Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

dimanche 20 octobre 2013 à 23h38min

Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Régionale, SEM Djibrill Bassolé, a séjourné du 12 au 18 octobre 2013 à la Mecque où il a, en qualité d’invité du Roi d’Arabie Saoudite, Sa Majesté Abdallah Ben Abdul Aziz Al Saoud, accompli son Hadj et évalué la qualité de l’organisation pratique des pèlerins burkinabè sur le terrain.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et  diplomate

A son arrivée à Djeddah, S.E.M Djibrill Bassolé a remercié les autorités saoudiennes pour l’honneur qui, à travers sa personne, est fait au Burkina ; preuve de l’étroitesse des relations d’amitié entre nos deux pays et de la profonde et réciproque considération entre leurs plus hauts dirigeants. Il a salué le rôle particulièrement important que joue l’Ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite au Burkina Faso, S.E.M Daher Ben Motish Alenaze dans l’approfondissement de ces liens ainsi que son implication personnelle dans l’organisation du pèlerinage des Burkinabè.

Cette année, une grande amélioration a été constatée et saluée dans l’organisation du Hadj pour le départ des 4575 pèlerins Burkinabè à partir de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso. Pour se rassurer de la poursuite de cette dynamique sur le terrain, le Ministre d’Etat dès son arrivée le 12 octobre à Djeddah, a rendu visite aux pèlerins burkinabè dont les premiers sont sur le sol saoudien depuis le 23 septembre.

Dans ce sens, il a eu un entretien avec M. Abdul Wahid Bourhan Saifudine, président de « l’Etablissement des Mutawifs pour les pèlerins des pays africains non arabes », qui est la principale structure chargée par le Ministère saoudien du Hadj de la gestion des pèlerins de tous les pays subsahariens. Celui-ci a fait au Ministre d’Etat le point sur la situation de nos pèlerins, et s’est félicité de la bonne organisation constaté cette année dans cette communauté.

De meilleures conditions de séjour

Le président du Comité de suivi du pèlerinage à la Mecque, Mahamady Ouédraogo, a lui aussi, fait au Ministre Bassolé, l’état des mesures prises au niveau national pour la réussite du pèlerinage cette année. Il s’agit notamment de la mise en œuvre de l’option « MINA + » qui consiste à fournir, à chaque pèlerin, un paquetage de couchage et de trois repas quotidiens durant les cinq jours de séjour à Mina. Cette expérience supportée par le budget de l’Etat et dont les pèlerins burkinabè bénéficient pour la première fois, améliore sans conteste leurs conditions de séjour (sécurité, hygiène).

Rassuré des bonnes conditions de séjour de ses compatriotes et coreligionnaires, Djibrill Bassolé, à l’instar de tous les autres pèlerins, s’est rendu le 13 octobre à Mina, ville distante d’une douzaine de km de la Mecque où, il a séjourné jusqu’au 17 octobre pour les différents rites, notamment l’imploration du pardon divin, au Mont Arafat appelé également « Jabal Al Rahma », le Mont de la Miséricorde.

A Mina, le Ministre d’Etat a encore rendu visite aux pèlerins burkinabè sur leur site d’hébergement pour s’enquérir de leurs conditions de séjour et leur transmettre les salutations du Président du Faso, du Premier Ministre et de l’ensemble du Gouvernement burkinabè.

A l’occasion, il a souligné l’importance de l’implication personnelle du Chef de l’Etat et de l’ensemble du gouvernement dans la réussite de l’organisation du pèlerinage à la Mecque. Car l’un des devoirs de l’Etat dira-t-il, c’est de mettre tout en œuvre pour permettre une pratique effective de tous les cultes. Le Hadj, étant une des manifestations les plus visibles de la communauté de l’Islam (la Oumma) et un haut lieu identitaire pour tout musulman.

S’agissant particulièrement du pèlerinage à la Mecque, Djibrill Bassolé, a relevé qu’il constitue un événement unique à la fois pour les pèlerins et pour notre pays. En effet, pour l’Etat burkinabè, qui doit protection et assistance à tous ses nationaux, où qu’ils se trouvent, le pèlerinage est un défi organisationnel et diplomatique.

En retour, il a invité ses compatriotes à avoir un comportement exemplaire qui honore notre pays. Il a souhaité que tous les Musulmans burkinabè constituent une Oumma unique, solidaire et bienveillante, dépassant ce qui peut les diviser. Il a demandé que les voix des Musulmans transmettent des messages de raison, de foi, de paix et d’amitié à l’ensemble de la Nation burkinabè.

A Mina, Djibrill Bassolé a formé le vœu que les musulmans puissent, dans la vie de notre pays, investir un champ plus large : celui de vivre ensemble et d’agir ensemble pour le bien commun.

Les pèlerins en réponse ont demandé au Ministre d’Etat de transmettre au Président Blaise Compaoré, au Premier Ministre et au Gouvernement, leur gratitude pour l’amélioration constatée dans l’organisation du Hadj 2013.

Aux membres du Comité national de suivi du pèlerinage à la Mecque et aux responsables des agences de voyages le Chef de la diplomatie burkinabè a prodigué des encouragements. Il les appelés à un suivi vigilant et à un pilotage quotidien sans relâche de l’encadrement des pèlerins.

Pour lui, l’implication des autorités et l’amélioration constatée dans l’organisation du pèlerinage cette année montre qu’en dépit de quelques réticences initiales, il est impératif que les pouvoirs publics interviennent dans l’organisation du Hadj. Mais il reconnait qu’il est impératif de travailler à un bon équilibre entre la liberté religieuse et le strict respect de la neutralité de l’espace public.

Néanmoins dira le Ministre d’Etat, le Burkina Faso, Etat républicain et laïc, a tout à gagner par une protection renforcée sur le plan diplomatique et sanitaire, un encadrement rigoureux du transport vers les Lieux Saints, surtout avec l’accroissement continu du nombre de pèlerins.

Rappelons qu’en mars 2013, Djibrill Bassolé était en Arabie Saoudite où, il a sacrifié à la Oumra appelé « petit pèlerinage » et surtout évoqué avec les autorités saoudiennes les conditions d’amélioration de l’accomplissement du Hadj par les pèlerins burkinabè.

Le ministre Bassolé avait à l’occasion déploré les difficultés rencontrées chaque année par les Burkinabè qui font le déplacement d’Arabie Saoudite. Des difficultés liées au transport, à l’hébergement, à l’alimentation et même à l’encadrement, toutes choses qui ne sont pas de nature à garantir de bonnes conditions d’accomplissement du hadj et qui n’honorent pas notre pays.

Garant du respect de l’image du Burkina Faso à l’extérieur, il s’était donc engagé à travailler suivant les instructions du président du Faso, à une meilleure organisation du hadj « pour la santé et la sécurité des Burkinabè et pour la préservation de l’image de marque du Burkina en Arabie Saoudite ». Dans la dynamique de son engagement, il a rencontré en septembre dernier, à Ouagadougou, le comité national de suivi du pèlerinage en vue de mettre la dernière main aux préparatifs.

Cet engagement a alors été respecté pour le Hadj 2013 à la grande satisfaction des milliers de pèlerins burkinabè qui ont pu dignement remplir leur obligation.

El Hadj Djibrill Bassolé, regagne donc Ouagadougou après deux missions bien remplies, à savoir l’accomplissement de son pèlerinage et la réussite de l’organisation du séjour des Burkinabè ; ce qui participe de la consolidation de l’image du Burkina Faso à l’extérieur. Avant de regagner Ouagadougou, le Chef de la diplomatie burkinabè effectue le 21 octobre une visite de travail à Alger.

Plusieurs personnalités burkinabè étaient au rendez-vous de ce Hadj 2013. Parmi elles figuraient l’Ambassadeur du Burkina en Arabie Saoudite, SEM Mansa Ountana, le Dr Lassina Zerbo, Secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires ( OTICE) à Vienne, Maître Mamadou Traoré, Bâtonnier de l’Ordre des avocats, Madame Fatoumata Djibo Représentante résidente du PNUD à Dakar, M. Adama Barro, Secrétaire Général du Ministère de la Communication, le Secrétaire Général du CBC, le Chef de Djibo.

On déplore malheureusement la perte de trois pèlerins dont deux dames et un homme des suites de maladies.

Consulat Général du Burkina Faso à Djeddah,
DCPM-MAECR

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 octobre 2013 à 16:27
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    "Le président du Comité de suivi du pèlerinage à la Mecque, Mahamady Ouédraogo, a lui aussi, fait au Ministre Bassolé, l’état des mesures prises au niveau national pour la réussite du pèlerinage cette année. Il s’agit notamment de la mise en œuvre de l’option « MINA + » qui consiste à fournir, à chaque pèlerin, un paquetage de couchage et de trois repas quotidiens durant les cinq jours de séjour à Mina. Cette expérience supportée par le budget de l’Etat et dont les pèlerins burkinabè bénéficient pour la première fois, améliore sans conteste leurs conditions de séjour (sécurité, hygiène)"
    L’Etat burkinabè a donc financé le pélerinage des musulmans avec l’argent public. C’est une atteinte à la laïcité et le neutralité de l’état par rapport à toutes les religions. C’est ouvrir la boite de Pandore car maintenant, chaque religion est fondée à demander des subventions. M. Bassolet, avec tout le respect que je vous dois en tant que ministre ; vous faites fausse route et vous avez commis une faute politique grave.
    Je suis optimiste d’habitude, mais l’état s’est mis dans une situation dangereuse pour la paix nationale

    Répondre à ce message

    • Le 21 octobre 2013 à 10:54
      En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

      Pour les intervenants qui sont fachés sur le soutien de l’Etat je demande de relativiser. Je ne suis pas musulman mais j’ai compris qu’après observation sur quelques années, l’Etat a jugé utile d’accompagner les pèlerins avec un peu de moyens pour qu’ils continuent pas à verser notre figure par terre à la mecque. Chaque année c’est le nom du Burkina qui sort négativement. Là l’etat n’a pas payé leur hadj je crois, il a pourvu à la nourriture et au gite pour une étape du pèlerinage 5 jours je crois qui peut être sont très difficiles labas. En cas de besoin les autres religions vont aussi solliciter l’aide de l’etat, et j’imagine mal qu’il puisse refuser. Puisqu’on a invoqué l’image du pays. Avec près de 5000 burkinabè à l’étranger sur un meme site, je crois que ça vaut le coup que l’etat ait un regard sur ça. Maintenant il ne faut pas que ça soit sélecif je repète. Qui peut le plus peut le moins. Félicitations à El Hadj Bassolé pour sa double mission bien remplie.

      Répondre à ce message

    • Le 21 octobre 2013 à 14:13
      En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

      En quoi cela menace-t-il la paix dans ce pays de tolérance ?
      Il n’y a que des gens comme vous qui voit le mal partout pour dire des anenies là où il y a rien à dire.
      Laicité, on connait. Nous, on préfère la tolérance. Vous séjournez un coup en occident ou alors vous écouter 3 nuits RFI sur les pratiques en occident et vous voilà défenseur d’une laicité. C’est quoi la laicité ? Vomir à longueur de journée la haine contre ceux qui ne sont pas de la même réligion que vous ?
      Foutez nous la paix, s’il vous plait.

      Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2013 à 16:29
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    Un regrettable mélange de l’État et de la Réligion dans une République qui se dit démocratique, laïque et libre. Étonnant écart. Confusion regrettable même si cela peut nous rapporter des pétrodollars. sommes-nous vraiment indépendants ? J’en doute.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2013 à 17:35
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    Paix aux âmes des disparus. Félicitations à El Hadj Bassolé et aux autres personnalités. Pour revenir au Hadj, la communauté musulmane doit tirer les leçons de cette édition pour les prochaines années afin d’organiser les départs, le séjour et les retours des pèlerins sans l’intervention de l’Etat afin d’avoir moins d’immixtion du politique dans la religion et de la religion dans la politique. Cela évitera certains dérapages que l’on a pu lire dans les journaux et sur la toile.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2013 à 19:19, par Niandé
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    k’allah agrée son hadj.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2013 à 19:38, par Niandé
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    k’allah agrée son hadj.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2013 à 22:16, par RAYIM
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    Ha là c’est grave !!!!!
    Ok comme il est interdit à toute créatures de juger son prochain, on peut que constaté.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2013 à 00:03, par REPONSE A EL HADJ DJIBRIL
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    MERCI BEAUCOUP EL HADJ , ON SAIT QUE C’ EST UNE FARCE , MAIS C’ EST BIEN POUR LE MORALE DES MUSULMANS DU PAYS

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2013 à 10:53, par harzas
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    Puisse Allah agreer votre pelerinage et le faciliter a tous ceux qui n’ont pas encore effectuer ce deplacement !!!
    Toutes nos felicitations pour l’organisation de ce grand rendez vous Divin !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2013 à 11:01, par harzas
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    Puisse Allah agreer votre pelerinage et le faciliter a tous ceux qui n’ont pas encore effectuer ce deplacement !!!
    Toutes nos felicitations pour l’organisation de ce grand rendez vous Divin !!!
    Toutes nos condoleances aux famille des regretes en terre Sainte !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2013 à 12:06, par Souleymane sankara
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    Salut le faso.net je vous encourage

    Répondre à ce message

    • Le 21 octobre 2013 à 21:17, par fitê
      En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

      Ok ! Les grandes manœuvres commencent. L’après Compaoré se prépare maintenant, face à une opposition qui dort et s’agite dans le cauchemar burkinabè ! Impossible n’est pas Djibril Bassolet. On peut être Grand maître de la loge du Faso, Grand nominaliste sans foi ici et faire le Hadj là-bas. Le propre du maçon, c’est sa versatilité et son opportunisme calculé.

      Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2013 à 20:55, par toudou
    En réponse à : Hadj 2013 : Djibrill Bassolé pèlerin et diplomate

    En quoi le pélérinage de Mr Bassolé intéresse les burkiabè ? C’est une affaire privée qui ne regade que lui. Je comprends qu’il utilise tous les moyens pour se faire mousser mais tout de meme ! Il fait partie des courtisans de Kossyam qui revent de remplacer leur boss.Peine perdue ! Le jour où ce régime va tomber, vous allez tous payer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés