Meeting de remerciement de l’UPC à Bobo : 10 mois après les élections, les ‘’lions’’ retournent sur leurs pas

dimanche 20 octobre 2013 à 23h38min

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a entamé sa série de meeting de remerciement à l’endroit de ses militants de Bobo-Dioulasso. Terrain non conquis par l’UPC, l’arrondissement N°2 a toutefois eu l’honneur d’accueillir ce premier meeting dans la soirée du samedi 19 octobre 2013.

Meeting de remerciement de l’UPC à Bobo : 10 mois après les élections, les ‘’lions’’ retournent sur leurs pas

C’était la sensation des législatives et municipales de décembre 2012. Créé à deux ans de ces élections, le parti de Zephirin Diabré avait bousculé la hiérarchie au sein de l’opposition et semé la panique au sein de la majorité, en devenant la deuxième force politique de notre pays au soir des résultats. Comptant faire la politique autrement, le parti du lion avait promis à ses militants de revenir toujours sur ses pas, d’être toujours présent et de travailler à s’agrandir. Ce travail est en marche et dix mois après les élections, l’UPC vient ainsi d’entamer ses meetings de remerciement. Peu importe le nombre de militants, l’objectif du meeting de l’Ecole Colma C, improvisé pour permettre aux militants d’échanger avec le député Amadou Sanou a atteint ses objectifs. En tout cas, c’est le sentiment de Moussa Zerbo, le secrétaire général de la sous-section de l’arrondissement N°2 de Bobo-Dioulasso. Avec 0 conseillers dans cet arrondissement, l’UPC dit être conscient du travail à abattre dans l’arrondissement N°2 et un peu partout au Burkina. Car selon Moussa Zerbo, les habitudes sont difficiles à bousculer. Il est ainsi difficile de mobiliser sans sous.

« On restera vigilent sur la question du sénat »

Seul député UPC de la province du Houet, Amadou Sanou était heureux d’être parmi les siens. Elu national, le député a été invité à se prononcer sur des questions. Ainsi, le fameux pactole de 500 millions que les partis d’oppositions se partageront sans le CDP est revenu dans les échanges. Pour Amadou Sanou, l’opposition n’a pas à cracher sur des subventions étatiques. Et mieux, elle devrait se réjouir de l’attitude de l’administration burkinabè qui, pour une des rares fois a sanctionné le CDP. Sur sa lancée anti-CDP, Amadou Sanou a affirmé que la peur a changé de camps. Se prononçant sur un probable départ du président Compaoré, le député a laissé entendre ceci : « Si Blaise annonce son départ maintenant, c’est son entourage qui s’occupera de lui. On sait qu’il y a des personnes qui quitteront ce pays dès que Blaise Compaoré ne sera plus au pouvoir ».

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés