Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

Economie des télécommunications : Vers le rapprochement entre régulateurs, opérateurs et chercheurs

Accueil > Actualités > Multimédia • • mercredi 23 octobre 2013 à 04h23min
Economie des télécommunications : Vers le rapprochement entre régulateurs, opérateurs et chercheurs

La 2e édition de la Conférence africaine sur la régulation et l’économie des télécommunications (CARET) se tient à Ouagadougou du 22 au 24 octobre 2013. Régulateurs, opérateurs, chercheurs venus de 22 pays africains vont se pencher sur une quinzaine de thématiques durant ces 72h. L’objectif étant de rapprocher ces différents acteurs pour répondre aux préoccupations des consommateurs, mais aussi consolider le socle de l’économie basée sur les communications électroniques.

Le secteur des communications électroniques est en pleine expansion. L’on constate un intérêt considérablement accru des peuples africains pour ces outils de communication. Mais, les populations attendent encore plus des acteurs des télécoms, en ce qui concerne la qualité des services offerts. Ces différents acteurs (opérateurs et régulateurs) doivent donc faire preuve d’anticipation afin de répondre à ces attentes. « Il nous revient donc de mettre en place un dispositif permanent de veille afin d’accompagner de façon efficiente cette tendance à travers, entre autres, une formation adéquate, une réglementation et une régulation adaptée et anticipatives », soutient Mathurin Bako, le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) du Burkina. C’est dire à quel point la CARET, qui serait le prolongement des formations BADGE, est appelée à jouer un rôle primordial.

Cette conférence a le mérite de réunir sur le même site des professionnels des communications électroniques (opérateurs et régulateurs), des opérateurs politiques, des chercheurs et des académiciens. Elle est organisée par le régulateur burkinabè en collaboration avec Telecom Paris Tech. Durant ces 72 heures, une quinzaine de thèmes seront débattus. Des débats qui seront certainement rehaussés par une participation massive du monde académique (environ 30% des participants). « Les thèmes qui seront traités vont permettre aussi bien aux politiques qu’aux régulateurs de pouvoir mettre en place une réglementation et une régulation des questions qui sont très pertinentes », espère le président de l’ARCEP.

Concilier bénéfice du consommateur et celui de l’opérateur…

Le numérique et les télécommunications envahissent la vie quotidienne. Plus personne ne semble désormais pouvoir se passer de son téléphone aujourd’hui. D’où l’importance d’analyser et d’étudier la façon dont se produit cette croissance extrêmement rapide du numérique dans l’économie et dans les sociétés africaines. Toute chose qui devrait permettre de préparer la meilleure façon de réguler ces marchés, c’est-à-dire « de leur permettre de se développer à la fois pour le bénéfice du consommateur mais également dans le respect des équilibres économiques du secteur qui le produit », estime Laurent Gilles, enseignant-chercheur à Télécom Paris Tech.

La CARET se donne donc pour ambition de rapprocher le monde académique du monde opérationnel, de celui des opérateurs et celui des régulateurs. De cette façon, « les chercheurs africains qui travaillent sur la pénétration du numérique pourront porter leurs études, leurs analyses sur la façon dont les usagers s’approprient, considèrent ces outils du numérique pour permettre à tous les acteurs qui les produisent de prendre en considération les usages, les attentes, ce qu’ils espèrent de ces outils, pour pouvoir à la fois améliorer la qualité du service, mais aussi des fonctionnalités qui sont offertes », précise Laurent Gilles.

Rendez-vous du donner et du recevoir, « la CARET agit comme un catalyseur en menant une réflexion anticipative sur les grandes questions des communications électroniques », a soutenu le ministre, de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, Arthur Kafando, représentant le Premier ministre. Avant de déclarer ouverte la 2e CARET, il a assuré, au nom du chef de Luc Adolphe Tiao, que le gouvernement burkinabè ne peut que soutenir de telles initiatives.

En tous les cas, cette rencontre qui s’est largement ouvert au monde académique entend créer et renforcer les liens entre les différents acteurs des télécoms, pour la satisfaction des besoins des consommateurs sans mettre en péril l’équilibre économique des opérateurs.

Moussa Diallo
Faso-tic.net

Vos commentaires

  • Le 23 octobre 2013 à 16:37, par PERE FOURAS En réponse à : Economie des télécommunications : Vers le rapprochement entre régulateurs, opérateurs et chercheurs

    Encore une "conférence" de plus pour distraire les gens et dilapider nos maigres ressources (champagne et caviars pour des invités select). Tout ce qu’on demande à l’ARCEP, c’est d’appliquer les textes en sanctionnant les défaillances des opérateurs de téléphonie ou, à défaut, de relire ces textes. Les réflexions sont nécessaires (voire indispensables) tant qu’elles n’ont pas pour objectif de meubler l’espace médiatique et se donner ainsi l’illusion de travailler ; alors que c’est la mise en œuvre concrète des mesures prises qui nous intéresse, nous les consommateurs.
    En fait, il faut réguler la régulation et les régulateurs ....!!!!????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Universités africaines de la communication : La responsabilité des acteurs de l’information et de la communication dans un contexte sécuritaire et sanitaire au cœur de la 12e édition
Suspension de l’internet mobile : Une violation des droits à la liberté d’expression et d’information, selon la CNDH
Suspension de l’Internet mobile au Burkina : Une perte économique de plus de 20 milliards de francs CFA selon l’index netblocks
Internet mobile au Burkina : La suspension prorogée de 96h à compter du mercredi 24 novembre 2021
Cybersécurite au Burkina : Des acteurs nationaux renforcent leurs capacités
Suspension de l’internet mobile au Burkina : Les professionnelles des médias dénoncent une atteinte grave à la liberté d’expression
Coupure d’Internet sur mobile au Burkina : Le CFOP s’offusque
Internet au Burkina : Le Gouvernement admet officiellement avoir fait suspendre la connexion sur mobile
Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur "galère"
Rupture de l’internet mobile : Le Collectif pour un peuple uni compte déposer une plainte contre les fournisseurs mobile
Votre journal Courrier confidentiel N° 253 est disponible chez les revendeurs de journaux
Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés