Un syndicat demande la « suspension » du transfert du préscolaire et du post -primaire au primaire

lundi 30 septembre 2013 à 00h57min

Le Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur(SNESS) a demandé vendredi, « la suspension » du transfert du préscolaire et du post-primaire » au ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA), tel que décidé par le gouvernement burkinabè.

«  Le SNESS à l’instar des autres syndicats de l’éducation, demande la suspension du transfert du préscolaire et du post-primaire au ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA), en attendant la résolution des nombreuses questions soulevées et restées sans réponses », a indiqué le secrétaire général du SNESS Samuel Dembélé à l’ouverture du XXIIème congrès ordinaire du syndicat.

Selon M. Dembélé, des questions d’ordres institutionnelles et juridiques qui ont été posées au gouvernement à savoir « qui va gérer quoi, que deviendrait le personnel du post-primaire au niveau du MENA, que deviendront les infrastructures… n’ont pas été véritablement tranchées ».

Estimant que les discours ne reflètent pas la réalité du terrain, M. Dembélé a déclaré qu’ « il vaut mieux résoudre d’abord les inquiétudes sur tous les aspects  ».

Le conseil des ministres du 8 mai 2013 a prévu d’ici trois ans, l’effectivité du transfert de l’éducation préscolaire (rattachée au ministère de l’Action sociale) et l’enseignement post-primaire (actuel premier cycle du secondaire) au MENA.

« Comment tout cela va pouvoir se conjuguer et constituer une continuité avec le reste du système éducatif avec l’enseignement secondaire qui va désormais commencer à partir de la seconde et dans la continuité jusqu’à l’université ?  », s’est interrogé Samuel Dembélé.

Sur la question du transfert des ressources humaines le secrétaire général du MENA Emmanuel Goabaga, a souligné le 12 septembre qu’ « il y aura certainement des passerelles qui permettront aux uns et aux autres d’être utiles un peu partout ».

« Nous irons très progressivement. Cette année on ne peut pas tout mettre en œuvre mais il y a des pas qui vont être faits pour amorcer le transfert », avait-il soutenu.

Le Burkina, depuis son accession à l’indépendance en 1960, a connu plusieurs réformes éducatives dont l’un des objectifs principaux avancé par les différents gouvernements, est la quête d’une éducation de qualité.

GF-ALS/TAA

Ouagadougou, 27 sept 2013(AIB)

Messages

  • je soutiens le sness car cette réforme n’a pas de sens

  • je soutiens le sness car cette réforme n’a pas de sens

  • je soutiens le sness car cette réforme n’a pas de sens,nous attendons la réaction du f synter

  • Menons des combats justes et légitimes.cette position du sness cache un problème:les enseignants du collège refusent d’être sous la coupe dun inspecteur de l’enseignement primaire.ils le repètent chaque jour a qui veut l’entendre.voila le nœud de la grogne.revendiquez plutot de bonnes conditions salariales que de contester l’aspect technique du sytème éducatif.les OMD sont passés par là

    • les syndicats ont pleinement raison à ce sujet.il y a eu des expérimentations qui ont été faites et aucun bilan n’a été réalisé mais nous qui sommes sur le terrain savons que c’est nul.Alors pourquoi vouloir généraliser ce qui dans les essais n’a aucun résultat positif.l’avenir nous dira qui a bien vu.

    • le développement de notre pays ne peut se réaliser si vous n’abandonnez pas vos soit disant guerre de leadership

  • Laissez le gouvernement aller dans le ravin avec cette reforme saugrenue car meme les D R ne savent pas ce qu’il faut faire.

  • ce transfert est le plus succidaire de l’histoire du burkina.nos dirigent n’ont plus d’idée pour gouverner et voila une raison de plus pour les chasser du pouvoir.sinon l’avenir de nos enfants sera compromis.j’invite le f-synther a emboiter le pas au sness.

  • le syndicat a raison car cela est impossible pr cette rentree scolaire.

  • Merçi le SNESS, on écoute le SYNTAS. L éducation préscolaire est negligée manque d infrastructure. Faites aussi l éducation préscolaire un droit, une réalité. En 1 mot, laisser cette histoire de tranfert préscolaire et poste primaire car ils sont bien gerés seulement ces domaines ont besoin d un financement concrêt.

  • le SNESS a pris part à toutes les rencontres de même que tous les autres syndicats du secteur éducatif sur ce projet de réforme, de l’atelier de Koudougou ( qui a permis de produire le premier document sur les stratégies à envisager) jusqu’au dernier atelier de Loumbila les 10 et 11 septembre où les différents acteurs se sont accordés sur l’essentiel. Et toutes ces inquiétudes sus mentionnées ont trouvé des réponses. s’il est vrai que tout projet de réforme suscite des controverses car mettant en jeu des intérêts divers, il va falloir que l’on s’accorde sur l’essentiel à savoir l’élève. Quel type d’élève voulons nous avoir au bout de 10 années de scolarisation obligatoire ?
    La réponse est claire, nous voulons avoir un élève qui maitrise les apprentissages fondamentaux à savoir bien lire, bien écrire et bien calculer. Condition de base pour pouvoir acquérir un minimum d’humanisme. C’est ce qu’on a pas avec la structuration actuelle. D’où la nécessité de mettre les dix années de scolarisation sous la tutelle du MENA qui gère déjà les six premières années. On peut beaucoup discuter de la tutelle, la proposition d’un ministère de l’éducation nationale gérant les différents niveaux jusqu’au secondaire a même été faite mais cela est de la responsabilité de celui qui propose la mise en place des départements ministériels. En attendant il faut bien que le SNESS accepte que ce processus de transfert qui est déjà en route puisse se faire afin que nous soyons en phase avec la Loi 013- 2007/ AN du 30 juillet 2007 portant Loi d’orientation de l’éducation qui dispose sur l’impérieuse nécessité de mettre en place un continuum éducatif de base. Les modalités de mise en œuvre peuvent toujours faire l’objet d’échanges puisque ce transfert s’inscrit dans la progressivité, du reste c’est ce qui est prévu et M DEMBELE, le SG du SNESS le sait. Pour conclure, je pense qu"Il faut éviter de rejeter le transfert sur la base d’à priori car l’État conserve quand même sa force régalienne en matière de proposition de réforme et nos partenaires doivent éviter d’abuser de certaines positions dominantes au risque que la réntrée scolaire commen,ce déja mal.

  • Pour une fois l adage qui dit qu on n a pas besoin d etre du meme bord syndical pour soutenir une cause
    Noble se justifie. C est quoi ce délire ? Quand est ce que l Etat va arrêter les bricolages et autres tripatouillages dans l enseignement ?

  • Quand un enfant qui commence a faire ses premiers pas ,veut rattraper un grand qui court,tant pie pour lui

  • De nombreuses questions sont restées sans réponses et il est hasardeux de parler d’un quelconque transfert du préscolaire et du post primaire sans avoir au préalable apporter des reponses claires à ces questions.

  • je salue le courage la maturité et le faire play des burkinabès à Blida en Algérie

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés