Cambriolage de boutiques à Dédougou : Deux mineurs arrêtés risquent 12 mois d’emprisonnement

lundi 23 septembre 2013 à 19h51min

Pris dans le filet de la section recherche de la gendarmerie le 8 août 2013, la bande de mineurs qui s’était spécialisée dans le cambriolage de commerces et le vol d’objets à Dédougou, a comparu à la barre le jeudi 19 septembre dernier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le 8 août 2013, lorsqu’Arouna Diallo, boutiquier installé au secteur 1 de Dédougou, découvre au petit matin que le mur de sa boutique a été perforé et qu’une partie de ses marchandises a été également emportée, jamais il n’a pensé un seul instant que ces ‘’visiteurs inhabituels’’ pouvaient être d’un bas âge. Grâce à une prise de filet de la section recherche de la gendarmerie de Dédougou, le même jour aux environs de 4 heures du matin, Diallo a aujourd’hui une idée sur l’identité réelle de ceux-là mêmes qui ont mis à sac une partie de ses marchandises dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 août 2013.

A 15 ans, Traoré Issouf Moubarak et Rakistaba Arouna, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, n’ont pas trouvé mieux, après « l’école buissonnière » qu’ils ont longtemps pratiquée, que de se spécialiser dans le cambriolage de boutiques dans les différents quartiers de la ville. Selon des témoignages, c’est au secteur 2 de Dédougou où résident leurs parents qu’ils ont le plus laissé leurs ‘’empreintes’’ à travers le vol de bétail et de volaille. Certaines langues affirment que ces mineurs régnaient en véritables maîtres dans ce secteur et n’hésitaient pas à proférer des mises en garde à l’endroit de quiconque se trouverait sur leur chemin. A leur arrestation le jeudi 8 août 2013, les éléments de la section recherche de la gendarmerie ont saisi sur eux, un lot de clés et un important lot d’objets divers composé entre autres de boîtes de sardines, de lait, de cartons de spaghettis, de beurre et de torches.

Des sommes d’argent, ainsi que des téléphones portables, un ordinateur portable et une clé USB et de connexion appartenant à l’administration d’une école primaire de la place ont été également saisis par la gendarmerie. Moubarak et Rakistaba qui ont comparu à la barre le 19 septembre dernier, sont donc prévenus pour avoir frauduleusement soustrait divers objets au préjudice de plus d’une dizaine de personnes courant juin- juillet 2013. Devant le juge, ils ont reconnu les faits qui leurs sont reprochés, mais déclarent être sans motivation aucune. Le procureur pense que les faits tels que établis sont extrêmement graves, surtout qu’il s’agit de mineurs de 15 ans.

Mieux, des élèves de la classe de CM2 qui ne manquent pratiquement de rien au domicile de leurs parents. « Moubarak est le fils d’un agent de santé tandis que Rakistaba qui vit avec sa marâtre, a ses parents en Côte d’Ivoire ». Pour lui, il s’agit donc pour le tribunal de faire le choix entre leur avenir et la protection des biens des populations. S’il faut penser à leur avenir, poursuit le procureur, il faut les mettre dans un centre de réinsertion social ou dans l’autre cas, les condamner à une peine d’emprisonnement de 12 mois ferme d’autant plus que leur culpabilité est établie. Le procureur a requis la peine d’emprisonnement. Le verdict est attendu le 26 septembre prochain.

Ousmane TRAORE

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés