F. SYNTER section/ Boucle du Mouhoun : Une grève pour faire annuler des décisions d’affectations

mercredi 16 octobre 2013 à 19h53min

Les enseignants du secondaire membre de la Fédération des Syndicats nationaux des travailleurs de l’éducation et de la recherche (F-SYNTER) coordination régionale de la Boucle du Mouhoun, observent un arrêt de travail de 48 heures à compter d’hier 16 octobre.

F. SYNTER section/ Boucle du Mouhoun : Une grève pour faire annuler des décisions d’affectations

L’année scolaire 2013- 2014 démarre sur un ton assez particulier dans la Boucle du Mouhoun. A peine les premières évaluations programmées, les « démons » de l’école ont déjà fait surface. Et c’est le syndicat des enseignants du secondaire notamment ceux membres de la coordination régionale F-SYNTER de la Boucle du Mouhoun, qui donnent de la voix. Ils s’insurgent contre les récentes décisions d’affectations portant sur certains de leurs camarades de lutte. Les cas les plus récents et qui ont fait déborder le vase, d’après le coordonateur régional de la F- SYNTER de la Boucle du Mouhoun Issa Zéba, portent sur le camarade Toni Jean Prosper, professeur de sciences de la vie et de la terre et responsable de la section F-SYNTER de Tougan et Tao Oumarou professeur de maths et responsable de l’école démocratique et populaire à Kouka. Le premier, selon le coordinateur régional, serait affecté à la direction régionale des Enseignements secondaire et supérieur avec au compteur moins de 10 ans de service pendant que le second lui serait affecté au lycée provincial des Banwa sans son consentement. La coordination de la F- SYNTER de la Boucle du Mouhoun dénonce également les mauvaises pratiques qui ont pris corps dans les établissements secondaires telles que les surcharges des classes, l’utilisation des salles de classe à d’autres fins, le non-respect du fonctionnement des différentes instances statuaires, l’imposition de frais non-règlementaires, le favoritisme dans l’octroi des heures supplémentaires et vacations et, l’ouverture des classes illicites. Sur la question des affectations, Issa Zeba pense qu’elles sont faites de façon arbitraire avec pour intention de nuire aux libertés syndicales. C’est pourquoi, au cours de la marche – set in qu’ils ont organisée à l’occasion, monsieur Zéba et ses camarades ont invité la DRESS à s’attaquer aux véritables problèmes de l’enseignement et à mettre fin aux affectations arbitraires.

A l’autorité régionale, ils exigent également l’annulation de la décision d’affectation de leur camarade et leur implication véritable pour une année scolaire apaisée. Selon le responsable syndical dans la région, à ce jour, on dénombre à huit, le nombre d’enseignants membres de la F-SYNTER section de la Boucle du Mouhoun, victimes « d’affectations arbitraires » depuis la nomination de l’actuel directeur régional des Enseignements secondaire et supérieur. Sauf que, cette fois-ci, le syndicat se dit déterminé à aller au bout de sa lutte. C’est donc dire qu’un « bras de fer » oppose désormais la direction régionale des Enseignements secondaire et supérieur aux enseignants du secondaire, membres de la coordination régionale de la F- SYNTER de la Boucle du Mouhoun. Espérons que les deux parties reviennent à de meilleurs sentiments dans les meilleurs délais.

Ousmane TRAORE

L’Express du Faso

Messages

  • Evitez de bloquer l’année scolaire. Difficile les acteurs de l’enseignement dans la Boucle

  • Merci camarades !

    Vive la lutte ! Honte et déshonneur a ceux qui s’opposent a la vérité !

  • Points en l’air,le clairon de la victoire entonnera l’hymne de notre triomphe.

  • Merci camarades !

    Vive la lutte ! Honte et déshonneur a ceux qui s’opposent a la vérité !

    Au plateau central on n’est pas encore arrivé aux affectations arbitraires mais

    c’est la violation flagrante des textes portant nomination qui est d’actulité !

    Bonne suite camarades !!!

  • Dans quel pays sommes nous ? Comment doit on faire maintenant les affectations ? Donc il faut demander l’avis de monsieur tao avant de l’affecter ? Vous êtes singles et il faudra que les parents d’élèves prennent leur responsabilité contre des syndicalistes ignorants de tout principe administrati

    • C’est vous qui êtes cinglés ! De quel droit le DR se permet-il d’affecter les gens sans leur consentement ? Et sans qu’ils ne l’aient demander ?
      Webmaster, laisse passer mon texto, liberté oblige.

    • je crois que tu ne connais rien en administration . on affecte par nécessité de service quand la nécessité est manifeste. Et dans ce cas, puisqu’on parle de nos jours de gestion participative comme tu ne connais rien,on appelle celui qu’on veut affecter pour avoir son avis et s’il donne son accord, on l’affecte. Dans le cas contraire, on cherche une autre personne puisque cette affectation peut jouer sur sa famille et même professionnellement surtout dans l’enseignement où le concerné peut bouder le travail. Renseigne-toi auprès de ceux qui ont fait des études en gestion des ressources humaines. ah ! j’ai oublié que tu ne sais pas que ce n’est plus comme avant. Lorsque la nécessité de service est utilisée pour faire mal, il va sans dire que cela va souffrir de contestations. c’est Quand tu seras victime que tu comprendras que cela fait mal. De toute façon tu n’es pas plus travailleur que ceux qui contestent ces affectations. Peut-être que tu as joué aux lèche-bottes pour être où tu es. traire !

  • Toujours le SYNTER. Quand est-ce que vous comprendrez enfin ? On peut affecter un enseignant d’un poste à un autre sans son consentement si vous ne le savez pas encore. Et la nécessité de service, ce n’est pas un droit de l’employeur ?. Par contre on ne peut pas ramener un professeur sain de corps et d’esprit au bureau sans son consentement.
    D’autre part, je voudrais savoir à quel jeu joue votre grand militant ki est à la DR et ki plus est le chef de service du personnel. N’est-ce pas lui qui fait les propositions d’affectation au Directeur ?
    Mr le DR, ouvrez l’œil car ce mouvement peut vous conduire loin. j’ai l’impression que quelqu’un veut vous faire endosser la responsabilité de tout ceci afin de profiter des dividendes (votre place). Suivez mon regard.

    • Merci Bidiore, car la question qui me taraudait la tête était de savoir si un travailleur syndiqué ne pouvait pas être affecté n’importe où sur l’étendue du territoire et même en dehors(ambassades). L’affectation lui enlève t-elle son militantisme au point qu’il ne puisse plus lutter dans le nouveau poste ? S’il faut toujours avoir le consentement des agents avant de les affecter, nombreux seront ceux-là qui ne bougeront jamais de leur poste, surtout quand celui-ci est juteux ! Mais si l’affectation s’avère arbitraire et faite à dessein, là, ce n’est pas responsable de la part du responsable ! Au fait, que dit le "statut particulier" de la Fonction Publique sur ces cas ?

    • il est vrai qu’un fonctionnaire peut etre affecter par tout dans le pays.mais passez vous qu’une permutation poste pour poste entre deux fonctionnaires sans leurs consentements rélève d’une nécéssité de service ? ou vous pensez que une personne de l’association des parents d’élève peut tout seul faire affecter un professeur par simplement un écrit envoyé à la DR ? ou pensez vous encore que pour protéger un agent memassé de mort on doit l’affecter à moins de 50 km de là ou il est mémassé ? répondez à ces questions et vous trouverez qu’il y a une chose qui ne cole pas.

    • Celui qui n’est pas content de son poste d’affectation peut toujours démissionner. Pas question que l’administration vous consulte avant de vous affecter. Arrêtez de prendre l’avenir de nos enfants en otage.

  • Dévalorisation de l’autorité des responsables dans nos administrations.De simples mutations qui sont contestés.Chers enseignants sachez que vous êtes payés pour servir partout au Burkina et au délà, selon les besoins de l’administration.Vous êtes suffisament instruit pour le comprendre.Il n’est pas donné à n’importe qui de dispenser le savoir et ne retombez pas si bas.Respecter votre administration autrement, personne ne le fera à votre place et la rue n’est certainement pas le meilleure cadre surtout par ces temps de démarrage de la rentrée.A moins que vous ne soyez des enseignants d’une autre époque.De grace, mouillez le maillot pendant l’année scolaire au lieu de passer le temps à vociférer dans la rue.

    • C’est dommage parce que vous n’avez rien compris. L’affectation ici est faite pour sanctionner sinon il n’y a pas de besoin réel dans ces établissements. Ce sont des anciennes pratiques utilisées par l’administration pour casser le syndicat mais cette fois ci ça ne marchera pas.

  • S ils refusent ded rejoindre leur poste li faut les virer tous ; on est fonctionnaire paye par le contribuable avant d etre syndicaliste

  • les membres du F.SYNTER, vous faites de la comédie dès. Si le lutteur est affecté cherché un autre le remplacer. C’est parce que c’est une affectation et s’il était mort qu’allez vous dire ?monsieur l’affecté si tu me lis, un conseil : rejoins ton poste et laisses les faux types de gréviste. C’est pour te nuire. pourquoi eux, ils ne prennent pas la devanture pour lutter ?

    • ATTENDEZ LES GARS. YA UNE ECOLE QUI S APPELLE « ECOLE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE. » ?? ET IL S EN TROUVE DES PARENTS QUI Y ENVOIENT LEUR GOSSES ? ON DIRAIT LE NOM D UN GOULAG SOVIETIQUE

    • ah ! tu as oublié votre université populaire. on ne te demande pas de lutter pour nous. Mais saches que vs n’aurez plus l’occasion de vendre les luttes pour des postes. ta carte jaune, couleur des traites ne te servira plus.

  • "les « démons » de l’école ont déjà fait surface." Monsieur le journaliste qui sont les démons ? Le F synter ou l’administration

  • Les syndicalistes doivent réfléchir un peu à ce qu’ils font. Vous êtes des fonctionnaires comme les autres. C’est qui vous voulez qu’on affecte a ces postes. Partout vous bloquer les affectations. L’autorité a le droit de nommer un fonctionnaire pour nécessité de service. Si vous n’êtes pas d’accord, il y’a des voies de recours comme saisir la justice. Mais c’est marcher seulement vous connaissez. Les syndicats de l’enseignement les plus radicaux sont ceux de la Boule du Mouhoun et des Cascades. Nous sommes de ce pays et la roue tourne pour chacun. Les situations évoluent . Il n’y’a rien qui ne soit réversible. Sachons raison garder

  • je ne vois pas en quoi lutter pour la liberté syndicale fait de nous des "démons de l’école". Héi ! Attention journaliste !

  • il parrait que le professeur de maths de lycée departemental de kouka est affecte au LPBANWA en remplacement de d’un autre professeur de maths delegue engagé du personnel de cet etablissement.lui aussi n’a jamais demandé à partir a kouka.c’est simplement suite à un ecrit de l’APE demandant au DR de l’expulser hors de la province,ecrit qu’elle demande d’annuler vue les consequenses qui s’en suivent.ca c’est quelle merde de l’administration !faut que tous les profs demandent à partir si rien n’est fait.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés