Propriété intellectuelle : Les futures gendarmes en atelier de formation et de sensibilisation

mardi 10 septembre 2013 à 22h50min

« Propriété industrielle et contrefaçon », c’est sous ce thème que des élèves sous-officiers de la gendarmerie nationale sont en atelier de formation et d’information. La Direction centrale de la Propriété intellectuelle en collaboration avec leur école est à l’initiative de l’atelier qui s’est déroulé le vendredi 06 septembre 2013 à Bobo-Dioulasso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Propriété intellectuelle : Les futures gendarmes en atelier de formation et de sensibilisation

La propriété intellectuelle, enjeu majeur à l’heure des contrefaçons doit être connue des personnes à même de faire appliquer la loi. C’est dans cet esprit que la Direction centrale de la Propriété industrielle et l’Ecole nationale des sous-officiers de la gendarmerie (ENSOG) ont organisé un atelier. A l’endroit des 451 hommes et 50 filles de la promotion des élèves sous-officiers de 2011, l’atelier vise à sensibiliser et à former. Selon, Dramane Tou, le directeur régional du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, représentant le Secrétaire général de son ministère, il faut renforcer le partenariat entre la gendarmerie et le monde de l’économie.

Pour lui, la contrefaçon existe dans bien de domaines au Burkina Faso : « Il y a des contrefaçons dans les domaines de la téléphonie, des produits alimentaires, des pièces d’échanges  ». Toute chose qui interpelle d’avantage son ministère à travailler avec la gendarmerie, la douane et la police.

Pour le capitaine K. F. Théophile Tago, Commandant de l’Ecole nationale des sous-officiers de la gendarmerie, représentant le commandant de la Gendarmerie nationale, cette formation est la bienvenue. A quelques semaines de leur sortie, ses élèves sous-officiers ont besoin de se former sur toutes les questions relatives à leur vie professionnelle : « en tant qu’agent public chargé de l’application du droit, le gendarme doit se former sur les questions relatives à la propriété industrielle. Car la contrefaçon prend des proportions inquiétantes  » a-t-il laissé entendre.

A l’image du commandant de l’ENSOG, Moussa Traoré, le directeur général de la Propriété industrielle et formateur à l’atelier a des inquiétudes : « si on ne défend pas, dit-il, la propriété industrielle, les contrefaçons tueront la recherche et les innovations ».

Brève définition de la propriété industrielle ( source Wikipédia)

La propriété industrielle est l’une des deux branches de la propriété intellectuelle. Elle se subdivise en droit des marques et droit des brevets. Les textes réglementant ce secteur du droit se trouvent principalement dans le Code de la propriété intellectuelle. Les dessins et modèles, au caractère hybride, bénéficient d’un cumul de protection entre la propriété industrielle et la propriété littéraire et artistique. Les trois catégories de protections intellectuelles sont : la protection intellectuelle due à l’image ; La protection intellectuelle due à l’identité et la protection intellectuelle due à sa propre entreprise.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés