Voirie de Ouagadougou : un dépotoir pour les ménages ?

mardi 10 septembre 2013 à 18h02min

Dans la capitale Burkinabè, la voirie souffre de beaucoup de maux imputables aux usagers. Certes, l’Etat a aussi une grande part de responsabilité concernant l’état des voies mais nous nous intéressons aujourd’hui à celle, non moins importante, des populations. Si pour les voies bitumées le syndrome est le jet d’eaux souillées des ménages et la transformation des caniveaux en conduits d’eaux et d’ordures ménagères, celles non encore bitumées, en plus de subir le même sort constituent des poubelles ménagères. Certains citoyens vont même jusqu’à se les approprier en faisant des excavations ou des poses de barrières de leurs murs jusqu’en plein milieu de la voie afin d’empêcher les usagers de s’approcher de leurs concessions, les empêchant ainsi de jouir normalement du domaine public. C’est le constat qui fait l’actualité de la circulation à Ouagadougou aggravée par l’hivernage.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Voirie de Ouagadougou : un dépotoir pour les ménages ?

Les actes de nature à saboter le domaine public de l’Etat sont légion à Ouagadougou.

Il est perceptible pour qui veut le constater, la transformation des voies publiques en dépotoirs des ménages.

Un peu partout dans les quartiers de Ouagadougou, les eaux souillées, les ordures et bien d’autres objets en fin d’utilisation sont laissés au rébus sur les voies et lieux publics.

Malgré la présence d’une association de ramassage d’ordures, les fautifs refusant tout entretien accusent « le manque de dépotoirs dans les quartiers résidentiels ».

Si la présence d’ordures sur les lieux publics pourrait se motiver ainsi, qu’en est-il pour les eaux souillées qui ravinent nos artères et leurs caniveaux ?

Cela n’est que digne d’incivisme et ne saurait s’expliquer par quelque moyen que ce soit.

Avec la saison des pluies, plusieurs routes sont réduites par des excavations.

Certains riverains, pour éviter que les usagers de la route en quête de chemin ne passent trop près de leurs cours, érigent des obstacles devant leurs concessions.

Le domaine public ne doit s’utiliser qu’aux fins prédéfinies : les routes au trafic et les caniveaux aux eaux de pluie.

Alors vivement que la Mairie mette plus d’ordre dans cet imbroglio qui va grandissant dans notre capitale.

Dramane GUENE

RTB

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés