Culture de champs à Bobo-Dioulasso : Des femmes et des filles à 750 F la journée de travail

jeudi 29 août 2013 à 16h39min

Des femmes et des filles ont trouvé de quoi subvenir, tant soit peu, à leurs besoins. Aux abords des chaussées sur la route de Dédougou, de Bama, de Ouagadougou, elles attendent patiemment des « propriétaires de champs » pour aller labourer leur champ moyennant rémunération. Non sans courbatures, risques de viol ou autres violences. Nous sommes allés à leur rencontre.

Culture de champs à Bobo-Dioulasso : Des femmes et des filles à 750 F la journée de travail

Le quartier Sakabi à Bobo-Dioulasso paraît être un autre monde depuis l’installation de la saison pluvieuse, eu égard à l’animation et aux différentes activités qui s’y mènent. Vendredi 9 août 2013, près d’une plaque publicitaire sur laquelle on pouvait lire l’indication d’une pharmacie, un groupe de jeunes filles et de femmes s’étaient installées, daba en main. Il était 6h30. Certaines y étaient depuis six heures.
D’autres continuaient toujours à rejoindre le groupe. Gaies, pensives, soucieuses…, chacune traduisait ainsi ses sentiments en cette matinée. Une seule préoccupation les réunissait pourtant : celle d’aller cultiver des champs moyennant argent. Sabi Doulkoum est mère de trois garçons. « J’ai commencé cette activité seulement cette année. Avant, je faisais du commerce qui ne fructifiait pas. J’ai trouvé alors mieux de m’investir dans cette activité pour avoir de quoi subvenir à certains besoins familiaux  », explique-elle en langue mooré, l’air assez gaie. Pour cette dame, « la culture de champ n’est pas une mince affaire. C’est un travail, a-t-elle dit, qui demande beaucoup d’efforts physiques  ». « Je suis âgée et je ne peux parfois fournir la même énergie que les jeunes filles », dit-elle. Elle poursuit en déplorant la malhonnêteté de certains propriétaires de champs. « Des gens viennent nous chercher pour uniquement sarcler. Mais, une fois sur le terrain, nous nous rendons compte que le champ n’est même pas encore défriché. Nous sommes donc obligées de procéder au défrichage, ce qui en réalité doit être rémunéré plus cher », fait-elle savoir. A combien sont-elles rémunérées après toute cette corvée ? « 500 F CFA ou 750 F CFA la journée », répond-elle. Et d’ajouter : « c’est mieux que rien, sauf que le travail est très dur ». Ces femmes « cultivatrices » travaillent toujours à deux ou en groupe.

Pour aider à payer la scolarité !

Adjara, 16 ans et Andé, 15 ans, sont toutes des élèves au secondaire. Pendant ces vacances et ce depuis deux ans, elles n’ont d’activité que la culture des champs. « Nous faisons ce travail pour aider les parents dans les charges scolaires à la rentrée des classes. C’est difficile, mais nous pensons que c’est mieux que les balades inutiles en ville », soutiennent-telles avec conviction. A pied, sur tricycle ou même en véhicule, tout dépend du moyen de déplacement du propriétaire du champ, les « femmes et filles cultivatrices », se rendent dans les champs chaque matin pour des objectifs divers. Une fille-mère du groupe, contrairement aux autres femmes, fait ce travail malgré elle. « Je vis seule avec mon enfant dont le père a fui pour l’Afrique centrale. Il me faut donc faire ce travail pour m’occuper de l’enfant  », a-t-elle confié. Les filles disent discuter le prix du travail de la journée à 500 ou 750 F CFA si le propriétaire doit leur donner à manger. Si la nourriture (le plus souvent du tô ou du haricot) n’est pas fournie, elles sont payées à 1 000 F CFA.

Exposée au viol pour 750FCFA

Seules dans les champs, les filles et les femmes sont parfois exposées au viol et à d’autres violences. « Il y a des gens malintentionnés qui viennent nous solliciter pour la culture de leur champ, mais après ça devient autre chose », confie Andé. Elle se souvient d’ailleurs le jour où, elle et son amie ont failli être violées par des hommes. « Il est venu nous chercher au bord de la chaussée. Une fois au champ, il nous a fait comprendre qu’il va chercher un matériel de labour. Les minutes suivantes, nous l’avons vu venir avec d’autres hommes. Nous nous sommes sauvées », a-t-elle raconté. C’est donc un travail pénible et hautement risqué que des braves femmes et filles de la ville de Bobo-Dioulasso ont choisi. N’est-ce pas mieux, surtout qu’il n’y a pas de sot métier.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Messages

  • Il sera mieux que l’etat burkinabe ou plus precisement le blaizzo president du faso et son entourage pensent a ces femmes la au lieu de nous amerder a chaque fois avec leur SENAT.

  • C est de l emergence promise et servie a 200km/h

  • A partir de cette information ,peut-on etre fier d’etre Burkinabe . Quelle amelio-
    ration la creation du SENAT peut apporter dans la vie de ses femmes ? .
    Tant que le pouvoir d’état sera dans les mains des MOSSIs, L’ouest du Faso
    sera adandonne. Nous, Burkinabes de l’ouest devons nous demarqquer des
    ses Moogo Naba .

    • Braves son ces femmes,je suis désolé de la façon dont tu penses parce ce c’est vs autres qui avaient amené la guerre en cote d’ivoire.

    • pitié pour un frère !!! je suis de l’ouest mais une telle réflexion me donne envie de vomir mes tripes. dommages pour un soit disant burkinabé !

  • "n’est-ce pas mieux, surout qu’il n ya pas de sot metier" la conclusion de ce soit disant journaliste est ridicule, inapropriée et surtout pas du tout professionnelle !! Mr KIndo il s’agit de femmes exploitées et abusées !!
    il s’agit là à mon avis d’un véritable problème GENRE beaucoup plus important que la question de quota des femmes dans les partis politiques. C’est mon piont de vue !

  • Braves femmes Dieu entendra votre cri de coeur. Courage ! que Dieu benisse vos enfants et vous donne longue vie pour profiter d’eux.

  • Mais on est ou là ? Je ne suis pas mossi mais je crois que la xénophobie n’a pas sa place au Burkina ! Les mossi ont quoi à voir avec la politique du gouvernement actuel ! Tu ferais mieux te poser les bonnes questions ! Salia Sanou , Soungalo Ouattara, Thomas Sanou sont ils mossi ? Eh bien NON ! Il faut prendre les bonnes décisions pour développer l´ouest ! Et la décision se trouve dans nos mains, nous les électeurs ! Chaque fois quand on parle de Bobo et xénophobie, je ne pense qu’aux burkinabè que certains comme toi, par la xénophobie ont écartés de la gestion des biens communs tout simplement parce qu’ils n’étaient de l’ouest ! Sachons raison garder ! Ca suffit maintenant ! On parle de mondialisation pas pour rien ! Cordialement

    • Je suis parfaitement d’accord avec la personne qui a intervenu à 07h09mn, vous n’êtes pas de l’ouest c’est pourquoi vous ne connaissez pas nos réalités. Bolibana tous ce que vous avez cité, sont de l’ancienne génération, ils suivent les mossis aveuglement. Regardez de très prés le classement des régions, la 1ére est chez les mossis et la dernière à l’ouest. En faite je ne m’en veux pas aux mossis, j’ai honte des intellectuels de l’ouest. Pour preuve dans la nouvelle constitution et comme le mossi veut partir, en cas de vacance de pouvoir, l’intérim est assuré par le président du Sénat. On a vite écarté l’ouest en nommant Mr OUATTARA comme président de l’Assemblée Nationale, et lui aussi il est content. A cause du comportement de nos ainés, j’ai honte d’être originaire de l’ouest.

    • Il faut éviter de tout voir par le régionalisme ! Si chaque éthnie du Burkina voyait la gestion de l’état comme tu le fais alors nous serions en guerre ! il faut savoir raison garder ! Le développement de l’ouest viendra grâce à ses forces vives ! Courage et proposez des projets de développement réalisables ! Merci

  • Bonjour,
    Attention à la xénophobie ! Ne tenons pas de tels propos discriminatoires et xénophobes car il n’a jamais été question d’ethnie plus favorisée que d’autres ! S’il y a des propositions pour mieux développer toutes les 13 régions, les 45 provinces, elles sont les bienvenues pour nous tous et les autorités qui nous gouvernent les exploiteront ! Je pense que l’initiative de ces dames et fille est louable même si elle comporte certains risques que certaines personnes vereuses les font subir sans vergogne !. Cultivons et recherchons la paix pour notre pays. Merci. Une burkinabè du Burkina

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés