Lutte contre les maladies non transmissibles : Pour une coordination dans l’UEMOA

vendredi 27 septembre 2013 à 23h40min

Le Secrétariat exécutif de l’Alliance pour le contrôle du tabac en Afrique (ACTA) est en atelier à Ouagadougou du 26 au 27 septembre 2013. Objectif, réfléchir sur les dispositifs de coordination des efforts que les pays ouest-africains font à l’échelle nationale pour contrer les maladies non transmissibles. La cérémonie d’ouverture de cet atelier ayant pour thème « Agir ensemble et tenons nos promesses » est intervenue le 26 septembre 2013 sous la présidence du ministre de la Santé, Léné Sebgo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre les maladies non transmissibles : Pour une coordination dans l’UEMOA

L’espace UEMOA est durement frappé par les conséquences désastreuses des maladies non transmissibles, en l’occurrence, l’hypertension artérielle, le diabète, les problèmes de reins, le cancer. Et à en croire le ministre burkinabè en charge de la Santé, Léné Sengo, «  au Sénégal, les maladies non transmissibles sont responsables de 30% des décès, tandis qu’au Burkina Faso, les maladies non transmissibles sont estimées engendrer environ 20% de tous les décès  ».

Malheureusement, « les pays membres de l’UEMOA ne disposent pas de ressources nécessaires  » pour les éradiquer, déplore le ministre Sebgo. A cela, s’ajoute « l’absence de politiques ou de programmes ou encore de plans d’actions spécifiques », a-t-il précisé.

La lutte contre les maladies non transmissibles est donc encore peu organisée dans nos pays. D’où la nécessité de créer des cadres de partage d’expériences entre les Etats membres de l’UEMOA, dans une perspective de coordination des efforts étatiques contre ce fléau.

Et avec l’atelier de Ouagadougou, «  il est question de promouvoir la coordination et aussi voir comment l’UEMOA peut intégrer les maladies non transmissibles dans ses programmes régionaux », a précisé le Secrétaire exécutif de l’ACTA, Kodjo Fabrice Ebeh.

A tout le moins, les participants à l’atelier sauront renforcer la lutte contre ces maladies de plus en plus complexes, en dégageant des pistes pour leur meilleure gestion à l’échelle communautaire.

Il importe également, selon le ministre de la Santé, de faire en sorte que les gens aient « plus d’informations pour qu’ils changent leurs comportements, leur façon de vivre ». Dans ce sens, une enquête visant non seulement à identifier les principales causes des maladies non transmissibles, mais aussi à établir le lien entre les comportements des Hommes et la question des maladies non transmissibles, est en cours au Burkina, a rappelé le ministre Léné Sebgo.

A la suite de cet atelier, une réunion de haut niveau sera organisée à l’attention des ministres en charge de la santé dans les huit pays de l’UEMOA, a confié M. Ebeh. Il s’agira à l’occasion, « de voir comment intégrer la question des maladies non transmissibles dans les programmes de santé et de développement de notre zone UEMOA  ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés