Conseil présidentiel pour l’investissement : Des recommandations au gouvernement pour booster le climat des affaires au Faso

vendredi 8 novembre 2013 à 00h34min

La quatrième session du Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI) au Burkina Faso s’est tenue jeudi 7 novembre 2013 à Ouagadougou, sous la présidence de Blaise Compaoré. Cette session a enregistré la présence de la vingtaine de membres dudit Conseil, ainsi que d’autres personnalités du monde des affaires.

Conseil présidentiel  pour l’investissement : Des recommandations au gouvernement pour booster le climat des affaires au Faso

La tenue régulière des sessions du Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI) fait partie des priorités majeures du gouvernement burkinabè dans sa quête de performances des stratégies de développement. C’est du moins, ce qui ressort du discours de son président, Blaise Compaoré, prononcé à la cérémonie d’ouverture de cette quatrième session de l’instance suprême du management du climat des affaires au pays des hommes intègres.

Ladite session – la quatrième – s’est penchée non seulement sur la création et la promotion des sociétés d’investissements, mais aussi sur le développement quantitatif et qualitatif des zones et des sites d’accueil d’investissements industriels, agricoles et divers.

L’occasion a donc été celle pour les investisseurs et les autorités politiques du Burkina avec à leur tête le président du Faso, d’échanger sans complaisance autour de l’état réel à ce jour, du climat des affaires dans notre pays. Mieux, elle a permis aux différents acteurs de formuler d’importantes recommandations à l’endroit du gouvernement. En effet, le communiqué final de la session recommande :
-  la mise en place d’un cadre législatif, règlementaire et fiscal fortement incitatif pour le développement d’un secteur de Capital Investissement au Burkina Faso ;
-  La création d’un fonds dédié à la promotion de Sociétés d’investissement (SI) privées et d’une industrie de Capital investissement destinée au financement des PME/PMI burkinabè ;
-  le soutien à la politique de promotion d’une culture et d’une pratique de production, d’organisation, de partage et de diffusion d’informations fiables sur les entreprises, les marchés et l’environnement économique ;
-  le renforcement de la sécurité judiciaire et de la protection des investissements ;
-  la conduite sur la base d’un partenariat public/privé, de la mission de promotion, de création et de gestion des zones industrielles et des sites d’activités économiques spécifiques par des structures juridiquement autonomes.
-  La rationalisation de l’occupation des zones existantes et l’accélération de l’aménagement et de la viabilisation des sites industriels en cours ou en projet dans les centres urbains de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso, et dans les agropoles (Bagré, Sourou, Samendeni) ;
-  L’identification et l’aménagement de nouvelles zones industrielles viables et attractives dans les principaux centres urbains secondaires ;
-  L’élaboration et la mise en œuvre des schémas de zones économiques spéciales (zones franches industrielles).

En sus, le CPI a insisté sur la nécessité de mettre un accent particulier sur le renforcement de l’offre énergétique. Autre nécessité retenue, c’est la planification des ressources humaines dans la perspective de les mettre en adéquation avec les besoins du secteur privé. Aussi est-il nécessaire pour le Burkina, selon le communiqué final, «  d’enclencher une deuxième génération de réformes sur l’environnement de l’investissement en vue de mieux accompagner la mise en œuvre de la SCADD (ndlr : Stratégie de croissance accélérée et du développement durable)  ».

C’est une session qui a pris fin à la satisfaction apparente des participants. En tout cas, c’est l’impression qui se dégage de l’appréciation (nous y reviendrons) que certains d’entre eux ont faites.

Du Conseil présidentiel pour l’investissement

Le Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI) a vu le jour par décret présidentiel en date du 19 novembre 2007. Composé de 30 membres (nationaux et étrangers), le CPI est un organe consultatif présidé par le président du Faso. Il s’attèle à donner, par ses réflexions et recommandations, une impulsion à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques les plus appropriées pour stimuler l’investissement et la croissance.

Il a tenu sa première session en novembre 2009, la deuxième en mars 2011 et la troisième en mai 2012.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés