Formation technique et professionnelle à Bobo : Un centre construit grâce à l’argent de la bière

vendredi 8 novembre 2013 à 00h33min

Economiser l’argent des verres de bière pour construire un établissement semble être improbable au Burkina Faso. Et pourtant, c’est ce qui a permis à des étudiants hollandais de financer la construction d’un des établissements de formation professionnelle les mieux équipés de la ville de Bobo-Dioulasso en l’occurrence le Centre de formation technique et professionnelle (CFTP/MOET).

Formation technique et professionnelle à Bobo : Un centre construit grâce à l’argent de la bière

Il était 11 h 30 mn quand nous arrivions ce lundi 04 novembre 2013 au Centre de formation technique (CFTP/MOET), sis au secteur 11 de Bobo-Dioulasso. A vue d’œil, il n’y a rien à dire sur l’équipement. Sans être un expert on est vite impressionné par les installations. De la section menuiserie bois en passant par la construction métallique, la mécanique générale et la mécanique automobile, tout est en place. Tout comme les enseignants et les apprenants. Occupés les uns à donner des instructions et les autres, à exécuter. Enseignant et gestionnaire du centre à l’absence du directeur, Evariste Nahini guide une visite des lieux. Il explique minutieusement la vocation professionnelle de l’établissement. Avec 80% des apprenants dont les scolarités sont prises en charge, le CFTP/MOET n’excède pas le nombre de 20 élèves par classe. Ce nombre, à entendre Magini, permet de suivre les enfants et de leur donner une véritable formation professionnelle. Car en plus de la théorie, cet établissement compte se démarquer des autres en mettant l’accent sur la pratique et les exercices professionnels.

CFTP/MOET, le fruit d’une chaîne de solidarité

Jeune « M’binguiste » (africain résident en Europe dans le jargon ivoirien), Moctar Amadou Saramatao faisait face à des sollicitations à chacun de ses voyages au pays. Privilégiant les cas scolaires, il a opté de prendre en charge la scolarité de quelques enfants. Nous sommes en 1998 et Moctar se retrouvait déjà avec 13 enfants sous les mains. La même année, madame Saramantao née Francesca berkvens faisait un tour au Burkina. De façon inopinée elle tombe sur le dossier des enfants pris en charge par son mari. Sa première question se résume à ça « Est-ce que tu pourras tenir à ce rythme ». Solidaire avec son mari, elle lance une campagne de souscription à son retour au Pays-Bas. Dans la même année 1998, 25 bourses sont obtenues. Heureusement pour les Burkinabè et pour les Bobolais en particulier, sur initiative de madame Saramantao, l’Association Vive l’initiative va être créée en Hollande. Son répondant au Burkina « les amis de Vive l’amitié » est d’office créée. Depuis, des centaines d’élèves et d’étudiants bénéficient des bourses d’études.

La genèse du CFTP/MOET

Vive l’initiative et les amis de vive l’initiative ont permis aux Hollandais et à leurs répondants burkinabè de venir en aide à des centaines d’enfants. Mais une chose est d’inscrire un élève dans une école et une autre est de lui donner des conditions supportables pour travailler. Percevant des difficultés (très souvent familiales) de certains élèves pour émerger, Moctar Saramantao va murir l’idée d’une école professionnelle avec tous les accompagnements possibles. En espace de quelques mois ce projet qui comptait initialement 22 filières d’études s’est retrouvé sur la table du consul Freek Warmeling. Tout en étant d’accord avec l’idée, Freek Warmeling trouve tout de même le projet exorbitant. Néanmoins, il promet de faire son mieux. Puis disparaît pour 6 mois

Des étudiants de l’université d’Amsterdam se privent de la bière pour construire le centre

De retour à Amsterdam, le consul Freek Warmeling partage le projet de construction du centre avec son fils Allar Warmeling. Séduit, le jeune homme en fait une affaire personnelle. Avec des amis ils vont mettre en place une fédération de 1250 étudiants de l’Université d’Amsterdam (Universtjit van amsterdam en hollandais). Après analyse du projet, la fédération demande à Moctar Saramantao de réduire considérablement sa vision du centre. De 22 filières, celui-ci revient donc à 4 filières d’études pour son centre de formation. Le projet revu et soumis aux étudiants, Allar Warmeling et ses promotionnaires vont plancher sur le mode de financement. Finalement, ils optèrent pour se priver d’au moins un verre de bière (1, 5 euro le verre) par mois et par étudiant. En quatre mois, ils ont pu réunir 45 millions de Francs CFA. Il est alors demandé à Moctar Saramatao de trouver les 15 millions restants pour boucler le financement. Avec l’aide d’autres amis, Moctar Saramantao va jouer sa partition. Grâce donc à tout ce beau monde, le CFTP/MOET a ouvert ses portes en 2008.

CFTP/MOET, un accompagnement au-delà de l’école

Le CFTP/MOET construit, Moctar Saramantao et l’Association Vive l’initiative vont inscrire des personnes en difficultés avec l’aide des partenaires hollandais. Comme moyen de fonctionnement de l’établissement, les promoteurs suggèrent aux parrains des financements sous forme de don en matériel. Ce qui permet à l’établissement d’être particulièrement bien équipé. Et de préparer l’après formation pour les apprenants. En effets, après des années de formation et après le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), les ex-pensionnaires du CFTP/MOET qui entendent s’installer à leur propre compte ont de quoi le faire. Parce que l’établissement leur donne de quoi ouvrir un atelier. En retour les nouveaux entrepreneurs doivent travailler à rembourser le matériel reçus à leur démarrage.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Messages

  • ah bravo ! a vous et félicitation

  • félicitations mon frère !

  • Des etudiants qui epargnent leurs maigres sous pou venir nous sauver ! Bravo et que cela eveille les consciences de nos soulards et accro de the ici

  • si au faso on pouvait se priver d’une bouteille de bière par jour ou par mois on ferait des miracles dans notre pays !!
    super initiative de ces étudiants hollandais

  • merci a vous pour cette initative noble.mais je suis etonné de ne pas entendre parler des mesures d accompagnement du gouvernement burkinabé pour aider les promoteurs. je crois qu on trouverai mieux à aider ces genres d actions plutôt que d injecter des sous dans le SENAT ou des subventions pour le pelerinage. encore une fois merci aux promoteurs

  • FELICITATION M. MOCTAR SARAMANTAO !
    Toi, ton passage a ’Bengue’ profite bien a ta nation. une tres belle initiative

  • Est-ce à dire que la bière n’est pas complètement inutile ?

    • Quoi la bière complètement inutile ? faut pas t’amuser dèh, si tu supprime la bière c,est là là tu vas nous connaitre. mmm bon d’accord !!!!

  • Bonjour et merci pour cette belle initiative,mais qui contacter en cas de besoin ?

  • Belle leçon de vie encore pour nous Africains en général et Burkinabè en particulier ! Avec de petits sacrifices individuels, on peut réaliser "grand". Que ce soit un exemple pour nos frères et sœurs Burkinabè. Merci

  • Excellent travail...

  • bravo mon frère, très bonne initiative
    pour dire que les grandes choses ne ses construisent que par la volonté

  • Dommage que nous soyons toujours dans une position attentiste. jamais prêt à faire des sacrifices mais prêt à recevoir. Imaginez vous que les étudiants de toutes les écoles supérieures et universités du Burkina cotisaient chacun 100 F/mois pendant un an, ce serait suffisant pour réaliser une grande action. MAis il y aura toujours de vilains petits diables qui voudront profiter du sacrifice des autres. c’est ca qui nous tue. manque d’initiatives et quand il y en a,c ’est juste pour tromper les autres.

  • Toutes mes félicitations !! Bel exemple concret de développement. Certains auraient vu l’argent atterrir direct dans leurs poches !!! Je vous souhaite prospérité et longévité !

  • Merci de revoir le titre. Des étudiants ont permis la construction de ce centre en renoncant à de la bière. Ce n’est donc pas l’argent de la bière qui à construit ce centre. C’est bien deux choses différentes.

  • Merci aux étudiants hollandais pour cette action en faveur de la jeunesse burkinabé. Merci à Franca et à Moctar qui sont mes amis et à tous les acteurs qui ont œuvré à l’ouverture de ce centre de formation. Qu’il serve d’exemple à tous.

  • Très belle initiative, ces jeunes hollandais nous montrent qu’on n’a pas besoin de la banque mondiale ou du FMI pour réaliser un projet.
    L’article aussi a été bien rédigé.

  • Très belle initiative, ces jeunes hollandais nous montrent qu’on n’a pas besoin de la banque mondiale ou du FMI pour réaliser un projet.
    L’article aussi a été bien rédigé.

    • Initiative très louable de la part des promoteurs de ce projet. Merci de revoir vos calculs Mr le journaliste car 1.5 euro (1 verre de bière) x 1 250 (nb d’étudiants) x 4 (mois) ne nous rapproche pas de 45 000 000 millions de FCFA.

  • si les cadres du faso pouvaient se prive des filles et de la biere,on allait avoir plusieurs centres de se genre.nous,etudiants ou etudiantes du faso bien vrai que s,est difficile on peu se priver de quelques trucs pour faire ce type de gestes a notre maniere.on s,organise et on fait un
    geste pour les eleves du burkina profond.merci a eux et bravo !

  • Tout le monde peut le faire, malheureusement nous la jeunesse, nous attendons que le gouvernement nous montre comment il faut faire pour réussir et surtout nos étudiants qui attendent qu’on les nomment dans les bureau pour qu’il travail. Je pense que cette initiative doit nous inspirer dans la lutte, au lieux de se contenter à bruler les pneus et a détruire les édifices publique à chaque fois. Je ne suis politicien mais j’ai eu la chance de connaitre des pays . A M. SARAMANTAO, s’il est candidat à l’élection présidentielle de 2015, je le voterai, car j’en suis sur qu’il travaillera pour le pays.

  • C’est du détournement. Prendre l’argent de la bière pour autre chose ? Les DAGARAS et les LOBIS vont intenter un procès pour détournement de fonds.
    Connaissant le nombre d’avocats lobis et dagaras, en tout cas ça va chauffer.

  • Ce tour a coûté 45 Géants ? Bien que l’ initiative des étudiants hollandais est à saluer, une formation technique avec des moyens vétustes tels celui qui présenté ici est sans avenir. Ce tour a juste été récupéré d’ un centre de démolissage et aurait du être cassé dépuis longtemps.

  • voila c que les burkinabè n’ont pas compris, eux qui pensent que la bière est un bon compagnon

  • du courage mè frere laissez lè lache e contruisez vo vie

  • bonne inissiative que ceux qui ont depose des somme a l’etrange face la meme chose

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés