au niveau local, à la base.

La mise en œuvre de ces recommandations permettra, espère la malienne Orokia Sanogo, membre du bureau politique du parti SADI (Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance), de lutter contre des pratiques néfastes aujourd’hui, dont l’achat de conscience très répandue au sein de la gente féminine. L’instrumentalisation de la femme à des fins politiciennes s’en trouvera aussi amoindrie, de l’avis de Mme Sanogo. Et c’est, selon elle, un vrai leadership de la femme africaine qui en découlera.

Pour la sénégalaise Ndeye Khady Ndiaye, la bataille doit se poursuivre pour plus de présence de la femme sur l’échiquier politique en Afrique. Déjà, relève M. Ndiaye, l’espoir quant à l’instauration véritable et totale en Afrique, de la parité homme/femme dans le cadre de positionnement pour des échéances électorales, est néanmoins permis au sortir de cette rencontre. C’est du moins, le cas au Sénégal, même s’il y a encore des flottements dans la pratique. Au Burkina, l’on est encore dans le souhait que désormais, « toute liste de candidats qui ne respecterait le quota genre, soit purement et simplement rejetée ».

Et pour Etienne Traoré, vice-président du PDS/Metba, cette rencontre de Ouagadougou a accouché de propositions de stratégies qui s’inscrivent en droite ligne de la ferme volonté de l’ALNEF de promouvoir le leadership féminin en politique. Ces propositions seront, à en croire le Pr Traoré, examinées à la prochaine Assemblée générale de l’ALNEF, prévue pour se tenir à Dakar au Sénégal.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Lien utile : Participation de la femme en politique : Le coup d’accélérateur du Forum du réseau de la gauche africaine (ALNEF)

Vos commentaires

  • Le 12 novembre 2013 à 08:19, par revolutionaire En réponse à : Promotion du leadership féminin : Les partis africains de la gauche interpellés

    hier jai ecouté l’interviews de madame sanogo qui defendait le capitaine bombarde géneral son parent moussa sanogo.c’est decevant qu’une femme politique qui se dit engage defende ceux la qui on permis une avancer des rebelle du MNLA a prendre plus de la moitié du territoire malien arès le coup d’etet de mars 2012. les femme de kati ont marché parce que leur mari sur le front etait mal equipé.Sanogo a justifié son coup d’etat comme quoi le président toumani toure ne réagissait pas face au MNLA. Mais a t’il fait quelque quand il etait a la tete du pays face au MNLA ?la france meme si moi j’aime pas sa politique en afrique abien fait d’intervenir au mali pendant que les africains passait leur teps a bavrder de sommet en sommet.aujourd’hui la carrière militaire de sanogo est fini car les galons se mérite et c’est de la que vient le respect de la troupe.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2013 à 17:00, par Luc de Belloy En réponse à : Promotion du leadership féminin : Les partis africains de la gauche interpellés

    Promouvoir le leadership féminin en politique peut être un cadeau pour le monde entier.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2013 à 19:07, par MKONE En réponse à : Promotion du leadership féminin : Les partis africains de la gauche interpellés

    L’approche générale suivante peut être adoptée pour décrire une liste des caractéristiques nécessaires à un leadership réussi : agent de changement :inspiré, qui prend des risques, énergique, décisif, convaincant courage de gestion courageux, tire des leçons de ses échecs, résistant, plein de ressources capacité de leadership intelligent, capable de leadership, concepteur d’équipes, bien informé, visionnaire, penseur stratégique orienté vers les résultats proactif, diligent, logique, politiquement astucieux, orienté vers l’action, attentes élevées, orienté vers la réussite
    L’absence remarquée de femmes aux postes de direction soulève la question de la mise hors-jeu des femmes, malgré les changements positifs intervenus pour les femmes sur le lieu de travail et dans la société
    Mais qu’entend-on par leadership ? Fournir une définition précise n’est pas possible. Cela peut regrouper plusieurs choses, comme l’exercice d’une influence, un effet d’interaction, le centre de processus de groupe ou une relation de pouvoir. le leadership implique le fait d’être à la tête d’autres personnes de multiples façons. Il consiste à influencer, motiver, organiser et coordonner d’autres travailleurs. Un contrôle autoritaire des travailleurs de la connaissance peut réfréner l’innovation et la créativité. Dès lors, il est nécessaire de trouver de nouvelles approches pour le leadership. Et il est vrai que de nos jours, plus les travailleurs de la connaissance sont interconnectés et interdépendants, et plus ils ont besoin d’un leadership partagé et collectif.
    L’approche genre permet d’examiner la position particulière des femmes et des hommes dans les secteurs : économique, socio et politiques
    L’analyse genre, permet de montrer en quoi des rapports non-égalitaires peuvent être facteurs de blocage pour le développement.
    Par exemple, dans l’agriculture quand la moitié d’une communauté est exclue de l’utilisation des facteurs de production c’est la capacité de développement de la communauté est hypothéquée
    Le changement social est un phénomène collectif, impliquant une modification de l’organisation sociale dans sa totalité ou dans certaines de ses composantes, y compris les valeurs sur lesquelles repose cette organisation.
    Guy Rocher (1968) parle de « toute transformation observable dans le temps, qui affecte d’une manière qui ne soit pas que provisoire ou éphémère, la structure ou le fonctionnement d’une collectivité donnée et modifie le cours de son histoire ».
    Aucune société n’est figée et que même si l’on n’en prend pas conscience, la société bouge du fait des conditions de vie économiques et sociales.
    accéder aux nouvelles technologies et avoir la maîtrise des changements qui s’opèrent dans les techniques de production, d’organisation et de maîtrise des ressources humaine.
    En cette période de mondialisation et de globalisation de l’économie et de l’excellence, le monde est devenu un marché unique ou seuls les plus compétents ont leur place.
    Les défis à relever sont énormes, ils ont pour noms : éducation, santé, agriculture, infrastructure etc
    Construction de concepts et théorie,
    Remise en question de certaines méthodologies de recherche en sciences sociales.
    Elaborer les bases théoriques et produire les outils scientifiques nécessaires dans le processus de transformation sociale en Afrique.
    Refuser d’être des consommateurs de concepts et de théories nous devons l’engendrer
    - Les Français ont inventé le féminisme
    - Les anglophones d’Amérique ont inventé le genre
    - L’Afrique sera peut être le précurseur d’un nouveau
    paradigme à naître ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2013 à 11:42, par dao En réponse à : Promotion du leadership féminin : Les partis africains de la gauche interpellés

    je voudrais être situé sur une question : à quoi sert la parité en politique dès lors que la politique c’est d’abord la confrontation des idées ? quelle difference y a -t-il entre un homme politique et une femme politique ? quelle difference entre un homme et une femme du même parti politique ? quelle difference entre deux partis dont l’un a 12 femmes à l’assemblée et l’autre 12 hommes ? je ne demande qu’à comprendre !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés