SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

mercredi 16 octobre 2013 à 23h55min

C’est connu, au Burkina, le 15 octobre de chaque année, amis et adeptes de l’idéal sankariste se retrouvent pour commémorer son assassinat et lui rendre hommage. Cette année encore et malgré la coïncidence des calendriers, c’est une foule nombreuse qui est sortie de nouveau pour prendre part aux activités prévues à cet effet. Mais au-delà des marches, dépôts de gerbe de fleurs, discours, visite guidée et autres activités, une question se pose : Que reste-t-il finalement de l’engagement du Capitaine, 26 ans après ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
                     SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

Rediffusion de l’émission à succès « Archives d’Afrique » spéciale Thomas SANKARA, sur Radio France Internationale, émission spéciale sur Africa N0 1, bref SANKARA est toujours présent dans la mémoire collective. Lui qui en quatre années de présidence a su trouver les mots justes pour parler à l’Afrique et au reste du monde.

L’Homme et le politique

En termes d’acquis, on peut ainsi distinguer d’un côté, Sankara le politique et de l’autre le dirigeant.
Au niveau de la pensée, ses idées ont été reprises avec plus ou moins de succès par des héritiers politiques qui tentent à leur manière de maintenir la flamme allumée. Malheureusement chez ces derniers, l’unité n’est pas toujours la chose la mieux partagée. Si bien que l’étalage des divergences prend souvent le pas sur toute autre considération.

A ce propos, le discours de l’avocat et Député Bénéwendé SANKARA invitant ses camarades à mettre de côté les questions d’ego et les querelles de chiffonniers pour se consacrer à l’essentiel est plus qu’évocateur du climat qui prévaut en ce moment dans la famille sankariste.

Surtout que dans la classe politique, notamment dans certains cercles proches du pouvoir, d’aucuns estiment que tout n’a pas été aussi rose qu’on voudrait bien le faire croire durant les quatre années de la révolution.

Mais c’est surtout de SANKARA, l’Homme et le dirigeant qu’il reste et restera sans doute bien d’éléments à inscrire dans les rayons de la postérité. En effet, modèle de simplicité et de vertu pour les uns, exemple type du dirigeant intègre, patriote et panafricaniste pour les autres, Thomas SANKARA apparaît aux yeux d’ une grande partie de la population en général et de la jeunesse burkinabè et africaine en particulier comme le symbole du Président citoyen.

Ce 15 octobre 2013, ce sont eux, ces jeunes qui ont encore marché aux côtés des anciens. Pour disent-ils, marquer leur détermination à poursuivre la lutte.

Juvénal SOME

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 octobre 2013 à 20:51, par Siki l étoile noir
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    SANKARA POUR TOUJOURS

    Répondre à ce message

    • Le 17 octobre 2013 à 08:05, par LAGUI ADAMA
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      Il a joué et il a perdu en un mot il a été la cartouche de son propre arme !

      Répondre à ce message

      • Le 17 octobre 2013 à 11:52, par SANOU
        En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

        Faites vous comprendre

        Répondre à ce message

      • Le 17 octobre 2013 à 14:08, par Plein d’Espoir
        En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

        La politique ne doit pas être un jeu. Imaginons un chauffeur de bus qui a entre ses mains la vie de quelques dizaines de personnes. S’il se permet un petit somme ou une distraction (en un endroit critique de la route), les conséquences de ses actes seront fonction de la vigilance des passagers à bord. Sankara en apparence semble avoir perdu, car son héritage semble un peu bâclé. Mais soyons sûr d’une chose, tant que y a la vie , y a l’espoir que ce qu’Il a semé poussera un jour.
        Que Dieu bénisse le Burkina !

        Répondre à ce message

      • Le 18 octobre 2013 à 13:08, par Lepeul
        En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

        La faute est aussi aux africains qui ne s’unissent pas pour prendre leur place. L’esclave mérite ses chaînes. L’esclave qui ne lutte pas, qui ne prends pas d’engagement, ne peut pas se débarrasser de ses chaînes. Il reste esclave quels que soient les discours moralistes de son maître.

        Les Africains doivent s’organiser contre tous ceux qui les excluent des débats de ce monde. Ils doivent s’imposer et il leur est possible de s’imposer.

        La bière n’est pas une priorité. Qu’est-ce qu’on choisit, le mil pour manger ou le mil pour boire ? Je crois qu’il faut d’abord nourrir les gens. Ensuite on verra le sort de ceux qui veulent boire. Tous les burkinabè ne boivent pas de la bière, mais tous les burkinabè mangent chaque jour. Il y aura de la bière premièrement à condition que les gens aient fini de manger à leur faim, deuxièmement à condition que ce soit à partir de mil du Burkina. Est-ce qu’un régime politique sérieux peut avoir comme préoccupation principale le sort des buveurs de bière ?

        Nous avons connu beaucoup, beaucoup d’échecs. Chaque jour nous commettons des erreurs, mais la différence est qu’avant nous commettions cent erreurs et nous avions zéro victoire. Maintenant, nous commettons peut-être dix mille erreurs, mais nous avons deux, trois petites victoires. Nos erreurs sont tellement nombreuses qu’il m’est difficile de les citer. Dans l’appréciation des hommes ou de la situation par exemple. Nous même, nous nous décourageons parfois, nous sommes impatients ou intolérants. Je prends tout cela à mon compte, parce-que c’est moi le président. Ces erreurs, c’est moi. Et cela me rend triste, très souvent.

        Nous encourageons l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. Mais en général, la politique d’assistance et d’aide n’aboutit qu’à nous désorganiser, à nous asservir et à nous déresponsabiliser.

        Il faut améliorer la situation concrète des masses. Nourrir, soigner, loger et éduquer le peuple plutôt que de le tondre
        Produire en Afrique, transformer en Afrique, consommer en Afrique.

        Vous, vous faites la publicité des Levi’s. Je vois le Jean, c’est bien cousu, c’est Levi’s, c’est bien. Mais c’est américain. Ici, vous croyez qu’il n ’y a pas de tisserands ?
        Ne bâtissez pas un monde faux, basé sur la valorisation personnelle et la compétition généralisée. N’éduquez pas vos enfants pour qu’ils aient pour but de gagner le plus possible en dépit de tout le reste. Restez raisonnable dans vos envies de progrès. Gardez tout le temps en tête des valeurs nobles pour n’importe quelle action que vous faites, et ne laissez plus les occidentaux et les africains « occidentaux » vous mener en bateau.

        Répondre à ce message

      • Le 18 octobre 2013 à 19:28, par MAX
        En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

        Comme toi tu es éternel, ...

        Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2013 à 13:27, par Lepeul
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      Le problème fondamentale, c’est qu’en Afrique ceux qui sont débout et veulent se battre pour une vraie liberté, sont combattu par leurs propres frères. C’est exactement le cas de Thomas Sankara.

      Je l’ai rencontré à l’époque lorsqu’il a été dans la lutte de la vraie liberté, mais il a été trahi par son ami qui était devenu son propre frère ; mais avec l’aide des puissances occidentales. Un moment donné, la France a dit Sankara ça suffit. Et donc on a tué un homme qui avait les projets. C’est une expérience historique spécifiques, elle est particulière, maintenant on doit en tirer des leçons. Le processus de la libération de l’Afrique se fera si les Africains savent se parler.

      Tariq Ramadan

      Je dis qu’on peut élire ou révoquer qui on veut, peu importe la personne. Ce dont nous avons besoin, dans ce pays, c’est de faire en sorte, si le diable venait à gouverner lui-même dans ce pays, certaines procédures, certaines pratiques, l’empêcheraient de faire ce qu’il veut. Il serait obligé de faire ce que le peuple attend de lui.

      Jerry rawlings

      Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2013 à 19:40, par MAX
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      Thomas SANKARA, à toi l’immortalité, à nous la mémoire !

      Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2013 à 21:09, par Djeneba
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Même dans sa tombe Thomas SANKARA plus populaire que les dirigeants actuels. LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

    Répondre à ce message

    • Le 17 octobre 2013 à 07:32, par Omed 1°
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      Ce grand Homme est inégalable,tant il était visionnaire et hyper doué..mais helas,l’imperialisme qu’il a combattu toute sa vie a eu raison de sa personne mais jamais il n’aura raison sur ses idéaux...En tout cas il est un exemple pour la brave jeunesse africaine qui croit en l’Afrique ;n’en deplaise à ses bourreaux tueurs à la solde de qui nous savons tous....Mais repose en paix mon Capitaine valeureux,l’histoire t’a dejà donné raison.A bon entendeur,salut.

      Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2013 à 13:16, par Lepeul
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      Je ne me sens pas isolé en Afrique, mais mal compris et mal aimé.

      Soyez une Afrique qui doit oser relever la tête. Ne vous laisser pas dominer par la désespérance. La famine, ce n’est pas une fatalité. Les guerres, ce ne sont pas des fatalités. La corruption, ce n’est pas une fatalité.

      Il faut libérer nos têtes. Il faut libérer nos cœurs. Le peuple doit jouer un grand rôle. Et le militaire doit faire la volonté du peuple. C’est ça le changement.

      Thomas Sankara

      Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2013 à 21:10, par ka
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    La vision du camarade Thomas était pour tout un continent et non seulement pour le Burkina. Même mort notre soutient a ses idées aidera à savoir toute la vérité, et ses assassins vivants ou morts seront jugés. Notre camarade n’avait qu’une seule parole, une seule action : sauver l’Afrique de l’impérialisme et veiller à son développement. J’étais a cette 26e anniversaire, et les souvenirs de ce 15 Octobre 1987 me rappelle les mots d’un témoignage ‘’ils ont enterré Tom comme un chien et s’il avait plu ce jour, la pluie aurait tout emporté comme le sang du Christ.’’ Pour Tom, l’honneur était au peuple et non pour un parti corrompu, le pouvoir était au peuple et non à un individu corrompu, la gloire était au peuple et non à un individu caméléon. Continuons la lutte pour détruire les racines de l’impérialisme qui encouragent la corruption dans notre pays. Thom repose en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2013 à 22:10, par Karrissa
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Il me souvient cette nuit sahélienne soudain animée
    Il me revient cet appel de camarade proclamé
    Il me souvient ce charme capital débridé
    Il me revient ces slogans d’écolier

    Nos pieds nus sur le chemin retrouvé de la dignité
    Nos mains nues qui façonnent l’avenir rêvé
    Voilà pour soumission et démission le glas
    Voici David dressé parmi les Goliath

    La rageuse conspiration dans la maison est entrée
    Le chant du cygne la résolution n’a pas altéré
    La main traîtresse sur la poitrine offerte frappa sans merci
    Des sanglots éparpillés ont répondu à la tragédie.

    L’enfant prodige de quatre jours, où l’avez-vous caché ?
    Son sacrifice sublime nous aura-t-il rachetés ?
    Votre opium engourdira-t-il le message de nos héros ?
    L’esprit du martyr, à corps perdu, féconde de là-haut.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2013 à 22:12, par Sidnabiiga
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    C’est quand j’écoute ce monsieur que je réalise qu’il était en avance sur son temps et il a vaincu lamentablement ses assassins ! Il aurait fallu que ses assassins n’aient jamais exister parce que l’histoire sera sans pitié avec eux et tous ceux qui ont profité de son élimination physique ! Heureux soient les immortels puisque tous mourront dans les cas mais les immortels eux sont éternels ! Mais les assassins de sankara existeront par son nom car ils sont intimement liés par le drame même si eux auraient été heureux de n’être pas nés ! Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2013 à 22:21
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    La memoire de cet illustre et digne fils de l’Afrique toute entière restera gravé à jamais dans la memoire collective des Africains et des burkinabè en particulier. Tôt ou tard la vérité sur son assassinant jaillira et ses criminels recevront le chatiment à la hauteur de leur forfaiture. Que le seigneur l’accueil dans son royaume.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2013 à 22:45, par le citoyen
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    je s8 triste quand je me rappel de la mort du président sankara

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 07:39, par tuenmavé
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Les mesures sociales qui viennent d’être prises, telles que les boutiques témoins ne sont autres choses qu’une pale copie des FASOYAAR d’alors. Il y en avait partout sur tout le territoire national et de façon permanente. Ce qui avait maintenu les commerçants véreux sous pression et dans la rectitude.
    Vive Thom Sank. La Patrie ou la Mort nous vaincrons
    Nan laara an saara.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 07:42, par ouessal
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    SANKARA fut un génie. A chaque fois que j l’ écoute. j pleure au fond de mon cœur. c est surtout le changement de mentalité manqué qui rend triste.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 07:48
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    IL N’EST PAS MORT DANS NOS ESPRITS ET IL NE MOURRA POINT.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 07:59, par Ranini
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Repose en paix Camarade Président ! Tu as vécu une vie utile ! Nous ne t’oublierons jamais !

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 08:38, par wedaga
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Ce qui est essentiel, c’est Sankara a su semer la bonne graine dans les consciences, et tôt au tard, cette graine va produire des centaines ! A bientôt pour un défis sans pareil aux dirigeants actuels

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 08:38, par zping
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Thomas SANKARA est plus que vivant que les vivants. Ce n’est pas la peine que les uns et les autres pleurnichent parce que Sankara est mort, il faut qu’on pleurniche plutôt parce qu’on n’arrive pas à l’incarner. Et tous ceux qui font obstruction à cette incarnation (parce qu’il ont peut être réussi à faire disparaître son corps en tant que matière) ne résisteront pas longtemps et le aura bientôt raison d’eux. Heureux sont ses assassins qui ne sont plus, et là aussi ils sont déjà passé au tribunal suprême ou sont en entente avec toutes ces angoisse. L’homme a vécu utilement, paix encore à son âme.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 08:40, par le franchisseur du ribucons
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    thom n’est pas mort, il vit et fait mieux que cette dictature, le régime actuel encourage le mensonge, la traitrise, la paresse, le vol, les détournements, thom tu vis et on te sent, dieu vous paie à hauteur de votre lachété

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 08:56, par KGS
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Paix à l’Ame de Grand Homme !

    Répondre à ce message

    • Le 17 octobre 2013 à 10:55, par BIEDAM KOUNABADAN
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      les ecritures saintes nous enseignent que les prophètes de l’ ETERNEL ne vivent pas longtemps dans ce monde perverti destiné à la destruction à de ses pechés abominalles
      moi je rends grandement grace à l’ETERNEL des armées parce qu’ il a permi de vivre les moment inoubliablesde la presence de son serviteur dans cette nation
      j’ ai la paix et la joie de coeur car l’ ESPRIT de l’ETERNEL a visité sa nation et le reste de la terre par son prophète ISIDORE NOEL THOMAS SANKARA
      Que sa rétribution reservée par le SEIGNEUR soit énorme

      Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:10, par Ranini
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Repose en paix Camarade Président ! Tu as vécu une vie utile ! Nous ne t’oublierons jamais !

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:17, par Mawuéna
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Je me rappelle qu’il avait dit " tuez Sankara et des milliers de Sankara naîtront..." il était convaincu qu’il fallait des idées nouvelles pour sortir le Burkina, l’Afrique, tous les opprimés de leur condition. Mais il allait trop vite pour certains et c’était comme si lui même savait qu’il manquerait de temps....qu’on ne le laisserait pas aller jusqu’au bout ! Même sur point il avait vu juste.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:28, par L’Intègre
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    je n’aime pas des trucs comme ça. au vu du titre, on clic rapidement pour soit disant voir de bonnes analyses sur les Idées de l’Homme le plus Intègre de l’Humanité et on nous parle des differents des sankaristes. vous ne savez pas que c’est ce égoisme là qui a tué SANKARA ? si on n’a rien a dire on laisse.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:32, par Lankhom
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    C’est le destin commun de tous les héros, ils ne vivent jamais longtemps, mais ils ont le mérite d’avoir vécu utilement, leur bourreaux, morts ou vivants ne connaitront jamais la paix, malgré le semblant de bonheur dans les richesses mal acquis dans lesquels ils se prélassent. Si on ne peut pas compter sur la justice des Hommes, ils ne pourront pas se soustrairent de la justice divine. Thom Sank, tu reste et resteras IMMORTEL. La patrie ou la mort, tu as obeïs et incarné ce SLOGAN ce soir d’un 15 octobre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:33, par RV
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    REPOSE EN PAIX GRAND HOMME ! LES PARTIS SANKARISTE SONT DES CANCERS QUI DÉTRUISENT LA MÉMOIRE DE THOM SANK.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:46, par sherif
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    L’accélération de l’histoire fait vivre des évènements à une telle allure que la maitrise des faits par l’homme devient impossible rendant celui ci artisan de situation non désirée. Les évènements tragiques du 15 octobre 1987 font partie des faits qui forgent l’histoire de tout un peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:54, par TOus fils de Sankara
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Malgré tout les efforts surhumains déployés par ceux qui nous gouvernent pour ternir sa mémoire, et pour le faire oublier de l’opinion nationale, africaine et internationale, Le président Thomas Sankara reste et restera dans les cœurs, dans les têtes et dans les esprits de tout les Burkinabè, de tout les Africains, de tout le monde entier. RIP mon Capitaine. SANKARA FOREVER !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 17 octobre 2013 à 14:21, par DADY
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      Par DADY, 17 Octobre
      Assassiné par l’impérialisme principalement Français et ses valets locaux : "L’impérialisme se reconnait par lui-même lorsque je l’attaque".Thomas Sankara à l’image de Kouamé Khrouma et de Patrice Loumoumba a voulu développer son pays en le retirant du joug du colonisateur qui depuis des années est resté au point de départ. L’impérialisme et ses valets n’ont pas intérêt à ce que les pays africains se développent. En 4 ans de pouvoir Sankara avait jeter les bases du développement de son pays. "Pour se développer il faut consommer ce que nous produisons" "Pour se développer il faut travailler" "Pour se développer, il faut être créatif" ; Pour se développer, il faut ne faut pas imiter, il faut être inventif". Pour se développer, il faut ne faut pas subir, il faut être indépendant" etc...Sankara appliquait toutes ces convictions et avait su les transmettre à son Peuple. A cause de ces idées, il a été fauché par des traites qui ne pouvaient pas l’accompagner dans le processus du développement. Tes 4 ans de règne valent mieux que 26 ans de pouvoir alimenté par le vol, les détournements, le gaspillage. Comme disait l’autre "Le grand frère tue, le petit frère tue, l’histoire finira par les rattraper". IL FAUT AJOUTER QUE LA MORT FINIRA PAR LES VAINCRE. Thom Sank, rien n’est éternel. Tes assassins deviendront un jour poussière.

      Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 10:56, par TOus fils de Sankara
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Malgré tout les efforts surhumains déployés par ceux qui nous gouvernent pour ternir sa mémoire, et pour le faire oublier de l’opinion nationale, africaine et internationale, Le président Thomas Sankara reste et restera dans les cœurs, dans les têtes et dans les esprits de tout les Burkinabè, de tout les Africains, de tout le monde entier. RIP mon Capitaine. SANKARA FOREVER !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 11:21, par Yeli
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Il y a des présidents qui meurent au sens propre comme au sens figuré. Mais Thomas Noël Isodore Sankara ne mourra jamais, il fait partie des grands leaders du monde comme Bill Clinton, Nelson Mandela, Patrice Lumumba, Desmond tutu, Jerry John Rawlings et autre. Ainsi donc comme la bénédiction elle ne sert à quelque chose que quand elle est divine mais quand elle vient des hommes elle restera sur terre. Et Thomas était béni par Dieu, Allah pas comme un certain assassin.
    Cet assassin qui ne se nourri que de la misère des uns (99% des Burkinabè), de la bénédiction et enfin la reconnaissance en médiation des autres ( 1% des Burkinabè) qu’il sache qu’il mourra dans l’anonymat comme ils sont venu au monde.
    Afrique : beaucoup de président mais très peu de grand homme, Thomas nous la jeunesse africaine consciente sommes fiers de toi, tu es notre idole.
    .

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 11:27, par Sekren9
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Il a ouvert le chemin ! Il nous revient de le poursuivre ! On ne peut combattre une idée que par une autre idée de même envergure ! L’élimination physique est le recours de la barbarie ne sachant quoi faire d’autre... Sankara restera à jamais dans les mémoires, quoi que vous fassiez !

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 11:34, par Gombo
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Un être éternel, même le père de la nation n’a pas eu le privilège de Thomas Sankara. J’allais dire aucun autre fils de ce pays n’a eu autant d’honneur après sa mort.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 11:41, par la main de DIEU
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    (Nous sommes des révolutionaire malheur a ceux qui Bayonne le peuple ! Le gouvernement est là pour servir et non pour ce servir, ou servir quelques puissances du jour ou de la veille, le peuple aime la liberté, pour que passe la liberté les détourneurs de ne doivent pas passer, en un mot je voulais vous dire que nous ne devons pas tenir le peuple en respect, mais réservés tout le respect au peuple, la liberté ce n’ est pas l’anarchi, le peuple a droit a la liberté, cette liberté ne doit pas se confondre avec la liberté pour les uns d’exploitées les autres pour des profit illicite la spéculations des détournements ou escroquerie)
    Es ce que vous êtes dacor que nous maintenions dans notre administration des fonctionnaires pouris nonoooooo alors il faut les chasser et nous les chasserons ! !!
    Es ce que vous êtes dacor que nous maintenions dans armée des militaires pouris nonooooo alors il faut les chasser nous chasserons ! !!!! Celà va nous coûté la vie peut-être mais nous là pour prendre des risques nous sommes là pour osé vous êtes là continué a vivre coût que coût....
    la patrie ou la mort nous vaincrons ! !
    THOMAS SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 11:45, par Gadro
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    je suis pour les idéaux de SANKARA, mais je suis contre tous ceux qui se cache derrière le nom de SANKARA pour embobiner la population. c’est à cause de ses politiciens incohérents et incapables que le nom de SANKARA risque d’être mal perçu par les nouvelles générations. affirmer vous dans les méandres de SANKARA, sans pour autant coller son nom à ce que vous poser comme acte. par ci on entent mouvement SANKARIST, par là mouvement SANKARIST,c’est quoi même ? c’est de la tricherie que vous faite. vous salissez le nom de mon IDOLE. Merci SANKARA tes idées continues de nourrir nos esprits énormément. tu etais un HOMME COMPLET. Repose en paix.

    Répondre à ce message

    • Le 17 octobre 2013 à 22:21, par SOME
      En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

      tu as raison : la misere du sankarisme c’est ces politiciensqui veulent recuperer l’ideal de sankara sans rien avoir de sankara ; c’est pire que de la tricherie. Il nous appartient à nous le peuple de faire v ivre le vrai sankara Comme tu dis ne laissons salir le vrai sankara : il ne s’agit pas d’ajouter le mot sankariste pour vivre l’ideal de sankara
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 11:59, par Neekré
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Merci pour l’article, mais il nous laisse un peu sur notre faim. Sans nul doute que rien ne pourra faire oublier Sankara. Les derives de la revolution ont certes existé, mais mises dans la balance avec les acquis pour l’Afrique et le Burkina, il n’ y a pas photo. Ce monsieur etait un patriote, un president citoyen. Sankara nous a simplement montré que pour gouverner et faire sortir son pays du sous dveeloppement, on n’a pas besoin d’avoir des doctorats en sciences politique ou en economie : il faut seulement être honnête et d’une probité morale. C’est tout. Quand on regarde ce qui a été realisé en 4 ans, c’est fantastique.
    Autre acquis qu’on ne peut poas mesurer, c’est l’eveil des consciences et l’ouverture d esprit. Malheureusement, parmi ceux qui l’entouraient, il y’avait plus de "convaincant" que de "convaincus".

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 13:35, par Plein d’Espoir
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Sankara était un visionnaire et cette vision était pour le bien être de son peuple, de l’Afrique et du monde entier. Le Roi Salomon disait dans un de ses écrits : "Lorsqu’il n’y a plus de vision d’avenir, un peuple vit dans le désordre (Proverbes chap. 29 vers. 18) ". Il faut vraiment un miracle divin pour que "un Tom Sank" revienne au Burkina. Que Dieu dans Sa grâce, revisite le Burkina sur tous les plans (politique, social, économique et religieux). Puisse Dieu prêter attention aux cris des malheureux, aux larmes des veuves et orphelins et au sang versé des innocents.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 14:06
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Article vide de sens ! que dites vous de nouveau ? vous reduisez Sankara a cela ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 15:04, par burkina2025
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Ses assassins savent bien que Sankara reste toujours Grand.
    Repose en paix notre presi.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 16:00, par MIMICHOU
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    je pleur aujourd’hui de n’avoir pas connu cet homme intègre ; je pleur aujourd’hui parce que je me dis que si il était allé jusqu’au bout de ses idées je n’allais pas souffrir comme ça. On l’a assassiné quand je n’avais que 2ans ; aujourd’hui j’ai 28 et ces assassins sont toujours au pouvoir lis n’ont qu’avoir honte maintenant de partir car nous les enfants de la révolution on a pas encore dit notre dernier mot .Mon capitaine repose en paix en 2015 ça sera LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 18:18, par ouedassi
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Il est admis un SANKARISME qui est un IDEAL, le "COMPAORISME" n’a pas été admis mais la "COMPAOROSE" est admise qui veut dire DEAL.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 19:06, par Gédéon
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Sankara révolutionnaire ?

    Le vrai révolutionnaire fut Jesus Christ. Tous ceux qui sont venus après ont versé le sang pour pouvoir répandre leur idéologie. JC n’a pas eu besoin de cela. Il a enseigné, il a soigné, il a guéri, il a aimé. Il a formé des disciples. Le message de paix et d’amour continue son chemin

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 23:57
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    la verité triomphe toujours sur le mensonge.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2013 à 09:27, par if
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    C’était un saint, notre Messie. Comme toujours, les siens ne l’on pas reconu.
    J’invite les gens à plus d’introspection et de dignité. PEACE AND LOVE

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2013 à 09:54, par tiono
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Ce grand Homme africain était hyper intelligent et pré avant -gardiste, et si nous passons le temps à juste commémorer sa disparition sans vraiment comprendre le message qu’il nous a laisser il serrait mort deux fois ...On doit enseigner toute l’histoire de THOMAS SANKARA dans les écoles, Universités et même chez les Européens ....

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2013 à 13:30, par Lepeul
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Nous étions tous animés, Thomas SANKARA et moi, de la ferme détermination de conduire notre vaillant peuple vers un avenir radieux. En tant que révolutionnaire, j’ai assumé mon devoir et exercé une tâche. L’accélération de l’histoire fait souvent défiler les évènements à une allure telle que la maîtrise par l’homme des faits devient impossible, rendant celui-ci artisan de situations non désirées.

    En compagnon d’armes et ami, je signalais à Thomas SANKARA de ne pas oublier notre préoccupation ; qui était l’avancée de la révolution dans le respect des principes. J’estime, qu’il demeurait le chef de l’exécutif, mais il lui appartenait de respecter un minimum de règles pour que nous accomplissions les nobles objectifs de la Révolution démocratique et populaire. En tant que patriotes militants, notre mission était de l’éclairer par la critique. Ce fut fait.

    Face à l’obstination et en l’absence de toute évolution, nous avions tenté d’autres approches. Mais aussi sans succès.

    C’est pour nous un rétrospectif douloureux, car nous avons usé personnellement de toute notre amitié, de toute notre disponibilité, de tous les arguments auprès de celui dont nous déplorons tous aujourd’hui la disparition.

    Blaise Compaoré

    J’ai des regrets d’avoir perdu un ami (Thomas SANKARA), bien sur. Et un regret aussi quand à un moment de sa vie, il a pensé à nous liquider. Dommage. Ça me fait mal.

    Blaise Compaoré

    Vous savez, c’est dans les difficultés qu’on grandit. Nous étions très sincères entre nous, mais la politique est venue pourrir nos relations.

    Le capitaine Boukari Kaboré, dit « Le Lion du Boulkiemdé »
    Chacun serait responsable de ses actes.Fervent croyant, j’avais dit que chacun serait responsable de ses actes devant le Tout-Puissant. Même si on savait par avance que quelque chose allait se passer, et même si on était sûr qu’il y aurait assassinat, je ne crois pas que les choses auraient pu se passer autrement. Parce que Thomas même avait dit qu’on devrait se laisser tuer pour que demain des gens parlent de ce que nous avions fait. Je lui avais répondu : "non ! moi, je ne veux pas mourir ! Toi tu es président ; si veux mourir, je ne suis pas tenu de t’accompagner !" Nous avons souvent eu de telles discussions.

    Le capitaine Boukari Kaboré, dit « Le Lion du Boulkiemdé »

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2013 à 19:31, par L’Integre
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    "Je souhaite que l’on garde de moi l’image d’un Homme qui a mene une vie utile pour tous. Je ne voudrais pas etre un Homme qui s’est battu pour lui meme, mais un Homme qui s’est battu pour les autres et avec les autres pour gagner avec eux." President Thomas Isidore SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2013 à 20:39
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Au delà de ses idées et de ses réalisations, il nous a laissé Mariam, une grande dame majestueuse à l’allure très africaine, ses beaux enfants Phillipes et Auguste. Puisse Dieu les bénir et les consoler. Moi, je n’arrive toujours pas ni à oublier son assassinat, ni à me consoler. l’espoir de tout un continent brisé pour laisser place à des pilleurs de biens publics.Mon Dieu, l’irréparable, que faire ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2013 à 20:51
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Au delà de ses idées et de ses réalisations, il nous a laissé Mariam, une grande dame majestueuse à l’allure très africaine, ses beaux enfants Phillipes et Auguste. Puisse Dieu les bénir et les consoler. Moi, je n’arrive toujours pas ni à oublier son assassinat, ni à me consoler. l’espoir de tout un continent brisé pour laisser place à des pilleurs de biens publics.Mon Dieu, l’irréparable, que faire ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2013 à 22:46, par Weogo
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    Il a voulu redonné une certaine noblesse à l’homme et à la politique. Il a été vaincu par les partisans de la domination et de la ploutocratie.
    Le sage disait : "A quoi sert-il à l’homme de gagner tout l’univers s’il venait à perdre son âme.
    RIP Mister President.Sankara

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2014 à 11:24, par baime
    En réponse à : SANKARA : Que reste-t-il 26 ans après ?

    ce qui est sur lhistoire le rattrapera ;

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés