SIDATHON 2013 : Grand moment de solidarité nationale !

lundi 30 septembre 2013 à 00h59min

Ce vendredi 27 septembre 2013, elles étaient nombreuses les personnes, représentant des structures ou à titre individuel, à faire le déplacement du site du SIAO à Ouagadougou, pour témoigner de leur solidarité envers les malades du VIH/SIDA et des Infections sexuellement transmissibles (IST). En effet, le pavillon « du soleil levant » affichait presque plein à l’occasion de cette soirée gala de bienfaisance dénommée « SIDATHON ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
SIDATHON 2013 : Grand moment de solidarité nationale !

La soirée gala du 27 septembre a été un grand moment de la campagne nationale de mobilisation de fonds pour contribuer à la prise en charge des personnes vivant avec le VIH ou souffrant d’IST. Ainsi, ce sont plus de vingt (20) millions de francs CFA qui ont été mobilisés sur place, tant les uns et les autres ont fait parler leur cœur. Ce qui n’était pas pour déplaire au secrétaire permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les Infections sexuellement transmissibles, Didier Romuald Bakouan.

Objectif de 200 millions de francs CFA

L’objectif de la campagne, faut-il le rappeler, c’est de mobiliser au moins 200 millions de francs CFA. Le SIDATHON 2013, troisième du genre, est placé sous le haut patronage du président du Faso, Blaise Compaoré, président du Conseil national de lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles.

Le président de l’Assemblée nationale, Soungalo Apollinaire Ouattara en est le parrain. Dans un message diffusé au cours de la soirée, le président Ouattara qui s’est fait représenter par la députée Fatoumata Diendiéré, a invité les Burkinabè à une contribution citoyenne. « Il n’y a pas de petite contribution. Chacun d’entre nous peut et doit faire un geste. Ce geste est un geste pour une vie ! Votre don aidera un parent, un ami, un frère ou une sœur, un voisin, un collègue, bref une personne à retrouver le sourire », a-t-il plaidé.

Au vu des contributions enregistrées, l’on ne peut pas dire qu’il a prêché dans le désert. Débuté le 1er mai dernier, le SIDATHON 2013 se poursuit jusqu’à ce lundi 30 septembre. Les contributions sont donc toujours attendues, au regard notamment des défis de financement à relever.

Dépendance vis-à-vis des financements extérieurs

L’ONUSIDA estimait en fin 2011 le taux de la prévalence moyenne de l’infection à VIH à 1,1% dans la population de 15 à 49 ans au Burkina Faso.Ce taux de prévalence était de 7,2% en 1997. Malgré ces progrès appréciables dans la lutte contre le Sida, beaucoup d’insuffisance restent à combler. Il s’agit par exemple du problème de financement, notamment de la dépendance vis-à-vis des financements extérieurs. Le coût global annuel de la prise en médicale des PVVIH (Personnes vivant avec le VIH) est estimé à 10 459 690 081 F CFA. Ce coût est supporté à majorité (à plus de 80%) par des financements extérieurs. En outre, l’on note que sur un besoin de 170 milliards pour le financement du Cadre stratégique de lutte contre le Sida prévu pour la période 2011-2015, seulement 50 milliards sont à ce jour mobilisés. Autant dire, qu’il y aura certainement un quatrième SIDATHON en 2014.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés