Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 23 août 2013 à 23h23min

Sur convocation du Chef de l’Etat, le comité de suivi de la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles travaille depuis le 21 août 2013 pour faire un bilan sur la mise en œuvre du Sénat. Un rapport accompagné de propositions doit être remis au Chef de l’Etat au plus tard le 30 août 2013. Le vendredi 23 août 2013, lefaso.net a tendu son micro à quelques citoyens : Qu’est- ce qu’ils pensent du comité et quelles sont leurs attentes par rapport aux conclusions qu’il doit soumettre au Chef de l’Etat ? Ce sont-là, les questions posées. Durant ce micro-trottoir, la grande majorité des femmes approchées n’ont pas voulu répondre à nos questions. Est-ce par peur de s’exprimer ? Ou est-ce par ignorance, nous ne saurons vous le dire.

Yacine Ilboudo, éleveur : Mes attentes des propositions du comité de suivi de la mise en place du Sénat, c’est la suppression pure et simple de ce « machin budgétivore ». Déjà, nous avons beaucoup d’institutions inutiles et budgétivores comme le conseil économique et social (C.E.S.). Nous sommes fatigués de constater que l’argent du contribuable n’est pas utilisé à bon escient et surtout que les besoins prioritaires des populations sont relégués au dernier plan.

J’invite d’ailleurs les O.S.C (organisations de la société civile) à se pencher sur les dépenses publiques (C.E.S., secrétariats permanents…). En voulant caser ses amis et proches, notre chef d’Etat crée des institutions qui n’ont pas lieu d’être.


Philippe Nana, particulier :
Ce comité de suivi de la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles d’abord est une arnaque. C’est de l’argent jeté par les fenêtres.

Ce que nous attendons néanmoins de ce comité, c’est qu’il dise la vérité au Président Blaise Compaoré. Nous ne voulons pas du Sénat et nous nous battrons pour qu’il ne soit pas mis en place. Même si pour cela, nous devons mourir, nous l’acceptons. Nous nous battons maintenant pour que nos enfants aient de meilleurs lendemains.

Tout le monde dit de lui qu’il est un bon facilitateur et un bon médiateur. Maintenant, c’est dans son pays que tout se passe. Qu’il nous montre qu’il est digne de la confiance que nous lui avons accordée pendant tout ce temps en nous montrant que l’intérêt supérieur de la nation passe avant les intérêts égoïstes des uns et des autres.

Modeste Kaboré, élève et parkeur : Pour moi, les gens qui sont dans ce comité ne sont pas fiables. Ce sont des gens du pouvoir et des gens à la solde du pouvoir. Donc, je doute de leur bonne foi.

Les mobilisations du 29 juin 2013 et surtout celle du 28 juillet 2013 ont montré que la population est contre ce Sénat. Dites la vérité au Président, dites lui ce que nous voulons tous : la paix. Il ne peut pas s’illustrer comme un faiseur de paix à l’international et dans son propre pays, semer la discorde, la division. Dites lui que nous ne voulons pas du Sénat et que nous nous battrons jusqu’au bout.

Laure Yaméogo, medecin : L’éducation et la santé sont prioritaires au Burkina Faso. On demande aux gens de se serrer la ceinture et on veut donner plus de 1 500 000 F CFA à chaque sénateur. Quand même… La grille salariale est la plus faible de la sous-région. Nous sommes dans un pays où 70% environ de la population a moins de trente ans. On ne peut pas continuer à faire travailler les retraités au détriment des plus jeunes, qui sont dynamiques et veulent construire leur vie.

Mon attente c’est la suppression du Sénat au profit de la valorisation des compétences des jeunes dans tous les secteurs d’activités. Investissons dans la santé. Nous avons une panoplie d’institutions qui, si elles jouaient leur rôle renforceraient notre démocratie. Cultivons l’équité, la justice, la liberté d’expression et sachons répondre d’abord aux besoins primaires de la grande majorité.

Lamine Sawadogo, instituteur : Ce comité est un surplus de dépenses. Personnellement je ne fais pas confiance à ce comité car constitué essentiellement de personnes acquises au pouvoir et à l’institution du Sénat au Burkina Faso. De ce fait, prendront-ils réellement les préoccupations et attentes des populations ? Je ne sais pas.

De toutes les façons, le Président lui-même sait ce que nous attendons de lui. Non au Sénat, c’est que nous attendons d’eux tout simplement.

M Ouédraogo, commerçant : Nous avons participé aux deux marches contre le Sénat. Donc, nos attentes c’est la suppression du Sénat.

Notre Président a une bonne presse internationale. S’il est Président, c’est parce qu’il y a des gens derrière lui. Il doit savoir aussi, que nul n’est indispensable. Et nul n’est éternel. Il doit aussi savoir que s’il y a la paix au Burkina Faso, ce n’est pas l’œuvre d’une seule personne. Nous y contribuons tous. Tous les pays où les présidents ont régné pendant une longue période sont en guerre actuellement. Est-ce ce qu’il veut pour notre Patrie ?

Des Présidents comme Kadhafi étaient plus puissants que lui. Où sont-ils actuellement ? Quelle image veut-il qu’on garde de lui ? Nous sommes tous des êtres humains. Nous écrivons notre histoire et passons. Que veut-il que le pays retienne de lui ? Ce que j’attends de Blaise Compaoré, c’est qu’il nous montre qu’il est un digne Burkinabé et surtout que ce sont les intérêts du Burkina qu’il défend. Il est un médiateur et facilitateur hors pair, qu’il mette ses talents au profit des populations Burkinabé car les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Propos recueillis par Patindé Amandine Konditamdé

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 août 2013 à 19:01, par le bon citoyen En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    Bonsoir,

    Blaise a compris maintenant.
    Tes vrais enemies, ce ne sont pas ceux qui te critiquent. C’est ceux qui te donnent des conseilles pour des décisions qui te rendront impopulaire. Et s’il y a quelqu’un qui a réussi son coût, c’est la personne qui a eu cette idée de Sénat.
    Il n’y a rien qui a frustré les burkinabès comme cette décision là.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2013 à 22:03, par Sidnabiiga En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    Pathétique ! Difficile de trouver un burkinabe qui soit d’accord avec le sénat ! Rien a faire ! Supprimez ce machin et vite !pas d’entourloupe ! Même un sénat a 2 sénateurs, on en veut pas !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2013 à 23:20, par Tenga En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    Moi c’est pourvu que le PF ne se represente pas en 2015. or dans tout les deux , la loi,rosque de l’autoriser à se represeter. m’interesse. Si on garde le senat, l’article 37 va etre modifiéar ces senateurs, si on le supprime, la constitution va aussi etre modifiée et une nouvelle constitution veut dire que le PF peut se representer, que faire ? C’est vraiment un casse-tête....burkinabè. Conclusion, vaut meiux mettre en place le senat en obtenant la modification sur sa composition, or là aussi, on a déjà voté. Vraiment je ne sais pas qui nous a conduit sur,cette route.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2013 à 17:19, par ouedraogo issa En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    Si 26 ans après, le PEUPLE (frange féminine les GRANDES électrices) ne se prononce pas, vous voyez vous-mêmes que le burkina a mal à son président. la démocratie au burkina faso, c’est la dictature, la paix c’est la victoire de la haine, le développement c’est l’extension de la souffrance, les poisons (sénat, modification de l’article 37...) sont les étiquettes des remèdes. Ce qui fait mal, c’est la MANIERE que blaise utilise pour faire mal AU PEUPLE : DIABOLIQUE tout simplement. Jugez-en vous-même. il a dit lors de la remise des conclusions des travaux du CCRP que ce qui est consensuel aujourdh’ui peut être non consensuel demain, et ce qui est non consensuel aujourdh’ui peut être consensuel demain. du n’importe quoi : du SADISME. doit-on diriger un PEUPLE comment celà ? je crois que NON. Pour un MORTEL, il faut incaner un IDEAL parce que l’Homme quel que soit son signe zodiaque, sa lune, son soleil, ses anges, l’origine de ses ancêtres ne résistera pas au TEMPS ETRENELLEMENT.

    Répondre à ce message

    • Le 25 août 2013 à 08:48, par Le Patriote En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

      Je tire mon chapeau aux vrais burkinabè:NON AU SENAT.Mais j’ai honte d’ètre un de la diaspora burkinabè de l’Europe. Ces soit-disant délégués CSBE qui ne représentent personne car personne ne les connait. Ils sont là pour jouer le jeux du parti au pouvoir et pensent tirer profits de ce statut de délégués CSBE. Ces subordonnés du pouvoir qui ont organisé et fait l’élection des " senatori" de la diaspora d’europe entre eux à l’insu des burkinabè, signe d’approuvation du Sénat ne sont pas dignes de nous " uomini integri". Qu’ils apprennent à ètre burkinabè, d’ailleurs ces personnages là ne servent à rien tout comme pas mal d’institutions au Faso ; nous demandons leur supression. Nous qui vivons les grandes démocraties n’est ce pas nous qui devons l’enseigner à ces dictateurs de chez nous ?

      Répondre à ce message

  • Le 26 août 2013 à 08:22, par ben barka En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    Maintenons la pression afin que le sénat soit supprimé, après quoi il faut lutter jusqu’à ce que Blaise respecte notre constitution en se retirant de la vie politique au terme de ce mandat.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2013 à 20:21, par TCHANFO En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    ce micro-trottoir,s’il est fidèlement retranscrit,montre que le Burkina mon pays n’est pas prêt pour cette institution ;allons mollo-mollo ;lorsque la majorité des burkinabé pourra manger , se soigner et loger convenablement,la constitution accouchera le SÉNAT

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2013 à 07:31, par ben barka En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    Il ny a rien a pensé par rapport au sénat : c’est une institution mort-née. Autrement dit son installation sonnera indubitablement le glas de ceux qui pensent que ce pays est un patrimoine qui leur est dévolu par quelque providence.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2013 à 10:49, par yawoto En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    moi ce que j’en pense est que Bognéssan va s’en tété à tout prix pour que ce SENA soit mis en place.c’est un homme aux paroles flous.c’est parce qu’il n’avait pas dit la vérité au Blaiso lors des CCRP que nous en sommes aujourd’hui à ce stade de contestation.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2013 à 06:42, par SID-PAWALEMDE En réponse à : Travaux du Comité de suivi sur le Sénat : Ce qu’en pensent des burkinabè

    Face à tout cela, retenons "qu’on ne peut et ne pourra jamais réveiller quelqu’un qui ne dort pas". Par ailleurs, si l’on se réfère au dicton des anciens, on retiendra aussi que "Un bon Roi est celui qui, méchant, s’en fout du peuple". Ce qui me fait mal dans tout cela, c’est de constater deux choses qui sont : 1)-que le P.F. est bel et bien à la base de tout ce qui se passe. La question qu’on doit se poser serait de savoir ce qu’il recherche vraiment au bout. L’enjeu de sa pérennisation au Pouvoir ne suffit pas pour qu’il s’éloigne totalement et royalement de sa bonne renommée dans l’histoire (ce que toute personne sensée cherche à préserver sur cette terre provisoire). En effet, sa longue durée au poste quoique désapprouvée par bon nombre de ses compatriotes, généralement opposants ambitionnant "être Calife à la place du Calife" lui a permis, bon gré, malgré, de réaliser une certaine avancée de notre pays qu’on le veuille ou non. Cela est certain. Que cherche-t-il en faite. Pousser des idiots à diffuser des donnes erronées au sein de la population ou encore, des Communicateurs inconscients tels le Monsieur de l’Opinion pour semer la zizanie à travers ses feuilles de choux, même si selon ce qu’on dit que ce Journal appartient au milieu et reste la continuité du "Journal du Soir", jadis animé par les TRAORE et OUEDRAOGO pour contrecarrer l’Opposition. Ne cherche-t-il pas à nous distraire pour protéger quelque chose, quelqu’un qu’il prépare en douce afin de le propulser au grand dam du peuple ? Réfléchissons ; 2)-a quel jeu jouent ces "Griots" qui tournent autour de lui et qui se passent pour des "faiseurs de roi". Je veux parler tout d’abord de celui qui est venu du néant sans "capacité aucune" de mobiliser 2 personnes, pas même dans son quartier, acquises à ses idéaux. Puis, de ce monsieur qui après avoir user royalement des impôts de nos parents pour revenir soigner le peuple qui n’a jamais en réalité piqué la fesse de quelqu’un en dehors de celle de sa femme qui reste sa propriété. Je veux parler enfin de tous ces couards, truands et intrigants qui, plusieurs années durant ont gravité autour de lui, multipliant les dédains du peuple et que tout le peuple a décriés. Pourquoi tient-il à assurer coûte que coûte "UNE RETRAITE DOREE" à ces gens-là ? Ne pense-t-il pas qu’ils en ont suffisamment planqué pour vivre heureux par rapport au restant du peuple ? Lorsqu’une certaine personne, Opérateur/trice Economique soit-elle, a cumulé (je suppose légalement du reste des milliards FCFA) des faits de ses activités, je ne puis comprendre qu’elle ait vraiment besoin d’appuis, sinon de couvertures pour demeurer encore sur les rails et si je ne m’abuse, spolier et continuer de spolier les pauvres propriétaires, résidents de terrains sur toute l’étendue du territoire de la Capitale sous la couverture de la "Nécessaire urbanisation de la ville" comme si les autres burkinabé ne peuvent construire un bon immeuble, je ne pense pas que c’est ce qu’il faut pour un peuple qui s’aime et qui aspire à se développer. Création d’Entreprises sous prête-noms par ci, usant de la primeur des donnes dont il dispose pour racheter à vil prix (sous prête-nom toujours) des acquis de la Nation pour en créer des Entreprises, dessaisir d’honnêtes gens de ce qu’ils ont pu réaliser en tordant le cou au droit ou en usant de sa position pour traumatiser ces gens afin de récupérer subtilement leurs biens au profit d’un certain Groupe etc. n’est pas ce qu’il faut pour vivre et faire vivre une Nation. Qu’on ne se leurre pas. Il a d’autres choses qu’il recherche. Des objectifs autres que sa pérennisation à la tête du pays qu’il poursuit. Nous nous devons donc d’être et de rester vigilants. Sinon, tôt ou tard, nous vivrons ce que vivent déjà d’autres peuples d’autres Nations fussent-t-elles du Moyen-Orient ou d’ailleurs. Dans 100 ans au plus il ne sera plus de cette terre et nos enfants se boufferont entre eux pour vivre, sinon, survivre. Vigilance oblige et "NON" à cette planification destructrice. "NON" au SENAT et aux Institutions inutiles.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés