Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

vendredi 30 août 2013 à 23h12min

Le président de la Coalition
contre la vie chère (CCVC), Tolé
Sagnon, par ailleurs secrétaire
général de la Confédération
générale du travail du Burkina
(CGTB), a jeté un pavé dans
l’opinion le 20 juillet dernier, en
transformant le meeting contre la
vie chère en une tribune anti changement
« néolibéral ». Les
déclarations de Tolé reposent la
question des alliances sociopolitiques
au Burkina Faso. A
l’exception du 3 janvier 1966 et de
la lutte contre l’instauration d’un
parti unique en 1975, l’histoire du
pays est jalonnée par des rendez-vous
manqués, des coalitions
avortées entre les forces dites du
changement. En se positionnant
aujourd’hui contre « le changement
pour le changement », Tolé et la CCVC
apparaissent comme des forces
du statu quo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

Ceux qui rêvaient d’une
alliance entre l’opposition
et les organisations de la
société civile regroupées
au sein de la Coalition contre la vie
chère (CCVC) doivent déchanter.
Les propos du président de la CCVC
sont tombés comme un couperet.
L’entente n’est pas pour bientôt.
Tous ceux qui y rêvent doivent
encore attendre. Tolé Sagnon a été
catégorique. La CCVC n’est pas
prête à une telle alliance. Dans son
discours, il y a trois raisons
apparentes et une qui relève du non dit.
La première raison, c’est que «  le
processus actuel de mise en place du sénat,
les velléités de révision de l’article 37,
malgré leur actualité et leur importance, ne
doivent pas figer toute l’attention du peuple
burkinabè ! La plus grande vigilance doit
être observée
 ». Pour Tolé Sagnon, on
ne devrait pas réduire les
préoccupations des Burkinabè à ces
deux points. D’ailleurs, la CCVC ne
s’est pas constituée autour de ces
deux points, mais contre la vie chère.

Cette lutte est d’actualité depuis des
années et le débat sur des sujets
politiques ne devrait pas occulter la
nécessité de la poursuivre. Sur ce
point, l’opposition n’est pas
totalement en désaccord avec les
responsables de la CCVC. La lutte
contre la vie chère figurait d’ailleurs
dans son premier appel à la
manifestation du 29 juin. Pour la
marche du 28 juillet, elle l’a enrobé
dans « la lutte contre la politique du
gouvernement
 » pour faire court. Les
responsables de l’opposition sont
conscients qu’ils ont intérêt à ne pas
enfermer leur lutte uniquement sur
des sujets politiques. Ils doivent
aussi s’emparer des préoccupations
sociales des Burkinabè, celles qui
touchent directement à leur vie
quotidienne. Très longtemps, elle a
laissé le terrain aux seuls syndicats
comme si les conditions de vie et de
travail des Burkinabè ne figuraient
pas dans leur agenda politique. Elle a
ainsi laissé passer de nombreux
scandales touchant à
l’approvisionnement de certaines
denrées de première nécessité.
Aujourd’hui, l’opposition semble
revenir aux fondamentaux de la
politique, à savoir prendre en charge
les préoccupations pressantes des
citoyens, les agréger et les porter sur
la place publique soit sous forme de
dénonciations des politiques
publiques soit par des propositions
concrètes en termes de contre
projets de gouvernance. Les
syndicats devraient alors se réjouir
d’avoir un allié de taille pour porter
haut leurs revendications.

Une
pression supplémentaire sur le
gouvernement qui aurait intérêt à les
écouter pour ne pas donner du pain
bénit à l’opposition. Mais les
syndicats de la CCVC ne semblent
pas apprécier cette nouvelle donne.
Ils rejettent l’offre de l’opposition
sur la base de la couleur idéologique
réelle ou supposée de certains de ses
leaders. C’est la deuxième raison
évoquée par Tolé Sagnon pour
rejeter toute alliance avec
l’opposition en ces termes : « Nous
devons développer notre esprit critique vis-à-
vis des différentes forces politiques qui
tentent aujourd’hui de se présenter comme
des alternatives au pouvoir actuel mais qui,
pour la plupart, partagent les
fondamentaux de la politique néolibérale
du régime en place
 ».
Le propos s’adresse probablement
au nouveau chef de file de
l’opposition politique, Zéphirin
Diabré, libéral bon teint et fier de le
proclamer aujourd’hui après
quelques temps d’hésitation ou de
scrupules. On se rappelle qu’à la
création de son parti en 2010, il
tentait de faire croire que ce dernier
était sans coloration ou attache
idéologique précise.

La présence en
son sein de Louis Armand Ouali, un
ancien militant du Parti africain de
l’indépendance (PAI), brouillait
effectivement les cartes.
Aujourd’hui, c’est clair pour tous
que l’UPC ou du moins son premier
responsable est de droite. Ce n’est
pas une surprise pour bon nombre
d’observateurs de la vie politique au
regard du parcours politique et
professionnel de son leader. Seuls les
responsables de la CCVC semblent
être surpris. L’argument serait
recevable si au sein même de la
Coalition (CCVC), il y avait une
convergence sur ce plan. Or, ce n’est
pas le cas. Sur le plan idéologique,
qu’est-ce qui rapproche la CGTB de
la CNTB ou de l’USTB ? La
première est d’orientation marxiste léniniste
tandis que les autres ont
une aversion pour ce courant
idéologique et politique. Ce n’est pas
pour rien qu’ils sont taxés d’être des
« syndicats jaunes ». Il y a d’autres
syndicats dits autonomes qui n’ont
pas de filiation idéologique précise,
sans oublier les organisations de
défense des droits humains. Et puis,
le procès du néo-libéralisme ne peut
pas être fait à l’ensemble des partis
de l’opposition. Tout comme la
CCVC, les membres qui composent
l’opposition sont pluriels sur le plan
idéologique et politique. On trouve
des socialistes, des sankaristes, des
socio-démocrates, des centristes et
des néo-libéraux. Tout comme les
membres de la CCVC, les partis
politiques de l’opposition peuvent
partager une plate-forme commune
qui transcende leurs appartenances
idéologiques et politiques. Ce n’est
pas une spécificité burkinabè.

La
plupart des pays africains qui ont
connu des alternances sont passés
par des coalitions de partis
d’obédiences diverses, parfois même
avec la contribution de la société
civile. En Afrique de l’Ouest,
l’exemple le plus illustratif, c’est le
Sénégal qui, par deux fois, a
expérimenté l’alternance grâce à
l’union de divers partis et des
organisations de la société civile
représentatives.
La troisième raison qui justifie la
colère de Tolé Sagnon contre
l’opposition, c’est leur supposée
réticence, voire même leur refus
contre les candidatures
indépendantes. « Vous savez qu’il
y a des questions en débat, que ce soit au
sein même de l’opposition, ou entre
l’opposition et les organisations de la vie
chère ; on ne s’entend pas par exemple sur
la question des candidatures
indépendantes
 », déclare le président de
la CCVC. Le chef de file de
l’opposition a répondu à cette
critique en faisant observer que la
question ne leur a jamais été soumise
par Tolé Sagnon et ses camarades. Là
aussi, les partis d’opposition peuvent
avoir des positions divergentes. La
preuve, c’est le président de le Faso Autrement, le néo-libéral Ablassé Ouédraogo, qui parraine la
pétition du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et
des peuples (MBDHP) sur les candidatures indépendantes.
Sur cette question, les libéraux sont d’ailleurs plus enclins à les
porter que des partis se réclamant de gauche qui ont une
conception plus collectiviste de l’action politique.
La raison non avouée pour se démarquer de la lutte de
l’opposition, c’est la filiation politique « souterraine » de Tolé
Sagnon et de certains membres influents de la CCVC. Ils
appartiennent à un courant syndical (révolutionnaire de lutte
de classes) accusé à tort ou à raison d’avoir des accointances
avec le Parti communiste révolutionnaire voltaïque (PCRV).
Lui comme d’autres responsables de la Coalition n’ont jamais
caché leur sympathie pour les « analyses pertinentes, les lectures
éclairées
 » de ce parti. Voici comment se défendait Halidou
Ouédraogo en 2007 dans un journal de la place sur ses
supposées accointances avec ce parti : « Le PCRV est un parti
clandestin, mais connu de tous les Burkinabè. A ce titre, je connais le
PCRV, à travers ses déclarations, ses prises de position que j’apprécie
énormément parce que ce sont des prises de position responsables. Je me
dis par ailleurs que ceux qui élaborent les déclarations du PCRV sont
des gens responsables. Cela dit, au sein du mouvement étudiant, nous
avons contribué à des discussions fort nourries sur la manière de gérer
notre pays, l’Afrique, voire le monde. Vous savez, je suis très occupé pour
en même temps diriger le PCRV.
 » A la question de savoir s’il n’est
même pas simple militant du parti, il répond : « Non, je ne peux
pas vous répondre par l’affirmative.
 » Une autre question de
relance : Donc vous démentez être du PCRV ? Réponse : « Je ne vous
répondrai pas par la négative non plus. Je vous ai dit seulement que
j’admire le PCRV et les Burkinabè ont fini par me cataloguer dans ce
courant d’idées. Et je ne le regrette pas.
 »
Ils ne disent jamais avoir des liens organiques avec ce parti,
mais dans le landernau politique burkinabè, leur filiation
politique est un secret de polichinelle. Tolé Sagnon ne peut
donc pas être content de voir l’opposition officielle, «  les petits
bourgeois réformistes
 », prendre la direction de la lutte pour le
changement démocratique. Depuis longtemps, cette
opposition était à la remorque du mouvement social contrôlé
par Sagnon et ses camarades. La donne est en train de changer
et la lutte sera âpre. Pour la première fois depuis 1992, c’est
l’opposition qui donne le tempo de la lutte. C’est elle qui a
l’initiative et les autres se contentent de réagir. C’est dire
qu’elle a une longueur d’avance sur les autres forces politiques
et sociales. En tenant un discours de démarcation, Tolé
Sagnon exprime une crainte et une frustration. En le faisant
publiquement à la Place de la Nation, il s’attire les foudres de
nombreux jeunes qui peuvent l’assimiler à un pion du régime.
C’est une grave erreur de communication qui sera difficile à
rattraper. Déjà, dans une grande partie de l’opinion burkinabè,
il est traité de tous les noms d’oiseau. Son nouveau statut de
chef coutumier dans son village renforce les suspicions sur
lui. Certains de ses invités d’honneur lors de son investiture
sont réputés être des conseillers occultes du chef de l’Etat.
Certains ont vite fait de le considérer également comme un
pion du système, le chef de l’Etat et lui ayant fréquenté
ensemble au début des années 70 au Cours normal, l’actuel
lycée Bogodogo. Depuis cette période, ils n’auraient jamais
cessé de se fréquenter et de s’apprécier.

Mais
fondamentalement, sa position actuelle est celle d’un courant
politique qui travaille aussi pour le changement à sa manière
et à ses conditions. Pour ceux qui suivent le cheminement et
les discours du mouvement depuis 1978, ce n’est pas
surprenant. Ils ne privilégient pas les voies officielles pour
conquérir le pouvoir car pour eux, les votes n’épuisent pas le
répertoire des actions politiques. L’insurrection ou le
soulèvement constituent leur préférence pour faire le
changement. Certes, ces dernières années, on constate un
fléchissement de cette position à travers la revendication des
candidatures indépendantes aux élections locales et
législatives. Aujourd’hui, on se demande pourquoi ils ne
présenterait pas un candidat à la présidentielle de 2015
puisque là, on n’a pas besoin d’être adoubé par un parti politique
officiel. Cela aurait l’avantage de clarifier davantage le jeu
politique et d’élargir l’offre politique pour que le peuple ne
soit pas réduit au choix des programmes néo-libéraux. Si on
n’est pas capable de le faire, il ne faudrait pas s’offusquer de
la couleur du changement à venir.

Abdoulaye Ly

MUTATIONS N° 34 du 1er août 2013. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact :mutations.bf@gmail.com- site web : www.mutationsbf.net)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 août 2013 à 12:39, par Amath
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Belle cuvée ! Chapeau monsieur LY ! tu as tout dis : Tolé SAGNON est jaloux ! Il n’a qu’à programmer encore un meeting voir si nous allons sortir !

    Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 17:22, par Tapsoba®(de H)
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Que Tolé Sagnon soit pro néo-libérale ou pas,depuis quand la position d un syndicat ,fut-il le plus puissant,a été determinant dans une élection présidentielle sous nos cieux tropicaux,exceptée la cosatu sud-africaine pro-anc ? Et même là-bas,il faudrait relativiser car un parti fondamentalement anti-appartheid et son endoctrinement qui va avec .Et comme l article l a souligné,tous les syndicats regroupés au sein de la ccvc ne partagent pas la même vision du leader de la cgtb.

      Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 20:38, par Marthin K.
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      A pays sous-développé, journalisme et journalistes sous-développés ! En quoi SAGNON s’est-il emporté, ce 20 juillet !? Il a abordé la question cruciale du changement en donnant un avis éclairé dont bien d’esprits attardés ne pourront saisir la profondeur et la pertinence, que des mois, voire des années plus tard. Zeph a dit qu’il est néolibéral et fier de l’être parce que, souligne-t-il, c’est eux les néolibéraux qui gouvernent le monde. Mais quel est l’état de ce monde (Etats entiers en faillite, avec la promotion de pédés, lesbiennes, pédophiles, voleurs, drogués, etc.). Et la source de nos misères ici au Faso, ce n’est pas seulement Blaise, mais lui et le système qu’il sert et défend, tout comme le fera Zeph que soutiennent de petits internautes incultes politiques qui ne comprennent rien à rien. Sagnon ne s’est donc pas emporté. Il a marqué une longueur d’avance sur des incultes politiques !!

      Répondre à ce message

      • Le 30 août 2013 à 22:45, par samandin
        En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

        Mon chèr Martin, Zeph a tout à fait le droit de se dire libéral.Je dois dire que, honnetement, il est constant dans ses positions. Depuis le temps de la fac, Zeph n’a jamais prétendu qu’il était communiste, à la différence de nombreux opportunistes qui avaient du Karl Max à tout bout de phrase et qui profitent maintenant goulument des opportunités offertes par le système libéral.
        Oui Zeph a raison de dire que les libéraux gouvernent le monde puisque c’est leur modèle que tout le monde a adopté.Les modèles ont des variantes, mais tous reposent sur l’acceptation des principes de base de l’économie de marché.Les nuances se situent au niveau du degré d’intervention de l’état, des systèmes de protection sociale, etc..Mais fondamentalement, tous les pays du monde entier acceptent les principes de l’économie de marché. Vu sous cet angle, on est obligé de reconaitre que le libéralisme a gagné sa guerre contre le communisme.Partant de cela, il convient de se demander comment une idéologie comme le communisme, dont on dit qu’elle fait le bonheur des peuples, n’a pas vécu au delà de Lénine et Staline ! Si les peuples étaient heureux sous le communisme, pourquoi ont ils abandonnés le communisme pour embrasser le libéralisme ?On peut me dire que ce sont les dirigeants qui ont viré.Mais si tel était le cas, si le peuple voulait vraiment le communisme, le virage aurait été impossible .En vérité, le modèle communiste a montré qu’il ne pouvait pas faire le bonheur des gens ; son système politique pompeusement baptisé dictature du prolétariat, n’est rien d’autre qu’une mystification, avec un parti unique que personne ne peut contester, et des nomenklatura qui se reproduisent à la tete de l’état pendant que les autres crèvent de faim.Aucune liberté de penser autrement que ce que dit le parti,aucune liberté de s’organser en dehors du ^parti, pas de presse libre,etc.. Son système économique basé sur l’étatisation de l’économie, la collectivisation des moyens de production etc..a montré qu’il n’amenait un pays nulle part ! Si la Chine n’avait pas embrassé le libéralisme, les paysans allaient continuer de mourir de faim comme sous Mao, et ce pays ne serait jamais devenu la deuxième puissance économique du monde. Faites un tour et vous serez émerveillé ! Vous dites que les états sont en faillite sous un système libéral.Certes ;Mais ou sont les états communistes ! ils ont disparu ! En Union Soviétique, à peine Lénine et Staline ont ils tourné le dos que le système s’écroule ! Meme chose en Albanie, ou dès que Enver est mort, tout s’est écroulé ; .D’ailleurs vous avez célébré pendant des années ce pays avant qu’il ne vous trahisse en venant ici publiquement loué la révolution de Sankara ! A l’époque, on nous a expliqué que c’est l’Ambassadeur et non le pays qui a fait cette caractérisation ! Balivernes !Depuis quand un ambassadeur, surtout d’une dictature féroce comme l’éytait l’Albanie, ose prendre une telle liberté.Tous cela montre bien que ces systèmes sont des dictatures autour d’un seul homme.Ce ne sont pas des systèmes viables.Or regardez le système libéral.Il est toujours debout, triomphant et capable de surmonter toutes les crises.C’est parce que le système libéral se remet en question de manière permanente, accepte les dissidance intellectuelle, le débat, etc... toute chose que n’accepte pas le communisme.Le libéralisme est si triomphant que meme si votre parti arrive au pouvoir ici au Burkina, il ne tiendra pas 6mois, sauf à se plier aux lois du libéralisme. Il n’aura pas le choix que d’appliquer une politique libérale ; Aucun pays n peut appliquer une politique tout seul.Ce temps est révolu, parce que les économies sont intégrées.

        Répondre à ce message

      • Le 31 août 2013 à 08:46, par Tapsoba®(de H)
        En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

        « Il a marqué une longueur d avance sur des incultes politiques » alors que vous même savez bien ,hypocrisie mise à part,que les néolibéraux qui,comme zeph l a dit,gouvernent le monde ont succédé à une idéologie morte de sa belle mort ,encore agonisant en Chine communiste,mais pour combien de temps encore,le communisme en l occurence,et ce n est pas Tolé et sa bande qui la ressuciteront.Drôle d avance n est-ce pas ? Il va falloir vous y mettre le communisme ,c est fini même au prix de la faillite de certains Etats ,il ne sera plus un sécours.Le socialisme ou l Etat Providence ? Ne rêvez même plus,François Hollande en sait quelque chose et pourra vous expliquer la différence entre promesses quand on est candidat à la présidentielle et l offre que l on fait quand on accède à la présidence.A mon avis,Tolé Sagnon gagnerait à espérer que le successeur de Blaise soit vigoureux en matière de respect des lois de notre pays que des investisseurs sans scrupules piétinent allègrement en confondant libéralisme et "junglerisme" quand il s agit de nos pays tropicaux.Combien de fois des entreprises foulent au pied nos lois règlementant le marché du travail chaque année dans notre pays au nez et à la barbe du chantre de la protection sociale qu est Sagnon ? C est ça la vérité.

        Répondre à ce message

        • Le 31 août 2013 à 20:01, par Martin K
          En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

          A Tapsoba et Samandin. Ah, ah !!! Ainsi donc vous n’avez pas le courage d’observer, d’analyser et de constater que votre monde soi-disant "néolibéral" est bel et bien agonisant et que reviendra, triomphalement, ce dont vous avez une peur bleue : le monde communiste et socialiste. Oui, car le vôtre est criminel et sans pitié pour les pauvres et les indigents. Le triomphe de la Révolution-vraie est I-NE-LUC-TABLE !! Pas celle des Sankara, qui vous ont caressé dans le sens du poil. Non. La Vraie ! Le capitalisme est en fin de parcours. Il ne peut plus rien apporter à l’HUMANITE. Vous avez raison d’avoir peur, car vous disparaitrez avec votre fameux libéralisme criminel qui nous réduit pratiquement à l’état animal (famine, maladie, chômage de jeunes, crimes de sang et crimes économiques, détournements de denier publics). Ce système là on n’en veut plus ! Nous évoluons avec notre temps et les masses nous écoutent et nous suivent patiemment, avec conviction. Elles savent que nous ferons leur bonheur, sans pour autant les ramener en 1917 ! Vos longues théorisations fumeuses et vos basses insinuations n’ y pourront rien. D’ailleurs, revenant à l’actualité et pour faire court vous concernant : si Blaise renonce aujourd’hui à créer son sénat impopulaire, VOUS faites quoi demain ? Puisque vos brusques agitations-là ne tournent qu’autour de ça !! S’il y renonce, je Vous voit allant à nouveau souper avec lui, comme votre champion de Zeph l’a fait dans un passé pas encore lointain ! Et avec ça, ça se permet de vouloir faire la leçon aux gens bien comme NOUS ! A vous les gars, réagissez !

          Répondre à ce message

          • Le 1er septembre 2013 à 07:13, par Tapsoba®(de H)
            En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

            Incroyable ! Mais bon,le rêve est permis ,tant qu on a le souffle.Prendre ses désirs pour de la réalité,vous en avez aussi le droit.Frédéric Mistral n a -t-il pas dit ,« Qu il fait bon naviguer sans répit vers son désir ,encore que ce ne soit qu un songe ! ».Pour le cas des opposants dont zeph et leur combat pour la suppression du sénat,ne vous en faites pas.Le temps des programmes alternatifs de société viendra au moment opportun.En reclamant la non intauration du sénat inutile,l objectif est que ce pouvoir ne leur crée pas des dépenses farfelues au détriment des secteurs importants auxquels ils voudraient s atteler dès leur arrivée au pouvoir.Comprendo ?

            Répondre à ce message

          • Le 1er septembre 2013 à 12:05, par samandin
            En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

            Monsieur Martin K, est ce que vous êtes normal ? Cela fait des siècles que Marx et Engels ont prédit la fin du capitalisme. Et non seulement il est toujours là, mais il a gagné du terrain puisque tous les pays du monde, je dis bien tous les pays du monde l’ont adopté. Pendant ce temps, votre communisme est arrivé et il n’a même pas duré 50 ans ! Le communisme est venu trouver le capitalisme et il est parti le laisser.Et vous nous parlez de la fin prochaine du capitalisme ! C’est tellement ridicule ! Vous dites que le socialisme va revenir. Bien ! Mais pourquoi a t’il disparu ? La capitalisme est là stoïque depuis toujours.Il n’a pas besoin de disparaitre et de revenir.Il est permanent ! Vous dites que vous évoluez avec votre temps ? Eh bien c’est le temps du libéralisme puisque c’est lui qu’on trouve partout. Quand on aura le socialisme partout, alors ce sera vraiment le temps du socialisme ! Pour le moment ce n’est pas le cas ! C’est ça la différence ! Acceptez que vous avez échoué lamentablement et le débat est clos.

            Répondre à ce message

            • Le 1er septembre 2013 à 18:58, par Martin K.
              En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

              Coucou, me revoilà, mes petits Samandin et Tapsoba ! Le débat est loin d’être clos, puisque vous vous entêtez à ne pas entendre raison alors que votre cause est perdue. Sachez que vos grands économistes bourgeois actuels explorent en ce moment les théories économiques Marxistes pour sortir votre système essoufflé de la merde dans laquelle il a plongé l’Humanité. Le saviez-vous ? Et ça nous parle d’un capitalisme "stoïque". Si le ridicule tuait ! Va en Russie aujourd’hui. Le drapeau rouge refleuri. Y a qu’à voir toutes les tendances actuelles, sur tous les continents, pour vous rendre à l’évidence que votre monde est finissant. Ici, au Burkina, vous avez du vous cacher courant 1er semestre 2011, lorsque le peuple s’est soulevé contre votre politique néolibéral. Ce n’est rien que cela ; ça va revenir, en plus solide, puisque nous tirons les leçons du passé. Lorsqu’on vous parle de Révolution, vous ressortez vos vieux livres d’Histoire pour aller en 1917. Non !! Elle se fera au Burkina, en Afrique et dans dans bien de pays européens et même américains, en tenant compte des réalités de notre temps et du degré de faiblesse de votre système dans chacun de ces espaces. Vous ne perdez donc rien pour attendre, bande de nains politiques !

              Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 20:47, par l’Historien
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Mr le journaliste, vous devez être bien jeune ! Vous parlez d’alliance CCVC opposition politique. Sachez que l’opposition politique burkinabè est truffée de faux types. Ils ont déjà feinté les Organisations de la Société Civile au Collectif .Ces organisations de la société civiles ne sont plus prêtes à servir de marchepied à de petits bourgeois oisifs pour parvenir au pouvoir et faire la même chose que Blaise. C’est là tout le sens de l’intervention de la CCVC de ce 20 juillet, porté par le Général TOLE. Et c’est ça qui est la vérité.

      Répondre à ce message

    • Le 1er septembre 2013 à 20:19, par Le militant
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Pauvre Amath, Ne te fatigue pas pour "sortir" ! A nos meetings et autres activités, nous n’avons pas besoin d’énergumènes comme toi, capables de taper sur un clavier d’ordinateur, et qui ne comprennent rien à nos messages. C’est pas la peine !!! Tchrrrrr !!! Vive la hauteur de vue de Sagnon Tolé !

      Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 12:47, par VERGES
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    SOYONS SERIEUX, CET ARTICLE EST VRAIMENT NUL. CE N’EST PAS LA PEINE D’ALLER CHERCHER PLUS LOIN : CE QUE TOLE SAGNON A DIT N’EST PAS NOUVEAU. CECI A TOUJOURS ETE LA POSITION DES SYNDICATS DE CE PAYS : LE REFUS DE SERVIR DE PIEDESTAL AUX PARTIS POLITIQUES POUR LA CONQUETE DU POUVOIR. EVIDEMMENT NOUS SOMMES DANS UN CONTEXTE OU LE DEBAT FAIT RAGE POUR L’ALTERNANCE, LES SYNDICATS DOIVENT REDOUBLER DE VIGILANCE POUR NE PAS ETRE INSTRUMENTALISER D’UN COTE COMME DE L’AUTRE. J’APPROUVE CETTE POSITION MEDIANE DES SYNDICATS. MAINTENANT LA CGTB PECHE AUSSI PAR VOULOIR ENTRAINER LES SYNDICATS DANS SES POSITIONS POLITIQUES PROCHES DES GROUPES COMMUNISTES. ET LA CA NE FAIT PAS SERIEUX NON PLUS

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 13:24
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Je ne connais pas bien la position de TOLE, mais ce qui est sûr, son compère NANA est un pion du pouvoir !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 13:39, par dani6969
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Ce type est exactement comme Blaise ; il gère la CGTB depuis plus de 20 ans alors qu’il est à la retraite. En plus il est très flou dans ses déclarations tout comme Blaise. Quand on veut réellement un changement on ne doit pas se demander d’abord qui on doit mettre à la place de Blaise. Un tel choix de personne appartient au peuple souverain et ce choix s’opère après les élections. Je ne comprends donc pas l’attitude de Tolé Sagnon. Soit il cherche à diviser les gens pour que Blaise reste encore,soit il est vraiment un idiot qui ne sait pas ce qu’il veut.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:04
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Tres belle analyse. Je crois que la frustration de Tole reside dans Le fait qu’il a ete surpris par la mobilisation de lopposition. En fait Tôle et ses camarade ont laissé trop de Chances passer. Moi je refuse cet attentisme qui veut quon ne demande pas le changement pour le changement. si Tole et le PCRV ne sont pas pret pour le changement, cest leur probleme. La jeunesse a marre d’un parti clandestin qui n’ose pas prendre ouvertement ses responsabilité. Ils ont raté une occasion en or les années après l’affaire ZONGO. Leur parti aurait peut être influence le discours politique depuis lors. Malheureusement, ils passent le temps a former politiquement les jeuns que le cdp récupère comme idéologues, puisque même si on ne les aime pas, ils offre une formation rigoureuse. Finalement, avec toutes ces prétendues accointances avec Blaise on se demande qu’est qui explique quoi véridiquement et qui a tord. Une chose est claire, Tôle n’est pas un idiot, encore moins une personne brouillonne. Ce qui indique qu’il doit être bien conscient de sa déclaration, et de ses objectifs. Seulement, le doute est semé, et moins, quand bien je l’admire bien, je me démarque de sa vision.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:08, par LAGUI ADAMA
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Le CDP restera toujours pour l’alternance, par le PEUPLE pour le PEUPLE ! donc on dort TRANQUILLE ! Vive le PEUPLE, Vive la démocratie, Vive le CDP Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Mr Blaise Compaoré et sa famille.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:08, par le fou
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    parce qu’il mange avec blaise compaoré depuis belle lurette. tout comme le MBDHP de Zougmoré créé de toute pièce par Salif Diallo.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:10, par fraternel
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Notre seul souhait est que le nombre de pauvres diminue conséquemment au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:14, par Sidnabiiga
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Très belle analyse ! Je suis moi même ancien de l’ANEB donc ancien proche de ces groupes ultra-gauches ! Mais j’avoue que la CGTB, le MBDHP ou le PCRV c’est selon sont dépassés par la mutation rapide du peuple burkinabè ! Autant Blaise se trompe du peuple en croyant qu’il a affaire a celui des années 80, autant les Tollé Sa non se trompent du même peuple ! Le PCRV ne mobilise plus en dehors de certains syndicats surtout de l’enseignement comme le synter qui est le vivier des anciens de l’UGEB parce que la jeunesse actuelle du Burkina n’a pas connu les luttes de positionnement ni l’endoctrinement sur les campus ! Le problème actuel de la jeunesse est simple : il est alimentaire donc élémentaire ! Les complications d’ideologies étrangères a nos coutumes n’intéressent pas les gens ! C’est pourquoi Tollé a et aura du mal a être entendu ! Les gens ont des problèmes et sont convaincus que leur malheur vient du régime actuel sclerosé par le temps et donc ils n’auront le salut qu’avec son départ rapide donc ils adulent tous ceux qui travaillent dans ce sens et détestent tous ceux qui rament a contre courant comme Tollé qu’ils assimilent a une taupe du pouvoir ! Et pourtant, c’est par dépit que Tollé et ses camarades du PCRV prennent le contre pied de l’opposition parce qu’il veulent la chute du régime mais son remplacement par eux seuls ! Et ils ont depuis travailler a cela en participant a l’affaiblissement de l’opposition et a la decredibilisation de toute la classe politique ! Rappellez vous du refus du collectif sous la houlette de Halidou de soutenir le G14 en 2002 sous le fallacieux prétexte que le collectif regorge aussi de militants du CDP ! Il y eut aussi le soutien de Halidou a la candidature de Blaise en 2005 que l’opposition recusait pour cause de retroactivté de la modification de la constitution ! Et voilà que les élections couplées de 2012 ont connu un engouement jamais égalé malgré l’appel pressant au boycot du PCRV même dans les villages ! Ce fut le tournant avec une légitimation de la classe politique et une affirmation pour le changement mais par les urnes ! Même s’il y avait candidatures indépendantes, ceux qui le réclament seront desilusionneés parcequ’ils meconnaissent le peuple et moi je souhaite qu’on le leur accorde pour leur faire taire pour de bon ! Les Tollé ont un grand problème avec l’opposition actuelle qui travaille avec méthode et évite intelligemment le clash avec eux et mieux les soutient même quand ils ne demandent rien ! On ne peut faire du mal a quelqu’un qui te veut du bien a moins d’être méchant ! Et là Zeph pose un vrai problème ! Et pourtant l’alternance est dans l’air et risque de se faire au détriment des Tollé a moins qu’ils prennent le train en marche, le peuple n’ayant plus le temps pour rallentir ! Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:30, par zagtouli
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Belle analyse. Tolé Sagon et ses amis du PCRV vont passer à coté de la lutte car ils sont prisoniers de leur idéologie alors que le monde évolue ! Et puis il faut reconnaitre que Zeph manoeuvre très bien. Il a su enrober l’affaire du Sénat dans les préoccupations quotidiennes des burkinabè, et c’est pour cela que ça marche.Sacré Zeph ! Je reconnais là un élément clé du cours de Marketing qu’il nous donnait à la FASEG en 1990.Il disait que pour réussir, toute organisation doit savoir répondre aux attentes, aux besoins et aux désirs de la clientèle dont elle dépend, et que c’est cela l’essence du marketing ! A mon avis, connaissant Zeph, l’opposition va déborder les syndicats et récupérer toute leur plate forme.Déjà ;il semble que l’opposition veut créer un front plus large avec la société civile pour la poursuite de la lutte, autour d’une plate forme politique et sociale. A mon avis, Sagnon et ses amis doivent sortir de la clandestinité et expliquer aux burkinabè le programme de leur PCRV et laisser les burkinabè juger.Rien ne justifie aujourd’hui de rester dans une soit disant clandestinité. Mais mon sentiment est qu’ils ne sortiront pas pour deux raisons : d’abord la démocratie électorale dévoile le poids réel des gens.On l’a vu avec les scores piètres réalisés par les groupuscules de gauche. A force de vivre entre eux et de pratiquer la démarcation physique, les marxistes n’arrivent pas à se faire élire par une population qui est diverse et dont la vision ne recoupe pas toujours ce qui est dit par Marx, Lénine ou Engels. Ensuite, je pense qu’ils ont un peu peur d’etre ridicules car dans le contexte mondial actuel, parler de communisme est un peu ridicule !!S’ils rentrent dans le détail de leur projet politique (dictature du prolétariat, parti unique etc..) et économique(suppression du secteur privé, collectivisation,création d’une monnaie nationale, etc...) ils n’auront pas trois votes dans ce pays.
    On sourit quand on entend ces gens critiquer le libéralisme alors que beaucoup d’entre eux accumulent des biens privés, et exercent des fonctions intimement liées à l’économie libérale:avocats, consultants etc... Sagnon Tolé lui meme est devenu consultant après sa retraite. Ce métier est libéral par définition. que je sache !Et son épouse a monté des affaires de commerce, ce qui, au passage est tout à fait son droit, et est meme louable.Sauf qu’il faut etre cohérent.Si on est contre le libéralisme, on ne monte pas des activités libérales !
    Cela dit, je crois que c’est exagéré de traiter Zeph et Ablassé de néo libéraux infréquentables.En fait ce sont des libéraux version PNUD ou ils ont tous les deux fait carrière, Zeph étant meme Directeur Général Adjoint, ce qui est quand meme différent.Meme si le PNUD croit en l’économie du marché, il faut reconnaitre que c’est cette organisation qui a obligé la Banque Mondiale et le FMI à intégrer la lutte contre la pauvreté dans les politiques libérales, avec son fameux Indice de Developpement Humain grace auquel on classe les pays.D’ailleurs dans ce classement, ce sont des pays libéraux comme la Norvège, la Suède ou le Danemark qui sont en haut du classement, et non les pays de libéralisme sauvage comme les USA. Zeph, alors ministre des finances, est l’auteur d’une lettre d’Intention de Développement Humain présenté à la table ronde des bailleurs de fonds à Genève en 1995, et qui a fait référence dans le milieu des donateurs.
    Je suis aussi d’accord que les partis libéraux seront les meilleurs alliés des syndicats dans l’affaire des candidatures indépendantes. C’est bien d’avoir choisi Ablassé comme parrain, sauf que c’est Zeph qui a le plus grand nombre de députés de l’opposition.Il aurait été plus judicieux de lui confier le travail de faire passer cette loi, surtout qu’il ne semble pas opposé, en tout cas il l’a dit lors d’un conférence de presse.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:32, par we need change
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Simplement Félicitation
    Vous avez parfaitement rendu compte de ce que je pensais de ce bonhomme de TOLE SAGNON.

    Par ailleurs, que les jeunes ne se méprennent pas. Je suis du monde syndical et je puis vous dire que TOLE SAGNON et sa CCVC est le 5ème pillier du pouvoir de Blaise COMPAORE. Son role est de catalyser les luttes des masses, les recuperer et les étouffer par la suite. Rappeler vous de l’histoire du collectif. Dites vous également ou en est la lutte pour la revalorisation salariale des fonctionnaire. ETOUFFER.

    OUVRONS L’OEIL CHERS FRERES ET SOEURS, IL Y A BEAUCOUP D’IMPOSTEURS DANS NOS RANGS. NEOLIBERAL OU PAS, ON VEUT PLUS DE BLAISE EN 2015.

    Encore une fois, belle analyse de M. Ly.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 14:55, par Peace
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    belle analyse. Ds bien de pays, on a choisi de faire le changement. Les libéraux et les socialistes se succèdent ainsi au pouvoir. Au Burkina, il faut changer pour voir.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 15:01, par ouedassi
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    M. TOLE AUX NOMS DU PERE DU FILS DU SAINT ESPRIT , DES FETICHES DU VILLAGE , JE VOUS DEMANDE D’AGREER CET ECRIT DE TRAORE ETIENNE TIRE D’UNE INTERVIEW QU’IL A ACCORDEE A lefaso.net LE 19 AOUT 2013 : "Selon moi, par delà ces différences d’ailleurs normales, le danger collectif de patrimonialisation du pouvoir qui pèse sur nous tous, peut et doit être écarté par nos actions conjuguées, afin que nous puissions continuer à dire et vivre nos différences de façon efficace désormais. Nul ne peut prétendre mieux vivre demain sous un régime patrimonial nécessairement prédateur des richesses nationales et des libertés. Conjurons donc ce danger mortel à nos portes. Jouons, comme nos vaillants prédécesseurs voltaïques, notre partition historique en disant ensemble non à toute tentative d’établir dans notre pays un pouvoir autocratique et/ou patrimonial."

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 15:05, par le cibal
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    une chose est au moins sûre, moi ,je n’irai plus à une quelconque rencontre initiée par sagnon, il m’a découragé, effectivement, il est frustré, ce monsieur a une bouche dans la soupe et une main dehors, faites attention à ce monsieur, pourquoi ils ne s’alternent pas au niveau de la CGTB ? c’est de la jalousie et de la frustration, il voit qu’on le met en dernière position, il l’aura voulu, il a fleur té avec ce régime depuis longtemps, et on le démasqué aujourd’hui, il n’a rien vu d’abord

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 15:10, par ouedassi
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    M. TOLE AUX NOMS DU PERE DU FILS DU SAINT ESPRIT , DES FETICHES DU VILLAGE , JE VOUS DEMANDE D’AGREER CET ECRIT DE TRAORE ETIENNE TIRE D’UNE INTERVIEW QU’IL A ACCORDEE A lefaso.net LE 19 AOUT 2013 : "Selon moi, par delà ces différences d’ailleurs normales, le danger collectif de patrimonialisation du pouvoir qui pèse sur nous tous, peut et doit être écarté par nos actions conjuguées, afin que nous puissions continuer à dire et vivre nos différences de façon efficace désormais. Nul ne peut prétendre mieux vivre demain sous un régime patrimonial nécessairement prédateur des richesses nationales et des libertés. Conjurons donc ce danger mortel à nos portes. Jouons, comme nos vaillants prédécesseurs voltaïques, notre partition historique en disant ensemble non à toute tentative d’établir dans notre pays un pouvoir autocratique et/ou patrimonial."

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 17:52
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Aux petits gens du forum Lefaso.net
    Il y a de petits gens qui se cachent derrière leur écran pour écrire n’importe quoi sur TOLE SAGNON, Secrétaire Général de la CGTB (Confédération Générale du Travail du Burkina), membre de la CCVC (Coalition Contre la Vie Chère), un groupement d’organisations syndicales et de la société civile. Ces petits gens quand ils auront son âge n’auront pas fait le 10è de ce qu’il a fait pour le Burkina et pour le mouvement syndical et démocratique dans notre pays. Toute sa vie (d’étudiant à son statut de retraité), il l’a consacrée au militantisme, plaçant toujours l’intérêt général au déçu de son intérêt personnel. Ceux qui l’ont côtoyé hier et ceux qui le côtoient aujourd’hui savent que c’est un homme de conviction, le prototype d’homme intègre. Il a tout sacrifié pour les libertés syndicales et démocratiques au Burkina y compris au péril de sa vie et de celle de sa famille. Pour ceux qui ne le savent pas encore, Thomas SANKARA, Blaise COMPAORE et leurs CDR (Comité de Défense de la Révolution) l’ont fait arrêté, torturé et pendu par les pieds au sous-sol de la sûreté de Ouaga pour ses idées syndicales et politiques (imaginez un homme de son gabarit pendu par les pieds). Tout près de nous, lors des marches après l’assassinat du journaliste Norbert ZONGO, Blaise COMPAORE l’a fait arrêter en même temps que les autres responsables du Collectif contre l’impunité, enfermés au commissariat de police, leurs têtes ont été rasées pour les humilier. Croyez-vous qu’un homme comme lui, après avoir vécu tout ça (ce sont quelques exemples qui ont été donnés ici), puissent trahir ses camarades de lutte et aller "manger" à la même table que Blaise COMPAORE (fut-il son promotionnaire de l’Ecole Normale) ? Croyez-vous qu’un homme comme lui, à la fin de sa carrière professionnelle, puisse allez offrir ses services à un pouvoir en fin de vie ? NON ! Ce n’est pas un homme de trahison. Que ces petits gens arrêtent de dire n’importe quoi sur ce forum sur SAGNON TOLE. Je suis un jeune qui le connait très bien. Je suis prêt à donner ma vie pour la cause qu’il a défendue jusqu’ici et je me battrai pour que le Burkina soit meilleur, débarrassé de tous ces vautours qui se trouvent à la tête du pays aujourd’hui. Pain et Liberté pour le peuple. (--- WebMaster, merci de me publier ---)

    Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 19:18
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Oui tu es un vrai exemple de l’endoctrinement communiste ! Lénine était aussi déifié que tu déifie Tôle. Je reconnais qu’il a de grandes qualités, mais pourquoi est-il resté de 1989-a nos jours a la tête de la CGTB tout en demandant a Blaise de quitter ? Il n’y a pas que les élèves de leurs classe qui sont brillants quand même. Le ridicule et ce qui fait que j’ai perdu confiance en ce monsieur c’est parce que, même en retraite, il pousse l’opprobre a rester chef de la CGTB, tout ça a cause des retombées financières que seuls ceux qui sont a la tête bénéficient. Oui, je suis vraiment,déçu de ce monsieur pour qui,j’ai,eu,tellement,t,d’admiration.

      Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 19:19, par Ancien PCRViste
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Toi tu es plus petit que ces gens là. J’ai l’impression que le volume de ton cortex ne depasse pas un grain de sable. C’est ton blème si tu défends l’énemi du peuple car le diable de la pire espèce a toujours eu des adeptes, mais saches une chose, l’écrit de Mr Ly est véridique. Ton tollé est vrai faux type pian !!!!!!!!!

      Répondre à ce message

      • Le 30 août 2013 à 22:28, par ELKABOR
        En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

        Ancien pcrviste dites ce que vous voulez vous êtes des incultes syndicaux. Zeph sait très bien qui sont Tolé SAGNON et la CGT-B. L’opposition ne peut rien sans la CGT-B et ses alliés que sont les élèves et les étudiants. A la rentrée vous verrez la différence avec la F-SYNTER membre de la CGT-B. Nous n’avons que faire des réactions épidermiques. Nous agissons avec méthode et intelligence . Pain et liberté pour le peuple !

        Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 19:41, par Le Sage.
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Un avocat met 30 ans pour construire une réputation. Il met 5 seconde devant un tribunal pour déconstruire cette réputation par une erreur gravissiez de procédure. Ce n’est pas le premier né qui connait l’éléphant, mais le premier à aller en brousse. De grâce, Tolé dis-nous combien tu as empoché pour torpiller l’opposition. Web master laisse passer la question à Tôle.

      Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 20:13, par zemstaaba
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Mon frère, l’important n’est pas ce que Sagon Tolé a fait dans le passé ! Ce qui importe, c’est ce qu’il fait aujourd’hui.Souffres qu’on dise que sa position actuelle n’est pas acceptable. De manière consciente ou inconsciente, il sert le régime ! On lui demande de soutenir la lutte contre le Sénat !Un point c’est tout.Si je suis révolutionnaire et que sur une question donnée j’ai la meme position qu’un libéral, je lutte avec lui et après on règle nos comptes. La révolution russe a été faite avec le concours des libéraux et le premier gouvernement après la chute du tsar était dirigé par le libéral Kérensky. A l’époque, on avait meme le multipartisme à l’assemblée nationale russe, la douma.C’était un gouvernemt d’union avec les bolchéviques. C’est par la suite que ces derniers ont pris le dessus et confié le pouvoir aux soviets ;On ne demande pas à sagnon de dire qui va remplacer Blaise ! Ce débat viendra le moment venu et Sagon Tolé est libre d’etre candidat pour barrer la route aux néo libéraux.Mais on n’est pas arrivé là !C’est bien de réciter tous les états de service de Sagon.Mais méfiez vous de la trajectoire des gens.L’histoire regorge de gens qui ont passé la première partie de leur vie à faire du bien, et la seconde partie à faire du mal.La première partie à etre révolutionnaire.La seconde partie à etre réactionnaire.Le mouvement fasciste français des années 30 était animé par des anciens communistes !Dans le meme temps, il ya des gens qui ont commencé à droite, et qui, après prise de conscience, ont été de grands révolutionnaires.On juge Sagnon par rapport à ce qu’il fait de nos jours, pas par rapport à ce qu’il a fait dans le passé.

      Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 18:02, par Sidnabiiga
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Très belle analyse ! Je suis moi même ancien de l’ANEB donc ancien proche de ces groupes ultra-gauches ! Mais j’avoue que la CGTB, le MBDHP ou le PCRV c’est selon sont dépassés par la mutation rapide du peuple burkinabè ! Autant Blaise se trompe du peuple en croyant qu’il a affaire a celui des années 80, autant les Tollé Sa non se trompent du même peuple ! Le PCRV ne mobilise plus en dehors de certains syndicats surtout de l’enseignement comme le synter qui est le vivier des anciens de l’UGEB parce que la jeunesse actuelle du Burkina n’a pas connu les luttes de positionnement ni l’endoctrinement sur les campus ! Le problème actuel de la jeunesse est simple : il est alimentaire donc élémentaire ! Les complications d’ideologies étrangères a nos coutumes n’intéressent pas les gens ! C’est pourquoi Tollé a et aura du mal a être entendu ! Les gens ont des problèmes et sont convaincus que leur malheur vient du régime actuel sclerosé par le temps et donc ils n’auront le salut qu’avec son départ rapide donc ils adulent tous ceux qui travaillent dans ce sens et détestent tous ceux qui rament a contre courant comme Tollé qu’ils assimilent a une taupe du pouvoir ! Et pourtant, c’est par dépit que Tollé et ses camarades du PCRV prennent le contre pied de l’opposition parce qu’il veulent la chute du régime mais son remplacement par eux seuls ! Et ils ont depuis travailler a cela en participant a l’affaiblissement de l’opposition et a la decredibilisation de toute la classe politique ! Rappellez vous du refus du collectif sous la houlette de Halidou de soutenir le G14 en 2002 sous le fallacieux prétexte que le collectif regorge aussi de militants du CDP ! Il y eut aussi le soutien de Halidou a la candidature de Blaise en 2005 que l’opposition recusait pour cause de retroactivté de la modification de la constitution ! Et voilà que les élections couplées de 2012 ont connu un engouement jamais égalé malgré l’appel pressant au boycot du PCRV même dans les villages ! Ce fut le tournant avec une légitimation de la classe politique et une affirmation pour le changement mais par les urnes ! Même s’il y avait candidatures indépendantes, ceux qui le réclament seront desilusionneés parcequ’ils meconnaissent le peuple et moi je souhaite qu’on le leur accorde pour leur faire taire pour de bon ! Les Tollé ont un grand problème avec l’opposition actuelle qui travaille avec méthode et évite intelligemment le clash avec eux et mieux les soutient même quand ils ne demandent rien ! On ne peut faire du mal a quelqu’un qui te veut du bien a moins d’être méchant ! Et là Zeph pose un vrai problème ! Et pourtant l’alternance est dans l’air et risque de se faire au détriment des Tollé a moins qu’ils prennent le train en marche, le peuple n’ayant plus le temps pour rallentir ! Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 20:21, par Momo
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Que d’amalgames sous la piètre plume de ce soi-disant "Sidnabiiga". Ce n’est pas une question de PCRV, d’ANEB, de MBDHP, etc. Faut pas embrouiller les gens ici. La réalité vraie aujourd’hui est de se dire que les "Blaise Dégage" et autres slogans creux et ridicules de "Cibals" et que sais-je encore, ne suffisent pas. Le peuple burkinabè ne veut pas de n’importe quel petit aventurier affamé qui va venir refaire du Blaise sans Blaise. Ce jeu de dupe de petits bourgeois pressé, c’est fini !!! Le peuple burkinabè est aujourd’hui mature, grâce justement à l’action courageuse d’Hommes droits et intègres comme Tolé Sagnon et ses camarades. Cela se comprend aisément. Toi et tes semblables êtes pressés de remplacer Blaise pour continuer de nous plumer. Nous prendrons le temps qu’il faut pour faire aboutir le VRAI CHANGEMENT.

      Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 18:07
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Très belle analyse. N ’en déplaise aux conservateurs du régime crépusculaire.Tolle SAGNON est anachronique à partir du jour ou il s’est fai introniser comme chef de Canton dans la Comoé en présence de certaines autorités du moment. Cèst le jeu du flou-flou en se passant pour un saint.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 18:30
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Tolé vaut mieux encore que son confrère de l’USTB NAMA qui a été surpris par les militants en train de courir à la soupe du sénat. Depuis qu’il a été malmené par les siens, aucun compte rendu de l’AG en question n’a été diffusé. Il faut que les différentes bases songent à la relève et à l’alternance dans les syndicats si l’on veut aller loin dans les luttes. Un retraité n’a pas les mêmes soucis qu’un travailleur.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 18:40, par zongo
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Bonne reflexion. si le PCRV est clandestin c est parce que le regime est cruel dans toutes ses actions.quant a l opposition ,elle veut profiter mais rien d bon car ils mangent ensenble depui

    Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 19:55, par toudou
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Mon chèr zongo, arrétez d’amuser la galerie ! Le pouvoir sera le premier à applaudir si le PCRV sortait de la cladestinité.Ce pouvoir n’aime que d’avoir une opposition éclatée et divisée.Tu crois que le pouvoir ne connait pas les animateurs du PCRV ? Tu oublies que certains ont fréquenté Blaise avant et pendant la révolution. Il a rendu des services à beaucoup d’entre eux du temps de la révolution parce qu’il pensait pouvoir les utiliser après sa prise du pouvoir qu’il murissait en secret. Qui a financé le MBDH dont tout le monde sait qu’elle est un vitrine du PCRV ?? C’est Blaise. Halidou lui meme l’a reconnu puisqu’il était le conseiller juridique de la présidence ! Salif Diallo, Directeur de cabinet de Blaise Compaoré était membre du premier bureau exécutif du MBDHP ne l’oublie pas.Comment expliquez vous cela ?Pendant la révolution et après le 15 Octobre, des gens ont été assassinés.Cites moi un seul leader du PCRV parmi ceux qu’on a "fait" pendat la révolution ou au lendemain du 15 ! Aucun !Pourtant des gens ont été fusillés dans ce pays ! C’est eux que le pouvoir craignait vraiment. Si les dirigeants PCRV étaient vraiment dangereux, on allait les éliminer dan le tumulte de la révolution ou de la rectification et il n’yaurait rien !Sauf leur souvenir ! Norbert Zongo a été éliminé parce que, lui, le pouvoir le craignait vraiment ! En fait le PCRV a peur de sortir de la clandestinité parce qu’il sait qu’on va découvrir qu’il ne pèse rien. Son programme n’est pas vendable parce totalement dépassé. C’est pour cela que ses dirigeants n’ont meme pas le courage de se dire communiste en prétextant la répréssion pour démeurer dans la clandestinité. Beaucoup d’entre eux ne sont meme pas connus dans leur villages.Ils passent le temps dans une soit disant démarcation physique alors qu’on ne peut réussir dans la démocratie dite bourgeoise qu’en allant vers les gens.Ensuite Sortir et dire qu’on est pour la dictature du prolétariat, le parti unique, l’économie étatique à cent pour cent, l’absence de secteur privé, etc.. les gens vont les prendre pour des fous tellement c’est anachronique.Tout économiste sérieux sait que le programme économique du PCRV ne peut pas soutenir 3 minutes d’un débat sérieux ! Donc c’est facile, sous prétexte qu’il ya la répression, de se terrer dans des théories fumeuses !

      Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 20:52, par Le démocrate
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Belle analyse Monsieur Ly. Il était évident que la sortie du Chef de file de l’opposition sera suivie par celle de la CCVC. Le PCRV à travers ses leviers (MBDHP, CGTB, UGEB ; Kebeyna, etc) veut contrôler le mouvement social. Aujourd’hui, le peuple a besoin d’une véritable lutte pour le changement. les luttes conduites par le PCRV à travers ses leviers ont abouti à les garer. pour preuve le CODMPP né à la suite de la mort du journaliste Norbert Zongo. En réalité, la mobilisation de l’opposition a surpris le PCRV et il fallait réagir. Tolé n’est que la partie visible du PCRV. Sa déclaration est simple à comprendre. "avec Blaise on maîtrise la situation. Autre personne que Blaise on ne s’est dans quelle sauce on sera manger". ceci m’amène à dire que le PCRV et ses leviers consituent un couteau pour Blaise lorsqu’il est dans une situation difficile. C’est au peuple de démasquer ces individus et de les exclure de la lutte qui est en cours pour plus de démocratie. L’insurrection Générale Armée prônée par certaines personnes est digne du moyen age et barbare.

      Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 19:12, par yiss
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    je vois que même le journaliste a une courte memoire : je crois que (si je ne me trompe) suite aux évènement du 13 decembre 1998, il y a eu la mise en place du collectif des organisations democratique de masse et de parti politique (CODMPP) composé de syndicat et de parti politique (M2). Mais ces derniers ce sont laissés berné par Mr Portiche, embassadeur de france au BF à l’époque. Les partis politiques ont quitté le CODMPP trahissant ainsi, la lutte du peuple burkinabè pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et les crimes resté jusque là impunis.

    je pense que l’opposition bourgeoise dispose d’un cadre pour poser le debat. Dans un rapport du MBDHP de 2011, l’opposition n’a fait aucune proposition de lois. l’assemblée Nationale s’est contentée de voté des projet de lois.
    au regard de ce qui précède qui peut dire que l’opposition bourgeoise est pour l’amelioration des conditions de vies, de travaillent et d’etudes des burkinabè et leur enfants ?
    Quand l’opposition dit que le seant est budgetivore moi sa me fait rire. Est qu’il y a plus budgetivore au BF que l’assemblée Nationale ? mais est que le debatt de reduction de leur salire et privilège pour aider les burkinabè s’est dejà poser ?
    ce qui me fait mal, s’est que les gens ne voient pas la réalité mais la forme.
    pour que le Burkina puisse être ce que l’on souhaite, ce n’est un changement neoliberal mais celui par la voie revolutionnaire.

    Répondre à ce message

    • Le 30 août 2013 à 22:01, par bilbalogo
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Mon chèr yiss, c’est vous qui etes prisonnier de vos souvenirs. Et surtout ne déformez pas la vérité.La vocation d’un parti politique,dans une démocratie pluraliste, c’est de participer aux élections et de conquérir démocratiquemet le pouvoir d’état.Pourquoi vouliez vous que les partis politiques boycottent les élections tout simplement parce que le PCRV ne pouvait pas sortir de la clandestinité pour y participer ? Si vous étiez vraiment populaires, il fallait venir venir vous mesurez aux autres et on allait voir ce que vous pesez. Ne confonds pas la méthode du changement avec la politique qui sera mise en oeuvre après le changement.ce sont deux choses différentes.Telle que la situation évolue, ce sont les néo libéraux qui risquent de conduire l’insurrection populaire pendant que vous regardez ! ce seront eux que l’histoire retiendra comme les révolutionnaires et vous vous mourrez de votre belle mort, comme tous vos vieux camarades fatigués et retraités qui ont traversé l’histoire du pays sans apporter quoi que ce soit ! Si la démocratie populaire apportait quelque chose aux gens, on aurait toujours des pays communistes à la mode Staline ;Or cites moi un seul pays qui est communiste !Aucun ! Si le communisme était bien ,les peuples qui l’avaient adopté n’allaient jamais s’en séparer et de nouveaux peuples allaient l’adopter.Or il a fallu que Lénine et Stalin disparaissent pour que leur systèle s’écroule.Dans le meme temps, les fondateurs du libéralisme ont disparu depuis fort longtemps, mais leur idéologie continue de prospérer.C’est donc que quelque part les gens la ^préfèrent au communisme

      Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 19:12, par yiss
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    je vois que même le journaliste a une courte memoire : je crois que (si je ne me trompe) suite aux évènement du 13 decembre 1998, il y a eu la mise en place du collectif des organisations democratique de masse et de parti politique (CODMPP) composé de syndicat et de parti politique (M2). Mais ces derniers ce sont laissés berné par Mr Portiche, embassadeur de france au BF à l’époque. Les partis politiques ont quitté le CODMPP trahissant ainsi, la lutte du peuple burkinabè pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et les crimes resté jusque là impunis.

    je pense que l’opposition bourgeoise dispose d’un cadre pour poser le debat. Dans un rapport du MBDHP de 2011, l’opposition n’a fait aucune proposition de lois. l’assemblée Nationale s’est contentée de voté des projet de lois.
    au regard de ce qui précède qui peut dire que l’opposition bourgeoise est pour l’amelioration des conditions de vies, de travaillent et d’etudes des burkinabè et leur enfants ?
    Quand l’opposition dit que le seant est budgetivore moi sa me fait rire. Est qu’il y a plus budgetivore au BF que l’assemblée Nationale ? mais est que le debatt de reduction de leur salire et privilège pour aider les burkinabè s’est dejà poser ?
    ce qui me fait mal, s’est que les gens ne voient pas la réalité mais la forme.
    pour que le Burkina puisse être ce que l’on souhaite, ce n’est un changement neoliberal mais celui par la voie revolutionnaire.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 19:15, par yiss
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    je vois que même le journaliste a une courte memoire : je crois que (si je ne me trompe) suite aux évènement du 13 decembre 1998, il y a eu la mise en place du collectif des organisations democratique de masse et de parti politique (CODMPP) composé de syndicat et de parti politique (M2). Mais ces derniers ce sont laissés berné par Mr Portiche, embassadeur de france au BF à l’époque. Les partis politiques ont quitté le CODMPP trahissant ainsi, la lutte du peuple burkinabè pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et les crimes resté jusque là impunis.

    je pense que l’opposition bourgeoise dispose d’un cadre pour poser le debat. Dans un rapport du MBDHP de 2011, l’opposition n’a fait aucune proposition de lois. l’assemblée Nationale s’est contentée de voté des projet de lois.
    au regard de ce qui précède qui peut dire que l’opposition bourgeoise est pour l’amelioration des conditions de vies, de travaillent et d’etudes des burkinabè et leur enfants ?
    Quand l’opposition dit que le seant est budgetivore moi sa me fait rire. Est qu’il y a plus budgetivore au BF que l’assemblée Nationale ? mais est que le debatt de reduction de leur salire et privilège pour aider les burkinabè s’est dejà poser ?
    ce qui me fait mal, s’est que les gens ne voient pas la réalité mais la forme.
    pour que le Burkina puisse être ce que l’on souhaite, ce n’est un changement neoliberal mais celui par la voie revolutionnaire.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 21:26, par l’intrépide
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    J’aime bien Tolé Sagnon éloquent devant l’éternel mais je doute de son engagement de lutteur aux côtés du peuple car il doit se souvenir qu à l’assassinat de Norbert c’est avec les néo-libéraux qu’il a conduit la lutte ça donné les résultats que ça donné. Aujourd’hui ces mêmes assassin font des pieds et des mains pour rester au pouvoir et sans doute continuer à tuer et il refuse de conjuguer ses efforts pour assister ce peuple en danger Je n’irai plus aux marches et autres rassemblements de la coalition tant que ce sera lui le président

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 22:15
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    A tous ceux qui critiquent la position des Centrales syndicales et de la CCVC ! Souffrez qu’elles ne puissent pas donner sa caution à des politiciens néolibéraux fussent-ils du CFOP. Qu’ils prennent la place de Blaise COMPAORE et de son CDP s’ils y parviennent. Mais malheur à eux si demain ils ne parviennent pas à baisser le coût de la vie au Faso et à éradiquer la corruption. On vous attend de pieds fermes. Votre sommeil sera troublé.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 22:23
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    J’ai été franchement déçu par TOLE SAGNON ce 20 juillet car ce fut vraiment une tentative d’escroquerie politique. En effet, il ne devait pas nous réunir sous couvert de vie chère pour un dessein purement politique et personnel (candidature indépendante, etc ; tel était son vrai but mais pas la vie chère). Et, j’ai eu la sensation que durant toutes ces années, ce monsieur nous a mené en bateau. Et bien, c’est ainsi que Blaise a 26 ans de pouvoir. Fini donc ce petit jeu car les masques sont tombés ce jour là !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 23:37, par le psy
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Tolé Sagnon se sent visé pour le principe de la lutte contre la modification de l’article 37 car lui même s’est inscrit dans la longevité en tant que SG de la CGTB !!! il est à la retraite !!!! pourquoi continue t-il à diriger le syndicat ? personne n’est capable de le succéder ? il a certainement des intérêts en étant SG à vie !!! il reçoit de l’argent mensuellement pour cela !!! TOLE, donnes l’exemple !!!! tu es à la retraite !!! le syndicat c’est pour les travailleurs !!

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2013 à 23:43, par Un compagnon de Garba
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    En 1983, le PCRV avait dit que le 4 août n’était rien d’autre qu’un coup état comme les précédents qu’avait connu notre pays à la différence que les animateurs étaient des excités par les idées fumeuses du PAI/LIPAD. Le passage de Salif Diallo au MBDHP c’est qu’étant ancien PCRViste ses anciens camarades voulaient l’utiliser comme taupe dans le système de Blaise. A la différence des Palm jean marc, zampaligré idrissa et autres Salif était resté fidèle en amitié avec ses camarades de l’UGEB tels que les Bougayiré Francis et j’en passe. En outre il était de Ouahigouya comme Alidou. Pour un partit clandestin le recrutement c’est comme ça. Une fois dans la direction du MBDHP pour avoir la confiance des Pcrvistes salif leur fournissait de précieuses informations. Ce sont les événements de mai 90 avec l’assassinat de DABO Boukari qu’il s’est relevé être à la solde de Blaise. Connaissant l’organisation interne et clandestin de la lutte il s’est affiché plus zelé que quiconque dans la repression de ladite, ce qui s’averait incompatible avec la fonction de membre du bureau d’une organisation de defense des droits humains. D’où son exclusion et sa radiation du MBDHP. C’est pour avoir vuet vécu cela qui fait que TTôle Sagnon appelle à la vigilance, car comme le dit l’adage on ne piétine pas les testicules de l’aveugle deux fois. Or nos opposants légaux et les mouvanciers sont tous des caïmans de la même mare de Blaise. Les jeunes devraient se cultiver pour mener des luttes conscientes.

    Répondre à ce message

    • Le 1er septembre 2013 à 11:54, par songma
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Monsieur le Compagnon je ne savais pas que le PCRV fonctionnait sur des bases régionalistes et qu’il continuait de traiter avec ceux qui l’ont trahi en le quittant ! Drole de parti dit communiste.Quand les bolcheviks étaient dans la clandestinité, tout membre du parti qui quittait était considéré comme traitre et immédiatement assassiné pour éviter qu’il ne livre les noms de ses camarades à la police.C’est Staline et sa bande qui se chargeait de cela. Et vous, Salif vous trahit en 1984 pour rejoindre le GCB et les militaires ’après avoir dit comme vous que le 4 aout n’était pas une révolution), il devient conseiller de Blaise, pendant que le CNR pourchassait les militants PCRV, il devient tout puissant Dircab de Blaise en 1987, et vous vous attendez 1990 et l’assassinat par lui de Dabo Boukary dans une baignoire du Conseil pour vous rendre compte qu’il ne roule pas pour vous ! Vous êtes bêtes ou quoi ? La vérité c’est que c’est Blaise qui a financé le MBDHP et a imposé Salif dans la direction du mouvement.Un peu comme les bailleurs de fonds imposent leur représentant dans la structure de gestion des projets qu’ils financent. C’est ça la vérité et acceptez de la reconnaitre. Connaissant ce régime, je suis sur qu’ils ont gardé une copie du dossier .Tremblez parce que ce dossier va sortir quand ce régime va tomber !

      Répondre à ce message

      • Le 2 septembre 2013 à 12:47, par yélé
        En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

        Songma bien dit ! Le Compagnon nous prend pour des naïfs ! Je comprends son embarras car si les jeunes militants communistes qu’ils endoctrinent dans les cellules du parti à coups de démarcation physique découvrent que leurs ainés ont traficoté avec Blaise et pris de l’argent avec lui, il vont tomber de haut ! Le fait est que ses arguments sont ridicules ! Dire que le PCRV a maintenu des relations avec salif parce qu’il vient de Ouahigouya comme Alidou, c’est insulter le communisme ! Dire que Palm et Zampa n’ont pas maintenu les liens avec les anciens de l’ugeb alors qu’ils sont resté copains avec Drissa Touré, c’est se foutre des gens ! Mais plus grave, en fait ce n’est pas Salif qui a maintenu ses liens avec les anciens PCRVistes, mais c’est eux qui ont cherché à renouer avec salif parce qu’ils avaient peur de la répression(peur petite bourgeoise) ou pire parc qu’ils voulaient des postes dans les ministères.Beaucoup ont ainsi été nommé grace à Salif ! Et dire que ce sont les memes qui préconisent la démarcation physique aux jeunes militants communistes !

        Répondre à ce message

  • Le 31 août 2013 à 09:48, par Badpress
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Qui se sent morveux se mouche. Comprenez la position de Tolé. Il est au pouvoir depuis 24 ans et Blaise 26 ans. Un dictateur ne peut que défendre un autre dictateur. Ils ont obligation de se soutenir. Ce qui est sûr ils seront tous surpris par le peuple qu’il croit mouton. Puis Tolé est allé à la retraite pauvre. Il veut se rattraper maintenant comme il est devenu chef et que Blaise finance les chefs. Voyez vous ! c’est clair et simple à comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2013 à 14:41, par Sidlaboum
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Il y’a tellement de similitude dans les positions de Tôlé san non et halidou Ouedraogo, quand il s’était agit de se prononcer sur la rétroactivité de l’article 37 ne permettant à Blaise de se présenté on avait halidou Ouedraogo pour interpreter en sa faveur. Aujourd’hui par ce que le Zéph est entrain de devenir PF les dictateurs de tout genre veulent s’opposer par ce que pense t il, sans eux le Burkina ne rien. Erreur.
    Autre similitude : halidou à durer à la tête du MBDHP et tôlé à la tête du mouvement syndicat.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2013 à 14:45, par Hamidou S
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Le néo libéral c’est tout simplement la bonne tenue des comptes publiques. Quel sens donnez vous néo libéralisme ? N’allez pas loin. Qui ne Veut pas que nos comptes soit bien géré ? Par ailleurs quelle est la politique de ceux qui nous gouverne ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2013 à 16:21, par Resumons la situation actuelle du Burkina
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Au Burkina Faso, l’opposition est traversée par deux courants principaux. Le premier courant est représenté par les partis du CFOP qui veulent que le pouvoir de Blaise COMPAORE et son CDP s’en aille afin que eux prennent la place. Pour le CFOP, les problèmes de notre pays est un problème de personnes. En changeant les personnes qui sont à la tête de l’Etat aujourd’hui les conditions de vie des burkinabé vont s’améliorer. Pour les centrales syndicales et la CCVC, le problème actuel du Burkina c’est non seulement Blaise COMPAORE et son CDP mais c’est aussi le système économique néolibéral actuel dans lequel se trouve le pays. Changer les hommes qui se trouvent à la tête du Burkina aujourd’hui sans changer le système économique actuel, les conditions de vie des Burkinabé ne changeront guère. L’avenir donnera raison aux centrales syndicales et à la CCVC. Un des responsables actuels du CFOP (Zéphirin ou Me SANKARA ou Larba DIALLO ou Gilbert OUEDRAOGO ou Ablassé OUEDRAOGO ou Mme Saran SEREME ou Etienne TRAORE ou Valère SOME) va certainement prendre la place de Blaise COMPAORE après 2015, mais nos conditions de vie ne s’amélioreront pas. C’est là que les gens vont comprendre la position actuelle des syndicats.

    Répondre à ce message

    • Le 31 août 2013 à 20:15
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Correction, Gilbert nest pas de la CFOP.

      Répondre à ce message

    • Le 31 août 2013 à 21:18, par LAGUI ADAMA
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      Je ne sais pas combien de temps je pourrais vivre mais une chose est certaine tant que notre club sera en vie aucun de tous ces noms dont tu as cité ne sera JAMAIS président du faso, nous veillerons par tous les moyens pour que le pouvoir soit toujours dans des bonnes mains ! Vive le CDP Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Mr Blaise Compaoré et sa famille

      Répondre à ce message

    • Le 1er septembre 2013 à 09:43
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      m. resumons la situation actuelle du burkina, la situation actuelle recommande qu’il n’y ait pas un 3ème courant dans cette lutte menée contre la mise en place du sénat et la non modification de l’article 37 de la constitution. RIen que pour le caractère budgétivore du Sénat, je crois que les partis CFOP et/ou CFOP ont engagé une UNE LUTTE QUE LES CENTRALES SYNDICALES N’ONT PAS D’AUTRES CHOIX QUE DE SOUTENIR. Si elles ne soutiennent pas cette lutte, ELLES TERAVAILLENT POUR BLAISE ET SON CDP..

      Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2013 à 09:03, par Alexio
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Le syteme le plus adaptable en Afrique la Sosiale demoratiie des pays skandinaves ou l economie nationale est une combinaison des deux systemes. N en voulons pas a karl Marx mais a nos pauvres politiciens qui n ont aucune source de remuneration que l Etat. Le grand dilemme africain on s engage pas dans la politique pour le bien commun, mais pour le bien de son petit Groupe. L orientation politique er bien sur le papier mais pas sur le terrain. Un marche de duperies orchestres.

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2013 à 09:46, par Diouldé
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Il faut arrêter le culte de la personnalité. Tolé n’est pas infaillible. Et ici, il a failli. Pourquoi il a eu besoin de transformer un rassemblement syndical en tribune politique s’il ne veut pas de la politique ? Qui lui a demandé l’alternance politique qu’il nous faut ? Qu’est-ce qui lui dit que dans l’arène politique nous allons le suivre comme ça ? Est-ce que c’est le moment de choisir le successoire de Blaise Compaoré. De quel droit lui s’arrose-t-il de choisir à la place du peuple ? Non, ce discours n’était pas le bienvenu. Ce n’était ni le lieu, encore moins le moment. Aujourd’hui, ce qui importe par dessus tout, c’est le départ de Blaise Compaoré. On ne verra pas pire que lui après. Et au moment venu, il reviendra au peuple de désigner son remplaçant parmi les prétendants déclarés. Celui qui n’est pas dans cette dynamique aujourd’hui est un ennemi du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2013 à 13:01, par la Paix
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Comment voulez vous qu’un dictateur cautionne le changement ? Comment voulez vous que des conservateurs comme les Tolé SAGNON avancent ? La plupart des responsables syndicaux utilisent la masse pour se rapprocher du pouvoir car ils savent que plus tu as la masse derrière toi, plus le corrupteur de Blaise chercherai à être ton meilleur ami même si c’est en clando. La plupart des syndicats en Afrique sont des syndicats alimentaires, leurs dirigeants sont en majorité des travailleurs déflatés, très peu instruits qui mènent toujours leurs militants à l’abattoir. Tolé fait exactement ce que font les dirigeants syndicaux face à un chef d’entreprise : Ils crient fort devant les militants mais achèvent leur soixantième villa avec l’argent du patron. Ils sont prêts à tout pour demeurer à leur poste de direction du syndicat et se comportent souvent comme des fondateurs de parti. Tolé ne veut pas le changement sinon lui même aurait quitté la direction de la CGTB depuis.Le peule doit rester vigilant et sa vigilance s’exprime par sa capacité à opérer le changement quand il le faut.

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2013 à 19:47, par RAS
    En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

    Un peu de culture devrait nous faire savoir les différences fondamentales entre parti politique et syndicat : pendant que le premier cherche à conquérir et à conserver le pouvoir d’État, le second s’attache à défendre les intérêt des travailleurs...
    Que parfois les syndicats appellent à voter pour un parti, cela peut être légitime. En France, par ex. la CGT avait appelé à voter pour Hollande. Le risque ici, c’est que cette même centrale se voit obligée un jour de manifester contre celui qu’ils ont préféré. Ce qui ne serait même pas aberrant puisque l’objectif du syndicat est l’amélioration des conditions de vie et de travail.
    En ce qui concerne le BF, il faut tirer des leçons de l’histoire : en 66, le syndicats et les mouvements scolaires et estudiantins ont fait partir le Président ; quel a été par la suite le bénéfice pour les travailleurs ? Les conditions de vie ont-elles vraiment changé ? L’armée n’a-t-elle pas dirigé, jusqu’à présent, le pays comme une caserne ?
    Bref, pour celui qui veut être critique ou simplement de bonne foi (sans être pro Compaoré ni anti Diabré), le propos de Sagnon voudrait dire que quel que soit celui qui viendrait après Blaise Compaoré, il faudra que la question sociale qui dépend des choix politiques trouvent des solutions qui satisfassent le peuples et non seulement les capitalistes. Il faut juger sans passion, les partis en fonction de leur programme. si l’on s’en tient aux promesses verbales des candidats, ils nous décevrons aussitôt élus. Bye !

    Répondre à ce message

    • Le 2 septembre 2013 à 15:31, par ouedassi
      En réponse à : Alternance au Faso : Pourquoi Tolé s’emporte

      RAS, réaction longue mais intéressante ; tu dis que le propos de Tolé Sagnon voudrait dire que QUEL QUE SOIT CELUI QUI VIENDRAIT APRÈS BLAISE COMPAORE , ... y a t-il mille manières de comprendre cela. Tolé SAGNON a le devoir de se mettre à la disposition des anti-Blaise pour qu’il parte en 2015.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés