Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ôter une mère à son fils, c’est lui ôter plus qu’on ne peut lui rendre.Jean-Jacques Rousseau» 

Un demi-milliard pour 4 partis politiques dont 3 de l’opposition : Ça ce n’est pas budgétivore !?

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 30 septembre 2013 à 00h56min
Un demi-milliard pour 4 partis politiques dont 3 de l’opposition : Ça ce n’est pas budgétivore !?

4 partis politiques dont 3 de l’opposition, sauf changement de dernière minute, vont recevoir un demi-milliard « cadeau » pour leurs activités. Mais personne n’a trouvé à redire, surtout pas les bénéficiaires encore moins ces internautes toujours bien inspirés (sic) qui crient haro sur le baudet s’agissant de l’institution du Sénat qui serait budgétivore. Et pourtant, dans ce contexte de vie chère, pourquoi se permettre le luxe de faire émarger des partis politiques au budget national ? C’est la question que certains devraient se poser.

C’est vrai que le partage du gâteau aurait pu être autre si le parti au pouvoir avait été bénéficiaire de cette manne étatique. En effet, le CDP, pour défaut de justification de la dernière subvention, se serait disqualifié dans le partage et c’est alors l’UPC, l’ADF/RDA, le PDS/Metba et l’UNIR/PS qui vont se partager le magot. En tout cas, ce sont des informations parvenues à notre rédaction et qui ont même été publiées par les Quotidiens la semaine dernière. Mais depuis, personne n’a trouvé à redire sur cette somme plus qu’exorbitante qui va certainement donner des migraines aux étudiants, aux malades qui ont besoin de plus de centres de santé, aux ménages pauvres qui ont besoin de plus de nourriture, aux citoyens des villes qui ont besoin de plus de caniveaux….

Que devient alors la rhétorique sur la vie chère et l’utilisation utile des deniers publics ? Beaucoup semblent avoir avalé leur langue et leur plume avec. Qui est fou pour refuser l’argent qui lui tombe dans les poches comme par enchantement même si ce sera pour affamer d’autres personnes !

Comme on le voit, le discours politicien a des variables que ne saurait appréhender le citoyen Lambda. Si nos preux chevaliers de la lutte contre ce qui est budgétivore au Faso ont vraiment pour souci le bien-être des populations, qu’ils renoncent à ces millions ou qu’ils décident de les remettre aux étudiants pour l’amélioration de leurs conditions de vie ou d’études ou encore que ces sommes soient reversées à des ONG pour la construction de CSPS dans les villages.

Arba DIALLO, Faso MetbaParce qu’il faut l’avouer, ces 500 millions seront plus utiles ailleurs que dans le financement de partis politiques. C’est plus logique. Et alors, l’on saurait que la levée de bouclier contre l’institution du Sénat n’est pas une fausse querelle et que son côté budgétivore soulevé l’est réellement dans le but d’inciter à une meilleure utilisation des deniers publics. Il aurait été bon de voir ces partis de l’opposition, qui crient sur tous les toits que le Sénat est budgétivore, renoncer à ces millions, ils auraient ainsi frappé un grand coup et prouvé une fois pour toute à l’opinion publique que, s’ils arrivaient un jour au pouvoir, leur gestion serait plus réfléchie. Une telle suggestion tombera incontestablement dans les oreilles d’un sourd. D’ailleurs, si l’on pouvait « zouter du riz » comme le disait l’autre, on ne s’en plaindrait point de ce côté où l’on critique souvent les modalités de répartition de la cagnotte.

Me Bénéwindé SANKARA de l’UNIR/PSAinsi donc, quand la situation arrange, il n’y a pas de honte à s’asseoir sur ses propres principes. Encore que dans cette famille politique du Faso, on a beau gratter, on n’en trouve pas qui contraigne à un comportement républicain.
Toute honte bue, les contempteurs du Sénat dit budgétivore iront, le moment venu, à la caisse empoigner leurs millions qui, entre leurs mains, pour emprunter à leur langage, n’apporteront rien aux Burkinabè.

A l’analyse, si le Sénat est budgétivore, 500 millions pour 4 partis politiques dont 3 de l’opposition, c’est aussi budgétivore. Alors comme le dit un humoriste ivoirien : « Faut pas nous prendre pour bête ». On se connaît ici au Faso !

Ben Alex BEOGO

l’Opinion

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Etat major général des armées : En attendant la prise de commandement de Moïse Minoungou...
Situation nationale : « Il faut considérer les évènements de Yirgou comme un piège des terroristes », dixit Moussa Traoré de la majorité présidentielle
Bala Alassane Sakandé à propos du Drame de Yirgou : « Ce qui s’est passé n’honore pas le Burkina. Pas du tout »
Vœux de nouvel an : Le président de l’ADF-RDA communie avec « ses troupes »
Situation sécuritaire : L’état d’urgence prorogé de six mois
Sondage en ligne sur le bilan de l’an 3 du pouvoir MPP : A vos claviers !
Etat-major général des armées : Moïse Minoungou, le nouveau chef
Patrimoine de l’Etat : Des comptables des matières à l’école du guide sur la gestion des bâtiments de l’Etat
Assemblée nationale : La prorogation de l’état d’urgence au menu d’une session extraordinaire
Assemblée nationale : Discours du président Alassane Bala Sakandé à l’ouverture de la session spéciale
Vie politique nationale : L’ex-parti au pouvoir, le CDP, se dote d’un Haut-conseil
Situation nationale : « Il faut engager un dialogue franc, ouvert et responsable, à tous les niveaux » (Lassané Savadogo, secrétaire exécutif du MPP)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés