Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Bagrépôle : le gouvernement cherche à mettre les acteurs sur la même longueur d’onde

Accueil > Actualités > Economie • • lundi 23 septembre 2013 à 22h55min
 Bagrépôle : le gouvernement cherche à mettre les acteurs  sur la même longueur d’onde

Le premier ministère a organisé, le jeudi 19 septembre 2013 à Ouagadougou, une rencontre d’échange et d’information sur l’allocation des 30 000 hectares aménagés de Bagrépôle aux investisseurs. Elle réunit l’équipe de gestion du projet Bagrepôle de croissance, la Banque mondiale, les consultants agréés par le fonds d’appui aux services de Bagré, et les investisseurs ayant déposés leurs dossiers dans le délai imparti. Il s’est agi d’apporter les meilleurs éclairages sur le montage des dossiers.

Pour une demande totale de 98 000 hectares exprimée par 700 investisseurs, Bagrepôle ne dispose que de 30 000 hectares de périmètre aménagé. Face à cette situation, l’équipe de gestion a rencontré le jeudi 19 septembre 2013 à Ouagadougou, les investisseurs.

La rencontre vise à mettre tous les acteurs sur la même longueur d’onde « afin non seulement de permettre aux investisseurs intéressés d‘avoir des réponses à toutes les questions qu’ils se posent, d’apaiser leurs inquiétudes et de lever les incompréhensions éventuelles qu’ils ressentent à leur niveau.

Mais aussi, elle constitue une opportunité pour le projet de donner de plus amples informations sur tout le processus qui a commencé depuis le 15 février 2013 et qui va se dérouler jusqu’à la détermination des bénéficiaires » a fait savoir le Secrétaire général du premier ministère, Youma Zerbo.

Et de poursuivre, la rencontre doit permettre entre autre de présenter le processus de sélection des investisseurs privés et le mécanisme de pré-qualification notamment les superficies et spéculations éligibles. De présenter le dispositif du fonds d’appui aux services de Bagré (FASBagré) et le mécanisme ticket modérateur destiné à accompagner les investisseurs dans l’élaboration de leurs propositions.

M. Zerbo a rassuré les investisseurs que la commission interdisciplinaire et ministérielle chargée de sélectionner les dossiers, travaillera dans le respect de l’égalité des chances et dans la stricte transparence. « Les résultats de cette commission seront portés à la connaissance du conseil d’administration de Bagrépôle et de la Banque mondiale pour approbation et seront ensuite communiqués au gouvernement » a-t-il expliqué.

Au Directeur général de Bagrépôle, Issaka Kargougou de soutenir. « C’est une compétition. Nous sommes obligés d’être très transparents mais rigoureux. Ce sont les projets qui seront les plus viables du point de vue économique, technique et financier qui remporteront les suffrages au niveau du jury. Nous avons pour ce faire mandaté des consultants que les investisseurs peuvent désigner librement afin d’avoir des dossiers de qualité qui auront la chance d’être retenus ». Il a déploré : « Nous avons 700 demandes pour plus de 98 000 hectares. L’ensemble de capacité de terre irrigable s’élève au tour de 30 000 hectares. Il est très clair que nous ne sommes pas dans la capacité de pouvoir répondre à toutes les attentes ». De l’avis de Kargougou, l’écart qui existe doit interpeler l’ensemble des autorités pour développer d’autres pôles de croissance afin de pouvoir recueillir les investisseurs qui souhaitent contribuer au développement du Burkina Faso.

Pour le spécialiste du développement du secteur privé de la banque mondiale au Burkina, Jeremy Strauss Bagrépôle représente une nouvelle stratégie pour le développement du secteur privé. C’est pourquoi « la Banque mondiale participe dans le financement du projet avec le gouvernement, dans l’assistance technique, la gérance, la collaboration. Je suis très content de voir le progrès de ce projet pôle de croissance de Bagré » s’est-il réjoui.

Du reste le Secrétaire général du premier ministère a souhaité que les résultats de la rencontre contribuent à assurer le bon déroulement du processus d’allocation des terres aménagées.

Ibrahima TRAORE (Stagiaire)

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Monnaie : « L’appréciation du Franc CFA comme héritage de la Françafrique est trop restrictive », estime la commission des finances sur le franc CFA
Hydrocarbures : 80 milliards pour renforcer les capacités de la Sonabhy
Panel sur le « consommons burkinabè » : Des légumes et du cinéma au menu
Zone de libre-échange continentale africaine : Le Burkina veut se doter d’une stratégie nationale de mise en œuvre
Coris Bourse : Près de 1300 milliards de FCFA de ressources d’emprunt mobilisés en 10 années d’existence
Economie : Les acteurs du privé et du public réfléchissent sur l’amélioration du climat des affaires au Burkina
Cryptomonnaie au Burkina : Opportunité pour s’enrichir ou arnaque ?
Commerce : Le Burkina lance le programme pour la facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest
Trading ou Ponzi ? Les dessous des gros taux d’intérêt
Transport aérien : Une nouvelle ère s’ouvre pour Air Burkina
Burkina Faso : Les élèves de la 31e promotion de l’ENAREF prêts pour l’émergence économique
Économie : Réflexion sur l’intégration des investissements dans le budget de l’État
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés