Abattage d’animaux : Bouchers s’en foutent d’abattoir à Dédougou

dimanche 8 septembre 2013 à 12h49min

Faute d’eau, l’abattoir frigorifique communal de Dédougou est resté fermé la journée du vendredi 6 septembre 2013. Mais curieusement, il y avait de la viande sur le marché ce jour-là.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Abattage d’animaux : Bouchers s’en foutent d’abattoir à Dédougou

L’abattoir frigorifique communal de Dédougou est resté fermé toute la journée du vendredi 6 septembre 2013. En tout cas, c’est la constatation qu’il a été donné de faire après l’arrêt de travail décidé par les services techniques de la direction provinciale des ressources animales du Mouhoun. Un arrêt de travail que le chef de zone, Adama Oumar Barro, joint au téléphone, justifie par une défaillance technique au niveau de la pompe chargée de faire remonter l’eau au niveau du château d’eau. Conséquence, il n’y a plus d’eau pour laver les carcasses ni pour évacuer les déchets après abattage des animaux, précise-t-il. Pour le maire de Dédougou, Abel Dabakuyo, cette fermeture est due simplement à un manque d’hygiène au niveau de la structure. Car sans eau, il est extrêmement difficile pour les agents de mener correctement les activités d’abattage et d’inspection. Cette situation nous laisse dire que les jours se suivent et se ressemblent à l’abattoir frigorifique communal de Dédougou.

Puisque chaque année, à la même période, les mêmes problèmes sont posés sans que des solutions véritables ne soient trouvées. Pourtant, selon les dires du Président du conseil municipal de la 4ème mandature, des sommes importantes sont injectées tous les ans pour le bon fonctionnement de la structure sans qu’aucun résultat ne soit visible. Ce dysfonctionnement a favorisé l’abattage clandestin des animaux dans la ville, indique le maire Abel Dabakuyo qui annonce par ailleurs que des dispositions seront prises dans les tout prochains jours pour mettre fin à cette pratique qui porte atteinte à l’économie communale. L’édile de la commune de Dédougou envisage également trouver des solutions rapides et définitives au problème d’eau.

Mais, qu’il ait solutions où pas, on est presque persuadé que la viande sera toujours vendu sur le marché à Dédougou. La constatation du vendredi 6 septembre dernier est une preuve palpable. Elle laisse croire que toute la viande qui se trouve sur le marché ne vient pas forcément de l’abattoir frigorifique. C’est dire qu’Abel et son équipe ne doivent pas se limiter à apporter des solutions aux difficultés que traverse l’abattoir. Il leur faut absolument entreprendre des campagnes de sensibilisations à l’endroit des bouchers. Question de les entretenir sur les conséquences de l’abattage clandestin sur l’économie communale et sur la santé des consommateurs. Selon des informations reçus hier dimanche, la mairie aurait pris des dispositions pour approvisionner l’abattoir en eau en attendant de trouver une nouvelle pompe au château d’eau.

Ousmane TRAORE

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés