Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

lundi 4 novembre 2013 à 02h47min

Les forces armées nationales du Burkina ont 53 ans. C’est un défilé grandeur nature qui a marqué le clou des activités commémoratives ce 1er novembre 2013. Cet anniversaire est célébré sous le thème : « les forces armées nationales face aux défis de la sécurité régionale ». Le président du Faso, Blaise Compaoré, chef suprême des forces armées nationales, par ailleurs ministre de la défense nationale a présidé cette grande parade qui a connu une adhésion populaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

Tout commence par la décoration de militaires et de civils pour services rendus à la nation. Ces distinctions ont été décernées dans quatre catégories : médaille d’honneur militaire, médaille militaire, médaille commémorative et médaille d’honneur des sapeurs-pompiers.

Après ces décorations, place au défilé, évènement le plus attendu de cette cérémonie. Sous le regard admiratif de la population, venue en grand nombre, c’est la fanfare de la gendarmerie nationale qui ouvre le bal. Pas levé, pas frappé… le tout accompagné de la musique militaire, ils sont fortement ovationnés. Ensuite, c’est le tour des pensionnaires du Prytanée militaire du Kadiogo (PMK). Sept sections du PMK ont défilé sous le commandement du lieutenant Bertrand Dakissaga. Se succèderont ensuite gendarmerie nationale, armée de l’air, tambourineurs l’armée de terre, unité du Groupement central des armées (GCA), brigade nationale des sapeurs-pompiers…

Le plus vieux défilant avait 80 ans

Après, les spectateurs se sont quelques peu marrés avec le passage des anciens combattants dont le plus vieux défilant avait 80 ans. Ils sont suivis par des épouses de militaires.

Plus tard, ce sont les paramilitaires qui suivent à savoir la police nationale, la douane, la garde de sécurité pénitentiaire et les agents des eaux et forêts. Pour boucler le défilé à pied, le public a eu droit au pas lents alliant souplesse et agilité du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Elle est suivie du 25e Régiment parachutistes commando de Bobo-Dioulasso.

Le peloton monté était représenté par la cavalerie nationale. Les troupes motorisées étaient constituées de la gendarmerie avec les motards d’escorte présidentielle, l’escadron de sécurité, les véhicules d’identification criminelle, de transport de troupes… Elles ont ensuite fait place aux pelotons motorisés de l’armée de terre, des forces anti-terroristes, du génie militaire. Sans oublier les véhicules de la MINUSMA, de l’ECOMIB étaient également présents. On a vu défiler des véhicules de tous genres.

20 ans de participation aux opérations de Maintien de la paix

Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè a été célébré sous le thème « les forces armées nationales face aux défis de la sécurité régionale ». Menace à la paix, à la sécurité et la stabilité, crises socio-politiques, conflits armés et multiples tensions, extrémismes religieux, terrorismes, criminalité transfrontalière…, bref, la sous-région est en proie à des crises militaires multidimensionnelles.

De ce fait, les FAN contribuent à la construction et au renforcement de la sécurité régionale. Mais, ce thème les invite à s’y investir davantage pour relever les défis de la construction d’un environnement sous-régional et régional sécurisé et paisible.

C’est pourquoi, les FAN du Burkina sont fortement engagées sur le terrain du maintien de la paix… Elles participent aux missions de maintien de la paix depuis 1993. Durant cette période, plus de 8000 militaires (gendarmes y compris) de tous grades ont été déployés sur les théâtres d’opérations de paix.

Solidaire des autres nations pour la sauvegarde et le renforcement de la sécurité et de la paix régionale et mondiale, les FAN participent actuellement aux missions de paix et de sécurité de la MINUAD (Darfour), MINUSS (Soudan), ECOMIB (Guinée Bissau), MONUSCO (RDC), BINUCA (Centrafrique), ONUCI (Côte d’Ivoire), MINUTSTHA (Haïti), MISMA et MINUSMA au Mali.

Des anciens chefs d’Etat tels que Jean-Baptiste Ouédraogo (Burkina), Salou Djibo (Niger) et Moussa Dadis Camara (Guinée) étaient présents à cette cérémonie.

Cet anniversaire des FAN a connu une participation massive des populations. Et cela était en droite ligne des objectifs que les organisateurs s’étaient assignés. « L’organisation a été parfaite. Depuis quelques années, nous faisons des efforts pour nous rapprocher de la population. La participation massive de la population à cette grande parade montre l’importance qu’elle accorde désormais aux liens armée-nation, des liens qui se renforcent davantage (…) », s’est réjoui le Général Honoré Nabéré Traoré, chef d’Etat-major général des armées.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2013 à 14:30, par rue
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    Des anciens chefs d’Etat millitaire millitaire Jean-Baptiste Ouédraogo (Burkina), Salou Djibo (Niger) et Moussa Dadis Camara (Guinée) ???????????????

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2013 à 17:50, par verite no 1
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    Que c’est beau, seulement, je suis contre le recruitement des femmes dans l’armee. Une femme doit donner la vie et non la retirer. Vous pouvez m’attaquer c’est mon point de vue.

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2013 à 20:40
      En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

      Je comprends votre position mais finalement vous ferez plus de mal aux femmes qui ont aussi besoin d’ entrer dans l’ armee pour survivre faute de mieux. Et pendant que nous y sommes, l’ homme aussi donne la vie. C’est la rencontre de l’ ovule du spermatozoide qui donne lieu a un oeuf. Cet oeuf devient l’ embryon, murit et devient un foetus qui vient au monde dans 270 jours. Bien sur, le processus de conception et de developpement se passe a l’ interieur du corps de la femme, tout simplement peut- etre parce que ca ne pouvait pas se paser chez la femme et l’ homme en meme temps. L’ homme ausi vit et ne devrait pas tuer. Votre position, pro- la- vie, en apparence, est une position anti -femme au fond. On ne peut pas etre vertueux a moitie, cher ami, comme on ne peut pas etre en grossesse a moitie. Si vous voulez etre vertueux, soyez- le totslement en luttant contre l’ idee meme de former des gens qui ne savent que tuer et detruire mais qui ne construisent qu’ acientellement et sutout dans la perspective de mieux tuer, comme les gens du genie par exemple. Tant qu’ il y a l’ armee, il faut ausi recruter les femmes. Elles aussi ont besoin de manger.

      Jean Marie Vianey Fayama, Toronto, Canada

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2013 à 19:12, par souley 99
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    bonne fête à l’armée burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2013 à 20:05, par Bangba
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    Grand bravo à notre Armée Nationale pour ce beau défilé. Une armée qui doit être au service de la Nation. Le RSP, mon corps d’origine doit impérativement mettre le service à la Nation devant toute autre considération...

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2013 à 10:13, par Bougouma
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    bnne fête aux FAN du Faso, vous faite bcp pour notre NATION ; merçi.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2013 à 10:46, par cogito
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    Ceux qui salissent le nom de l’armee la ? J’ai un conseil a vous donner.faites le tour d’horizon dans la sous region et vous verrez au regard de l’histoire, vous comprendrez qu’il nya pas eu une armee plus responsable que celle du BF. Combien de coups d’etat,combien de regimes militaires et JAMAIS les civils n’ont jamais vraiment ete pris pour cible. La crise de 2011 montre que les soldats sont quand meme restes humains car dans tout le desordre la,ils n’ont jamais tire sur la population... demandez a nos freres d’autres pays voisins....
    Bref, cette armee doit incarner votre fierte et vous devez les soutenir et les aider et vous verrez qu’ils seront vos protecteurs. Ce qu’ils sont deja....

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2013 à 15:19, par Elisa
      En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

      Vous racontez du n’importe quoi. Combien de coups d’Etats dans notre pays ? Combien de militaires occupent de hautes fonctions politiques ? un régime complètement militarisé. Moi je prends un exemple pour vous contredire : Le Sénégal

      Répondre à ce message

      • Le 3 novembre 2013 à 20:36, par yako
        En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

        Mais Mm Elisa s’il ya coup d’état c’est souvent l’incapacité des civils à gouverner et pour mémo le 03 janvier 1966 contre Maurice est du au fait que le syndicat "fonctionnaires"a pris l’état en otage d’ailleurs ils étaient combien en 1966 moins d’1% dela pop vite le tombeur de la 1ère rép bien qu’animé de bonnes intentions il sera victime du meme monde syndical 78-80 l’avènement du CMRPN en est les conséquences directe.82-83 c’est le coup d’étatidéologique faute d’une élite politique digne de ce nom 87 à nos jour n’est que le prolongement de ce meme ordre d’idee.Si nous voulons finir avecles régimes militaires c’est aux civils de s’entendre quant à notre petite armee elle demeure républicaine du moins dans sa grande majorité que dieu la garde.

        Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2013 à 16:58
      En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

      Monsieur COGITO, ce n’est pas l’envie qui les manque mais c’est la possibilité qui ne leur ait pas donné à l’image du fait que la guerre civile ne s’est jamais produite au Faso. La tolérance habite encore le sol du Faso. Combien de civiles ont été tué ou brûlé ou porté disparus dés lors que leur activités mettaient en causer des militaires ? Comme ton nom il faut bien cogiter.

      Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2013 à 10:55, par Nabi II
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    Peut être que nous n’avons pas la même lecture des choses . il n’y a rien de spéciale dans ce défilé.
    Mis à part la vrai image de Blaise que l’on a pu voir en grandeur nature, il y a rien. Vous avez constaté que les invités ont passé leur temps à bailler.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2013 à 15:46, par Silowé
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    Je ne suis plus surpris par la naïveté de nombreux de mes frères et sœurs africains. Je me demande avec angoisse, « pourquoi c’est toujours nous, les idiots du village ? »
    Vous parlez d’ARMEE ? Non, non et non. Il n’existe pas d’armée au sens militaire du terme, en Afrique noire ; et encore moins au Faso. Ce que nous avons vu, est juste un échantillon d’une Force de Maintien de l’Ordre Intérieur avec souvent des armes de guerre, complètement obsolètes et donc très vite inefficaces sur le terrain des hostilités. Commençons par le commencement comme dirait l’autre… !
    - Où sont fabriqués les chaussures, les tenues, les casques, les casquettes, les galons (vraiment minables –selon un colonel allemand de l’EuroCorp-), les sous-vêtements, les sac-à-dos, les parachutes,… des personnes qui ont défilé ? Au Burkina ? Non…, à l’extérieur du pays. Oui, tout cela provient de l’extérieur du Faso. Ainsi, sur notre dos, des emplois sont créés à l’extérieur pendant que le chômage nous étrangle. Nous ne sommes donc que de vulgaires consommateurs en paupérisation qui croient paradoxalement sortir du sous-développement.
    - Les engins motorisés à 2 roues (motos,…), à 4 roues sont fabriqués où ? Pas au Faso à ma connaissance. Par ailleurs, aucun de ces engins n’est muni d’un véritable système de protection mécanique et/ou électronique. (Voir armement de la Russie ou de la Chine sur Russia Today, Voix de la Russie, China Daily, Ria Novosti,… Même la grande France tend impudiquement la main aux 4 Armées russes actuellement.) De nos jours, aller sur un champ de bataille avec ces équipements, c’est s’exposer déjà à 50% à une mort certaine. (Considérez donc nos soldats comme de la chair à canon, si….) Aussi, nos officiers qui sont prétendument formés en Occident (alors qu’ils y ont en réalité subis un lavage de cerveau et une colonisation mentale renforcée) ne me semblent pas être de vrais défenseurs de la Nations. La Libye et ensuite la Syrie ont payé le prix fort en 2011/2012. En effet, dès le début de l’agression de ces pays, les deux armées ont réalisé avec consternation que les armes achetées chez notre bien-aimé colonisateur qu’est la France, étaient inappropriées aux combats intenses et prolongés. Aussi, environ 94% des officiers déserteurs étaient formés en France, aux Usa, en Grande-Bretagne, en Allemagne. Quant au Mali, les officiers « made in France ou bérets-rouge » et les officiers « made in Usa ou bérets-vert » se sont massacrés alors que la bête immonde qu’est Al-Qaïda (une autre créature de la CIA selon Hilary Clinton devant le Congrès/2012) égorgeait les maliens. Comment expliquez-vous cela ? Simple coïncidence ?
    - Les fusils d’assaut, les PA, les instruments de topographie, les RPG-7 (la version 29 existe chez Hezbollah), les Mortiers motorisés que les terroristes fabriquent eux-mêmes en Syrie, les « Orgues de Staline » issues du stock du regretté panafricaniste Colonel Kadhafi, les VTT, les VLR, les VBR, les Véhicules de transport de troupes, les véhicules divers, les ambulances et leurs équipements, les lunettes de visée nocturne, les grenades défensives/offensives,… ne sont ni fabriqués ni entretenus au Burkina. Nous dépendons entièrement et totalement du bon vouloir du même vampire qui boit notre sang depuis le XIXè siècle. Même les boulons, les écrous,… de ces équipements doivent être commandés chez notre vampire « bien-aimé ». Où est la véritable liberté d’action de notre Grande muette, qui en réalité, n’a aucun secret ?
    Je m’adresse aux officiers et officiers-instructeurs de nos Forces de Maintien de l’Ordre Intérieur (sinon pourquoi l’OTAN les recycle avant qu’ils aillent au Darfour, en Haïti,…) qu’on assimile maladroitement aux Forces Armées Nationales : Quelles leçons et autres nouvelles tactiques de combats élaborez-vous à partir des cas Afghan, Libyen, Malien, Tunisien, Syrien,… pour justement protéger nos populations ? L’Algérie pourtant se prépare activement (car elle sait qu’elle est la prochaine cible de l’OTAN en Afrique).
    - De tous les corps qui ont martelé le sol de Kosyam, je n’ai pas vu la trace d’une « armée électronique » ; ni de « DCA » qu’il ne faut pas du tout assimiler aux ironiques quadra-tubes motorisés chevauchés par des naïfs qui se prennent pour de vrais commandos car étant affectés au RSP ; ni d’armée de l’air malgré les cercueils volants de la Base,… (NB : C’est avec des bombes hellfire (feu de l’enfer) tirées à 8 km par des drones pilotés depuis le Colorado aux Etats-Unis, que la CIA a commencé l’agression concrète de Tripoli. Quel commando du RSP, chevauchant un quadra-tube, est capable de voir à 8 km avec ses yeux et d’arrêter un projectile de 120kg lancé à plus de 500 mètres/seconde ?)
    Si c’est juste pour mettre plein le vue de nos populations en majorité analphabète et naïve, c’est du tout bénef pour celui à qui je pense en termes d’émergence. Mais…, enfin,… chaque peuple n’a-t-il pas les dirigeants qu’il mérite et donc une « armée » à son image ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2013 à 16:37, par Silowé
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    ERRATA
    Avant-dernière phrase du précédent message : Lire et écrire "Si c’est juste pour mettre plein la vue à nos populations..."

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2013 à 23:41, par l homme integre fache
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    On a tout ca et les paisibles citoyens subissent la loi des coupeurs de route a l est ?
    Vraiment

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2013 à 12:28, par Max
    En réponse à : Le 53e anniversaire de l’armée burkinabè sous le signe de la sécurité régionale

    Où est le rapprochement de l’armée d’avec sa population ? Quand dans l’armée même, le rapprochement n’est pas le mot le plus partagé comment peut-elle se rapprocher du peuple ? Les autres militaires sont-ils traités au même titre que les militaires du RSP ? N’ y a-t-il pas une discrimination injustifiée dans les traitements ? Le rapport du collège des sages avait demandé le démantèlement de ce qui n’est rien d’autre qu’une milice au service d’un homme, le RSP ; eu égard son rôle présumé dans certains crimes de sang (mort de Thomas SANKARA, Dabo Boukary, Norbert ZONGO, etc.) !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés