Incendie à l’usine Anatrans : le DG s’explique, le maire Salia Sanou visite

vendredi 6 septembre 2013 à 23h00min

Anatrans brûle, ou du moins 2000 tonnes des résidus d’anacardes de la société brûlent. Depuis 72 heures, les fumées en provenance de cette usine de transformation d’anacardes ont envahi une partie de Bobo et des villages environnants. A la suite des plaintes des riverains, le maire Salia Sanou, ses techniciens, le directeur régional du ministère de l’Environnement et du Développement durable, le commissaire central de la Police de Bobo-Dioulasso… ont effectué le déplacement ce vendredi 06 septembre 2013.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Incendie à l’usine Anatrans : le DG s’explique, le maire Salia Sanou visite

Avec ses 2.000 employés et des recrutements à venir, Anatrans semble être sur une autre planète dans le paysage industriel de la ville de Bobo-Dioulasso. Située non loin de ‘’Bobo 2.000’’, l’entreprise fait face à un incendie dont l’origine accidentelle évoquée par la direction reste encore à déterminer au niveau de la police.

Ayant reçu des plaintes des villages environnants, le maire Salia Sanou est donc allé constater les faits. A l’image de bien d’autres personnes, il a fait le tour de l’usine. Regardant les sapeurs-pompiers se débattre contre l’incident.

Et au niveau du ministère de l’Environnement et du Développement durable, l’on s’interroge sur les conséquences. Le directeur provincial des Hauts-Bassins de ce ministère, Robert Somé, a promis de revenir à la charge pour s’imprégner de l’impact réel de l’incident.

Au niveau de la police, l’origine de l’incendie préoccupe. Avec le maire, des huissiers de justice, le Commissaire central de la police du Houet Abdoul Aziz Yonli et ses hommes ont également un regard sur l’affaire.

Anatrans en perte

Accusateur sur les origines de l’incendie, le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Salia Sanou est resté sceptique vis-à-vis des premières explications par les responsables d’Anatrans. Sans le dire directement, Salia Sanou croit qu’Anatrans s’est débarrassé d’un stock dérangeant.

Ce qui a poussé, M. J. Auguste Boudo à improviser une conférence de presse. Et selon le Directeur général de la société Anatrans, l’incendie est accidentel : « c’est au cours d’un essai sur la fabrication du charbon avec les résidus de la transformation des anacardes que le stock a pris feu.

« Malheureusement, les intempéries étaient à notre défaveur ajoutera-t-il. Le vent a propagé le feu. On a été très vite débordés et on a du faire appel aux sapeurs-pompiers qui sont venus ». Sur l’enjeu économique de l’incendie, Auguste Boudo déplore des pertes immenses : « Les deux milles tonnes de résidus brûlés sont des pertes énormes pour notre entreprise dit-il. Parce que ces rejets entrent dans la composition du charbon pour la cuisson.

En transformant ces résidus on peut en faire du gas-oil bio et actuellement on a une mission à Lomé pour acheminer le matériel de transformation des coques. Les coques rejetées par l’usine entreraient également dans la composition des colles utilisées dans la tuyauterie aéronautique. Les mêmes coques brulées contiennent du CNCL qu’on vend à 50.000 francs la tonne…  » Pour le reste, Auguste Boudo dit avoir un dessein de prospérité, de mieux vivre pour les populations de Bobo-Dioulasso. « Nous ne sommes pas installés à Bobo-Dioulasso pour nuire aux populations  » fera-t-il savoir. Contre l’incendie, Anatrans dit avoir engagé deux citernes de 60.000 litres pour appuyer les sapeurs-pompiers. Par ailleurs, Auguste Boudo et le maire invitent les populations qui souffriraient des conséquences de cet incident d’aller vers les services sanitaires pour qu’on puisse situer les responsabilités.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 septembre 2013 à 04:54, par Sétou
    En réponse à : Incendie à l’usine Anatrans : le DG s’explique, le maire Salia Sanou visite

    Je souffre avec mes soeurs qui travaillent dans cette société dans des conditions malsaines et exposent leur santé. J’ai rencontré des femmes qui y ont quitté avec des problèmes sérieux de voies respiratoires sans le sous pour se soigner, j’en ai rencontré avec des mains brûlées et déformées à causes du suc des noix... Je demande aux autorités de voir les conditions dans lesquelles travaillent les femmes. Ces résidents brûlés en tonnes sont les mêmes que de pauvres femmes respirent du matin au soir car c’est ce qui estr employé pour faire cuire les noix. Plusieurs femmes tombent en syncopes après en avoir respirer lontemps. La salle de décortissage est la même où se fait la cuisson avec les résidus et elle n’est pas suffisamment aérée. La pauvreté et la misère retiennent là des femmes veuves, seules ou dont les maris sont au chômage dans cette société malgré les conditions de travaille inhumaines qui se retirent avec de graves problèmes de santé. A bon entendeur salue.

    Répondre à ce message

    • Le 7 septembre 2013 à 10:04, par Edrem
      En réponse à : Incendie à l’usine Anatrans : le DG s’explique, le maire Salia Sanou visite

      Sétou, Pourquoi est ce maintenant que vous le dites ? Les conditions que vous explicitez devraient être dénoncées depuis longtemps. Aujourd’hui, vos sœurs se remettront difficilement de leurs maux, même si quelque chose est fait pour leur santé. Au Burkina, il faut qu’on arrête d’avoir peur et de se laisser mourir ... pour rien, par humilité, pour que des patrons véreux nous volent notre vie..

      Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2013 à 06:38, par lejeune
    En réponse à : Incendie à l’usine Anatrans : le DG s’explique, le maire Salia Sanou visite

    Dommage qu’un stock de coques d’anacarde prenne feu. Mr BANCE, on ne dit pas CNCL, on dit CNSL qui signifie Cashew Nut Shell Liquid (Liquide de la coque d’anacarde).
    Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2013 à 21:55, par Dikielté
    En réponse à : Incendie à l’usine Anatrans : le DG s’explique, le maire Salia Sanou visite

    Beaucoup de choses doivent revues à ANATRANS.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2013 à 12:08, par M.k
    En réponse à : Incendie à l’usine Anatrans : le DG s’explique, le maire Salia Sanou visite

    est-ce que cette version d’incident est claire ? il faut des enquêtes.dans ce pays, souvent les gens cherchent à faire disparaître les traces de leurs détournements.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés