Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

lundi 21 octobre 2013 à 23h35min

Le 3 février 2013, les services de sécurité de l’aéroport international de Ouagadougou avaient ameuté la république et l’opinion internationale sur un colis suspect qu’ils auraient détecté. Le colis avait été détruit sans autre forme de procès. L’affaire avait même suscité à l’époque la création d’un comité de crise présidé par le chef d’état-major particulier de la Présidence du Faso, le général Gilbert Diendéré. Mais depuis ce coup médiatique sur la lutte anti terrorisme, place au silence et à l’oubli. Pourquoi une telle attitude alors que le Burkina avait réussi ainsi à braquer les projecteurs de la lutte anti terrorisme sur lui ? La raison est que la suite des événements a dû imposer aux limiers et autres sécurocrates du pays un profil bas. Eux qui avaient alerté le monde entier à cause du beurre.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

L’affaire a fait grand bruit. La détection d’un colis suspect dans les bagages d’un passager du vol ET 926 de la compagnie Ethiopian Airlines le 3 février dernier avait placé l’aéroport de Ouagadougou sur la liste des aéroports à risques. Depuis lors, l’image de cet aéroport en souffre. Pourtant, cette affaire qui semble avoir été classée s’est révélée n’être qu’une fausse alerte.

Du beurre de lait de vache pris pour des explosifs

En effet, le 3 février au matin, Kimaro Mohamed, un arabe d’origine malienne arrive à l’aéroport de Ouaga avec ses bagages. Pour déjouer certainement la vigilance des services phytosanitaires des lieux, il prend le soin de dissimuler dans ses bagages un colis bien emballé contenant essentiellement du beurre de karité et du beurre de lait de vache. Aux environs de 9h, un policier de l’aéroport remarque des objets « du type explosif » dans les bagages du voyageur. Le manège du passager intrigue également le policier, qui rend immédiatement compte à sa hiérarchie. Des spécialistes sont appelés en renfort. Ils font exploser le bagage suspect sur le parking de l’aéroport. Le passager est quant à lui interpellé pour des enquêtes complémentaires. Le comité de crise piloté par le général Diendéré communique abondamment sur la question à travers les médias. Il a pris le soin aussi d’acheminer les débris du colis suspect à des laboratoires d’analyses en l’occurrence, le Bureau des mines et de la géologie du Burkina (Bumigeb) et un laboratoire français. Les résultats d’analyses révèlent que le colis suspect ne contenait que du beurre de lait de vache.

Le détenteur du colis avait pourtant déclaré aux policiers de l’aéroport qu’il s’agissait bien de fromage. Ses déclarations sur l’honneur n’ont pas convaincu. Car il présentait les traits d’un suspect idéal et pouvait servir accessoirement –pourquoi pas-comme un argument de plaidoyer. Lui et ses bagages sont donc retenus à Ouaga pour l’enquête.

Victime du délit de faciès

Kimaro Mohamed, est un arabe d’origine malienne. Son physique (peau claire, barbe etc.) lui donne le profil de l’emploi en référence au portrait des terroristes qui écument le monde. Ce passager en partance pour Addis Abeba a visiblement été victime du délit de faciès.

Même ses relations qui se trouvaient sur le camp des refugiés de Mentao n’ont pas échappé aux procédures de l’enquête complémentaire initiée par les services de sécurité. L’affaire avait été confiée par la suite à la justice. L’instruction du dossier aurait déjà été bouclée depuis mai. Le détenteur du colis qui avait séjourné quelques temps au frais a recouvré sa liberté et aurait même déjà quitté le pays. Mais un silence radio entoure toujours le dossier qui selon certaines sources serait vide. Ce silence amène à se demander si le dossier passera un jour au tribunal. Pourtant, le parallélisme des formes voudrait que le comité de crise installé à cet effet communique sur l’issue du dossier. Il y va de la crédibilité de cet aéroport et de la confiance placée au pays en termes de sécurité. Et en matière de sécurité justement, personne ne devrait se gêner d’avoir été trop précautionneux ou trop zélé et ne pas communiquer sur les éléments liés aux alertes. Surtout qu’après cet incident, les retombées n’ont pas tardé à se faire sentir !

En effet, dès le jeudi 14 février 2013, soit quelques jours après l’incident, le Burkina Faso recevait un don d’équipements tactiques de la part de l’Ambassade des Etats unis d’Amérique. Il s’agit de gilets de protection pare-balles, de lunettes de vision nocturne, de kits d’essai sur terrain, de radio et d’appareils GPS. Ce don, d’une valeur de 220 000 dollars (plus de 107 millions de F CFA ) a été destiné à l’unité d’intervention polyvalente, nouvellement créée. Et cela pour permettre à cette Unité d’élite de la police de mener à bien sa mission de lutte contre le grand banditisme, de prises d’otage et de terrorisme sur le territoire national.

Touwendinda Zongo

MUTATIONS N°38 du 1er octobre 2013. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact : mutations.bf@gmail.com , site web :

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 octobre 2013 à 06:59, par raogo
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    TOUTE CHOSE CREER MERITE UNE AMELIORATION QUE LES UNITES CREES A CET EFFET SE PERFECTIONNENT.
    SINON EN MATIERE DE SECURITE IL N’A JAMAIS EU UNE PRECAUTION DE TROP.

    Répondre à ce message

    • Le 22 octobre 2013 à 18:02, par MAX
      En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

      Sachez cher journaliste qu’on ne peut/doit communiquer sur la securité comme sur tout autre sujet. Quel que soit sa dimension il y va de la survie du territoire. Mais si vous voulez tout comprendre, je vous dis ceci : L’affaire est a classer "SECRET DÉFENSE" !
      Si vous ne comprenez toujours pas, referez vous aux USA et a Israël ; on ne badine pas car en matière de sécurité il n’y a pas de "RISQUES ZÉRO"

      Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 07:13, par veuve noire
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    si ces faits sont avérés c’est assez grave. Le policier a bien fait son boulot il est vigilant et se souci réellement de la protection des voyageurs. Il a signalé le colis suspect à la hiérarchie qui elle a fauté dans la gestion de l’incident. Mais ne dit-on pas que faute avouée est à moitié pardonnée ? J’espère au moins qu’il a reçu excuses et même compensation de la part des autorités. Je le dis par ce que je suis noire résidente à l’étranger et je sais ce que ca fait que d’être suspecté par ce qu’on a la gueule du suspect, quoique souvent à tord...

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 07:38, par AKHENETON
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    AVEC ces barbus mieux vaut prevenir que guerrir ; Felicitations a GOLF

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 07:43, par hugo
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    cher ami journaliste il n’y a pas de quoi lancer de pareilles critiques. ca se voit que vous ne connaissez pas le terrorisme.
    ils ont protege la population. quand a l’autre il peut toujours s’acheter du lait et du fromage en alimentation...et meme du pain.
    felicitations a la cellule.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 07:50, par yat
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Monsieur le journaliste qu’est ce que tu veux nous apprendre ?
    De toutes les façons, le travail d’un flic c’est la prévention. S’il trouve des colis suspect, c’est normal de le faire connaître à sa hiérarchie.
    En matière de sécurité on ne néglige rien. Tout doit être pris au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 07:56, par Nelson
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Et bien, vous voulez qu’ils disent quoi encore ! Ce n’était rien du tout, alors on passe à autre chose. On n’a pas que ça à faire. Monsieur Zongo vous étiez où depuis là ? Le journal L’événement en a parlé depuis 3 semaines maintenant. Tout le monde était au courant sauf vous !

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 07:59
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Bravo à nos forces de sécurité pour leur diligence. Oui, cette fois là c’était du beurre, mais ça aurait pu être une bombe. Vous dites que l’arabe a été victime de délit de faciès. Qu’il s’en prenne à ses frères arabes terroristes.
    Par ailleurs je pense que la crédibilité de l’aéroport tient plus de la capacité et de la promptitude des forces de sécurité à déceler des cas suspects, que de l’absence de tentative d’action terroriste.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 08:04, par Trébi
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Mr Touwendinda Zongo
    Faites votres travail, allez y a l’information et informer nous !
    Demandez une interview avec le géneral pour en parler....

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 08:17, par yako
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    A part ce fameux colis suspect,moi de retour dans mon pays le burkina suis frappé par l’allure de controle digne de l’époque sovietique apres avoir rempli les formalités ordinaires ns ns mettons en queue pour etre filmé/ webcam et laisser les empreintes meme les enfants de moins de 4 ans y sont soumis au meme traitement que ja qualifie humiliant tout ça sans etre informé au prealable ni par affiche gente.La question est la suvante un pays a-t-il le droit de soumettre ses citoyens à un tel controle sans consentiment nottamment sa conservation sur support informatique ? le comble surtout ficher les enfants de moins de 5ans tout ça au nom du securitarisme cela est acceptable sous état d’urgence mais tel n’est pas le cas au faso un controle ordinaire suffit pour ce qui concerne nos compatriotes je vais meme loin ns sommes à la limite de la légalité à mon humble avis aucune loi d’exception n’a été votée dans ce sens et donc ns sommes dans le domaine de l’ arbitraire.

    Répondre à ce message

    • Le 22 octobre 2013 à 10:16, par un balayeur
      En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

      Yako, je suis desolé mais tu n’es jamais allé au etat unis sinon le controle est ainsi et souvent suivi du fouille approfondie au corps. J’y ai vu des femmes pleurés des larmes de honte, car même dans le vagin ont fouille. Je ne suis pas d’accord pour cette manière de fouiller mais ne faites de conclusions hatives. Mr le journaliste félictation faites votre boulot car au nom de la securité on ne peut pas tout se permettre. C’est ainsi qu’on valide des crimes crapuleux et Blaise a utilisé cette strategie pour eliminer beaucoup d’opposants( tentative de coup d’etat). Oui faites votre boulot et laissez Hugo, yat et Nelson mettre à nu leurs meconnaissances du journalisme professionnel.

      Répondre à ce message

    • Le 22 octobre 2013 à 10:31, par Pyriaque Caré
      En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

      ça c’est rien, tu vois ce que font les USA non seulement chez eux mais aussi partout dans le monde pour la sécurité et malgré tout il n’y sont pas encore venus a bout. C’est vrai que ça peut sembler exagéré mais être victime d’une bombe parce qu’on a respecter l’intimité des passagers c’est pas la joie mon frère. même s’il faut mettre tout les passagers nus pour éviter des morts on le fera. C’est clair là. C’est quand on est vivant qu’on a des droits, c,est a force de crier droits de l’homme qu’on a rempli les prisons de braqueurs qui ressortent braquer et tuer alors que avant on nettoyait ca et ca permettait de calmer nos millo en manque de sang. Continuez a crier droit de l’homme dans affaire de térrorisme là, chiot vas lapper vos bouches ici

      Répondre à ce message

    • Le 22 octobre 2013 à 14:54, par boanga
      En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

      Et puis quoi encore Mr Yako ? Vous subissez pire en Europe on le sait. et vous dites quoi ?
      Ca suffit. Tout ce qui est suspect srea détruit ici au Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 08:45, par la morale
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    révéler des choses qui pourraient dénoter une faiblesse du pays ça vous donne quoi vous les journalistes ? en tout cas j’apprécie la promptitude dans la destruction de tout ce qui serrait suspecté dangereux pour la nation. Félicitation au service de sécurité ! détruisez les objets et le reste on cherchera à mieux comprendre plu-tard. Yes ! je suis pour.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 09:22, par anti terroriste
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    FELICITATION a toute la chaine de sécurité du vigilant policier jusqu’au GOLF, très bon travail on n’est jamais trop prudent en ces temps d’insécurité internationale. On devrait poursuivre ce passager pr avoir dissimulé un colis( mem inofensif) au controle. ya du beurre à Adis Abeba que je sache ! tentez de dissimuler un bonbon dan un aéroport européen ou americain et vous verez.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 09:29, par Guepard
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    C’est dommage de constater que la sécurité du Burkina se trouve entre les mains d’amateurs qui se considèrent comme son nombril.
    Quelle honte !!!Alors assumez vos responsabilités.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 09:41
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Je suis d’avis avec la majorité des internautes. Il ne faut pas attendre que le pire se produise pour commencer à prendre les choses au sérieux. Avec la menace terroriste aucun contrôle, aucune disposition sécuritaire n’est de trop. En cas de problème ce sont les même grincheux qui vont dire que la sécurité est nulle. Tour récemment ilya une personnalité d’un pays qui a été tué parce que le micro qu’on lui a tendu pour une interview était piégé. Vous pouvez comprendre ça monsieur le journaliste ? Même demain Golf et ses hommes n’ont qu’a récupérer tout colis suspect. Nous sommes pour. Mieux vaut prévenir que guérir. Alors si vous ne pouvez pas les encourager arrêtez de les dénigrer.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 09:46
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Et si c’était pas du beurre ? On fait comment ! Faites votre travail et laissez les autres faire le leur.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 09:50, par Kouma
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    A force de jouer au mendiant et au farceur, personne ou acun pays pays dans le monde ne portera du crédit à nos forces de défense et de sécurité qui excellent actuellement dans le terrain politique que technicité et compétence. Un général çà se mérite dans la crédibilité et dans la compétence d’exemplarité.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 10:05
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    SVP, laissez mon cher Général tranquile. Toutes mes félicitations. Continuez ainsi, je suis d’accord avec vous.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 10:13, par ratature
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    RAS ! Félicitation à nos forces se sécurité !!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 10:13, par ratature
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    RAS ! Félicitation à nos forces se sécurité !!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 12:29, par Mike77
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Félicitation à la police, elle a fait son boulot ! Ce suspect avait-il besoin d’emballer son fromage de telle manière ? N’était-il pas une manière de tester la vigilance de la police après revenir faire le sérieux colis ?
    On n’a pas à lui présenter des excuses pour cela.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 14:01, par le bon citoyen
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Toutes mes félicitation au Gle. Je vois que ce journaliste n’y connait rien en matière de sécurité. L’acte a bien monté la crédibilité de notre aéroport et non le contraire.
    Peut être que ce monsieur testait l’éfficacité de notre sécurité aéroportuaire pour de vrai action. S’il avait passé le test, c’était pour aller dire que notre aéroport est un passoir.

    Ce type devait pourrir en prison. Il y a de quoi l’arrêtter et le suspecter car 90% de terroristes sont des arabes. Alors si tu peux éviter un arabe, tu évite le terrorisme de 90%

    Répondre à ce message

    • Le 22 octobre 2013 à 16:12, par Wendinkondo
      En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

      Je pense que ceux qui s’en prennent au journaliste n’ont rien compris. Le policier a bien fait son travail en informant sa hiérarchie. Seulement la hiérarchie a voulu politisé l’affaire en appelant la presse pour se faire voir à l’international. Vous ne savez pas que dans la lutte contre le terrorisme Uncle Sam et les Européens injectent des milliards de francs CFA et c’est ca que la hiérarchie militaire guettent.

      Cet article remet en cause la capacité de notre système à gerer une situation. Pourquoi se précipiter en appelant la presse pour quelque chose dont on était meme pas sur.

      Répondre à ce message

    • Le 22 octobre 2013 à 16:24, par richi
      En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

      Mr le journaliste,
      vous voulez dire que le Gle Diendéré a mal fait son travail ou quoi ? ça va pas. pourquoi cacher des fromages dans des bagages, si le passager n’ a rien à chacher ? Si dans ce fromage il y avait des bactéries ou des virus mortels, qu’est-ce que les populations allaient dire. de grace je pense qu’il ne faut pas travailler à ridiculiser nos officiers, surtout en prenant tout sur l’angle politique. Savez vous que ces colis pouvaient contenir des produits toxiques ? Bravo le Diendère

      Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 16:28, par Cephas
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Et si on relisait un peu cet article avant de réagir ? Il ne critique pas l’action de la sécurité, mais la communication autour. N’est-ce pas ? Alors, chers lecteurs, soyons aussi vigilents et ne prenons pas un journaliste qui ne fait que son travail pour un individu qui en voudrait aux forces de sécurité. VIGILENCE A TOUS !

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2013 à 23:57, par trillionaire
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Beaucoup ignorent que le beurre peut servir a tester la porosité de la sécurité en vue de l’utilisation d’autres substances. Moi ce que je voudrais dire c’est que chacun fasse son metier. Quant toi journaliste tu dis que grace a cette affaire on a eu du materiel de la part des USA c’est simplement tomber dans la facilité et rien d’autre.
    A tous les défenseurs des droits de l’homme sachez qu’on a des droits quand on est vivant.
    A tous les racistes n’est pas terroriste tout arabe.
    Et aux forces de defense et de securité chapeau, continuez ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre 2013 à 10:05, par VIGI-PYRATE
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Attention ! Attention ! La prudence ne veut pas dire de crier au feux à chaque fois que quelqu’un craque un brin d’allumette à coté ! Que font nos forces de sécurité quant à l’existence des boulevards que constitue les zones frontalières du Burkina.
    Si de simples trafiquants de médicaments prohibés et de drogues font de nos frontières un passoire, ce n’est pas un terroriste qui trouvera cela difficile à ses yeux. Alors l’ aéroport ressort comme le dernier point de passage à ce terroriste qui veut faire mal en plein cœur de Ouaga.
    JUSTE UNE INQUIÉTUDE PARTAGÉE !

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre 2013 à 10:16, par VIGI-PYRATE
    En réponse à : Colis piégé à l’aéroport de Ouaga : Ce que Diendéré n’a pas dit

    Attention ! Attention ! La prudence ne veut pas dire de crier au feux à chaque fois que quelqu’un craque un brin d’allumette à coté ! Que font nos forces de sécurité quant à l’existence des boulevards que constitue les zones frontalières du Burkina.
    Si de simples trafiquants de médicaments prohibés et de drogues font de nos frontières un passoire, ce n’est pas un terroriste qui trouvera cela difficile à ses yeux. Alors l’ aéroport ressort comme le dernier point de passage à ce terroriste qui veut faire mal en plein cœur de Ouaga.
    JUSTE UNE INQUIÉTUDE PARTAGÉE !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés