La fin de la station sur le mont Arafat marque le début de la Tabaski

dimanche 13 octobre 2013 à 19h52min

La religion musulmane est bâtie sur cinq piliers dont les trois derniers à savoir, le jeûne du ramadan, la zakat et le pèlerinage à La Mecque s’enchaînent de manière à raffermir le praticant dans sa foi. Bien d’autres actes permettent au croyant de rester éveillé tout au long de l’année et pour ce faire, le lien Hadj- Tabaski mérite une attention particulière.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La fin de la station sur le mont Arafat marque le début de la Tabaski

La période du Hadj débute dès la fin du ramadan, au 10ème mois de l’année islamique mais, les actes rituels du Hadj ne sont accomplis que dès le début du 12ème mois. Ce qui s’étend sur trois mois pour ses deux piliers et la clôture se manifeste par des cérémonies de gratification au Seigneur. Pour la fin du Hadj, elle est marquée par la fête du mouton ou Aïd el kébir encore appelée Tabaski. C’est la grande fête musulmane. Elle se manifeste sur une période déterminée avec l’appui du calendrier lunaire. On ne saurait parler de ces rites de la foi musulmane sans parler de l’espace géographique où ils sont nés. La question de l’importance religieuse de La Mecque, tout comme l’ancrage historique de l’Egypte, ne date pas de la venue de Mohamet mais plusieurs siècles avant lui. Allah dit dans le Coran « (Rappelle-toi) quand Nous préparâmes l’emplacement de la Maison sacrée pour Abraham. Nous lui dîmes : « Ne M’associe rien ; et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s’y tiennent debout, et pour ceux qui s’y inclinent et s’y prosternent ».

Il est ainsi clair que bien longtemps avant l’époque islamique, La Mecque a été choisie comme centre religieux par Dieu. C’est à La Mecque qu’Allah donna l’ordre à Abraham de quitter Agar. C’est aussi à La Mecque qu’Allah fit jaillir l’eau du puits de Zamzam, qui sauva la vie d’Ismaël et de sa mère et permit ensuite à cette contrée de devenir un endroit habitable. C’est à La Mecque enfin qu’Allah donna à Abraham l’ordre de construire la Kaaba « la maison de Dieu » autour de laquelle tournent les pèlerins chaque année. Même si La Mecque a traversé une longue période d’absence prophétique, les rites de l’islam ne sont point païens ni sa fête. C’est en l’an 630 que le prophète Mahomet est revenu à La Mecque, prenant la ville sans combat après un exil à Médine. Il débarrassa la Kaaba des 360 « dieux » qui l’habitaient, la dédiant une nouvelle fois au culte pur du Dieu unique et établissant La Mecque comme lieu de pèlerinage pour tous les musulmans. Il faut noter que les premiers moments de vie de la communauté musulmane ont d’abord été bâtis sur des rites judaïques en priant notamment en direction de Jérusalem et, c’est dès l’an 624 que divers préceptes ont été établis, constituant une véritable déclaration d’indépendance de la nouvelle religion à l’égard du judaïsme et du christianisme. C’est à compter de cette année-là que le mois de ramadan a été instauré et que la prière a été réorientée vers La Mecque. Ces devoirs ont été complétés par l’injonction d’accomplir un pèlerinage dans cette ville, ancrant l’islam sur le sol de l’Arabie. Et ce pèlerinage marque sa fin par l’immolation d’un mouton en particulier en mémoire de la soumission de Abraham à Dieu symbolisée par l’épisode où il a accepté d’égorger son unique fils Ismaël sur l’ordre de Dieu.

Après son acceptation de l’ordre divin, Allah envoie l’archange Gabriel qui substitue au dernier moment l’enfant par un mouton qui servira d’offrande sacrificielle. En souvenir de cette soumission totale d’Abraham à son Dieu, les familles musulmanes sacrifient un animal selon les règles en vigueur. Le Coran précise que pour les animaux sacrifiés, « Ni leur chair ni leur sang ne parviennent à Dieu ; seule votre piété Lui parvient ». Ceci légalise la consommation de la bête sacrifiée sur un rite bien clair qui est : « Prononcez donc sur eux le nom de Dieu lorsqu’ils sont prêts à être sacrifiés. Puis, lorsqu’ils gisent sur le flanc, vous pouvez alors en manger et en nourrir le pauvre et le mendiant ». La Tabaski est intimement liée au pèlerinage car elle a lieu le 10 du mois de dhou al-hijja, le dernier mois du calendrier musulman, après waqfat Arafa, ou station sur le mont Arafat et marque chaque année la fin du Haj. Il y a tout un ensemble d’actions émanent de la foi que le pèlerin accompli pour être en parfaite harmonie avec la Tabaski.

Waliou A. ADEGUEROU

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés