Rentrée scolaire 2013-2014 : le continuum primaire- post primaire comme enjeu majeur

jeudi 3 octobre 2013 à 23h40min

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré et le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, Koumba Boly Barry ont rencontré, le jeudi 3 octobre 2013 à Ouagadougou, les journalistes au point de presse du gouvernement. Le continuum préscolaire primaire et post primaire a été au centre des échanges.

Rentrée scolaire 2013-2014 : le continuum primaire- post primaire comme enjeu majeur

La mise en œuvre du continuum entre le préscolaire, le primaire et le post primaire, la distribution des fournitures scolaires et des vivres des cantines scolaires et quelques questions d’actualité ont étés au cœur des échanges du point de presse du gouvernement du jeudi 3 octobre 2013 à Ouagadougou.

Selon le Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA), Koumba Boly Barry la rentrée scolaire 2013-2014 va voir se concrétiser l’amorce de la mise en œuvre du continuum éducatif.

Le gouvernement a opté pour une approche progressive et inclusive qui va s’étendre sur 3 mois. « Cela va permettre au gouvernement de conduire la reforme en mettant progressivement les infrastructures indispensables en place, en continuant le dialogue constructif avec les partenaires sociaux, en questionnant continuellement la mise en œuvre par des mécanismes adaptés de suivi pour des corrections et des adaptations éventuelles » a expliqué Mme le ministre.

Elle a précisé que pour cette première année, le transfert au MENA va concerner l’ensemble du préscolaire et uniquement 260 établissements de collèges d’enseignement général (CEG) de village. Quant au sort des enseignants concernés, Mme Boly a rassuré que le transfert ne lésera les droits et les avantages de personne.

Le dialogue avec les partenaires sociaux se poursuit pour mieux opérationnaliser ces mesures et prendre en compte les justes et légitimes préoccupations exprimées. La mutualisation des énergies et les moyens pour une performance accrue, avoir une vision plus holistique de l’éducation, des problèmes et des goulots d’étranglements, solutionner les déperditions scolaires, ajuster et harmoniser les programmes et les curricula sont les arguments que Mme Boly avance en faveur du continuum.

Même si certaines infrastructures ne sont toujours pas réceptionnées au titre de cette année, elle a annoncé la construction de 150 collèges devant faciliter la transition. Elle a aussi indiqué qu’au titre de l’année 2013-2014, les écoles seront dotées d’environ 4 millions de manuels et kits scolaires d’une valeur de 6 milliards de FCFA et qu’au niveau des cantines scolaires, l’Etat a investi plus de 25 milliards de FCFA pour 56 000 tonnes de vivres.

Et de poursuivre que l’accent est mis sur la décentralisation et la déconcentration. L’essentiel des fonds seront décaissés au niveau local ainsi que l’achat et la gestion des kits et des vivres. Concernant la grève annoncée des enseignants et le processus de transfert, elle a fait savoir que « Il n’y a pas de feu dans la maison, la grève s’inscrit dans un cadre global mondial à savoir la journée mondiale de l’éducation qui permet aux enseignants de parler de leurs conditions de vie  ». Koumba Boly Barry a conclu que le Certificat d’étude primaire (CEP) n’est pas supprimé mais que les réflexions sont en cours pour définir un nouveau curriculum adapté au continuum.

Interpellé sur la question de la grogne au niveau des GSP, Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré a signifié qu’il est question de statut particulier. Le ministre de l’administration territoriale et de la sécurité et celui de la justice sont en concertation avec eux.

Sur la question du conflit autour de la chefferie traditionnelle à Tenkodogo, M. Traoré a déclaré que face à ces genres de situations, l’Etat n’a qu’à sensibiliser pour la paix, l’ordre et la sécurité. Et attirer l’attention des gens qu’ils sont dans un Etat de droit. Mais si nous estimons que la situation est à un niveau où il faut réprimer, on doit avoir la possibilité de réprimer.

En ce qui concerne l’inondation du CHU-Yalgado, il a fait savoir que le CMA du secteur 30 est en chantier pour accueillir certains services de Yalgado afin que des mesures définitives puissent être prises pour éviter les inondations.

Il a invité les hommes de médias d’attirer leurs attention sur les éventuels manquements dans la mise œuvre en mesures sociales annoncées par le gouvernement le 11 septembre.

Ibrahima Traoré (Stagiaire)

Lefaso.net

Messages

  • Des vivres pour les cantines parlons-en ! Des marchés pour la fourniture du riz ont été passées ; n’empêche , la majorité des écoles ont fonctionner sans cantines. Madame la ministre, ne rentrez pas dans le jeu des effets d’annonce ! C’est dangereux en éducation.
    Pour ce qui concerne votre fameux continum, je crains qu’il ne soit mis en œuvre avant la fin du mandat de BC.
    Voyez- vous, il faut créer un seul Ministère chargé de l’éducation et on nomme des DG aux différents cycles. En outre former suffisamment des Conseillers en Gestion de Ressource Humaine pour gérer vos machins déconcentrés. Dans ce cas , l’inspecteur et le professeur- directeur de CEG retourneront à leur profil initiale : la pédagogie .

    • Monsieur qui n’a pas signé et dont je ne vois pas de pseudonyme. Ou est les lien entre cette réforme majeure en cours et le mandat du président COMPAORE ? Arrêtez souvent de tout ramener sur le champs politique et de mélanger les torchons et les serviettes. Et si vous n’avez rien à dire.......
      Enfin, je présume que vous êtes Conseiller GRH, sachez qu’un personnel spécifique formé à l’administration et la gestion des établissement d’enseignement existe et les conseillers GRH ne me semblent pas les mieux indiqués pour ce job. A bon entendeur salut.

  • M le : le porte problème du gouvernement ; vous allez arrêter de mentir au peuple burkinabé : Le CMA du secteur trente est plus qu’un mourroir arretez de nous traumatser l esprit, vous n’étes plus capable de gérer ce pays ;tout vous échappe je prends l opinion publique a témoin celui qui ne croit pas n a qu a faire un tour au CMA du secteur trente pour constater ;Meme les agents qui travaillent la bas sont décourage du manque criard de materiel pour assurer le minimum j ai moi meme ete victime tout recemment je suis gêner d en parler ;on nous a fait croire que les CMA ont été mis en place pour rapprocher le ,medecin du malade mais nous constatons que vous continuer de prendre les burkinabé pour des idiots qui ne comprennent rien ; qui ne comprendront jamais rien ; que vous pourrez piétiner ; abuser ; utiliser éternellement mais je pense que c est la fin ; ne nous mentez plus vous ne ferrez rien au CMA du secteur trente vous voulez juste gagner du temps le problèmre de lhopital ne date pas d aujourd hui ; il est vieux vous ne l’ignnorez pas ; vous préférez penser a un pouvoir a vie contre vent et maree en mettant en place un SÉNAT il n ya que ca qui compte pour vous : Il y a eu les inondations du premier septembre ; on ne devait plus parler de problème d’innondation il y a eu suffisment de solidarité pour qu on ne parle plus d’inondation ; s il vous plait épargner notre pays d une pagaille y a n en a marre :

  • Tous les syndicats du secteur éducatif à l’exception du SYNADEC ont pris part à toutes les rencontres sur ce projet de réforme, de l’atelier de Koudougou (qui a permis de produire le premier document sur les stratégies à envisager) jusqu’au dernier atelier de Loumbila les 10 et 11 septembre où les différents acteurs se sont accordés sur l’essentiel.
    Et toutes ces inquiétudes sus mentionnées ont trouvé des réponses. S’il est vrai que tout projet de réforme suscite des controverses car mettant en jeu des intérêts divers, il va falloir que l’on s’accorde sur l’essentiel à savoir l’élève. Quel type d’élève voulons-nous avoir au bout de 10 années de scolarisation obligatoire ? La réponse est claire, nous voulons avoir un élève qui maitrise les apprentissages fondamentaux à savoir bien lire, bien écrire et bien calculer. Condition de base pour pouvoir acquérir un minimum d’humanisme. C’est ce qu’on n’a pas avec la structuration actuelle. D’où la nécessité de mettre les dix années de scolarisation sous la tutelle du MENA qui gère déjà les six premières années. On peut beaucoup discuter de la tutelle, la proposition d’un ministère de l’éducation nationale gérant les différents niveaux jusqu’au secondaire a même été faite mais cela est de la responsabilité de celui qui propose la mise en place des départements ministériels. En attendant il faut bien que nos chers syndicats acceptent que ce processus de transfert qui est déjà en route puisse se faire afin que nous soyons en phase avec la Loi 013- 2007/ AN du 30 juillet 2007 portant Loi d’orientation de l’éducation qui dispose sur l’impérieuse nécessité de mettre en place un continuum éducatif de base. Les modalités de mise en œuvre peuvent toujours faire l’objet d’échanges puisque ce transfert s’inscrit dans la progressivité, du reste c’est ce qui est prévu et les SG de syndicats le savent. Pour conclure, je pense qu’il faut éviter de rejeter le transfert sur la base d’à priori car l’État conserve quand même sa force régalienne en matière de proposition de réforme et nos partenaires doivent éviter d’abuser de certaines positions dominantes au risque que la rentrée scolaire commence déjà mal. Enfin, il serait bon que les représentants des syndicats communiquent beaucoup plus avec leur base lorsqu’ils prennent part aux rencontres car on a vraiment l’impression que ce n’est pas le cas.

  • J’appelle nos gouvernants à mieux communiquer, car nous sommes à une époque où la communication joue un très grand rôle. Cette histoire de continuum primaire- post primaire devrait faire l’objet de débats, et madame la Ministre doit être en mesure de nous situer sur l’origine de cette réforme, les enjeux et surtout la valeur ajoutée que cela apporte à notre système d’éducation. Ce qui est conçu clairement s’énonce aisément ! Ce qui découle d’une bonne vision s’impose de lui-même ! Il y a actuellement trop de contestation dans le pays et cela embrouille tout le monde ! On ne demande pas à nos gouvernants d’avoir l’adhésion de toute la population ( ce qui est irréaliste) mais de convaincre sur la justesse, la pertinence des mesures.

  • Ne t’énerve pas djingri parce qu’il est difficile de tromper le VRAIS peuple qui dit NON au SENAT. De nos jours les burkinabés lisent,ils s’intéressent à la situation nationale et même internationale.Même ceux qui savent pas lire sont accrochés à leurs postes radios ou sont informés par leurs enfants scolarisés. Laisser les MINISTRES courir,2015 n’est pas loin. Tout ceux qui visite le CMA du 30 savent qu’aucuns travaux ne s’exécutent là-bas.

  • Le temps des ténèbres est passé.C’est difficile de tromper maintenant le VRAIS peuple qui dit NON au SENAT. De nos jours les burkinabés lisent,ils s’intéressent à la situation nationale et même internationale.Même ceux qui savent pas lire sont accrochés à leurs postes radios ou sont informés par leurs enfants scolarisés. Laisser les MINISTRES courir,2015 n’est pas loin. Tout ceux qui visite le CMA du 30 savent qu’aucuns travaux ne s’exécutent là-bas.

  • Madame la ministre, pour votre information, il y a des lycées qui n’ont pas encore effectué leur rentrée scolaire à cause de cette réforme. Alors, évitez les effets d’annonce, c’est très dangereux ! Allez sur le terrain, vous comprendrez les douleurs des proviseurs au prise avec les professeurs.

    • Mme la ministre il n’y a aucune logique dans votre processus de transfert. Au fait au lieu d’un ordre d’enseignement qu’on rattache au MENA c’est plutot les CEG de brousse que vous recuperez. Il faut etre au Burkina pour voir un tel anacronisme. Sinon a quel titre cette annee un professeur du second cycle enseigne t-il au premier cycle ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés