Voitures « France au revoir » : Un nouveau système d’évaluation à partir de janvier 2014

jeudi 24 octobre 2013 à 01h28min

La Direction générale des douanes du Burkina Faso (DGD) et son partenaire la Compagnie technique d’évaluation contrôle (COTEC) ont présenté aux importateurs de véhicules d’occasion, le nouveau système d’évaluation automatique des véhicules usagés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Voitures « France au revoir » : Un nouveau système d’évaluation à partir de  janvier 2014

La compagnie technique d’évaluation contrôle (COTEC) est la société qui sera chargée à partir de janvier 2014 à identifier et évaluer les véhicules usagés communément appelés « France au revoir ». La Direction générale des douanes du Burkina Faso a rencontré le mardi 22 octobre 2013 les importateurs des véhicules occasions pour leur présenter le nouveau système d’évaluation automatique des véhicules « France au revoir » qui sera utilisé par COTEC et recueillir en retour leurs avis. A cet effet, le Directeur général des douanes, Kuibila Jean Sylvestre Sam a informé que le nouveau système d’évaluation s’inscrit dans la volonté de son département à moderniser l’ensemble des opérations douanières via l’utilisation optimum des TIC. Car, a-t-il expliqué, les techniques d’évaluation des « France au revoir » basée sur l’argus ou sur l’expertise présentent des limites de subjectivité liée à l’intervention humaine et sont aussi lentes. A en croire M. Sam, le nouveau système est simple, plus rapide, plus juste, équitable. En plus, il sécurise les recettes douanières et les importateurs n’ont rien à payer à COTEC.

Le directeur général de COTEC a parlé d’un nouveau système informatique. Il exploite un logiciel qui permet de déterminer les caractéristiques techniques de tout véhicule à partir du numéro de châssis et d’avoir accès à toutes les données des opérateurs d’Europe, d’Amérique et d’Asie.

La procédure se fait en 3 phases : la vérification du dossier, la requête et la délivrance d’une attestation dénommée « AV-COTEC ».

A l’écouter, il suffit d’introduire le numéro de châssis du véhicule, le logiciel parcourt la base de données et détermine automatiquement toutes les caractéristiques et la valeur du véhicule.

Inquiétudes des importateurs

La procédure a beau paraître simple, les importateurs de véhicules d’occasion n’ont pas tardé à exprimer leurs inquiétudes.

Malgré les assurances de la Direction générale des douanes et de la COTEC, ils restent sceptiques, notamment en ce qui concerne la rapidité du système, pointant du doigt la lenteur des connexions Internet. Les enjeux liés à l’avenir des cabinets d’expertises et de la CCVA ont été aussi évoqués. Certains ont fait savoir que le système leur est imposé car n’ayant pas été concerté avant la signature du partenariat. D’autres affirment leur préférence pour l’ancien système.

Qu’à cela ne tienne, le directeur général des douanes a promis une rencontre d’évaluation pour discuter et voir comment améliorer le système en fonction des réalités du Burkina.

Ibrahima Traoré (Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés